ANNA MAGNANI, LE TEMPS D’UNE MESSE

 

Théâtre de l'Albatros
29 rue de teinturiers
84000 – Avignon

Du 6 au 31 juillet
à 14h30

relâche les 11,18,25 juillet

 

Anna Magnani, le temps d’une messe loupe 

 

Septembre 1973, l'Italie est en pleur et des milliers de romains sont aux funérailles de Nannarella.

Dans l'église une voix s'élève, celle de cette icône italienne, de cette femme féministe, originale, antifasciste et libre, elle parle mais ne mâche pas ses mots.

Née de père inconnu, délaissée par sa mère, elle va révolutionner la représentation de la femme au cinéma et inspirer les plus grands metteurs en scène, Rosselini, Visconti, Fellini, Pasolini, Renoir, Kukor, Lumet... ce n'est pas elle qui est façonnée par les cinéastes, c'est elle qui impose sa façon d'être.

Elle avait un jeu presque animal et une très grande technique théâtrale.

Elle a été le symbole du néoréalisme italien.

À partir de cette trame, Marie Joséphine Susinni conte la vie de cette comédienne hors norme.

Avec sa gouaille, son à propos, son franc parler, on revoit le passé de l'actrice.

Seule au milieu de la scène, dans sa robe noire, arborant sa chevelure noire, véritable porte drapeau de la comédienne. Que ce soit sur un escalier ou sur un siège elle raconte sa vie avec détermination, elle nous entraÎne dans les méandres de son être. 

Il n'y a plus de Joséphine Susinni, il y a la Magnani. Quel culot et quelle prouesse. Arriver à positionner cette énorme actrice pour lui faire raconter sa vie... quelle gageure.  Mais la Susinni c'est une comédienne qui a du punch, une Corse qui se bat, Le récit est vivant, l'église est fraîche.

Retour arrière : on est en 1973, dans une église, et cette voix qui nous parle c'est c'elle de la Magnani.

On revit son passé, là dans l'obscurité de cette église remplie d'Italiens, avec juste quelques lumières de cierges, on enterre La Magani… mais sa voix s'élève au-dessus de nos têtes… écoutons.

La salle, pleine, a applaudi à tout rompre, la Magnani peut partir tranquille, elle est encore dans bien des cœurs. Merci à la Susinni pour cette magnifique évocation.

Jean Michel Gautier

 

Anna Magnani, le temps d’une messe

de Armand Meffre
Mise en scène Joséphine Susinni

avec Joséphine Susinni

Lumières : Hubert Japelle
Son : Thomas Giovanetti

son Tomas Giovanetti

 

 

 

Mis en ligne le 13 juillet 2021

Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES