LA PETITE FILLE DE MONSIEUR LINH

 

Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame des Champs
75006 Paris
01 45 44 57 34

du 26 août au 11 octobre 2020
du mardi au samedi à 19h30, le dimanche à 15h30

 

La Petite Fille de Monsieur Linh loupe 

Il est des romans forts, puissants, bouleversants, qui vous poursuivent longtemps après la dernière page tournée.

C'est le cas de « La petite fille de Monsieur Linh » écrit par Philippe Claudel, que j'avais lu il y a déjà quelques années mais dont le souvenir m'habite encore. C'est dire si j'avais peur d'être déçue par son adaptation théâtrale.

Heureuse surprise, il n'en est rien et le travail remarquable accompli par Sylvie Doriat (adaptation et interprétation) et Célia Nogues (mise en scène) met parfaitement en valeur le texte d'origine sans le dénaturer, en y ajoutant de surcroit la puissance du visuel et de l'écoute.

Sylvie Doriat nous raconte l'histoire avec un ton d'une justesse extrême, laissant couler toute la poésie des mots, faisant vivre les personnages, voix, gestes, tout est parfait, guidée par une mise en scène d'une grande précision, à la fois forte et d'une belle légèreté.

Elle évolue dans un décor d'une élégante et superbe sobriété qui laisse toute leur force aux mots : trois panneaux blancs entourent un banc, avec – quelle belle trouvaille – une lumière dans une cage.

Et elle nous dit avec un talent de conteuse certain cette histoire d'exil, de déracinement, de folie mais aussi d'amitié et d'espoir qui émeut et bouleverse profondément.

Quand on connaît déjà le dénouement, on n'a plus bien sûr l'effet de  surprise mais du coup on découvre l'infinie subtilité avec laquelle l'auteur a su distiller les indices et on en a le cœur encore plus serré.

Avec délicatesse, sans en rajouter, à petites touches, auteur, metteur en scène et interprète nous font saisir mieux et plus intensément qu'avec de longs discours, les horreurs de la guerre, l'implacabilité de l'exil, la douleur du déracinement et la puissance de l'amitié et de l'amour.

Il est des spectacles forts, puissants, bouleversants qui vous poursuivent longtemps après les lumières éteintes.

C'est le cas de « La petite fille de Monsieur Linh » qui se joue actuellement à la Folie théâtre, un lieu accueillant niché dans une impasse calme, qui s'attache à proposer une programmation de qualité et où j'ai déjà connu quelques belles découvertes.

Nicole Bourbon

 

La Petite Fille de Monsieur Linh

de Philippe Claudel
Adaptation de Sylvie Dorliat
Mise en scène de Célia Nogues

Avec Sylvie Dorliat

Lumières de David Dubost
Scénographie de Hama

 

 

Mis en ligne le 22 août 2020


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES