MÉTAMORPHOSES

 

Théâtre de la Tempête - Salle Serreau
Cartoucherie
2, Rte du Champ-de-Manœuvre
75012 Paris
01 43 28 36 36

Jusqu’au 14 février 2020
du mardi au samedi à 20h,
le dimanche à 16h

 

Métamorphoses loupe 

 

Le texte de Métamorphoses a été adapté à partir d’extraits du poème d’Ovide, écrit il y a 2000 ans, qui retrace en quinze livres l’histoire mythologique depuis la création du monde. De ces centaines de récits, le spectacle s’intéresse à une demi-douzaine qui met en scène des figures féminines victimes de la vengeance, de la jalousie ou de la convoitise sexuelle des dieux et des déesses de l’Olympe.

Ainsi Io, changée en vache par Zeus, qui par ce stratagème cache à son épouse son adultère, Daphnée changée en laurier pour échapper à la concupiscence d’Apollon, les deux sœurs Procné et Philomène, changée en hirondelle et rossignol pour échapper à Térée (elles réussissent malgré tout à se venger de lui en lui faisant manger son fils dans un plat cuisiné…), et Méduse, Arachnée, Echo… toutes histoires de désirs masculins qui mènent à la violence, au viol, au meurtre.

La mise en scène que Luca Giacomoni fait de l’adaptation de Sarah Di Bella jette au devant de la scène toute la brutalité que ces mythes contiennent. Son but est justement de faire résonner ces récits avec le vécu de la violence faite aux femmes de notre époque. Le travail de création du spectacle s’est ainsi déroulé avec  la Maison des Femmes de Saint-Denis et une partie des interprètes du spectacle ne sont pas professionnelles.

Une distribution intégralement féminine pour prendre radicalement le point de vue des héroïnes tragiques de ces métamorphoses. Le spectacle a la vertu de mettre en valeur la brutalité que recèle ces mythes. Il permet aussi de renouer ces contes avec notre quotidien.

Pour exprimer ces différents personnages, une scénographie simple : plateau nu aux contours variables grâce aux variations de lumières, une table, un fauteuil, quelques accessoires. Des éléments récurent comme ces fruits et ces fleurs dont les pulpes et les pétales sont broyés, symbolisent la chair objet des désirs et des violences auxquels s’ajoutent un travail corporel très présent qui illustre les narrations. Il ya une recherche de performance pour exprimer la violence ressentie, le désarroi, la peur que les interprètes développent avec énergie.

Reste que le spectacle se disperse entre les narrations et le travail visuel qui tend vers la chorégraphie mais est souvent brouillon et on perd, dans ce grand espace qu’est la scène de la Tempête, toute la partie épique et prenante pour ne garder qu’une lecture réaliste de l’œuvre d’Ovide.

Bruno Fougniès

 

Métamorphoses

D’après Ovide
Adaptation et dramaturgie Sarah Di Bella
Mise en scène Luca Giacomoni
Assistanat à la mise en scène Giuseppina Comito
Création lumière Bartolo Filippone
Collaboration artistique Nadine Naous

Avec : Diariatou Bassé, Sylvie Togba, Léna Dangreaux, Laëtitia Eïdo, Clémence Josseau, Hadassah Njengue

Chant Eugénie De Mey et Claire Trouilloud (en alternance)

 

 

Mis en ligne le 25 janvier 2020


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIER ARTICLE

s