CRISE DE NERFS

 

Théâtre de l’Atelier
1 place Charles Dullin
75018 Paris
01 46 06 49 24 

Jusqu’au 20 novembre
Du mardi au samedi : 21h
Le dimanche : 17h

Relâches :
Du jeudi 8 octobre au mardi 13 octobre inclus
Du mardi 3 novembre au mardi 10 novembre inclus

 

Crise de nerfs loupe 

 

Au Théâtre de l’Atelier, Peter Stein met en scène Jacques Weber dans trois farces de Tchekhov. À ceci s’ajoute la traduction par André Markowicz et Françoise Morvan des courtes pièces – Le Chant du cygne, Les Méfaits du tabac et Une demande en mariage. Les trois tableaux nous plongent dans la richesse du répertoire russe, de la solitude tragique du comédien à la légèreté du vaudeville. Passer d’une tonalité à une autre n’est pas aisé.

Le spectacle s’ouvre sur Le Chant du cygne. La voix et la présence de Jacques Weber irradient le plateau dépouillé. La mise en abyme est somptueuse. Dans un sursaut de conscience, à la fin d’une représentation, un grand comédien se réveille de sa sieste éthylique. Le bouffon, comme il se décrit, entre jeu et réalité, s’engouffre dans sa solitude. Il s’est dédié à ses rôles shakespeariens, Hamlet, Le Roi Lear mais qu’a-t-il construit dans sa vie matérielle à l’aube de sa mort ? La scénographie, l’incarnation du comédien magistralement mis en scène sont la raison d’aller voir ce spectacle.

Les deux autres tableaux paraissent moins travaillés. Dans Les Méfaits du tabac, le comédien semble plus hésitant et cela ne tient pas qu’à la nature du personnage. Malgré son incompétence, un mari est missionné par sa femme pour faire une conférence sur les effets néfastes du tabac. Sa condition d’épouvantail, d’homme soumis à l’intransigeance de sa femme surgit. Le talent de Jacques Weber est grand et suffit presque à masquer le flottement dans la maîtrise du texte. Toutefois, l’énergie vaudevillesque de la dernière farce sombre dans les écueils du genre. Le sur-jeu fait de l’ombre au rire et à la critique sociale. Les comédiens Manon Combes et Loïc Mobihan sont pourtant talentueux.

Ainsi, nous retiendrons de cette soirée en demi-teinte la justesse de Jacques Weber dans Le Chant du cygne, courte pièce qui mériterait d’être davantage montée sur nos plateaux.

Alexandra Diaz

 

Crise de nerfs - 3 farces d'Anton P. Tchekhov
Le chant du cygne
Les méfaits du tabac
Une demande en mariage

Mise en scène : Peter Stein

Avec Jacques Weber, Manon Combes et Loïc Mobihan

Production Théâtre de l’Atelier

 

 

Mis en ligne le 7 octobre 2020


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES