FESTIVAL FRAGMENTS #8

 

L’Étoile du Nord
16, rue Georgette Agutte
75018 Paris

Le 7 et 8 octobre

 

Festival Fragments #8 loupe 

 

Depuis 2013, le festival Fragments offre la possibilité à une dizaine de compagnies de théâtre de présenter sur scène les premiers pas d’un spectacle en devenir. La compagnie a ainsi un retour sur le travail en cours et cela donne au public l’opportunité d’assister à une bande-annonce grandeur nature. Les créations présentées cette automne à l’Étoile du Nord s’attaquent à des thèmes lourds et profonds : le crime et le suicide.

Le collectif Mind The Gap dans J’aurais mieux fait d’utiliser une hache s’interroge sur le crime, ses origines, son histoire, ses grandes figures – avec un retour intimiste sur le personnage d’Henri Howard Holmes dont le détachement amuse autant qu’il fait froid dans le dos. Un thème fascinant : les comédiens ne manquent pas de rappeler que la lecture française de l’été n’était autre que le reportage du magazine Society sur la sordide affaire Dupont de Ligonnès… Il y a un côté didactique – la démarche est tapée à l’ordinateur et projetée en même temps en fond de scène – et décalé, avec de l’absurde voire du grotesque quand plusieurs modalités de meurtres sont jouées devant nos yeux, ketchup inclus. On peut saluer la belle cohésion du groupe, particulièrement palpable au moment de l’interprétation en canon du chant de scouts, aussi drôle qu’angoissante.

Dans Sauts de l’ange, Louise Emö, confrontée au suicide de sa grand-mère, écrit une lettre à ses comédiens, leur demandant de réfléchir à une mise en scène sur le sujet. Comment parler du suicide sur les planches ? En convoquant les grandes figures ayant tenté de mettre fin à leur jour ou celles qui sont passées à l’acte : Hamlet, Marilyn Monroe, Virginia Woolf, Loana, Ophélia, Françoise Sagan, Dalida, Britney Spears… Un pot-pourri qui, en partant parfois dans tous les sens, montre justement la difficulté à faire du suicide un thème de théâtre. Le spectateur est alors emporté par des émotions contraires : on sourit, on rit parfois, mais il y a des moments particulièrement émouvants, autour de la figure de Vincent Van Gogh ou encore tout simplement autour de la figure de la grand-mère.

Un format atypique et deux compagnies qui relèvent haut la main le pari de donner envie au spectateur de suivre leur travail de plus près.

Ivanne Galant

 

J’aurais mieux fait d’utiliser une hache

Collectif Mind The Gap

Écriture collective de et avec Thomas Cabel, Julia de Reyke, Solenn Louër, Anthony Lozano, Coline Pilet
Production : Collectif Mind The Gap
Coproduction : Equinoxe - Scène nationale de Chateauroux (en cours)

 

Sauts de l’ange

Compagnie La Parole Au Centre
Direction artistique, mise en scène & écriture : Louise Emö

Interprétation, improvisation & performance : Simon Vialle, Andréas Goupil, Mattias de Gail, Valérie Diome, Louis Sylvestrie, Elise Fontaine

Son : Playlist YouTube à vue

Production : La PAC LaParoleAuCentre
Production déléguée : Le CPPC Centre de Production des Paroles Contemporaines
Coproduction (en cours) : Le Manège Mars-Mons Arts de la scène, Centre Dramatique National de Normandie-Rouen, Comédie de Caen - CDN de Normandie, Théâtre Universitaire de Nantes - Jeune création, Théâtre de l’Aire Libre - Festival Mythos

 

 

Mis en ligne le 8 octobre 2020


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES