LA SEXTAPE DE DARWIN

 

Théâtre la Bruyère
5 rue La Bruyère
75009 Paris
Tél. 01 48 74 76 99

Jusqu’au 21 mars 2020
du mardi au samedi à 21h,
matinée le samedi 16h45

 

La Sextape de Darwin loupe 

 

Une chanteuse d’opérette opère brièvement dans la pénombre de l’avant-scène, une voix off introduit la thématique, puis paraît enfin la narratrice/animatrice très maitresse (d’école ?), quelque peu première dame sur les bords, suivez son regard… Elle interpelle et rappelle les origines de la vie, remontant aux bactéries, protozoaires et autres organismes étranges qui sont censés avoir évolué depuis les derniers millénaires, pour mieux mettre en évidence le fait qu’absolument tous les goûts et pratiques sexuelles existent et sont monnaie courante partout dans la nature, depuis toujours. Afin de mieux se faire comprendre, elle use d’humour et d’interaction avec le public, qu’elle met à contribution. Ce “cours” de sexualité se déroule selon le schéma : séquence théorique, séquence travaux pratiques, exercices physiques, acrobaties ludiques, le tout entrecoupé de récréations à chansons a capellistiques. Le message passe, universel, engagé, pile dans l’air du temps. Le texte pseudo didactique sert surtout de prétexte au déploiement d’insolites danses “nuptiales” en très jolis costumes d’insectes géants, qui ont pour but et effet incontestables de provoquer l’hilarité générale de la salle.

C’est décalé, bariolé arc-en-ciel, actuel, autant que physique, élastique, drolatique, même s’il n’est pas tant que cela (voire pas) question de Darwin, ni de sextape (ni de footballeurs d’ailleurs… ni même des belles coccinelles qui ornent l’affiche du spectacle). Peu importe, car les quatre artistes donnent tout, s’amusent à fond, et le public ravi les suit et rit.

Luana Kim

 

La Sextape de Darwin

Texte et mise en scène Brigitte Mounier

Avec : Marie-Paule Bonnemason, Antonin Chediny, Brigitte Mounier, Sarah Nouveau

Chorégraphie : Philippe Lafeuille
Costumes : Émilie Cottam
Création lumière : Nicolas Bignan
Construction : Ettore Marchica

 

Mis en ligne le 23 janvier 2020


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIER ARTICLE

s