ACCUSÉ.E

 

Théâtre du Verbe fou
95 rue des infirmières
84000 Avignon

les 24,26,28,30 octobre

au Théo théâtre à PARIS(10)
20 Rue théodore Deck
du 23 Janvier au 24 avril

au Shams
25 rue jean le vieux
84000 Avignon
juillet 2021 à 17h30

 

loupe 

 

Accusé.e
L’image d’une justice qui s’appelle injustice

 

En 2012 Une jeune fille (dont l’identité a été modifiée vu que nous sommes en présence du procès d’une mineure), Louise Leduc est violée lors d’une soirée arrosée par un ami Gaspard Valeur après avoir été droguée. Quelques années se sont écoulées avant que débute le procès. Celui-ci se déroule sous nos yeux mettant en valeur la difficulté pour la jeune fille de faire valoir ses droits. En nous plongeant dans le procès on se rend compte que c’est le sien qui se déroule, et elle devient rapidement l’accusée et non la victime.

On est forcé de constater que l’on est dans une situation malheureusement trop banale où une jeune fille mineure est violée, elle portera plainte à l’inverse des 91% qui elles se taisent et comme dans 90 % des cas il n’y aura aucune condamnation.

C’est donc un cri de souffrance que cette pièce, où la victime a beau se débattre, se faire violence, rien n’avance, le coupable peut se redresser avec toute sa solide assurance, la loi est apparemment de son côté.

La compagnie la Baronnerie au travers de la mise en scène de Clémence Baron et Lucas Biscombe propose la mise en exergue d’un procès qui va changer de coupable au fil du récit.

La pièce de Clémence Baron est un cri indigné face à la justice, combien de temps encore faudra-t-il attendre pour que la justice rendue soit juste.

Dans un dispositif dépouillé, deux chaises, quelques projecteurs pour juste mettre en lumière les personnages au fur et à mesure de leurs dépositions lors des interrogatoires.

Les acteurs sont dans un total dénuement face à nous, tout près, sans artifice et ils tirent fort bien leur épingle du jeu.

Mais la partie n’est pas facile ; déjà au départ deux familles s’opposent, des gens simples, les parents de la victime, couple ouvrier qui a adopté des enfants malades mentaux, face à une famille bien installée, des gens d’un autre monde. Une jeune fille qui va devenir comédienne ne fait pas le poids face à un jeune étudiant. Tout les oppose et déjà on sent vers où la justice va pencher.

La mise en scène est claire, simple, mais percutante, les personnages sortent de la pénombre pour se raconter, témoigner ou interroger.

L’héroïne n’a aucune chance de s’en sortir, tout l’accuse, la société est ainsi faite et la justice ne devient à ce moment-là qu’injustice.

Par une écriture incisive, un jeu dépouillé la compagnie nous entraîne avec force dans un récit que l’on ne peut que prendre en compte et s’insurger alors.....

Jean Michel Gautier

 

Accusé.e

de Clémence Baron

Avec Brieuc Dumont, Romane Savoie, Colin Doucet, Alexis Hubert, Mathilde Toubeau et Clémence baron

Mise en scène Clémence Baron et Lucas Biscombe

 

 

Mis en ligne le 12 novembre 2020


Merci de cliquer sur J’aime

DERNIERS ARTICLES