ET C’EST UN SENTIMENT QU’IL FAUT DÉJÀ QUE NOUS COMBATTIONS JE CROIS

 

Théâtre Romain Rolland de Villejuif
18 Rue Eugène Varlin,
94800 Villejuif
01 49 58 17 00

Jusqu’au 22 novembre
mardi, mercredi, jeudi, vendredi 20h30 /lundi et samedi 19h

En tournée

Du 13 au 15 janvier 2020 Théâtre de Vanves
13 mars 2020 Théâtre des Sources de Fontenay-aux-Roses
Du 20 au 21 mars 2020 Scène nationale de Saint-Quentin-en Yvelines
Du 26 au 28 mars 2020 Collectif 12 de Mantes-la-Jolie

 

Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois loupePhoto  © Jérémie GASTON-RAOUL

 

Le mythe des « banlieues » moderne a commencé en 1981. Les Minguettes, Vénissieux et d’autres ont fait les gros titres des JT avec leurs rodéos, leurs voitures incendiées, leurs trafics en tous genres… C’est par cette période et par cette nouvelle représentation des quartiers que la compagnie Légendes Urbaines oriente ses recherches. D’où, pourquoi, comment cette image des barres d’immeubles a été créée et s’est-elle propagée durant des dizaines d’années ?

L’accent est mis sur l’analyse et le décryptage de « l’Information ». L’information télévisuelle s’entend. Celle qui a mis un projecteur puissant sur la vie dans ces banlieues au point de multiplier les reportages par dix, voire par cent en une dizaine d’année.

Le spectacle lui-même se déroule sur plusieurs niveaux : scéniques et narratifs. Sur le plateau, les espaces sont mouvants avec un dispositif de tables et de caméras sur roulettes que les interprètes manipulent en fonction des scènes et des lieux à représenter. Un écran géant domine le fond, où seront projetés les documents d’époque et les reconstitutions filmées en direct plateau.

Quant à la construction narrative, elle aussi s’éparpille entre les reconstitutions des conférences de rédaction des JT, des scènes de vie reprises sur des exemples réels et des interventions frontales adressées au public.

Le tout forme un mouvement constant qui ressemble parfois à un zapping mais qui possède sa propre logique et son discours. Le rythme ainsi donné est vif dans ce mélange de jeu d’acteur et de technologie vidéo, ce mélange d’analyse de contenu, de reconstitution imaginaire, de zoom vers le plus près de la vie dans ces banlieues avec des témoignages et de plan large sur cette sorte de manipulation médiatique où ce qui se présente comme objectif est le plus souvent soumis à une directive. Bref une objectivité totalement détournée.

Même si le discours développé ici est un peu didactique, ces deux heures de spectacles semblent presque courtes tant elles sont riches d’éclaircissement sur la puissance de ces médias qui parfois, au lieu de suivre l’événement, déforment la réalité.

Bruno Fougniès

 

Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois

Compagnie Légendes Urbaines

Écriture collective dirigée par David Farjon

Mise en scène David Farjon

Scénographie Léa Gadbois-Lamer

Lumière Laurence Magnée

Dispositif technique Jérémie Gaston-Raoul

Avec Samuel Cahu, Magali Chovet, David Farjon, Sylvain Fontimpe, Ydire Saïdi, Paule Schwoerer

 

 

Mis en ligne le 22 novembre 2019


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES