LA FOLIE MAUPASSANT

 

Buffon Théâtre
18 rue Buffon
84000 – Avignon

du7 au 31 juillet
à 17h20
relâche les 12 et 19

 

La Folie Maupassant loupe 

 

Maupassant et sa folie... causée par la syphilis. Il a vingt-sept ans quand le diagnostic tombe en 1877, et cette maladie va lui ronger l'existence à partir de ce moment-là.

Mais les années 1880 à 90 vont être les plus fécondes, malgré des troubles oculaires qui le gênent.

On a un auteur qui a une œuvre magistrale écrite en seulement dix ans, quelle perte pour la littérature française ! Et l'homme est si tendre, prévenant… Il ne faut pas s'étonner de savoir qu'il a eu beaucoup de conquêtes dans le beau milieu comme dans les bouges.

Mais en 1891 il écrit « Je suis absolument perdu, je suis même à l'agonie. », on va l'interner et il décèdera avant son quarante-troisième anniversaire.

Dans ce tête-à-tête avec cette femme imaginaire, Maupassant reste le grand séducteur, le malade au bout de cette maladie qui le ronge depuis des années.

Discussions volages, comme pour chasser ce qui le consume, pour oublier ces maux de tête, cette douleur paralysante.

Tout est inventé mais tout est dans l'esprit de l'homme, dans son vécu, dans sa souffrance.

Jean-Pierre Bouvier incarne fort habilement ce cher Maupassant, avec une certaine puissance mêlée de douceur. On n'insiste pas sur sa maladie mentale, elle est là comme un fil conducteur, tout simplement, et cela procure un grand intérêt à la pièce.

Noémie Elbaz représente toutes les femmes de Maupassant, elle est toute fraîcheur et spontanéité, beaucoup de charme et de beauté.

L'auteur, Gérard Savoisin n'a pas voulu faire un biopic et pas davantage une œuvre historique, il a posé Maupassant dans son dernier combat soutenu par une femme, la Femme. Une œuvre de fiction qui transcende le personnage.

Anne Bourgeois a fait une mise en scène délicate dans une scénographie de Jean Michel Adam. Des panneaux coupent l'espace en créant des pièces supplémentaires qui sont rétroéclairées, laissant deviner ce qui s'y passe. Un grand lit occupe le centre de la pièce, il est tordu, référence à la maladie mentale de Maupassant.

La musique de Michel Winogradoff ponctue et dramatise les situations.

Une pièce originale, un Maupassant secret, fort bien jouée et mis en scène avec bonheur.

Une belle pièce à voir absolument.

Jean Michel Gautier.

 

La Folie Maupassant

de Gérard Savoisin
Mise en scène Anne Bourgeois

Avec Jean Pierre Bouvier et Noémie Elbaz

Lumières Stéphane Baquet
Décor Jean Michel Adam
Musique Michel winogradoff
Costumes Jean Daniel Vuillermoz

 

 

 

Mis en ligne le 25 juillet 2021

Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES