PEER GYNT EST DE RETOUR

 

Théâtre des Corps Saints
76 place des Corps Saints 
84000 – Avignon

du 7 au 31 juillet
à 17h10
relâche les 12,19 et 26 juillet

 

Peer Gynt est de retour loupe 

 

Peer Gynt était un garçon peu respectable, Il a passé son enfance dans un taudis auprès de sa mère. Très tôt il s'est fait remarquer pour son côté mauvais garçon sa propension à mentir.

Il va partir de Norvège exercer différent métiers, il deviendra même prophète et guide spirituel mais aussi marchand d'esclaves et va devenir très riche. Il rentrera alors  dans son pays mais une tempête va faire sombrer son navire avec ses lingots. Il est à nouveau ruiné mais il va donner un autre sens à sa vie en cherchant « qu’est ce qu'être soi-même » il va enfin comprendre la vacuité de l'existence.

Le récit est celui de Peer sur son bateau puis à terre après la tempête,

Le héros n'a pu ainsi maîtriser son destin mais il a, durant toute sa vie, régné sur l'illusion. Et Peer Gynt m'apparaît ainsi comme « une fantaisie liée et libre...», une fantaisie qui pose un problème central : peut-on vivre sans illusion ? 
Le héros est en effet lucide, il ment aux autres mais il ne se leurre pas sur son compte, sauf peut-être dans son rapport à l'amour. Et encore, il n'est pas sûr qu'il soit dupe de ses rêves... La femme idéale, la « femme unique », sorte de femme-mère capable de vous aimer sous tous vos aspects, même les moins flatteurs, il préfère la déclarer inaccessible, se juger indigne d'elle plutôt que de lui sacrifier une part de sa liberté, de renoncer à son égoïsme. Mais quand la solitude lui pèse, il aime la faire apparaître dans ses rêves, se rattacher à sa vision pour mourir plus facilement : Solveig, une illusion protectrice et rédemptrice !

Peer Gynt est avant tout un poète, un « dikter » en norvégien, c'est à dire à la fois un menteur, un affabulateur, un compositeur, et un écrivain. Sans doute, à ce double titre, ses rêves l'aident-ils à vivre, comme ses fictions peuvent aider les autres. Et cette œuvre peut être aussi interprétée comme un éloge de la poésie. Suprématie de la poésie, de la fiction sur le réel dont Ibsen doutera néanmoins dans une de ses dernières pièces, s'interrogeant sur son œuvre au regard de sa vie.

La compagnie les Affamés nous a présenté une belle pièce, s'appuyant sur la force de conviction de Gilles Drouez et sur la délicatesse de Fanny Corbasson. Ils sont en opposition mais se complètent tant, donnant ainsi une fort belle place au récit.

On aime beaucoup la scénographie, donnant une fière allure au bateau que ce soit au calme comme dans la tempête.

Du beau travail qu'on aime regarder et écouter.

Jean Michel Gautier

 

Peer Gynt est de retour

d'après Henrick Ibsen
Adaptation et mise en scène  Nadine Douriaud

Avec fanny Corbasson et GillesDrouez

Décors et lumière Denis Guez
Musiques Edward Grieg

 

Mis en ligne le 15 juillet 2021

Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES