THÉÂTRE (Archives)

Récent

2016

Ma famille

Ma famille

 

Et si l’on vendait ses enfants au marché pour gagner un peu d’argent ? Et si l’on mettait ses parents dans un « dépôt de vieux » en échange de quelques pesos ?

Voilà comment fonctionne la famille imaginée par l’auteur uruguayen Carlos Liscano. Les quatre comédiens qui l’interprètent parviennent à nous emmener dans un univers aussi cruel que touchant dans lequel se côtoient la banalité des rapports familiaux et l’absurdité la plus totale.

 

Funambule Montmartre
La Cruche

La Cruche

 

Henri de Vasselot mêle à la comédie acide quelques airs du début du XXème siècle qui nous permet de retrouver avec plaisir les très belles voix des interprètes.

Et d’apprécier le jeu exceptionnel des quatre comédiens, aussi à l’aise que dans le chant.

 

Le Lucernaire
Faust

Faust

 

L’ambiance globale renvoie au début du siècle dernier, entre deux guerres, avec un côté expressionniste rendu encore plus fort par des costumes hors du temps, sorte de toges sans âge sans modernité.

L’histoire de Faust est ici resserrée exclusivement autour de son amour pour Marguerite.

 

Le Ranelagh
La Princesse Angine

La Princesse Angine

 

Roland Topor, dessinateur, poète, décorateur mais aussi écrivain. Un artiste pluridisciplinaire mis à l’honneur durant une semaine dans le fief de son camarade de jeu, Jean-Michel Ribes. Tous deux ont collaboré sur plusieurs créations théâtrales ou télévisuelles – Batailles ou Palace pour les plus connues).

 

Théâtre du Rond-Point
Une maison de poupée

Une maison de poupée

 

Une Maison de Poupée, écrite il y a presque un siècle et demi, se déroule dans l’appartement d’une famille à peu près ordinaire de la petite bourgeoisie. Un jeune couple avec deux enfants. Le mari, Torvald, travaille dans une banque. La femme, Nora, s’occupe de la maison. Femme soumise, infantilisée, la pièce raconte les quelques jours qui la décident à rompre avec le rôle que la société lui réserve et de quitter tout ce joli monde pour vivre sa liberté.

 

Le Lucernaire
La Famille Semianyki

La Famille Semianyki

 

Les artistes, déjantés à souhait, se donnent à fond, tous six excellents, campant merveilleusement leurs personnages très caractéristiques et parfaitement définis du début à la fin de ce grandiose spectacle sans frontières, cosmopolite avec des musiques bien choisies et des chansons diverses et typées, en espagnol, allemand, français, pour souligner l’aspect international.

 

 

La Cigale
Le Crime était parfait... ou presque

Le Crime était parfait... ou presque

 

Jean-Paul Bathany, l’auteur, a participé à l’écriture des Guignols, Caméra Café et de H à la télévision et à nombre de scenarii de films comiques. C’est dire s’il connaît les ficelles du rire.

Il en fait une nouvelle fois la preuve avec cette pièce qui oppose selon un schéma classique de la comédie, deux personnalités différentes et où fleurissent les dialogues savoureux qui font mouche.

 

Théâtre La Boussole
La Fiancée orientale

La Fiancée orientale

 

Un Roméo et Juliette à la mode sépharade. Esther Vidal, la fiancée orientale, aime Charles mais le destin, les superstitions et le poids de sa famille sont autant d’obstacles à leur amour. Après une belle introduction sur les identités multiples d’Esther, alsacienne, juive, arabe, berbère, espagnole, on apprend que la jeune femme est persuadée d’être poursuivie par le mauvais œil...

 

Théâtre du Gymnase
Promenade de santé

Promenade de santé

 

La rencontre improbable d’un homme et d’une femme dans un hôpital psychiatrique. En patients apparemment conscients de leur condition et de leurs maux, ils s’affichent et se reconnaissent divers "dysfonctionnements" : pour lui, et entre autres, perversité narcisique, alcoolisme, bipolarité, pour elle, et pour le moins, nymphomanie, schizophrénie, maniaco-dépression…

 

Poïèsis  des Arts
Amphitryon

Amphitryon

 

On sait que le sujet fut emprunté par Molière chez Plaute. On murmura aussi, à l’époque, que Molière y raillait son souverain, Louis XIV, dans sa relation nouvelle avec Mme de Montespan. Il n’en demeure pas moins que cette pièce est un petit bijou. On le mesure à chaque présentation… et celle de Guy Pierre Couleau, ci-devant metteur en scène, est des plus savoureuses.

 

Théâtre 71 – Malakoff
The Valley Of Astonishment

The Valley Of Astonishment

 

Dans l’immense espace nu des Bouffes du Nord, un carré de moquette claire, trois chaises et une table en contreplaqué, et un perroquet où pendent des habits et des blouses blanches attendent les comédiens. Ils entrent avec un naturel étrange. On croirait qu’ils portent en eux une qualité particulière, une manière d’être, de voir, de ressentir.

 

Théâtre des Bouffes du Nord
Lucrèce Borgia

Lucrèce Borgia

 

Béatrice Dalle, Victor Hugo, l’immense plateau de la Grande Halle de la Villette…à priori y’a tout, en réalité y’a trop ! Trop de longueurs, trop de complaisance, trop d’effets répétitifs !

 

Grande Halle de la Villette
Une chambre en Inde

Une chambre en Inde

 

Un acte magique a lieu chaque jour au Théâtre du Soleil. Un acte révélateur des bouillonnements, des naufrages, des violences, des aberrations, des cris, des vies qui grouillent et retentissent sans cesse à la surface du globe. Un spectacle qui ne se veut pas total mais qui ne peut faire autrement qu’embrasser la totalité des tourments, des inquiétudes et des rires de notre chaos contemporain.

 

Théâtre du Soleil
Eigengrau

Eigengrau

 

Le titre, étrange, correspond à la lumière grise, seule vue par l’œil humain dans l’obscurité. La jeune auteure, Pénélope Skinner, se place d’entrée sous la houlette de Sarah Kane, dont une pièce « Blasted » est aussi le nom de la compagnie qui présente ce spectacle.

 

Théâtre de l’Odyssée – Levallois
Maupassant – Au bord du lit

Maupassant – Au bord du lit

 

Tiré de cinq nouvelles de Maupassant dont la dernière donne son nom au spectacle, ce spectacle nous plonge dans un monde bien oublié, un monde fait de galanterie, où hommes et femmes savaient prendre leur temps, le temps de se découvrir, de faire la cour, et aussi d’avoir des aventures.

 

Théâtre de l’Archipel
Martyr

Martyr

 

L’histoire est construite de manière chronologique. Elle commence par une anecdote futile. Un élève, Benjamin, sèche les cours de piscine. Sa mère en est informée. Elle doit écrire un mot d’excuse. Il lui demande d’inscrire comme raison à son absence : motifs religieux...

 

Théâtre de Belleville
Un roi sans réponse

Un roi sans réponse

 

Entrez vite dans l’univers du conte ! Grâce à l’histoire épique dénichée par Jean-Baptiste Puech dans les légendes du roi Arthur, mais aussi et surtout grâce au dispositif scénique et à la réalisation de ce spectacle aux moyens d’expressions multiples : langage parlé, langue des signes, vidéo, musiques et chants, ombres chinoises, marionnettes et théâtre d’objet.

 

International Visual Théâtre
Mendiants d’amour

Mendiants d’amour

 

Gérard Levoyer est un auteur prolifique, beaucoup joué à travers la France, mais c’est avant tout une très belle plume, un amoureux des mots, des phrases qui claquent, qui vous chatouillent le cœur et l’âme qui vous touchent là où ça fait du bien et parfois où ça fait mal. C’est un maestro de la phrase qui s’écoute comme une mélodie et qui se boit comme du champagne qui pétille.

 

Théo Théâtre
Mensonges

Mensonges

 

« Un mensonge en entraîne un autre » : la formule de Térence sert de devise à ce spectacle original à plusieurs titres. Résultat d’une commande passée en 2014 par Véronique Bellegarde, créé à Avignon cet été, Mensonges est en effet une suite de six courtes pièces écrites par six dramaturges tous européens mais de nationalités différentes.

 

Théâtre Jean Vilar – Vitry-sur-Seine
El Triángulo azul

El Triángulo azul

 

Si l’on a coutume de dire que la musique adoucit les mœurs, il me semble qu’ici le grotesque et la bouffonnerie renforcent le côté arbitraire, absurde et cruel du camp. Et les contrastes ne se donnent pas à voir uniquement pendant les intermèdes musicaux : le texte et les personnages les servent à tout moment.

 

Café de la Danse
Un Démocrate

Un Démocrate

 

Edward Bernays. Son nom ne vous dit probablement rien, alors qu’il est pourtant celui de l’une des personnes qui auront été le plus influentes du XXe siècle. Sans qu’on en ait encore pris la mesure.

 

Théâtre Antoine Vitez – Ivry
F(l)ammes

F(l)ammes

 

F(l)ammes est l’enfant de nombreux ateliers organisés depuis près de trois ans avec des femmes de plusieurs quartiers populaires, des quartiers dits « sensibles » de région parisienne. Des femmes nées de parents immigrés ou originaires des départements français d’outremer.

 

Maisons des Métallos
Les Amoureux de Shakespeare

Les Amoureux de Shakespeare

 

Quatre amoureux dans le vent des années 60 arrivent dans la clairière d’une forêt qui pourrait être celle d’Hyde Park puisque l’action se déroule à Londres et non en Grèce comme dans l’œuvre originale de Shakespeare. Le patte d’éléphant blanc, la veste à carreaux cintrée et les cheveux longs et blonds façon Brian Jones de Lysandre contant maladroitement fleurette à Hermia mini habillée dans l’esprit Courrège laisse présager une version déjantée et So British du Songe d’une nuit d’été.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Pour un oui ou pour un non

Pour un oui ou pour un non

 

C’est une pièce pratiquement sans histoire et sans personnages bien définis, ils n’ont pas de nom et pourraient être aussi bien deux hommes que deux femmes ou un homme et une femme. Autrement dit la négation même du théâtre. Et pourtant…

Pourtant nous assistons là à une représentation théâtrale des plus jouissives, un pur bonheur.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Espia a una mujer que se mata

Espia a una mujer que se mata

 

Étrange titre pour ce spectacle de Daniel Veronese, inspiré de « Oncle Vania ». Ce qu’a voulu l’auteur, c’est restituer Tchekhov «…en conservant le nerf de la pièce ». Autant dire que cette pièce dure une heure et demie, et que ça va vite...

 

Théâtre de l'Épée de Bois
Le Mariage forcé de George Dandin

Le Mariage forcé de George Dandin

 

La Compagnie du Homard Bleu s’en est emparé avec son enthousiasme habituel et son imagination débridée (J’avais adoré leur Bourgeois Gentilhomme).

Si a priori cela parait une bonne idée d’avoir associé « Le mariage forcé » et « George Dandin », j’émettrais cette fois plus de réserve quant au traitement infligé à l’œuvre de Molière.

 

Ciné XIII Théâtre
Les Caprices de Marianne

Les Caprices de Marianne

 

La rumba des amours velléitaires, les trahisons fortuites et tout le romantisme de la pièce prennent des allures de procession funéraire. Le rythme des scènes et des répliques, lent, intercalé de silences mécaniques et de pauses a la vertu de rendre gloire au texte de Musset. On l’écoute, on le goûte, on le savoure. Mais on perd en vivacité, en vitalité, en jubilation...

 

Théâtre La Tempête
Scènes de violences conjugales

Scènes de violences conjugales

 

La référence au film d’Ingmar Bergman est claire mais le propos est complètement différent. Changement d’époque, changement de lucidité, autre manière de montrer la réalité. Ici il est directement question des violences faites aux femmes à l’intérieur du couple.

Sur une scène construite en blocs géométriques, sans aucunes courbes, comme pour mieux faire ressortir les corps, deux couples vont se former, s’aimer et finir par se détruire de l’intérieur.

 

Théâtre la Tempête
Le Conte d’hiver

Le Conte d’hiver

 

En cette année 2016, 400 ème anniversaire de la mort de Shakespeare, la bien nommée compagnie « L’agence des voyages imaginaires » se devait d’honorer l’auteur de « Macbeth ». Elle a choisi de le faire avec une pièce dont le thème central est la jalousie : attention, il ne s’agit pas d’« Othello », mais d’une comédie joyeuse et féérique. Elle louche tout autant vers « Le songe d’une nuit d’été » que vers « La tempête ».

 

Théâtre 13 Côté Seine
Mémoire d’un théâtre sur le point de disparaître

Mémoire d’un théâtre sur le point de disparaître

 

Autour de la crainte, soulevée il y a quelques années, de la destruction du théâtre du Grand Parquet – mais ce pourrait être n’importe quel autre théâtre – l’auteur Miguel Angel Sevilla a tiré cette pièce qui fait se rencontrer divers personnages autour des vestiges d’un lieu de partage. Cette Mémoire d’un théâtre sur le point de disparaîtrejette ainsi un regard nostalgique sur la disparition d’une certaine idée du monde et d’une certaine réalité de la culture.

 

Théâtre Le Local
Espia a una mujer que se mata

Espia a una mujer que se mata

 

C’est une version d’Oncle Vania aux choix radicaux que nous présente Guy Delamotte avec ce texte librement adapté par Daniel Veronese. Celui-ci est dramaturge, acteur et directeur de théâtre argentin. Et l’on ressent dans son texte quelque chose comme l’esprit passionnel de l’Amérique latine en train d’envoûter l’âme russe des personnages Tchekhovien.

 

Théâtre de l'Épée de Bois
Félicie

Félicie

 

Curieuse idée d’avoir exhumé cette œuvre de Marivaux que lui-même n’a jamais fait jouer.

Car voilà une pièce qui mêle un esprit conte avec des fées propre à enchanter un jeune public  et une atmosphère théâtre narrant l’éducation d’une jeune fille face aux tentations de l’amour, thème plus destiné aux adultes mais autant dire des plus démodés.

 

Petit Théâtre du Gymnase
Je suis Don Quijote de la Mancha

Je suis Don Quijote de la Mancha

 

C’est une réalité mathématique qu’il n’est pas possible de jouer les mille cinq cents pages de ses aventures en un spectacle d’une heure trente… mais faire apparaître l’âme du personnage, sa quête, sa philosophie, sa folie et son enseignement, voilà ce à quoi parvient presque de façon magique ce spectacle.

 

Théâtre de l’Opprimé
Dernier remords avant l’oubli

Dernier remords avant l’oubli

 

Jean-Luc Lagarce est un de nos auteurs contemporains paradoxalement parmi les plus joués alors que son œuvre est terriblement difficile, traitant d’incommunicabilité avec une part importante donnée aux non-dits, aux silences, alors que le théâtre est l’art de la parole.

C’est dire l’importance du metteur en scène et des comédiens qui doivent se jouer de cette gageure avec maestria.

 

Le Brady
Un petit jeu sans conséquence

Un petit jeu sans conséquence

 

Qui ne s’est pas retrouvé un jour pris dans la nasse des « on-dits » et racontars, qui n’a pas du se justifier…ou prêcher le faux pour obtenir un peu de vrai ? Et puis dans cette histoire où l’amour est central, il est en même temps extrêmement  mystérieux : on ne sait ce qui lie Bruno et Claire. Leur différence ? Et pourtant, on y croit.

 

Mélo d’Amélie
A comme Anaïs

A comme Anaïs

 

Ah, les lettres d’amour ! De nos jours, on n’écrit plus guère. À lire celles que se sont adressés l’un à l’autre Anaïs Nin et Henry Miller, on ne peut que le déplorer, tant elles sont traversées par une passion d’une intensité terriblement excitante...

 

Manufacture des Abbesses
Monsieur Kaïros

Monsieur Kaïros

 

C’est l’histoire très pirandellienne d’un personnage de roman qui échappe à son auteur. La confrontation des deux va donner lieu à des scènes étonnantes parfois non dénuées d’humour qui permettront d’aborder divers sujets : l’absurdité de la guerre, le sens de l’existence, les engagements qu’on peut prendre.

 

Théâtre du Lucernaire
Le Criquet Russe

Le Criquet Russe

 

La recette d’une comédie qui a pour but de faire rire du début à la fin doit avoir tous les ingrédients nécessaires et cela dispatchés à la bonne dose pour que la pièce soit bonne à déguster ce qui bien sûr n’est pas forcément simple ni évident.

 

Théâtre des feux de la Rampe
Eurêka

Eurêka

 

C’est l’histoire de deux ratés magnifiques, poussés (presque) malgré eux à l’escroquerie, un écrivain sans succès et un savant qui consacre sa vie, son énergie et son argent à la construction d’un réacteur dont on ne saura jamais quels bienfaits il pourra apporter à l’humanité...

 

Théâtre des Variétés
Le Chien

Le Chien

 

Ici, l’histoire d’un homme et de son ou plutôt ses chiens lui sert d’argument pour nous parler « de la communication entre les êtres, de l'amour, de la haine, de la vengeance et du pardon : une surprenante et bouleversante leçon d'humanité ».

 

Théâtre Rive Gauche
Overdose 90’

Overdose 90’

 

Amélie, Zoé et Louis sont frères et sœurs et partagent le même appartement. La première étudie pour son concours de médecine. La seconde se prépare à un entretien d’embauche. Le troisième deale et regarde la télévision. Quand leur mère s’est retrouvée dans le coma, ils ont été livrés à eux-mêmes. C’est dans cet univers que le spectateur plonge ; on se sent même parfois comme coincé, dans un huis-clos violent et oppressant.

 

Théâtre de Belleville
Comme un lundi

Comme un lundi

 

Comme un lundi raconte un moment clef de l’existence d’un jeune cadre sup, loup moderne de la jungle libérale issu d’HEC sur le point de se marier, d’acheter son pavillon dans une banlieue bourgeoise parisienne et d’envisager d’y semer une famille. Quelque chose cloche pourtant dans ce tableau presque cliché : celle qu’il a choisie pour fiancée n’est pas du tout de son milieu. Elle est plutôt du peuple...

 

Passage vers les Étoiles
La Grande Nuit du Kûtiyattam

La Grande Nuit du Kûtiyattam

 

Un joli pied de nez à l’occident que cette invitation au voyage et au rêve proposée par le Théâtre du Soleil en cette nuit de Toussaint lors de laquelle l’ouest américain va disperser ses fantasmes latex et autres morts-vivants dans les rues et les parcs d’attractions. La même nuit renaîtra à la Cartoucherie de Vincennes un théâtre sacré aux racines lumineuses puisant sa sève dans plus de deux mille ans d’histoire.

 

Théâtre du Soleil
Erzuli Dahomey, déesse de l’amour

Erzuli Dahomey, déesse de l’amour

 

Récompensée par le prix Théâtre 13 des jeunes metteurs en scène, cette pièce de l’auteur haïtien Jean-René Lemoine, a déjà été montée au Vieux Colombier en 2014.

Elle conte l’histoire d’une famille BCBG où la mère, Victoire Maison, veuve, ex-actrice et quinquagénaire, pleure son fils, disparu au Mexique.

 

Théâtre 13 – Côté Seine
Le pяojet Poutiиe

Le Pяojet Poutiиe

 

Bien sûr, les belles âmes qui aiment à dénoncer Poutine et sa conception autoritaire de l’exercice du pouvoir (moins fondée sur le respect des valeurs démocratiques, c’est un euphémisme, que sur la taille des яички) en auront pour leur argent. Qui, en effet, aurait vraiment envie de prendre son parti pour le défendre ?

 

Théâtre La Bruyère
Avant de s’envoler

Avant de s’envoler

 

André et Madeleine ont tout deux un âge… avancé. Ils vivent dans une petite maison à l’écart de tout. Leurs deux filles viennent parfois les voir. Thématique claire, décor soigné,  on part sur du solide...

 

Théâtre de l’Œuvre
Le Roman de Monsieur Molière

Le Roman de Monsieur Molière

 

La vie de Molière est un vrai roman, et c’est Mikhaïl Boulgakov qui l’a écrit. Quelle vie, et quel roman ! Bougalkov raconte avec passion les aventures de Jean-Baptiste Poquelin devenu l’incarnation – à moins que ce ne soit lui qui l’ait inventé – d’un certain esprit français fait de polissonnerie, d’irrévérence… et de génie.

 

Théâtre du Lucernaire
Acting

Acting

 

Dans le noir, des bruits que le cinéma nous a habitués à identifier, portes qu’on ferme, coups métalliques qui résonnent, brouhaha : nous sommes dans une prison.

Le rideau s’ouvre effectivement sur une cellule avec trois lits superposés et un coin sanitaire/cuisine sommaire.

Deux hommes dans les lits supérieurs : l’un qui ne parle pas, l’autre qui parle beaucoup, dissertant sur qui pourrait être celui qui va occuper la couchette du bas. Ce dernier arrive et on voit immédiatement qu’il est différent...

 

Théâtre des Bouffes Parisiens
Présents parallèles

Présents parallèles

 

Ces « Présents parallèles » est ce qu’on appelle une uchronie, technique qui met en parallèle plusieurs possibles.

En l’occurrence, ici nous assistons à une pièce de théâtre qui raconte une pièce de théâtre qui raconte une pièce de théâtre, navigant entre plusieurs époques, 1943, un 2016 imaginaire où les nazis ont le pouvoir et un 2016 réel.

 

Théâtre de la Reine blanche
La Fabrique à kifs

La Fabrique à kifs

 

Enseigner le bonheur ? C’est possible ? C’est en tout cas ce que proposent Audrey Akoun, Isabelle Pailleau et Florence Servan-Schreiber, toutes trois expertes en « psychologie positive ». Les trois spécialistes ès kifs semblent appliquer leurs recommandations à la lettre à en juger par leur énergie. Dynamiques, souriantes, drôles, joyeuses et surtout très complices, elles offrent un spectacle varié et didactique.

 

Théâtre de l’Œuvre
L’Éveil du chameau

L’Éveil du chameau

 

L’histoire est connue par un film avec Patrick Bruel et Isabelle Carré, sous le titre Ange et Gabrielle.

Une histoire il faut bien le dire, pas des plus originales, au déroulement des plus prévisibles, et qui ne tient la route que par la qualité de l’écriture et des interprètes.

 

Théâtre de l’Atelier
La Louve

La Louve

 

Daniel Colas nous fait revivre François 1er et nous avons l’impression d’un livre d’Histoire qui serait brusquement animé tant les costumes somptueux recréent parfaitement cette époque charnière entre Moyen Age et Renaissance.

 

Théâtre La Bruyère
Columbo, Meurtre sous prescription

Columbo, Meurtre sous prescription

 

Meurtre sous prescription est l’adaptation française d’une pièce américaine écrite par William Link et Richard Levinson qui créèrent le personnage de Colombo et qui fut un triomphe à Broadway en 1962. Chacun se rappelle le génial Peter Falk qui fit du lieutenant une image incontournable de cet enquêteur étourdi, brouillon durant la soixantaine d’épisodes de cette série culte.

 

Théâtre Michel
Petits crimes conjugaux

Petits crimes conjugaux

 

C’est sur une trame des plus simples qu’Éric Emmanuel Schmitt tisse une réflexion sur le couple, l’amour, la durabilité des sentiments et leur érosion due au temps. Gilles et Lisa vivent ensemble depuis quinze ans : tiédissement des désirs, non-dits et méfiances ont fini par envahir leur vie commune.

La pièce se déroule intégralement dans leur appartement, un tête-à-tête d’une soirée capitale.

 

Théâtre Rive Gauche
À droite à gauche

À droite à gauche

 

À la lecture de l’argument, (comment peut-on être un acteur riche, célèbre et être de gauche ? Comment peut-on être ouvrier chauffagiste et voter à droite ?) on sait à quoi s’attendre.

Difficile quand on s’attaque à un thème politique d’éviter les poncifs, c’est un peu d’ailleurs ce que j’avais reproché à Politiquement correct vu récemment.

 

Théâtre des Variétés
L’Amour dans tous ses états

L’Amour dans tous ses états

 

« Être en couple, c’est régler à deux des problèmes qu’on aurait pas eus tout seul », disait le clairvoyant Coluche. Ces propos sont repris par le psychanalyste connu pour plusieurs best-sellers, Guy Corneau. Ce dernier a co-écrit avec Danielle Proulx, Camille Bardery un spectacle qui observe et analyse le couple formé par Céline et André.

 

Théâtre de la Gaîté
Conversations avec ma mère

Conversations avec ma mère

 

La peinture que donne l’auteur des rapports d’une mère de 82 ans et de son fils cinquantenaire sonne juste : face à sa mère qui vieillit mais qui garde une forme extraordinaire, le fils se retrouve soudain face à son destin avec l’épouse qui ne partage plus rien avec lui et les enfants qui l’ignorent.

 

Théâtre de la Pépinière
Le personnage désincarné

Le personnage désincarné

 

Un personnage de théâtre qui « quitte son personnage » en pleine représentation et se révolte contre son auteur, ce n’est pas banal ! Un auteur qui l’amadoue puis lui ordonne de « rentrer à nouveau dans la peau de son personnage » pour accomplir le destin mortel qu’il a imaginé pour lui, c’est encore moins banal.  A partir de ce postulat original qui s’apparente à une réflexion sur l’art du théâtre, l’auteur Arnaud Denis a écrit un texte brillant à caractère universel.

 

Théâtre de la Huchette
Adn

ADN

 

C’est un texte à la fois âpre et frémissant de vie que l’auteur contemporain anglais Dennis Kelly a écrit sur l’adolescence. Pas de préambule, pas de mise en situation, la pièce plonge directement au cœur du drame qui va bouleverser les vies d’une dizaine de jeunes lycéens.

 

Théâtre de l’Opprimé
Le Portrait de Dorian Gray

Le Portrait de Dorian Gray

 

Le texte très misogyne d’Oscar Wilde est constamment mis en valeur avec des réparties parfois cyniques parfois teintées d’un humour ironique.

 

Studio des Champs-Élysées
L’École des femmes

L’École des femmes

 

Dans son interprétation de cette pièce de Molière tant de fois jouée depuis sa création en 1662, Philippe Adrien a pris le parti de nous faire rire, exploitant les éléments burlesques qu’elle contient – le thème de l’infidélité féminine et du cocuage, les sous-entendus grivois – en la tirant vers la farce.

 

Théâtre la Tempête
Oui

Oui

 

Après « De vrais gamins » pièce jouée au théâtre du Splendid, Pascal Rocher nous offre sa nouvelle comédie en abordant un thème qui parle à tout le monde de près ou de loin. Celui du mariage et de ses préparatifs. Et le résultat est une vraie réussite.

 

Théâtre Edgar
Peau de vache

Peau de vache

 

Dernière pièce de Barillet et Grédy est du boulevard sans intrigue entièrement basée sur la psychologie des personnages et non sur le quiproquo et les rebondissements de situation.

Autant dire que tout repose sur les comédiens et le metteur en scène.

 

Théâtre Antoine
Duras, de tout… de rien… de rien du tout

Duras, de tout… de rien… de rien du tout

 

C’est un spectacle qu’on aurait aimé aimer, parce qu’il est censé présenter un florilège de textes de Duras dans une salle à la programmation riche et ambitieuse d’un coin de Paris qui n’en compte pas beaucoup. Saisirait-on la beauté et la finesse de l’écriture durassienne ?

 

Théâtre de la Reine Blanche
L’amour est sur le net

L’amour est sur le net

 

Cachées derrière leur nom de guerre Maryline alias Colette et Jenny alias Geneviève se sont lancés dans la grande aventure de trouver sur internet l’âme sœur. Pour cela elles se sont inscrites sur « Picardy Love » un site qui regroupe les célibataires de la région picarde. Bien entendu les prétendants sont assez loin du prince charmant qu’elles espéraient...

 

Théâtre Daunou
Opéra Pagaï Cinérama

Opéra Pagaï Cinérama

 

Ce n’est pas vraiment du théâtre, pas non plus du cinéma, pas seulement une expérience. C’est un moment unique, un OTNI (objet théâtral non identifié) éminemment original et jubilatoire.

Imaginez. Vous êtes en terrasse, sur une place. Les gens passent autour de vous. Quelle est leur vie ? qui sont-ils ? Ces héros ordinaires d’une vie ordinaire cachent peut-être plus que ce que l’on pense...

 

Le 104
Moi, moi et François B.

Moi, moi et François B.

 

Voilà une pièce déroutante, au sujet inhabituel, qui nous emmène aux confins de l’absurde, où un rebondissement peut en cacher un autre et qui n’est pas sans faire penser à Six personnages en quête d’auteur de Pirandello.

À ce jeu de qui est qui, l’auteur montre une maîtrise parfaite et noue habilement la trame de son récit.

 

Théâtre Montparnasse
L’Adieu à la scène

L’Adieu à la scène

 

En 1677, après avoir écrit dix chefs-d’œuvre qui vont traverser les siècles, Racine cesse d’écrire pour le théâtre à la demande de Louis XIV qui le choisit comme historiographe ! Sidéré par cette information qu’il découvre fortuitement lors de l’écriture de sa précédente pièce, l’auteur Jacques Forgeas a imaginé un face à face avec son cousin et ami La Fontaine  qui cherche à comprendre les motivations de cette décision inouïe.

 

Théâtre du Ranelagh
Le Silence de Molière

Le Silence de Molière

 

Fasciné par ce destin énigmatique, l’écrivain italien Giovanni Macchia a voulu, dans Le Silence de Molière, « tracer un portrait de Madeleine à travers la fiction d’une conversation avec un interviewer imaginaire. »

 

Théâtre de la Tempête
La dame blanche

La dame blanche

 

On croyait le genre réservé au cinéma, Azzopardi et Danino ne reculant devant rien, les voilà qui se mettent en tête de nous prouver le contraire !

Et voilà sur scène des fantômes qui s’envolent sur nos têtes, des ours qui clignotent sans piles, des tiroirs qui s’ouvrent tout seuls et toute une cohorte de démons qui entourent le public pour son plus grand plaisir !

 

Théâtre de la Renaissance
Le Maniement des larmes

Le Maniement des larmes

 

Du théâtre politique, c'est-à-dire celui qui parle vraiment d’un pays, d’un pouvoir, du fonctionnement de l’appareil d’État… en France, en l’occurrence, ce n’est pas si fréquent. Nicolas Lambert le réussit : cette pièce est la troisième d’une trilogie. Après avoir traité de pétrole avec « Elf, la pompe Afrique » puis du nucléaire dans « Avenir radieux, une fission nucléaire » il s’attaque cette fois à l’armement.

 

Théâtre de Belleville
Les Femmes savantes

Les Femmes savantes

 

Cette pièce qui réunit à nouveau sur les planches Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri plus de vingt ans après leur dernière apparition sur scène dans Un air de famille, constitue un des événements de la rentrée théâtrale.

 

Théâtre de la Porte Saint-Martin
Batman contre Robespierre

Batman contre Robespierre

 

Les comédiens sont au taquet, tels des sportifs professionnels, se passent le relais et jouent collectif, à parler vite, très vite, et c’est très très bien… car ils sont les gens qui grouillent, le temps qui passe, les préjugés, les partis-pris, il sont la fuite en avant d’un désarroi sociétal inéluctable, inévitable, effarant, effrayant.

 

Théâtre des Déchargeurs
Monkey Money

Monkey Money

 

Deux familles aux opposés extrêmes.

L’une fait partie des dix familles les plus riches du pays : le grand patron patriarche – vieillard tout puissant, un sourire bonasse qui cache un visage de calcul – sa fille, qui se prénomme K, rendue exsangue par cet univers patriarcal qui ne respecte que les mâles, et le futur gendre – jeune loup aux dents acérées ivre de réussite et prêt à  tout pour faire partie des puissants.

 

Théâtre de l’Atelier
Le Chat

Le Chat

 

Le nœud de l’histoire est la mort du chat. Son animal à lui. Et c’est elle qui l’a tué. Il en est sûr. Pour lui pourrir la vie. Alors il se venge en tuant le perroquet qu’elle adore. Et l’enfer s’installe.

 

Théâtre de l’Atelier
Les Fourberies de Scapin

Les Fourberies de Scapin

 

C’est Rémi de Monvel qui assure la mise en scène. Il situe l’action en Italie dans les années 50, après tout Molière ne s’est-il pas inspiré de la Commedia dell’arte?

 Argante et Géronte ont des airs de mafioso, on entend d’ailleurs en introduction la musique du Parrain. Pas de décor mais une utilisation astucieuse de la structure du lieu, avec ses portes et ses escaliers.

 

Théâtre du Nord-ouest
Quand le diable s’en mêle

Quand le diable s’en mêle

 

L’idée titre qu’à eue Didier Besace est de lier trois pièces de conflits conjugaux de Feydeau en infiltrant, dans chacune des pièces, le diable. Comme sortant des enfers par une porte dérobée, celui-ci ouvre le spectacle dans la fumée et les râles.

 

Théâtre de la Tempête
Politiquement correct

Politiquement correct

 

Salomé Lelouch écrit et met en scène une comédie d’actualité.

Elle la situe en 2017, entre les deux tours des élections présidentielles, et rythme l’histoire de flash infos réalistes.

Télescopant univers politique et sentimental, elle nous fait suivre deux personnages qui vont tomber amoureux alors que leurs orientations politiques sont complètement à l’opposé, elle bobo de gauche, lui militant Front National.

 

Théâtre de la Pépinière
Don Quichotte

Don Quichotte

 

Curieux spectacle en vérité, déroutant, fascinant dans ses trouvailles et sa technique au cordeau, agaçant parfois quand la mise en abyme paraît tourner un peu en rond, mais qui parvient simultanément et ce n’est pas son plus mince exploit, à respecter et trahir l’œuvre originale.

 

Théâtre 13 – Côté Seine
Une heure avant la mort de mon frère

Une heure avant la mort de mon frère

 

Une scène plongée dans l’obscurité.

On devine les silhouettes d’un homme et d’une femme, côte à côte, face aux spectateurs.

L’homme se met à parler. Il évoque les yeux de sa sœur, l’odeur d’un jardin, la rue de leur enfance. Puis on entend la voix de la femme qui discute au téléphone avec un interlocuteur. Elle explique qu’elle ramènera le cercueil à la maison après l’exécution.

C’est long, c’est pesant.

 

Théâtre Clavel
La Version Browning

La Version Browning

 

La Version Browning, écrit d’une plume subtile et cruelle, nous dresse le portrait d’un homme ordinaire (un professeur) qui nous devient peu à peu extraordinaire. Le portrait d’un homme rigide dont les élèves se moquent, le nommant Croquignol ou Le Himmler de la seconde et dont la carapace va soudainement se fendre, le laissant devenir enfin humain.

 

Poche Montparnasse
Sexeden

Sexeden

 

Méfiez-vous des apparences. Méfiez-vous de votre propre apparence. Dans SexEden, le personnage de l’homme, qui était auparavant une femme, est joué par une femme grimée en homme, tandis que le personnage de la femme, qui fut autrefois un homme, est joué par un homme costumé en femme.

 

Essaïon
Peste soit des avares !

Peste soit des avares !

 

Sur la scène magique des « Arènes de Montmartre », voici que reviennent les « Tréteaux nomades ». On connaît leur travail, revisiter des thèmes anciens ou des classiques reconnus : y mettre leur patte et surtout leur style, fait de « commedia del arte », de théâtre de foire et de cirque.  Leur traitement du thème de l’avare est brillant et fort bien maîtrisé.

 

Arènes de Montmartre
Pour en finir avec Hugh Grant

La Reine de beauté de Leenane

 

L’écriture de Martin Macdonagh dialogue avec les mots du quotidien, du peuple et de la terre. On y mange des syllabes entières, on y sous-entend des dizaines de piques, de failles, d’allusions plus ou moins suspectes, on n’hésite pas à y parler cru, vert et acide.

 

Lucernaire
Pour en finir avec Hugh Grant

Pour en finir avec Hugh Grant

 

C’est une jolie bluette des temps modernes que nous conte là Emmanuelle Michelet. Une fable qui mettra du baume au cœur des quinquagénaires voire plus, mais qui laissera peut-être dubitatifs les plus jeunes tant le personnage de la jeune colocataire est caricatural et les situations improbables.

Mais les comédiens sont convaincants et la mise en scène tout en légèreté n’empêche pas quelques jolies trouvailles.

 

Théâtre des Mathurins
Mariage & châtiment

Mariage & châtiment

 

Pendant une heure et demie on se laisse emporter dans cet univers où le mensonge est roi. De fausses vérités en inventions farfelues totalement irréalistes, les personnages patinent en essayant vainement de se rattraper, s’enfonçant de plus en plus dans des situations totalement fantaisistes...

 

Théâtre Hébertot
Anquetil tout seul

Anquetil tout seul

 

Un spectacle qui évoquera bien des souvenirs aux personnes de ma génération, souvenirs d’une époque en noir et blanc, où un champion pouvait ouvertement avouer se doper.

 

Studio Hébertot
Mademoiselle Frankenstein

Mademoiselle Frankenstein

 

Si on sait tous qui est Frankenstein, c’est surtout grâce aux adaptations cinématographiques ou théâtrales. Peu connaissent en revanche le roman lui-même et encore moins son auteur Mary Shelley qui l’écrivit à seulement 19 ans.

La pièce conçue par Thierry Debroux se penche sur la personnalité de l’écrivain et pose le problème de la création : celle du monstre par le docteur Frankenstein et comme en miroir celle d’un ouvrage par un romancier...

 

À La Folie Théâtre
À tort et à raison

À tort et à raison

 

« L’art peut-il serrer la main à la barbarie » ? Véritable sujet philosophique, la pièce de Ronald Harwood ne s’embarrasse pas de fioritures et offre une remarquable réflexion à travers l’instruction de dénazification du chef d’orchestre Furtwängler après la guerre. Mené par un commandant américain aux arguments concrets et implacables, totalement imperméable à la sensibilité musicale de ses deux jeunes collaborateurs admirateurs du « Maître », le duel  est sans merci.

 

Théâtre Hébertot
Le Dernier Baiser de Mozart

Le Dernier Baiser de Mozart

 

Car c’est un vrai bonheur que de voir réunis un texte superbement écrit, dialogues ciselés, langage recherché sans être prétentieux, très documenté sans être ennuyeux, une mise en scène élégante et des interprètes habités par leurs rôles.

 

Petit Montparnasse
La Cantatrice chauve

La Cantatrice chauve

 

Rentrer en communion avec la Cantatrice Chauve c’est rentrer de plein pied dans l’univers de l’absurde si cher à Ionesco.

 

Lucernaire
Pacamambo

Pacamambo

 

Émouvant spectacle et touchante histoire que cette pièce en forme de conte qui aborde la question de la mort à hauteur d’une petite fille confrontée au décès de sa grand-mère adorée, Marie-Marie.

 

Essaïon
Faites l’amour pas des gosses

Faites l’amour pas des gosses

 

Répliques percutantes et situations inénarrables sont portées avec maestria par un duo de comédiens des plus dynamiques et qui ne ménagent pas leur peine.

 

Comédie Bastille
Jacques et Mylène

Jacques et Mylène

 

La Compagnie de théâtre de rue « 26000 couverts » s’est repliée pour cette fois dans une salle, celle des « Métallos ». Elle y joue un texte de Gabor Rassov, qui date de 1999. Mais le texte ne fait pas son âge, d’autant qu’il se place, d’emblée, dans le sillage prometteur de Feydeau et de tous ces auteurs qui firent les beaux soirs des amateurs de vaudevilles.

 

Maison des Métallos
Un macchabée dans la baignoire

Un macchabée dans la baignoire

 

Lorsqu’Alice, son ex, surnommée « Alice au pays des emmerdes », débarque avec un cadavre dans les bras alors qu’il s’apprête à recevoir sa nouvelle conquête, Maxime comprend que ses ennuis ne font que commencer.

La situation est d’autant plus embarrassante que la petite amie attendue est une jeune policière, inspectrice de surcroît.

 

Théâtre Le Proscenium
Don Quichotte ou presque…

Don Quichotte ou presque…

 

Ambiance mille et une nuits, un conteur à Fez se fait interpeller par Cervantès. Puis Alonso Quichano, alias Don Quichotte, arrive, et comme il veut à tout prix devenir un super chevalier, il part s’inventer des épreuves et des aventures, voire un amour hypothétique, malgré les protestations de sa nièce, fort contrariée.

 

Théâtre La Boussole
Bigre

Bigre

 

Imaginez trois chambres de bonne sous les toits, alignées le long d’un triste couloir qui débouche sur les toilettes communes.

Trois univers dont le décor très travaillé suffit à cerner ses occupants, des anti-héros aussi touchants que drôles dans leurs maladresses : le maniaque dans son univers immaculé très high tech, l’écolo hirsute et bordélique dans son capharnaüm qui déborde jusque sur le palier et la jolie voisine, fleur bleue entre ses murs roses.

 

Théâtre Tristan Bernard
Mariages à la Tchekhov !

Mariages à la Tchekhov !

 

L’ambiance province russe fin XIXème est créée avec des costumes et un décor naturel et simple, plus un judicieux choix de chansons russes qui résonnent en sourdine. La trilogie de ces "mariages" parodiques et satiriques est délicieuse. Certes, ici les femmes sont capricieuses, les hommes rustres, et le frottement de leurs caractères slaves provoque des étincelles, et surtout des éclats de rires.

 

Jardin Shakespeare
Dames de fumée / Daunas de hum

Dames de fumée / Daunas de hum

 

Théâtre en Caves est un jeu de piste ludique qui emmène d’abord les spectateurs à un rendez-vous mystérieux dans une rue de Paris pour ensuite les mener jusqu’à une immersion sous terre où se joue, en décor naturel, la pièce. Durant un weekend prolongé, quatre spectacles doublés de quatre parcours sont ainsi proposés simultanément...

 

Festival Théâtre en cave
L’Atalante
Temps mort

Temps mort

 

Qu’arrive-t-il après la mort ?

C’est ce qu’imagine Alice de La Baume qui nous représente cet au-delà sous forme administrative, aussi tatillonne et absurde que dans la vie !

 

Les Enfants terribles
Théâtre des Lucioles – Avignon Off
Mascarades

Mascarades

 

Décor sobre, un intérieur bourgeois… dont on comprend vite que Suzanne, la femme qui l’habite y survit plutôt qu’elle n’y vit. Solitude, tristesse, couture et alcool… rituels dérisoires qui ne sont interrompus que par des visites de la jeune voisine. Gentille, la voisine Lucie. Elle n’entre pas dans le jeu de Suzanne, mais essaie de l’encourager, de la distraire, voire de la faire renouer avec sa fille...

 

Auguste Théâtre
À vos souhaits !

À vos souhaits !

 

Le thème est original et sort du triangle classique, mari, femme, amant.

Non ici c’est la mort qui mène la danse, la mort qui va permettre aux sentiments des proches de se dévoiler.

C’est grinçant, cynique, et après un début un peu mou où on découvre sans réelle surprise une veuve et un gendre ne pensant qu’à l’héritage, les rebondissements s’enchaînent et le comique prend réellement le dessus.

 

Théâtre du Gymnase
Addition

Addition

 

Trois amis se retrouvent dans la maison de campagne de l’un d’eux le temps d’un week-end, occasion de passer du bon temps entre copains. Mais rien ne va se passer comme prévu.

Clément Michel qui s’y entend pour écrire des pièces à succès (Le carton, Une semaine pas plus et Début de fin de soirée) commet une nouvelle œuvre qui devrait suivre cet été le même chemin que les précédentes.

 

Théâtre de la Gaîté
Succès Reprise

Succès Reprise

 

Huilé et rythmé comme une horloge, ce millefeuille amoureux est un délice. Non seulement on rit beaucoup mais on s’émeut souvent tant le naturel et la sincérité des trois protagonistes est palpable.

 

Essaïon – Avignon
Peggy Pickit voit la face de dieu

Peggy Pickit voit la face de dieu

 

Deux couples se retrouvent. L’un médecin humanitaire, revient d’Afrique après six ans d’absence, l’autre vit dans son petit confort, maison, voiture, enfant.

Après les effusions des retrouvailles, très vite le malaise s’installe, incompréhensions et rancœurs vont vite mener le bal dans ces deux mondes aux choix différents.

 

Manufacture des Abbesses
Les Femmes savantes

Les Femmes savantes

 

Au pied de la basilique du Sacré-Cœur, cinq gars et cinq filles, joliment maquillés, de costumes colorés d’époque vêtus, nous invitent à les suivre, en chantant. Ils nous entrainent joyeusement dans le petit jardin des Arènes de Montmartre, endroit pittoresque et très charmant, idéal pour profiter, en plein air, d’une soirée lumineuse. S’érige une scène éphémère, faite d’une grande bibliothèque remplie de livres factices, servant parfois de tabourets, il y a même un clavier sur un cadre de piano.

 

Arènes de Montmartre
Les Palmiers sauvages

Les Palmiers sauvages

 

Quand Harry rencontre Charlotte… c’est l’électrochoc, un coup de foudre réciproque. Il quitte son poste d’interne à l’hôpital de la Nouvelle Orléans, elle abandonne mari et enfants. Ils partent à Chicago, puis ailleurs, l’endroit leur importe peu. Ils décident de vivre leur amour surdimensionné dans l’itinérance et le dépouillement le plus total. Un huis clos hors du temps dans un va-et-vient incessant. Ils se suffisent à eux-mêmes...

 

Ateliers Berthier
Nuit d’ivresse

Nuit d’ivresse

 

Le texte de Josiane Balasko n’a pas pris une ride et sa plume toujours drôle mais parfois acerbe fait mouche à chaque fois sur le public qui dès la deuxième réplique se laisse embarquer dans leur folle comédie. Les moments forts de cette folie alcoolisée restent le numéro de majorette exécuté par Simone et le réveil de Jacques après sa nuit d’ivresse où il ne se souvient strictement plus de rien.

 

Théâtre Michel
Pour 100 briques t’as plus rien

Pour 100 briques t’as plus rien

 

On rit énormément des aventures de ces deux pieds nickelés, d’une maladresse hilarante dans leur réalisation d’un braquage peu ordinaire.

Car c’est une succession de situations plus loufoques les unes que les autres avec une succession de personnages improbables qui servent à merveille des dialogues savoureux.

 

Théâtre Fontaine
Traviat's Company

Traviata's Company

 

Sans doute a-t-il fallu une recette d’artistes-sorciers pour mettre sur pied un projet d’une telle ambition et une folie peu commune pour arriver à un résultat d’une telle force, d’une telle beauté, d’une telle drôlerie, d’une telle émotion… Et cette liste n’est qu’une partie des qualificatifs que Traviata’s Company porte et provoque.

 

Théâtre des Variétés
L’Affaire Ada Cross

Aux suivants

 

« Aux suivants » est un bilan présenté sous forme de conte. Un Il était une fois qui raconte notre époque actuelle avec ses naufrages économiques et écologiques et ses soubresauts de révoltes épisodiques et/ou prévisibles. Bref, l’idée est de faire une sorte de conte épique de notre société, décrite du point de vue de la jeunesse.

 

Théâtre Paris Villette
L’Affaire Ada Cross

L’Affaire Ada Cross

 

Digne d'un roman/film noir, cette pièce à rebondissements a pour cadre les années 50 et un vieux moulin d’un petit village du sud de la France où n'habitent que des femmes : l’acariâtre et sévère matriarche Ada et ses deux filles adultes, l’une veuve réservée, l’autre célibataire exubérante, donc très différentes l'une de l'autre, qui ne s'entendent pas et le font voir, en prenant à partie la docile et conciliante vieille domestique.

 

Théâtre de l’Orme
Déjà la fin ?

Déjà la fin ?

 

L’Usine Hollander est l’endroit idéal pour créer ce lieu de passage où vont se croiser acteurs, actrices, directeur du théâtre, régisseur, auteur, assistant, investisseur sans scrupule et autres metteurs en scène plus ou moins délirants. Un lieu modulable qui nous entraînera en deuxième partie jusqu’à Berlin dans les années 30...

 

Usine Hollander – Choisy le Roi
Kennedy

Kennedy

 

La pièce de Thierry Debroux est formidablement intelligente en ne prétendant aucunement être un documentaire ou une énième reconstitution historique.
Non, ici elle donne une vraie dimension théâtrale à l’Histoire dans sa façon de nous raconter des faits avérés en introduisant un personnage fictif mystérieux et en ne cherchant absolument pas une quelconque ressemblance physique avec John et Robert Kennedy, les faisant devenir ainsi de vrais personnages.

 

Théâtre Montansier – Versailles
Stavanger

Stavanger

 

Dans un décor soigné, tout en noir et chromes… deux personnages entrent en scène : une avocate brillante et un jeune homme, verrier, qu’elle vient de sauver de la mort, allongé qu’il était sur des rails. Il est tard. Elle lui pose des questions, l’écoute. La suite est un ping-pong parfois brillant entre ces deux personnages...

 

Studio Hébertot
La Mouette

La Mouette

 

C’est surtout grâce aux comédiens qui la portent que cette Mouette de Tchékhov/Ostermeier est remarquable. Quel naturel ! Quelle clarté ! Libérés par une traduction nouvelle et assez libre signée Olivier Cadiot, autorisés à faire des inserts au texte de Tchékhov, ils montrent tous beaucoup de justesse dans leur jeu.

 

Théâtre de l’Odéon
Promenade de santé

Promenade de santé

 

Cette pièce qui se passe sur le banc d’un parc psychiatrique, est Interprétée par deux remarquables comédiens. Thérésa  Kelka   à la fois touchante, émouvante,  nous entrainant dans son délire où son besoin d’être aimée est très fort. Et Paul WROBEL  qui répond à cette jeune femme d’une manière plus censée...

 

Poïèsis  des Arts
Comme il vous plaira

Comme il vous plaira

 

C’est une riche idée que de proposer cette pièce aux élèves de promotion des cours Acquaviva (Ateliers de Sudden). Chacun a trouvé sa place dans cette riche distribution – treize comédiens, tout de même – qui fait oublier des décors peu inspirés sous forme de rideaux peints dans lesquels on semble plus s’empêtrer qu’autre chose.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Le Système Ribadier

Le Système Ribadier

 

Mari, femme, amants et maîtresse, c’est le thème familier de Feydeau qui parvient à chaque fois à nous raconter une histoire, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre.

 

La Pépinière Théâtre
L’acte inconnu

L’acte inconnu

 

Quand Novarina fait l’expérience d’une collaboration avec une compagnie de Port-au-Prince, le tout dans le cadre de la Maison des Métallos, dans la rue Jean-Pierre Timbaud, à quoi pouvait-on s’attendre ? À une belle rencontre. Entre la langue truculente du dramaturge et le jeu de comédiens qui ont un sens du spectacle qu’on n’a pas l’habitude de voir sous nos cieux, l’alchimie fonctionne remarquablement bien.

 

Maison des Métallos
L’Irrésistible Ascension de Monsieur Toudoux

L’Irrésistible Ascension de Monsieur Toudoux

 

En adaptant trois pièces courtes de Georges Feydeau – Léonie est en avance, On purge bébé et Mais n’te promène donc pas toute nue – Dimitri Klockenbring, a cousu une pièce en trois actes qui raconte l’évolution familiale et sociale d’un couple bourgeois sur une dizaine d’années. C’est le couple Toudoux, du nom du mari comme c’est la coutume. Lui est d’origine modeste, un roturier, elle, vient d’une famille plus riche, plus noble aussi.

 

Théâtre 13 – Côté Seine
Les Soliloques du pauvre

Les Soliloques du pauvre

 

Ce sont des mots qui cognent, sonnent et saoulent suivant leur humeur. Des phrases qui s’entortillent sur elles-mêmes comme des cotillons et dessinent dans l’air des images, des visions, des tableaux. Des sons âpres, rudes, gutturaux qui racontent l’existence des terriens qui ont foulé les mêmes plages de bitume que nous, il y a plus d’un siècle maintenant… 

 

Théâtre de l’Opprimé
Le P'tit-bourgeois gentilhomme

Le P'tit-bourgeois gentilhomme

 

Éric de Dadelsen nous propose une version contemporaine de l’œuvre célèbre de Molière.

Prenant le thème à contrepied – son Mr Jourdan, au lieu de chercher à s’élever, ne désire que ressembler à tout le monde, se fondre dans le moule de la normalité, n’avons-nous d’ailleurs pas élu un président « normal » ? –  il nous donne à réfléchir sur notre société dans une peinture à la fois réaliste et drôle...

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Anna Karénine

Anna Karénine

 

Mettre en scène une grande amoureuse de la littérature du XIXe n’est pas simple. Le spectateur, qu’il ait lu le roman de Tolstoï ou qu’il en ait vu une des adaptations cinématographiques, s’installe dans son fauteuil avec des idées et des images dans la tête. Pour y faire face, Gaëtan Vassart a recours a deux procédés : respecter ce « déjà-là » et le chambouler...

 

Théâtre la Tempête
Les Prisonniers du château d'If

Les Prisonniers du château d'If

 

La pièce met avant tout en exergue ce bel esprit de fraternelle humanité, qui redonne force et courage aux hommes dans le malheur, pour résister à l’injustice et garder espoir.

 

Théâtre Côté court
Je descends souvent dans ton cœur

Je descends souvent dans ton cœur

 

Une histoire qui nous parle d’amour et de deuil. L’amour d’une fille pour sa mère emportée par un cancer.

Pas n’importe quelle mère. Une simple secrétaire mais aussi et surtout une Diva, une déesse, aux yeux de l’enfant puis de la jeune fille...

 

Ciné Théâtre XIII
Trahisons

Trahisons

 

Infidélité à soi, fidélité à l’autre – mais quel autre ? –, tout semble très relatif dans Trahisons. Tout le monde trompe tout le monde, et l’on s’aperçoit vite que tout le monde le sait : Emma trompe son mari Robert avec son plus vieux et meilleur ami Jerry, lui-même marié et père de famille, mais Robert trompe également Emma avec des maîtresses...

 

À la Folie Théâtre
Divorce au scalpel

Divorce au scalpel

 

Un couple qui a divorcé obligé de rester sous le même toit le temps pour chacun de trouver un appartement : a priori, la situation initiale de cette comédie semble plutôt intéressante, et bon prétexte à de multiples scènes rocambolesques, surtout quand débarquent successivement dans le domicile la belle-mère, l’ex et le psy…

 

Grand Point Virgule
Le Jeu de l’amour et du hasard

Le Jeu de l’amour et du hasard

 

Il est toujours passionnant de suivre une jeune compagnie et d’en découvrir son évolution.

C’est le cas avec la compagnie La Boîte aux Lettres ! dont j’ai vu avec grand plaisir la troisième mouture de leur version du « Jeu de l’amour et du hasard ».

L’intrigue a été resserrée par quelques coupes judicieuses, le jeu des comédiens de déjà juste et naturel s’est affiné tant il a acquis maintenant de maîtrise et d’aisance.

 

Lucernaire

 

 

Lysistrata

Lysistrata – La Grève du sexe

 

Alors qu'Athènes et Sparte sont en guerre, les femmes décident de la grève du sexe pour que les hommes les écoutent enfin, retrouvent la raison et cessent la guerre. Voilà l'argument de cette comédie d'Aristophane dont on apprécie le texte, tantôt allusif tantôt grivois, que la Compagnie des Poupées Russes n'a pas retouché, aussi étonnant que cela puisse paraître étant donné la modernité qui s'en dégage.

 

À la Folie Théâtre

 

 

Tchernobyl Forever

Tchernobyl Forever

 

Avec ce spectacle, Stéphanie Loïk ne raconte pas une évocation du passé, ni même seulement une histoire du présent mais une tragédie de l’avenir : celle qui va perdurer, celle qui attend le monde et les humains… Nous tous.

 

Anis Gras/Le Lieu de l’Autre – Arcueil
Ticket

Ticket

 

Là où le théâtre tente de rendre la sensibilité à des citoyens tant mitraillés par les infos quotidiennes du monde que leurs cœurs en deviennent tannés.

Il s’agit de parler ici des migrants, de ceux qui tourmentent les esprits de tous, depuis le plus haut de l’Assemblée européenne jusqu’au plus vieux des retraités vivant au fond du bout de son village : les migrants. Les migrants !

 

Musée National de l’Histoire de l’Immigration
Mazel tov tout va mal !

Mazel tov tout va mal !

 

Que dire, sinon qu’il s’agit d’un spectacle plein d’humanité et de malice. Et d’autodérision, bien sûr. On passe une soirée agréable grâce à l’allant des comédiens et au burlesque des situations.

 

Théâtre Essaïon
La Prison heureuse

La Prison heureuse

 

Trois belles jeunes femmes expressives, gracieuses, lisses et proprettes grignotent des sticks. Mais elles nous font rapidement comprendre, en proclamant haut et fort l’invraisemblance du théâtre, que nous avons devant nous Julien, Robert et Albert (ou es-ce Marc ?) en tout cas, trois hommes malheureux qui ruminent des marguerites pour oublier qu’ils sont enfermés dans cette terrible prison qu’est leur vie. Absurde… sans aucun doute...

 

Théâtre Pixel
La Chair et l’Algorithme

La Chair et l’Algorithme

 

Élisabeth Bouchaud maîtrise, elle se transforme avec force et détermination de petit chaperon rouge en reporter de guerre, passe des hommes aux femmes avec humour et allégresse. La scénographie est intéressante, elle tourne autour de deux rouleaux géants de carton-crépon (un blanc et un noir) qu’un personnage indéfini et improbable au masque de loup enroule et déroule au gré des tableaux.

 

Théâtre de la Reine Blanche
Le Crime, l'Enquête, le Hasard et la Joie

Le Crime, l'Enquête, le Hasard et la Joie

 

Un cri strident, déchirant dans le noir… et voilà que deux détectives arrivent, avec leurs lampes torches, pour scruter un lieu trop propre, où il n’y a aucun corps. S’annonce donc une enquête bancale. Ambiance LAPD sur fond de musique jazzy, années 70 – 80, comme un mix de Starsky et Hutch, Colombo Au clair de lune. Absolument charmant...

 

Théâtre Clavel
L’Invité

L’Invité

 

C’est un boulevard sans femme, mari, amant ou maîtresse. Mais qui traite d’un sujet à priori pas drôle du tout, le chômage.

Et pourtant on rit beaucoup, car le sujet est traité à grands coups de répliques savoureuses, les situations vont de rebondissements en événements imprévus, et l’humour permanent habille de façon efficace la cruauté de l’histoire, celle d’un quinquagénaire prêt à tout et même à se renier pour décrocher enfin un emploi.

 

Théâtre Montparnasse
Réparer les vivants

Réparer les vivants

 

Quel travail ! Quel talent !

Tout est là de ce qui faisait la force du livre, ce texte repris par le comédien avec juste quelques coupes pour se centrer complètement sur le sujet, écrit avec une force vibrante, où les mots tour à tour se fondent ou se heurtent, un langage d’une précision chirurgicale, style soutenu alternant avec des phrases de tous les jours, voire des expressions d’adolescents.

 

Théâtre Paris-Villette
Le songe d’une nuit d’été

Le songe d’une nuit d’été

 

Décidément Shakespeare n’en finit pas d’inspirer les jeunes générations et c’est tant mieux. Quel plaisir de redécouvrir des œuvres tellement connues et qui du coup réservent encore leur lot de surprises.

C’est créatif et rafraichissant, une création qui emporterait surement l’adhésion du grand William s’il pouvait la voir tant elle met en relief sa folie et sa truculence.

 

Le Proscenium
Piège pour un homme seul

Piège pour un homme seul

 

Robert Thomas l’auteur se fit connaître par cette pièce en 1960 qui lui apporta immédiatement le succès. Il commit ensuite Huit femmes et se spécialisa dans le boulevard-policier.

Et ce sont bien les ingrédients que l’on retrouve dans cette version proposée par Florence Fakhimi qui assure une mise en scène laissant la pièce comme on dit « dans son jus »...

 

Vingtième Théâtre
Conseil de famille

Conseil de famille

 

Flo vit dans un appartement chic et moderne, il tient à son train de vie, et il adore dire qu’il a de l’argent, comme lorsqu’il sert le vin : « au goût, tu vas sentir le prix ». Il entretient sa mère, offre un emploi fictif à sa sœur Fanny et paie le loyer de son frère Ben. Un coup dur dans son travail menace ce confort financier...

 

Théâtre de la Renaissance
Cioran / Entretien

Cioran / Entretien

 

Emil Cioran a réussi à se forger de son vivant sa propre image mythologique. Pour la simple raison qu’en tant qu’intellectuel, il s’est toujours ingénié à faire cohabiter ses idées et sa vie. Et plutôt que de chercher dans les écoles de pensée à faire sa propre école, il a préféré grappiller autant dans les écrits des anciens que dans la vie de tous les jours le matériel nécessaire à ses célèbres aphorismes.

 

Théâtre de l’Atalante
Old Times

Old Times

 

Le drôle de jeu pintérien démarre, dialogues la plupart du temps à deux, dans ce théâtre du souvenir mystérieux où la mémoire recrée un passé qui n’a peut-être pas existé… Un affrontement à fleurets mouchetés courtois et subtil en apparence mais terriblement violent dans le fond, camouflant sous le badinage une impitoyable volonté de domination.

 

Théâtre de l’Atelier
Mad#47#

Mad#47#

 

Sous ce titre très fourni en hashtag, se cache une histoire riche et à l’apparence simple comme une rencontre. Mais sous cette rencontre c’est un bras-de-fer mêlé de rancune, de sentiments de revanche, d’incompréhension et de séductions entre un homme et une femme. En effet, le 47 dans le titre correspond aux massacres perpétués par la France pour tenter d’endiguer les mouvements de libération de Madagascar en 1947.

 

Confluences
J’ai dans mon cœur un General Motors

J’ai dans mon cœur un General Motors

 

Nous avons droit à une suite de scènes sans queue ni tête, genre pseudo conceptuel, texte sans grand intérêt, la palme revenant à cette réplique d’un humour plus que douteux « Prends les devants pendant que je te prends par derrière », personnages caricaturaux au possible.

 

Théâtre de la Bastille
Dom Juan

Dom Juan

 

La mise en scène d’Anne Coutureau fait partie des adaptations réussies car elle ne tente pas d’imposer de « l’extérieur » sa vision contemporaine de la pièce de Molière. Elle a travaillé les personnages de l’intérieur pour en faire sortir des traits contemporains qui nous parlent de façon immédiate. Disons qu’ils sont reconnaissables...

 

Théâtre de la Tempête
La Cantatrice chauve

La Cantatrice chauve

 

Cette jeune troupe a choisi de sous-titrer « comme vous ne l’avez jamais vue » sa présentation. Était-ce bien nécessaire ? Toujours est-il que, inédite ou non, la mise en scène est d’une rare efficacité. Les comédiens (costumes sombres et maquillages blancs… ce qui rappelle quelque chose !) jouent au premier degré ces situations foutraques et ces mots distordus. Et c’est bien !

 

Théâtre du Lucernaire
Décibels

Décibels

 

C’est l’histoire de cinq animateurs radio incompétents et ringards, en charge d’une émission matinale qui ne fait pas d’audience. Le directeur, excédé, décide de les licencier sans ménagement. Lors de la dernière, ils se rebellent enfin, séquestrent leur boss, et se proclament pirates radio.

 

Théâtre Montmartre Galabru
Le pяojet Poutiиe

Constellations

 

C’est un travail d’orfèvre qu’ils présentent là, d’une précision remarquable qui emmène rapidement le spectateur dans un autre univers, où des mondes parallèles se côtoient, matérialisés par de simples cercles concentriques sur le plateau. Un univers à la Pinter, avec des phrases courtes et incisives, qui se répètent, laissant aux protagonistes un libre choix.

 

Théâtre du Petit Saint-Martin
Le pяojet Poutiиe

Le Pяojet Poutiиe

 

Un texte percutant en même temps que plein de justesse et finesse avec parfois quelques notes d’humour. Un vrai cours de real-politik, intéressant et captivant grâce à l’interprétation qu’en font Nathalie Mann et Hugues Leforestier qui est également l’auteur, et à la mise en scène sans faille de Jacques Decombe.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Le Monde d’hier – Souvenirs d’un Européen

Le Monde d’hier – Souvenirs d’un Européen

 

Bien plus que de simples "Souvenirs d’un Européen", ce Monde d'Hier est un poignant message dans une bouteille que nous avait lancé depuis le Brésil, et deux jours avant son suicide en février 1942, l’immense écrivain humaniste Stefan Zweig. Son témoignage autobiographique, authentique et objectif, nous interpelle et nous est d’autant plus précieux aujourd’hui que l’Europe vacille à nouveau.

 

Théâtre des Mathurins
Annabella

Annabella

 

John Ford, est un dramaturge élisabéthain, une génération plus tard que Shakespeare, dont l’œuvre la plus célèbre est « Annabella », plus connue sous le titre de « Dommage que ce soit une putain ». C’est une sombre histoire d’inceste entre frère et sœur, avec toutes les conséquences que cela implique...

 

Théâtre de la Tempête
Anna Karenina

Anna Karenina

 

En reprenant l’idée hardie de Helen Edmundson de faire de ce chef d’œuvre incontournable de Tolstoï, une pièce de théâtre, Cerise Guy en a fait une adaptation française très réussie et qui montre grâce une habile mise en scène une peinture très réaliste de la noblesse russe sur laquelle Tolstoï portait un regard si critique.

 

Théâtre 14
To be Hamlet or not

En attendant Godot

 

Que dire d’une pièce qui commence par — Rien à faire. Et finit par — Allons-y. (ils ne bougent pas) ?

Tout a été dit et écrit sur cette œuvre de 1953 qui révolutionnait le théâtre et qui est devenue, au fil des décennies, une forme de classique. Soit, donc, deux personnages vagues, sortes de clochards coiffés de chapeaux melon. Ils sont au milieu de nulle part… et ils attendent. Qui ? Godot, bien sûr.

 

Théâtre de l’Essaïon
To be Hamlet or not

To be Hamlet or not

 

Soit un héros, le héros parmi les héros, j’ai nommé Hamlet.

Depuis des siècles il subit la même destinée qui se termine dans un bain de sang.

Un beau jour, il se révolte, découvre grâce à un personnage échappé de Moby Dick, livre posé à côté du sien sur un quelconque rayon, qu’il n’est qu’un héros de papier et décide de demander compte au responsable, un dénommé Shakespeare.

 

Théâtre du Lucernaire
L’Adversaire

L’Adversaire

 

C’est une histoire vraie, une histoire épouvantable qui exerce une fascination trouble et troublante tant elle est incompréhensible pour le commun des mortels.

L’histoire d’un homme qui après une vie de mensonges et sur le point d’être découvert ne trouve d’autre solution que d’assassiner toute sa famille.

 

Théâtre Paris Villette
Le Prince travesti

Le Prince travesti

 

Une scène nue. Des miroirs déformants au fond et des personnages qui jouent, bandeaux sur les yeux, à cache-cache. Début prometteur pour une pièce de Marivaux, consacrée, comme pas mal d’autres, à l’illusion et aux faux-semblants. Ici, c’est un prince qui cache son état, pour mieux apprécier l’amour d’une femme qui lui est promise.

 

Théâtre de l’Épée de Bois
La joyeuse et probable histoire de Superbarrio que l’on vit s’envoler un soir dans le ciel de Mexico

La joyeuse et probable histoire de Superbarrio que l’on vit s’envoler un soir dans le ciel de Mexico

 

En 1985, un tremblement de terre particulièrement meurtrier et violent frappe la ville de Mexico. Un homme normal semble surgir des décombres pour se transformer en super héros populaire. Entre le généreux Robin des Bois et le rêveur don Quichotte, moulé dans un vieux costume de Lucha libre, cet homme devient Superbarrio...

 

Théâtre13
Prête- moi ta femme

Prête- moi ta femme

 

Sans portes qui claquent, c’est délirant, vraiment très drôle, les bons mots se succèdent à un rythme endiablé soulignant des situations des plus cocasses qui nous conduisent tambour battant à une fin surprenante.

Les comédiens prennent visiblement un énorme plaisir à jouer, un plaisir qu’ils nous font allègrement partager.

 

Théâtre Bo Saint-Martin
J’appelle mes frères

J’appelle mes frères

 

Un spectacle qui parle d’un attentat en Suède. Vu en septembre à l’Opprimé et qui revient aujourd’hui. Après le 13 novembre. Et qui n’en prend hélas que plus de force.

C’est un spectacle et c’est bien plus qu’un spectacle. Qui nous saisit et force les consciences.

 

Centre d’Animation de la Place des Fêtes
L’Épreuve et les Sincères

L’Épreuve et les Sincères

 

Dans l’Épreuve, un jeune et riche Parisien de bonne famille s’applique à tester de manière tortueuse les sentiments à son égard de la jeune Provinciale dont il est tombé amoureux… Quant aux Sincères, ou prétendus tels, ce sont deux personnages de la haute société, à la sincérité vaniteuse, et dont les serviteurs, excédés, vont se jouer, en semant le doute dans leurs convictions.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Un Nouveau Départ

Un Nouveau Départ

 

Après l’adaptation particulièrement bien réussie de « la Journée particulière » d’Ettore Scola, le duo Corinne Touzet et Christophe Lidon ont décidé de continuer l’aventure théâtrale en montant la pièce d’Antoine Rault. Une comédie sous forme de romance d’aujourd’hui, une jolie histoire tendre et pleine d’espoir.

 

Théâtre des Variétés

 

Ode à Médine

Ode à Médine

 

Il y a la mère, le père et la fille. Elle s’appelle Médine. Elle a quatorze ans.

C’est la mère qui parle, elle raconte, sa vie, sa fille, son mari.

Elle décline surtout sa passion pour les plantes, les fleurs, les azalées entre autres.

Elle a rempli la maison et sa vie de ses plantes et de l’attention qu’elle y porte. Elle les arrose, les bichonne, leur parle, les considère au même titre que des êtres vivants.

Elles sont son monde à elle. Elles sont son air, son rêve, son âme, son évasion.

 

Théâtre Darius Milhaud
Les Cavaliers

Les Cavaliers

 

Nous sommes dans les plaines de l’Afghanistan avec ce sport national appelé le bouzkachi. Dans ce jeu très dangereux et difficile, les plus valeureux s’affrontent. Or, le vieux Toursène qui en fut un champion, a laissé la place à son fils Ouroz avec un cheval, Jehol, qui est lui-même le descendant de toute une lignée. Ouroz va-t-il l’emporter ?

 

Théâtre la Bruyère
Transsibérien je suis

Transsibérien je suis

 

L’histoire se poursuit encore et toujours, déborde dans le présent. Nous avons l’impression que le récit est interactif, tant le spectacle est vivant ! C’est original, extravagant, exubérant, inqualifiable. C’est dramatique, satirique, onirique aussi. Un perpétuel mouvement entre fiction et réalité. C’est peut-être cela aussi, réaliser ses rêves…

 

Théâtre 13
Garde alternée

Garde alternée

 

Cette comédie sociale joliment écrite par la pédiatre Edwige Antier et par l’auteur Louis-Michel Colla aborde avec un certain humour et un regard amusé le mal-être d’un adolescent, otage d’un couple qui se déchire.

 

Théâtre des Mathurins
Cut

Cut

 

Elles déboulent sur les chapeaux de roues en pardessus dans des toilettes pour dames comme des mousquetaires. Mais sous les capes, il y a des robes, et dans ces robes… quatre femmes remarquables font leur révolution tout en couleurs : bleu, blanc, rouge, plus prune. Et forcément aussi, elles parlent de ça… mais oui, de leur… comment dire ? vous voyez bien !...

 

Guichet Montparnasse
Les Éclats du bal

Les Éclats du bal

 

C’est un assemblage de textes de Daniil Harms qui ont le plus souvent ni queue ni tête, qui se terminent la plupart du temps abruptement, c’est fragmentaire, absurde, burlesque, humoristique et tout empreint d’une cruauté terrible, d’une ironique dérision et parfois d’une violence insupportable.

 

Auguste Théâtre
La Candidate

La Candidate

 

La Candidate est la suite logique de Panique au Ministère, pièce à succès, écrite il y a cinq ans par le duo d’auteurs Jean Franco et Guillaume Mélanie. Ce nouvel opus a donné un coup de pouce à la carrière de Cécile Bouquigny (Amanda Lear) qui est devenue ministre de la jeunesse et des sports. Une ministre extravagante à souhait qui promène ses tenues léopard avec la même décontraction que son incompétence pour sa fonction.

 

Théâtre de la Michodière
La Rivière

La Rivière

 

Sur le plateau, derrière un voile, une cabane au milieu des bois, des troncs d’arbre tordus, un filet de pêche qui surplombe le tout, et au milieu, coule une rivière, paisible. Beau décor signé Jacques GabeL auquel les vidéos de Pierre Nouvel apportent un relief et une atmosphère réservés jusqu’ici plutôt au cinéma.

Impression de paix, paysage bucolique.

Mais comme chacun sait, les eux calmes peuvent être traîtresses et cacher de sombres tourbillons.

 

Comédie des Champs Élysées
Tout contre

Tout contre

 

Toujours rechercher des sensations neuves. Toujours expérimenter,  ressentir, éprouver, tester sa propre sensibilité. Ses perceptions. Ses émotions, ses gênes, ses conforts, ses forces et ses failles. Voilà ce qui épice de manière vitale la vie de ceux qui cherchent autre chose que le connu, le su, le satisfait. Et c’est ainsi que ceux-là se retrouvent, ensemble, à aller voir « Tout Contre »...

 

Le CO Paris 18
Trahisons

Trahisons

 

On sait qu’Harold Pinter est le roi du non-dit et sa pertinence en matière de rapports humains (conjugaux, notamment) n’est plus à prouver. Cette pièce, « Trahisons », se penche à nouveau sur le triangle épouse-mari-amant, mais en le revisitant de façon singulière : ici, la pièce commence par la fin. Deux amants, donc, se retrouvent, quelques années après avoir vécu une liaison durable...

 

Théâtre Montmartre Galabru
Le Voyage d’Anna

Le Voyage d’Anna

 

Une jolie femme élégante, cachée derrière des lunettes noires, coiffée d’un chapeau à larges bord fait son entrée sur scène dans un décor représentant l’intérieur d’un minable petit deux pièces situé à Fécamp.

Qui est cette femme en total décalage avec cet endroit ? Que fuit-elle ?...

 

Théo Théâtre
Les pieds dans le vide

Les pieds dans le vide

 

Flash sur une jeune femme songeuse qui tourne en rond dans son appartement. La scène s’allume et s’éteint lorsque… Oups ! avec grand fracas, un homme tombe du plafond, un lustre dans les bras, et une corde autour du cou… C’est le soir du réveillon, mais les deux personnages ne sont pas d’humeur à fêter la nouvelle année...

 

Espace Beaujon
Dixversions

Dixversions

 

L’écriture est fine et touchante de vérité. La mise en scène est carrée, efficace.

C’est du bon théâtre contemporain, qui interroge, d’une troublante et complexe simplicité. Paradoxalement, définitivement, en faire moins suscite plus, beaucoup plus…

 

Théâtre de Ménilmontant
Les chaussettes rouges

Les chaussettes rouges

 

Mais qui a eu l’effronterie de placer une chaussette rouge dans une machine de blanc ? Ce qui passe pour nous comme une faute d’inattention, banale et certes maladroite, est ici considérée comme un acte terroriste et de résistance qui vient perturber la « claire journée » des protagonistes. Pourquoi ? Parce que nous sommes sous l’autorité du Grand Slip et que, dans cette utopie, les citoyens doivent tous porter la même tenue : un slip blanc.

 

Théâtre de Ménilmontant
Rumeurs

Rumeurs

 

Éric Delcourt a encore frappé. Et fort. Il retrouve avec bonheur Dominique Deschamps, directeur du théâtre Fontaine, qui l’avait mis en scène dans les Hors pistes et qui signe ici l’adaptation de la célèbre pièce de Neil Simon.

 

Théâtre Fontaine
Le chant des coquelicots

Le chant des coquelicots

 

On choisit de nous conter une histoire arrivée durant 14-18, la grande guerre, comme on dit. Un jeune homme, part se battre, laissant au village sa fiancée. Et il revient, changé. « Ce petit vieux dans ce miroir, c’est moi ? »  s’interroge-t-il. Retrouvailles de courte durée, il repart. Avant, ils ont fait des projets d’avenir. On entendra la lecture des lettres qu’ils s’écrivent, et François finira par être démobilisé. Il est traumatisé, vit comme une bête, parle au ciel...

 

Les Déchargeurs
Dialogues d’exilés

Dialogues d’exilés

 

Un spectacle comme un instant suspendu quelque part au-dessus de la cohue du monde, un éphémère transit aussi bref et évocateur qu’une chanson. Ils sont six sur un plateau bondé d’instruments de musique, de palettes de bois, de fûts de bière… moitié bistro, moitié clandé, sans époque.

 

Le Lucernaire
Le Cid

Le Cid

 

C’est avec son dynamisme, son inventivité, son sens du spectacle d’une grande rigueur sous la fantaisie, qu’en compagnie de son incroyable et talentueuse troupe du Grenier de Babouchka, Jean-Philippe Daguerre a réussi à faire sortir des pages poussiéreuses des manuels les personnages créés par Corneille.

 

Théâtre Michel
Les anciennes odeurs

Les anciennes odeurs

 

Malgré leur séparation, Luc a toujours la clé de chez Jean-Marc et il ne conçoit pas de frapper à la porte avant d’entrer dans cette maison, même si un autre homme l’a remplacé. Ce jour-là, Luc vient demander à Jean-Marc de bien vouloir rendre visite à son père qui est sur le point de mourir...

 

Théâtre du Marais
4.48 Psychose

Une mariée à Dijon

 

Voici un spectacle qui est d’une forme extraordinaire. Il s’agit en fait d’un souper-spectacle créé par la Revue Eclair.

Ici, pas de séparation entre le public et les interprètes. Pas ce côté clair/obscur. Sur scène, huit tables sont disposées en étoiles autour d’un petit podium rond. Les tables sont dressées : verres, couverts en métal lourds et anciens, assiettes disparates en porcelaine, carafes d’eau, bouteille de jus de fruits… de l’authentique…

 

Théâtre de l’Aquarium
4.48 Psychose

4.48 Psychose

 

Texte emblématique de Sarah Kane que l’on prend en général comme un aveu totalement autobiographique puisque celle-ci se suicida peu de temps après avoir écrit ce texte et que le personnage de 4.48 Psychose tourne sans cesse cette idée du suicide dans sa tête et dans ses mots. Texte testamentaire donc, ultime cri d’angoisse de cette éternellement jeune dramaturge révoltée, morte à vingt-huit ans après avoir semé le scandale dans le paysage du théâtre anglais...

 

Théâtre de l’Aquarium
Roberto Zucco

Roberto Zucco

 

Le travail de Richard Brunel est réussi. Pio Marmaï, qui crève les planches comme l’écran, incarne fiévreusement cet animal traqué et disloqué dans sa tête. Et, étrangement, il dégage une humanité que l’on ne ressent pas chez les autres protagonistes de la pièce, à part quelques-uns comme la gamine avide d’aventures en rébellion contre sa pathétique famille ou la mère de Zucco.

 

Théâtre Gérard Philipe – Saint-Denis
Encore une histoire d’amour

Encore une histoire d’amour

 

Revoilà l’œuvre de nouveau sur les planches dans une nouvelle mise en scène signée Ladislas Chollat. Avec Emmanuelle Roy aux décors et de superbes créations vidéos de Nathalie Cabrol, il nous présente une version résolument moderne du slogan « Le bonheur c’est simple comme un coup de fil ». Car le téléphone fait partie intégrante de l’histoire, comme un cordon ombilical qui relierait deux êtres cassés, fracassés...

 

Studio des Champs-Élysées
Poignard

Poignard

 

Parler du terrorisme en ce moment, à quelques encablures des lieux des attentats de novembre est un défi risqué.  La compagnie M.I.A.O.U, Mouvement d’Interprétation Artistique Originale et Utile, le relève haut la main. Les huit comédiens – tous remarquables – mettent leur énergie au service du texte du brésilien Roberto Alvim. Un texte un peu barré mais qui frappe là où ça fait bien mal.

 

Théâtre de Belleville
Revenez demain

Revenez demain

 

« Le premier qui m’emmerde je le bute ».

C’est une des premières phrases que prononce Lucie, avec une élégante violence. Elle évoque ainsi, avec un détachement étonnant, aussi bien l’arme qu’elle a chez elle que le chocolat qu’elle aime déguster. Marianne Basler, avec sa diction impeccable et son allure bourgeoise, déclenche rires et sourires grâce à un florilège de répliques grinçantes. Elle se rend à un entretien d’embauche qui n’en finit pas.

 

Théâtre du Rond-Point
Les Pauvres sont tous les mêmes / La Loi du plus fort

Les Pauvres sont tous les mêmes / La Loi du plus fort

 

Les comédiennes font ce qu’elles peuvent et le font bien mais le spectacle laisse une impression mitigée.

Peut mieux faire, donc.

 

Le Tarmac
Le Bourgeois gentilhomme

Le Bourgeois gentilhomme

 

Revoilà l’œuvre de Molière mise en scène avec son imagination et son savoir-faire habituels par Jean Philippe Daguerre dont je ne rate aucun spectacle.

Il faut dire que son association avec « Le grenier de Babouchka » fait à chaque fois merveille, les comédiens qui en font partie excellant dans tous les registres.

 

Théâtre Michel
Lettres persanes

Lettres persanes

 

Montesquieu, le XVIIIème siècle, les Lumières… un siècle où la raison tenta de sortir le monde de l’obscurantisme, du fanatisme et des croyances superstitieuses. Voilà une bonne raison pour extraire ces paroles des livres de l’époque pour les faire résonner avec notre XXIème siècle qui prend le chemin inverse et s’enfonce résolument vers l’idolâtrie de l’ignorance et la sauvagerie.

 

L’Étoile du Nord
Les Derniers Jours de l’humanité

Les Derniers Jours de l’humanité

 

Comme pour lutter contre l’oubli, c’est une véritable plongée dans la vie quotidienne au temps de la Grande Guerre que donne à voir et à entendre David Lescot, fidèle à l’intention et à l’écriture de l’œuvre « monumentale » de Karl Kraus. Il transforme pour cela la scène en véritable musée vivant en faisant se succéder à un rythme rapide de multiples saynètes qui vont de la conversation de café la plus triviale aux chansons d’époques en passant par des lettres lues ou des projections d’images d’archives.

 

Comédie-Française
Amour de don Perlimplin avec Bélise en son jardin

Amour de don Perlimplin avec Bélise en son jardin

 

L’intrigue paraît simple : Perlimplin, la cinquantaine, se laisse convaincre par sa servante Marcolfa : il demande la main de la jeune Bélise. La mère de cette dernière approuve cette union pour des raisons économiques et voilà qu’une fois le mariage prononcé, Perlimplin tombe éperdument amoureux de la belle...

 

Manufacture des Abbesses
Je vous écoute

Je vous écoute

 

Décor : le cabinet d’un psy, avec bureau, fauteuils et au fond un dressing qui, comme on le découvrira vite, ne servira pas qu’à ranger les vêtements.

Deux hommes : un psy et son client, un client pas du tout comme les autres.

Cette pièce écrite conjointement par Bénabar et Hector Cabello Reyes, permet aux auteurs une critique amusante quoique pas des plus originales, des psys en tous genres et aussi de leurs patients.

 

Théâtre Tristan Bernard
La Cerisaie

La Cerisaie

 

La Cerisaie mise en scène par Benedetti et jouée par sa troupe de comédiens est plongée dans une angoisse omniprésente. Dès les premières minutes, le heurt s’installe entre la vivacité, l’impatience, l’attente nerveuse des personnages et ce silence, qui tout à coup arrête tout.

 

Théâtre du Soleil
Les Créanciers

Les Créanciers

 

Sous-titrée « Récit d’un sentiment intemporel et transgénérationnel », cette version a une nette tendance à l’esthétisme.  Passons sur le décor, qui voudrait bien dire beaucoup mais n’est que bric-à-brac, surtout sur la grande scène de l’Auditorium. Plus intéressante est l’approche des personnages : le metteur en scène a voulu les rajeunir, pourquoi pas… et actualiser la pièce.

 

Auditorium Saint-Germain
Jekyll & Hyde

Jekyll & Hyde

 

L’ambiance y est plus oppressante, plus réaliste. Un jeu de lumière bleu savamment étudié,  angoissant à souhait nous entraîne dans les bas fonds de Londres. Le brouillard s’y répand masquant à peine le son des musiques irlandaises qui suintent des cabarets plein d’ivrognes et de filles de mauvaises vies.

 

Comédie Bastille
Le Portrait de Dorian Gray

Le Portrait de Dorian Gray

 

Le portrait de Dorian Gray est sans doute l’œuvre la plus aboutie d’Oscar Wilde à une époque victorienne où la bonne morale bourgeoise et la censure ne plaisantaient guère avec le style de vie de ce dandy décadent qui fit du plaisir le but de sa vie.

 

Théâtre du Lucernaire
Le Cas Martin Piche

Le Cas Martin Piche

 

Martin Piche (Jacques Mougenot) souffre d’un mal original : il s’ennuie. Profondément, tout le temps. Il va consulter un psy (Hervé Devolder).

S’engage alors un dialogue irracontable, complètement surréaliste, entre un Martin Piche qui ne peut se concentrer sur des phrases dès qu’elles dépassent trois mots, et qui va essayer différentes thérapies.

 

Théâtre du Petit Montparnasse
L’envers du décor

L’envers du décor

 

Florian Zeller, l’auteur, base le comique de sa pièce sur la différence entre ce que l’on dit et ce que l’on pense réellement.

Et tous les personnages feront ainsi, ce qui implique des ruptures incessantes, chacun attendant son tour de reprendre la parole pendant que l’un d’entre eux pense tout haut...

 

Théâtre de Paris
Le Fusible

Le Fusible

 

Avec « À gauche en sortant de l’ascenseur », gros succès de l’an dernier, Stéphane Plaza faisait ses premiers pas de comédien.

Le revoici dans une pièce de Sylvain Meyniac, en compagnie d’Arnaud Gidoin, comédien humoriste, bien connu aussi des téléspectateurs.

Et les deux ne ménagent pas leur peine, menés il faut le dire à un train d’enfer par Arthur Jugnot dont on connaît le talent pour les mises en scènes ultra vitaminées.

 

Bouffes Parisiens
Pygmalion

Pygmalion

 

Aucune fausse note, les comédiens gardent le rythme et nous régalent avec leur humour élégant, leur assurance, leur finesse. Le casting est parfait, ils sont merveilleusement moulés dans leurs rôles. Lorie, qui fait ses premiers pas au théâtre, n’est pas en reste, elle a visiblement bien travaillé et s’en sort haut la main. Elle est tout aussi craquante avec sa gouaille en haillons, qu’émouvante en tenue de princesse style Cendrillon après le bal !

 

Théâtre 14
Maladie de la jeunesse

Maladie de la jeunesse

 

C’est un théâtre sans préambule, antipode du théâtre brechtien. L’impatience pulse dans les veines des sept comédiennes et comédiens. Ils ont l’âge de leurs rôles, sans fards, sans trucages. Vrais. Théâtre réaliste, hyperréaliste. Ils sont ceux qu’ils interprètent.

 

Théâtre de la Tempête
Les Liaisons dangereuses

Les Liaisons dangereuses

 

L’histoire est connue, où deux sombres artistes de la manipulation ourdissent par vengeance un odieux complot aux dépens d’une innocente jeune fille.

Après maintes péripéties, la situation, déjà compliquée, devient incontrôlable,

 

Théâtre de Ménilmontant
Le Bourgeois gentilhomme

Le Bourgeois gentilhomme

 

Une jeune troupe s’empare de l’œuvre de Molière y apportant toute sa fougue, son énergie, son inventivité tout en en délivrant une lecture tout à fait nouvelle, déjantée et féroce, où les intermèdes de Lulli deviennent musique et danses modernes dans une comédie-ballet transformée en comédie-balai, où les costumes font preuve d’une imagination délirante en même temps que d’une réflexion certaine sur ce qu’ils peuvent représenter.

 

Ciné Théâtre 13
La Nuit des Rois

La Nuit des Rois

 

L’histoire est une comédie des erreurs. Travestissements, ivresses des sens, illusions et farces organisées au dépend des fâcheux sont les ressorts de cette fantaisie. Une fête donc où les transgressions sont permises et l’ordre bouleversé par le règne de la folie.

Au centre du propos de Shakespeare, le désir. 

 

Théâtre de la Tempête
Les Fourberies de Scapin

Les Fourberies de Scapin

 

Ce n’est pas un hasard si cette version de la pièce est sous-titrée « Un thriller de Molière ». Ce qui est mis en avant, ici, c’est l’action, une action tendue, dense… parfois frénétique.  À la limite, les histoires de pères et de fils, ces pères qui destinent leurs fils à des femmes qui ne leur conviennent pas et ces fils qui épousent ou se compromettent avec des jeunes filles de leur choix, ce n’est pas si important.

 

Théâtre 12
Aide-toi le ciel

Aide-toi le ciel

 

Sur un tableau noir est dessiné à la craie le plan d’une ville dont les jeunes Lucie et Jonathan nous livrent symboliquement la clé, nous en expliquant la sectorisation et les itinéraires obligatoires, puis en nous racontant la légende du mystérieux transbordeur disparu, aux pouvoirs étranges, qui à une époque assurait la traversée du canal...

 

Théâtre de Belleville
Les Frères Taloche dans Les Caves

Les Frères Taloche dans Les Caves

 

On connaît le frères Taloche pour leurs sketches, dont leur célèbre parodie de « J’ai encore rêvé d’elle ».

Les voilà maintenant dans une pièce de théâtre qu’ils ont écrite et qu’Alain Sachs met en scène avec son expérience et sa malice coutumières.

Les deux font merveille évidemment dans ces rôles de bras cassés qu’ils se sont écrits sur mesure.

 

Gaîté Montparnasse
Big Bang

Big Bang

 

D’emblée on comprend que ces deux extraterrestres ne se prennent pas au sérieux et surtout qu’ils dégagent un capital sympathie très appréciable. Une première question très scientifique nous est alors posée à l’apparition d’une photo de leur petite enfance. Qui est Igor ? Qui est Grichka ? Eux-mêmes ont bien du mal à nous le dire. S’ensuit un véritable cours sur l’origine de notre univers...

 

Théâtre du Gymnase
C’est quoi le problème

C’est quoi le problème?

 

Après Gros mensonges et Le Bal des crapules, Luc Chaumar nous présente les mésaventures encore une fois d’un Étienne dans un spectacle qui n’a d’autre prétention que de nous faire rire et qui le fait avec efficacité dans le style toujours très café-théâtre qu’il affectionne et maîtrise à la perfection.

 

Le Mélo d’Amélie
Sur l’Homme, par l’Homme et pour l’Homme

Sur l’Homme, par l’Homme et pour l’Homme

 

Ce « mémorandum théâtral », tel qu’il nous est présenté, sur la vie de Jean-Louis Barrault, est instructif et intéressant. Nous y apprenons que le grand acteur avait eu une enfance marquée par la séparation de ses parents, puis par le décès de son père. Un père qu’il cherchera toujours, d’ailleurs, au travers des nombreuses et passionnantes rencontres qu’il eut la chance de faire...

 

Théâtre du Temps
King Kong théorie

King Kong théorie

 

Au Jungle Queen Institut, cinq jeunes femmes vêtues de peignoirs, charlottes et sous-vêtements dépareillés s’infligent le mécanisme rituel de la féminité tel que notre société l’entend : épilation, exercices de gymnastique en quête du corps parfait, inspection des rides du visage et autres lampées de Contrex. Une des filles, avec une chorégraphie sexy sur un air de Britney Spears interrompt cette routine beauté...

 

Théâtre des Déchargeurs
Qui a peur de Virginia Woolf

Qui a peur de Virginia Woolf

 

Revoilà l’œuvre d’Edward Albee sur une scène dans la traduction de Daniel Loayza, beaucoup plus crue et violente que celle de Jean Cau, qui lance les mots comme des uppercuts que le spectateur reçoit de plein fouet dans ce pugilat plus verbal que physique d’une cruauté terrifiante.

 

Théâtre de l’Œuvre
Ah ! Le grand homme

Ah ! Le grand homme

 

Une troupe hétéroclite de comédiens se retrouvent dans un théâtre de banlieue pour répéter une pièce qui devra être jouée le soir même. Le metteur en scène, leur apprend qu’ils vont devoir travailler et surtout improviser pour rendre un hommage à Jean Vilar.

Plus ou moins reconnus dans le métier, les comédiens à la dérive mais totalement envahis par la passion du jeu vont relever le défi...

 

Théâtre de l’Atelier
Le bruit court que nous ne sommes plus en direct

Le bruit court que nous ne sommes plus en direct

 

Mais qu’est-ce qu’Etik TV ?

Une chaîne qui se veut pure et dure, sans les contraintes de l’Audimat, et dont nous assistons à une conférence de rédaction on ne peut plus bordélique.

Car le Collectif « L’avantage du doute » frappe pour la troisième fois et prend pour cible cette fois le monde des médias et cette avalanche d’images qui nous engloutit chaque jour.

 

Théâtre de la Bastille
Le Paris des femmes

Le Paris des femmes

 

C’est la cinquième édition de cet événement créé en 2012 et toujours organisé par Michèle Fitoussi, Véronique Olmi et Anne Rotenberg, les initiatrices de ce projet.

Une fête qui s’est déroulée sur trois jours le weekend dernier. Une manifestation théâtrale originale puisqu’elle présente à chaque nouvelle édition neuf textes inédits. Trois par soirées.

 

Théâtre des Mathurins
La médiation

La médiation

 

Un couple, Pierre et Anna. Ils se sont aimés, ont eu un enfant. Se sont séparés.

Une situation que connaissent bien des couples et qui pose un problème difficile à résoudre : comment rester parents quand on n’est plus un couple, comment faire pour que l’enfant souffre le moins possible.

Chloé Lambert s’est emparée du sujet avec toute sa sensibilité et ses indéniables talents d’écriture.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Déjeuner chez Wittgenstein

Déjeuner chez Wittgenstein

 

C’est un déjeuner. En famille. Deux sœurs (comédiennes par ennui et bourgeoises de naissance) apprêtent la table pour le premier repas qu’elles mijotent pour le frère que la sœur ainée a, le matin même, été chercher à l’asile où il vit depuis des années. Le frère, Ludwig. Philosophe. Interné volontaire. Extrait de force de sa tanière psychiatrique pour réintégrer la maison familiale. Une maison toute imprégnée de la suffisance des ancêtres...

 

Théâtre de l’Atalante
Victor F.

Victor F.

 

Stupéfiant, inenvisageable, délirant, Victor F. … un savant, a réussi à créer un être humain vivant ! On  pense tout de suite au roman Frankenstein, signé Mary Shelley et on a raison puisque ce spectacle, conçu et mis en scène par Laurent Gutman, en procède.

 

Théâtre de l’Aquarium
Les favoris

Les favoris

 

Portée par trois excellents comédiens dont l’auteur lui-même, qui s’amusent visiblement autant que nous, n’hésitant pas à se « vanner » l’un l’autre en cas d’erreur ou de bafouillages inévitables en ces jours de premières, la pièce nous trace sous le biais de l’humour un portrait de notre société actuelle, égratignant aussi bien l’utilisation des portables, les homophobes, l’antisémitisme, et finalement la solitude qui règne dans notre monde individualiste.

 

Théâtre de Dix Heures

2015

Blondie et Brunette

Blondie et Brunette

 

Blondie et Brunette déroule la vie de ces deux amies, Lili (la brune), une féministe énergique et volontaire qui n’a pas froid aux yeux, et Lexie (la blonde), douce et soumise, du moins au début, contée par la petite-fille de cette dernière et restituée par le biais de son journal intime, fil conducteur qui dévide la chronologie et relie les générations...

 

Théâtre le Proscenium
La fille de son père

La fille de son père

 

Menée tambour battant par une bande de cinq comédiens unis par une dynamique complicité, cette comédie divertissante tourne comme une horloge ! Sur scène, une intrigue à la Feydeau aligne les quiproquos entre un père directeur de chaine de télé, ses deux supposées filles qui rêvent d’être à l’antenne, un producteur en perte de vitesse et un peintre qui joue l’intrus! Un rôle sur mesure que s’est taillé, charité bien ordonnée, l’auteur de la pièce, Bruno Chapelle qui excelle en la matière.

 

Théâtre de l’Arcipel
Lendemains difficiles

Lendemains difficiles

 

Deux anges, Gabrielle et Raphaëlle se retrouvent sur terre en 2015. La suite est plus confuse et tient davantage du numéro de cabaret que du théâtre. En 2033, le PS a évolué (?) et une femme s’étonne de tout ce qui a un côté « phallus » comme les trains… ou les brosses à dents. Son partenaire prétend avoir trouvé LA solution pour résoudre le chômage…

 

Théâtre Delayrac
Chère Amazone

Chère Amazone

 

Aile est cadre, bien organisée dans son travail, compétente, ravissante et intelligente, et aussi amusante avec ses petites manies et sa dépendance au portable. Elle se trouve épanouie dans sa vie, mais, seule le soir, elle a du mal à s’endormir. Voilà qu’elle reçoit la visite inopinée d’une créature étrange, sauvage, qui va bousculer ses habitudes et ses convictions.

 

Auguste Théâtre
L'impasse

L’Impasse

 

Nous y sommes, c’est écrit "Dead end" : un fond de rue plutôt calme, à l’écart, avec deux bancs et des poubelles. Une femme enceinte vient s’asseoir pour lire un livre. Elle assiste malgré elle, mais non indifférente, aux retrouvailles mouvementées de deux frères. L’aîné sort juste de prison et le cadet essaie de l’accueillir pour fêter sa libération, tant bien que mal.

 

Théâtre Clavel
Carte vitale

Carte vitale

 

Légère et sans prétention, cette comédie dénonce, à travers les déboires médicaux d’Albert soupçonné d’être atteint d’un cancer, les relations plutôt médiocres du couple qu’il forme avec l’égoïste Mathilde… et vice versa. Dit comme cela, le sujet pourrait sembler pesant. Or, c’est tout le contraire au point que l’on regrette presque qu’un si bon sujet soit traité façon café-théâtre. Quoi qu’il en soit, c’est le parti pris de l’auteur et on rit de bon cœur aux péripéties que va rencontrer le pauvre Albert jusqu’au diagnostic final...

 

Petit Palais des Glaces
Très nombreux, chacun seul

Très nombreux, chacun seul

 

Un grand plateau à la Cartoucherie pour une réflexion approfondie sur le monde du travail, sous forme de textes convaincants et de belles images projetées, dont celles de mécaniques d’usine, de tasses, et également celles du psychiatre spécialisé Christophe Dejours, expliquant la souffrance au travail dans les entreprises contemporaines.

 

Théâtre du Soleil
De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites

De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites

 

Un instantané d’une époque, d’une classe sociale, cette pièce est construite et doit son succès à cette manière quasi scientifique d’explorer la société américaine des années soixante du point de vue d’une classe sociale clairement défavorisée.

 

Théâtre de l’Atelier
J’avais un beau ballon rouge

J’avais un beau ballon rouge

 

Interprétation exceptionnelle, texte intelligent d’une jeune dramaturge italienne, mise en scène sobre au service du jeu et des mots, sont assurément les clés de ce moment magique et poignant.

Sur scène, Romane et Richard Bohringer, père et fille dans la vie comme sur les planches, s’affrontent idéologiquement sur fond d’amour indéfectible.

 

 

Théâtre de l’Atelier
J’avais un beau ballon rouge

Théâtre sans spectateurs

 

Ce qui est bien avec ce thème archi utilisé de la « pièce dans la pièce jouée par de mauvais comédiens », c’est que ça fonctionne toujours pourvu que ce soit bien réalisé.

Ce qui est le cas ici et on rit énormément avec une troupe bien déjantée qui visiblement s’amuse beaucoup.

Soit donc une troupe de mauvais comédiens aux parcours hétéroclites qui doit jouer une version très contemporaine de « Phèdre ».

 

Théâtre du Proscenium
Nema

Don Juan revient de la guerre

 

Il n’y aura plus de Don Juan… En ce début de vingtième siècle, tout un monde d’illusions et de mythes est enseveli sous les tranchées de la première guerre mondiale.  Les fantômes du romantisme, de  l’impertinence et de la métaphysique finissent de crever, décimés par la grippe espagnole. Nous sommes en 1918, Don Juan revient de la guerre...

 

Théâtre de l’Atalante
Nema

Nema

 

Le titre de cette pièce reprend le prénom d’un des personnages : une femme. Une femme qui cumule plusieurs étiquettes. Femme de ménage chez un couple de trentenaires cadres dynamiques et femme de son fleuriste de mari qui la bat. Une femme dont la vie est un enfer qu’elle doit cacher aux yeux des autres. Mais pour dissimuler les bleus sur son visage et ses brûlures aux mains, comment faire ?

 

Pocket Théâtre – Nogent sur Marne
Et Dieu créa Rimbaud

Et Dieu créa Rimbaud

 

C’est le jour où le poète se meurt et plane entre rêve et réalité, vision, apparition, souvenir, nostalgie, envie onirique, ivresse ? Verlaine nous apparaît somnolant, assis dans son fauteuil, mais tel un vieux loup de mer il se transforme en baroudeur ou pirate…

 

Comédie Saint-Michel
On s’en fout qu’ça soit beau

On s’en fout qu’ça soit beau

 

Deux personnages naviguant entre historiens de l’art, commissaires d’exposition, galeristes ou bien encore habitués des vernissages, la coupe à la main, se pâmant  sur tout ce qui est accroché au mur, du pire au meilleur, nous accueillent le plus aimablement du monde dans ce lieu qui pourraient être au vue de l’œuvre qui envahit la scène, une salle d’exposition...

 

Théâtre du Lucernaire
L’autre

L’autre

 

C’est la pièce qui a révélé Florian Zeller en 2004.

Avant les grands succès qui confirmeront son talent d’auteur dramatique La Mère, La Vérité, Le Père, Une heure de tranquillité, Le Mensonge.

Première pièce et tout est déjà là, l’écriture efficace, à la fois sensible et délicate, en répliques courtes entrecoupées de silences. Un style qu’il maîtrisera de plus en plus au fil du temps...

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Ne m’oublie pas

Ne m’oublie pas

 

« Ne m’oublie pas » c’est une comédie qui parle de la maladie d’Alzheimer.

Oui vous avez bien lu, il s’agit d’une comédie.

Car Bruno Fougniès nous conte d’une plume sensible teintée d’humour l’histoire d’Armando atteint de cette terrible maladie...

 

 

Théâtre Ménilmontant
Les fusils de la Mère Carrar

Les fusils de la Mère Carrar

 

1937 dans le sud de l’Espagne. La guerre civile divise le pays et Teresa Carrar empêche ses fils Juan et José de rejoindre les rangs des républicains. Est-elle franquiste ? N’a-t-elle donc aucune conscience politique ? Non, derrière cette apparente neutralité – métaphore de la situation internationale à l’époque du conflit – ce qui meut la mère Carrar, c’est la peur...

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Les missions d’un mendiant

Un fils de notre temps

 

C’est une humanité blessée et au bord du gouffre qui se donne à voir à travers la figure de ce « pauvre chien de chômeur » devenu estropié pour avoir tenté de sauver son camarade. Un homme qui ne parvient pas à trouver l’amour dans les bras de la veuve qu’il est venu consoler, ni ailleurs, et qui finira à la rue.

 

Théâtre Gérard Philipe – Saint-Denis
Les missions d’un mendiant

Les missions d’un mendiant

 

Un plan incliné formé de quatre parties où alternent des planches de bois brut alternativement courtes et larges ou longues et fines. Comme une île où vont s’échouer des êtres ordinaires, des héros de tous les jours. Quatre espaces qui serviront de décor à chacune des courtes scènes proposées, astucieusement conçus pour devenir une place publique, un train, une maison, un asile pour SDF.

 

L’Étoile du Nord
Jaurès ou la nécessité du combat

Jaurès ou la nécessité du combat

 

Avec cette pièce, nous sommes conviés dans l’univers de travail de Jean Jaurès. Nous suivons ses combats, nous assistons à ses discours polémiques à l’Assemblée Nationale, à la création de ses articles qui accompagnent ses combats.  Nous le suivons ainsi tout au long du début du siècle, depuis l’Affaire Dreyfus jusqu’au premier mois de la guerre de 1914, qui éclate au lendemain de son assassinat. 

 

Théâtre Le Montfort
Oblomov

Oblomov

 

Inattendu Oblomov que celui-là ! Alors qu’on s’attend à voir un indécis léthargique et indolent, celui qu’interprète Xavier Fernandez-Cavada en est presque le contraire. Ne vous fiez pas à son visage de Droopy fatigué car son interprétation en fait un personnage nerveux, douloureux, remuant, transpirant...

 

Théâtre Le Montfort
Les vœux du cœur

Les vœux du cœur

 

Après L’affrontement, Bill C Davis écrit Les vœux du cœur, sur un sujet qui traite une fois encore de religion. La religion face à des questions de notre époque, le mariage gay et le célibat des prêtres...

 

Théâtre La Bruyère

 

 

Fin de partie

Fin de partie

 

Pièce écrite après « En attendant Godot », « Fin de partie » qui date de 1957, creuse le même sillon à la fois absurde et désespéré. Ici on retrouve le chiffre quatre, cher à Beckett : un homme, Hamm, et son fils adoptif Clov sont en scène. Derniers spécimens d’humanité (avec les parents handicapés de Hamm, Nagg et Nell, qui somnolent dans deux poubelles) ils survivent.

 

Essaïon
Rire barbelé

Rire barbelé

 

Déjà le titre fait grincer des dents et nous prépare à un spectacle particulier. Alors, un peu crispés, on atterrit en 1944, au camp de Ravensbrück. Les détenues ici sont des numéros en chemises rayées, pieds nus, sans cheveux, grimées à l’identique. Mais nous ne tardons pas à découvrir des femmes bien vivantes, de caractère. Si fragiles et si fortes à la fois…

 

Musée Mendjisky
Les Ambitieux

Les Ambitieux

 

Cette comédie satirique de Jean-Pierre About est en réalité une peinture guère reluisante du monde de l’entreprise, une sorte de panier de crabes où tous les coups sont permis pour valser sur le parquet glissant de l’ambition et du pouvoir.

 

Le Splendid
Coiffures et confidences

Coiffures et confidences

 

Paimpol, années 80’. Dans le très beau décor signé Olivier Prost d’un salon de coiffure cosy, six femmes se retrouvent régulièrement. La « patronne », la nouvelle employée et quatre clientes fidèles devenues au fil du temps des amies.

Qui ne se ménagent pas. N’hésitent pas à s’envoyer leurs quatre vérités à la figure. Mais sont là en cas de problème pour se soutenir.

 

 

Théâtre Michel
Le Noshow

Le Noshow

 

Comment parler d’un spectacle dont il ne faut rien dévoiler, une sorte OTNI (Objet Théâtral Non Identifié), qui ne ressemble à rien de ce que l’on a déjà vu. Est-ce vraiment un spectacle d’ailleurs ?

Il ne raconte pas d’histoires, ne met pas en scène des personnages, vous n’êtes pas sagement confiné à votre place de spectateur.

Et pourtant si. Mais non. Bref on ne sait pas trop.

 

Théâtre Paris Villette
On purge bébé

On purge bébé

 

Devant nos yeux a lieu la caricature d’une scène de ménage très à la française, un couple petit bourgeois se dispute pour des futilités. Évidemment, le tableau est un peu misogyne, car forcément la femme est manipulatrice et de mauvaise foi, tandis que l’homme, faible et dépassé, cherche surtout à cacher son manque de culture.

 

Comédie Saint Michel
Sur les genoux de papa

Sur les genoux de papa

 

Cette pièce s’axe autour d’un sujet extrêmement difficile, périlleux presque, grâce auquel on peut vite tomber dans l’apitoiement, le pathétique, ou l’insupportable. Mais la mise en scène de Rubia Matignon et sa direction du jeu évite totalement ces écueils. Les parties les plus sombres, les plus douloureuses vécues par les personnages de cette histoire sont laissé à l’imaginaire et la sensibilité des spectateurs : on suggère, on évoque, mais on n’impose pas.

 

Théâtre de Ménilmontant
Les trois derniers jours d’un facteur poilu

Les trois derniers jours d’un facteur poilu

 

Sacrifiés de la grande guerre, comme tant d’autres, Roger et Théodore se retrouvent enterrés vivants dans l’abri d’une tranchée qui à force de bombardements s’est effondrée sur eux. L’ironie de cette rencontre c’est qu’elle se fait deux jours avant l’armistice. L’un est facteur, l’autre est un paysan illettré. Ils ont tous les deux connu l’horreur de ce carnage durant quatre ans, pataugeant malgré eux dans le sang et la boue de cette boucherie.

 

Théâtre du Gymnase
C’est la vie

C’est la vie

 

« C’est la vie » est signé de l’auteur dramatique autrichien Peter Turrini. Elle aurait pu tout aussi bien s’intituler « C’est ma vie » puisqu’il s’y raconte entre 1944 (son année de naissance) et maintenant. Dispositif simple, deux musiciens sur le côté, une toile peinte sur laquelle il y aura des projections et un micro pour le comédien-narrateur. Là, il s’agit de Jean-Quentin Châtelain...

 

Théâtre du Rond-Point
Farben

Farben

 

Le Farben du titre renvoie tout autant au laboratoire… qu’au mot couleur (farben en allemand) Tout part de là ou y ramène. En clair, ce spectacle nous conte la destinée de Fritz Haber (1868-1934). Ce chimiste est connu pour des travaux sur l’ammoniac (avec ses répercussions sur la fabrication d’engrais). Prix Nobel de chimie en 1920, il a, également contribué à la mise au point du tristement fameux gaz Moutarde ainsi que de ce qui sera le Zyklon B.

 

La Tempête
Huis Clos

Huis Clos

 

Sur scène, juste trois tabourets et une projection de la tête d’un type qui attend, le regard vide et fixe. Une sensation irritante, un peu hors des temps peut-être. La porte s’ouvre d’un coup et voilà le type de l’écran qui déboule sur scène en chair et en os ! Enfin, façon de parler, car nous comprenons bien vite qu’il vient d’atterrir en enfer et qu’il attend, résigné, son châtiment.

 

La Petite Loge
Madame Bovary

Madame Bovary

 

Emma à l’accordéon, Charles au violon, Rodolphe à la guitare, Léon à l’harmonica : pourquoi pas ! C’est le pari plutôt réussi par Paul Emond pour l’adaptation et Sandrine Molaro et Gilles-Vincent Kapps pour la mise en scène du chef d’œuvre de Flaubert. Les puristes chercheront vainement le texte original ; les autres se diront que les principaux nœuds de l’intrigue sont là. Le tout servi par un quatuor d’acteurs aussi enjoués que généreux.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Le Maniement des larmes

Le Maniement des larmes

 

Après La Pompe Afrique, Bleu, sur le pétrole et Une fission française, Blanc sur le nucléaire, le Maniement des larmes, Rouge, est le troisième volet de cette trilogie qui a fait de l’a-démocratie son sujet. Ici, il est question d’armement et plus particulièrement du complexe militaro-industriel français.

 

Le Grand Parquet
La Française (La Francesa)

La Française (La Francesa)

 

Les auteurs nous emmènent sur les traces d’Isabela, dont la famille fut victime du franquisme.

L’occasion de mêler l’intime et l’Histoire, de parler aussi des séquelles d’événements traumatiques refoulés et de l’intégration des immigrés. Vaste et ambitieux sujet comme on voit et qui aurait pu vite tomber dans le moralisateur, le didactique, le cliché ou le pathos.

 

Théâtre de Saint-Maur
Il ne faut jurer de rien

Il ne faut jurer de rien

 

Dans les deux textes, point de drame comme dans « On ne badine pas avec l’amour », mais de la légèreté autour d’interrogations, chères au Dandy, sur la pureté et la débauche, l’amour et ses affres. Le tout sublimé par une scénographie élégante et des costumes et des lumières pastel qui habillent parfaitement la belle scène du Théâtre de Saint-Maur...

 

Théâtre de Saint-Maur
Les Liaisons dangereuses

Les Liaisons dangereuses

 

Klaudia Lanka a pris un parti : celui de s’attacher à la trame des événements, de soigner les beaux costumes et de faire précéder chaque acte d’une chorégraphie de danse moderne au son d’une chanson de Mylène Farmer dont l’esthétique a manifestement inspiré l’ensemble cette adaptation. Ce choix rencontrera-t-il les faveurs du public ?

 

Théâtre de Ménilmontant
Le Grand Showtime

Le Grand Showtime

 

Le principe de la soirée, c’est qu’il s’agit d’improvisation. Encore, va-t-on dire. Les propositions sont lancées par les spectateurs. La seule différence ici, et elle est de taille, c’est que tout est fait de façon rythmée et pro. Survoltée, même. Les comédiens (présentés comme les meilleurs du monde… disponibles ce soir-là !) assurent...

 

Point Virgule
Robert le Diable – Cabaret Desnos

Robert le Diable – Cabaret Desnos

 

En ce soixante-dixième anniversaire de la mort du poète, il est un spectacle à voir absolument, celui concocté par Marion Bierry qui lui rend là un hommage d’une sensibilité et d’une simplicité remarquables.

Pas de portrait panégyrique mais une image qui se construit peu à peu, au fil des textes, celle d’un homme plus subtil que le rôle de poète pour enfants auquel on le cantonne souvent.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Blondie et Brunette

Blondie et Brunette

 

Projet ambitieux parfaitement réalisé grâce à une écriture précise, simple et fluide, à une construction originale respectée par une mise en scène très maîtrisée et une excellente interprétation.

 

Théâtre le Proscenium
Home

Home

 

C’est sous le signe de la jubilation que cette pièce est née.

Un texte absurde, une situation à la marge du monde et surtout des personnages décalés dont les cinq interprètes s’emparent avec une gourmandise énorme.

Tout est fait pour que seul l’instant présent et ses surprises étonne et tienne en haleine.

 

Théâtre de l’Œuvre
Un Picasso

Un Picasso

 

Le 31 mai 2003 est créée à Philadelphie une pièce de Jeffrey Hatcher qui imagine la confrontation à Paris en 1941 entre Picasso et Mlle Fisher, une « attachée culturelle » de Berlin.

Elle doit authentifier trois tableaux de Picasso récemment confisqués par les nazis à leurs propriétaires juifs. Le ministère de la Propagande nazie a en effet prévu une exposition de spécimens d ’« art dégénéré » qui se terminera en autodafé.

 

Théâtre de Nesle
Le Comte de Monte-Cristo

Le Comte de Monte-Cristo

 

Trois comédiens nous accueillent en nous donnant les indices d’un jeu de mémoire. Les clés en sont des dates, de 1815 à 1838, il faudra s’en souvenir…

Voyons, 1838 ? Extinctions des lumières et musique tumultueuse, nous nous retrouvons au château d’If, nous sommes au large de Marseille, directement plongés dans l’ambiance authentique et sombre d’un cachot aux murs de vieilles pierres...

 

Théâtre Essaïon
Da Vinci contre Michel-Ange

Da Vinci contre Michel-Ange

 

C’est un spectacle surprenant que nous propose le joli théâtre du Temps à l’ambiance japonisante très zen.

Un spectacle qui fait revivre deux grandes figures de la Renaissance italienne, Michel-Ange et Léonard de Vinci.

 

Théâtre du Temps
Grec cherche Grecque

Grec cherche Grecque

 

Dans les années 50, un obscur employé nommé Arnolphe Archilochos, modeste et presbytérien, subit la pression de son horrible frère, toujours occupé à lui soutirer de l’argent. Arnolphe a ses habitudes dans un petit café dévolu à des fans de cyclisme. Bienveillante, la patronne le persuade, lui le vieux garçon, de passer une annonce matrimoniale dans le journal, avec comme intitulé : « Grec cherche Grecque ». 

 

Vingtième Théâtre
L’autre Galilée

L’autre Galilée

 

Qui est donc cet autre Galilée ? Allons-nous découvrir celui qui se cache derrière le mythe du savant génial et rebelle, contemporain de la Renaissance italienne ?
Voilà apparaître un Cesare Capitani fougueux qui, après "Moi, Caravage", devient ici Moi, Galilée… enfin… l’autre !

 

Théâtre du Lucernaire
Phone Tag

Phone Tag

 

Phone Tag est la seule pièce radiophonique d’Israël Horovitz écrite pour la BBC dans les années 90. La pièce se déroule au temps des répondeurs téléphoniques où bien entendu les personnages de cette comédie ne cessent de se manquer. L’intrigue part d’un bon sentiment où Donald qui vit à New York décide de surprendre celle qu’il aime, Christy, qui, elle, habite à Londres. Il s’envole alors vers l’Angleterre sans savoir qu’elle a choisi le même moment pour le retrouver à New York.

 

Théâtre des béliers parisiens
Un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires

Un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires

 

Pour le bien-être de Jules, un nourrisson de huit mois, sa mère a eu la mauvaise bonne idée d’inviter durant une semaine de vacances son ex mari dans la villa en bord de mer que son nouveau compagnon et elle ont louée pour l’occasion.

 

Théâtre Edgar
Quelque part au milieu de la nuit

Quelque part au milieu de la nuit

 

Daniel Keene est un auteur australien qui a l’habitude de scruter la société occidentale au travers des gens ordinaires. Une sorte de dentelle littéraire caractérise son style. Peu de personnages, des scènes courtes, des dialogues au vocabulaire le plus quotidien.

Dans la construction de ses pièces, il transpose souvent les techniques cinématographiques du montage, du cut, de l’incrustation...

 

Théâtre Proscenium
La 432 – Les Chiche Capon

La 432 – Les Chiche Capon

 

Les revoilà, ces fous géniaux, ces clowns complètement barrés qui ont le don du « chaos » !

Le thème : L’Écho du Big Bang étant un La 432, fréquence qui sert de base d’accord à tous les musiciens, on peut donc dire que l’univers s’est formé en musique.

Partant de là, ils vont nous emmener dans leur monde des plus farfelus, un concentré de grand n’importe quoi où ils osent tout, même maltraiter leur public !

 

Apollo Théâtre
L’avare

L’Avare

 

Weber qui n’a jamais autant été le grand Jacques, est tout bonnement prodigieux, faisant avec une parfaite maîtrise ressortir toute la complexité du personnage. Tour à tour matois, despote, méprisant, puissant, anéanti, effondré, il déploie sa grande carcasse avec une vigueur non dénuée d’élégance, éructe, minaude, tempête, grimace, joue le vieux beau, s’écroule avec toujours la même justesse...

 

Théâtre Dejazet
Dans le peau de Cyrano

Dans le peau de Cyrano

 

Un comédien en noir sur un fond noir, c’est comme une page blanche ! Celle qui invite à découvrir l’histoire de Colin, un gamin « pas tout à fait comme les autres », qui fait sa rentrée dans un nouveau collège. Une intégration pas facile pour un adolescent avec lequel les camarades ne sont pas toujours tendres.  En fait, Colin bégaye « pour ralentir le temps en se disant, qu’à force il reculera peut être et que son père redeviendra vivant ». Joli, n’est-ce pas ?

 

Béliers Parisiens
Soixante degrés

Soixante degrés

 

Au départ, donc, nous sommes dans une laverie où se rencontrent un infirmier, Damien, et Rémi, un apprenti-comédien. De confidence en confidence, il s’avère que l’infirmier est le nouveau fiancé de Marie Terrano, une ex’ de Rémi. Et d’un soir à l’autre, puisque les deux sont des habitués de la laverie, une relation amicale s’installe entre eux...

 

Théâtre de la Contrescarpe
Le Dîner

Le Dîner

 

C’est un spectacle pas ordinaire auquel nous avons pu assister hier soir au théâtre de Belleville.

Imaginez une pièce qui ne serait pas écrite avec cinq personnages dont personne ne sait rien hormis leurs prénoms, personne pas même les comédiens.

Quand nous entrons, nous voyons sur notre billet une pastille de couleur. Elle détermine le groupe auquel nous allons appartenir...

 

Théâtre de Belleville
Bon anniversaire mon amour !

Bon anniversaire mon amour !

 

Avec Bon anniversaire mon amour, l’auteur Thierry Ragueneau, qui est également l’interprète du rôle masculin, nous livre un panorama sans concession de la vie de couple après quinze ans de mariage, où il passe en revue sans grande originalité certes mais aussi sans aucun tabou, ce qui est plus rare, tout ce qui peut contribuer à l’usure des sentiments.

 

Comédie Bastille
Quand souffle le vent du Nord

Quand souffle le vent du Nord

 

Adapté du roman éponyme de l’autrichien Daniel Glattauer, Quand souffle le vent du Nord est une pièce romantique. De celles qui maintiennent le spectateur en haleine, et de celles qui peuvent aisément résonner dans les cœurs des inconditionnels du clavier.

 

Ciné XIII Théâtre
Énorme

Énorme

 

Thomas, jeune cadre dynamique bien sous tous rapports, entouré de "potes" et d’une charmante collègue qui ne demande qu’à sortir avec lui, rencontre par hasard Hélène. Intelligente, cultivée, drôle, la jeune bibliothécaire ne rentre cependant pas tout à fait dans les codes de la fille avec qui on sort...

 

Théâtre de Paris – Salle Réjane
Le poisson belge

Le poisson belge

 

Avec cette nouvelle pièce, Leonore Confino confirme qu’elle est décidément un de nos auteurs contemporains majeurs.

Après avoir décortiqué les rapports familiaux et le monde du travail, elle n’hésite pas cette fois-ci à gratter des plaies avec ce mélange qui la caractérise d’humour et de tristesse, de légèreté et de profondeur, toujours saupoudré d’une once de fantastique.

 

Pépinière Théâtre
Fleur de cactus

Fleur de cactus

 

On pourrait se croire aux beaux jours d’Au théâtre ce soir avec au programme un boulevard des auteurs Barillet et Grédy. On y retrouve bien sûr les trois coups qui lancent le signal des réjouissances et la présentation finale « Mesdames, Messieurs la pièce que nous avons eue etc. etc. »

On pourrait en effet.

Sauf que c’est Michel Fau qui s’empare de l’œuvre, Michel Fau et son univers si particulier.

 

Théâtre Antoine
Intrigue et Amour

Intrigue et Amour

 

Chronique de Frédéric Manzini

 

Chronique de Gérard Noël

 

Théâtre 71 – Malakoff
Les lapins sont toujours en retard

Les lapins sont toujours en retard

 

Tout comme le titre décalé et original, la pièce, tant sur le fond que sur la forme, sort des sentiers battus et s’avère un objet théâtral difficilement identifiable. Disons qu’Alice l’héroïne, alias Ariane Mourier l’auteur, à  l’aide de subterfuges (séances chez un psy, confidences entre amies…) et au travers d’instantanés de vie quotidienne, exprime une quête identitaire universelle.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Ne me regardez pas comme ça

Ne me regardez pas comme ça !

 

Une heure et demie de rires, voilà ce que nous propose la dernière œuvre de Mademoiselle Mergault. Car, même si on l’a connue plus inspirée (l’histoire tient sur un papier à cigarette, avec une  peinture de destins de stars faisant inévitablement penser à Garbo qui aurait pu être plus fouillée), elle maîtrise comme toujours les situations amusantes, avec des trouvailles de répliques..

 

Théâtre des Variétés
30/40 Livingstone

30/40 Livingstone

 

30/40 Livingstone, un titre mystérieux pour une vraie pépite de théâtre. La fantaisie écrite et interprétée par Sergi López et Jorge Picó avait d’ailleurs eu un succès amplement mérité à Avignon en 2014.

 

La Pépinière Théâtre
Les voisins du dessus

Les voisins du dessus

 

Avec un joli travail sur le décor et les costumes, l’histoire se déroule de péripéties en rebondissements, de répliques humoristiques en remarques acides, bien servie par une interprétation « aux petits oignons ».

 

Comédie Bastille
Pédagogies de l’échec

Pédagogies de l’échec

 

Au commencement était le verbe.

Un verbe signé ici Pierre Notte. Un verbe sous le signe de l’absurde, que ne renieraient ni Beckett ni Ionesco ni surtout Kafka. D’un humour cruel, dévastateur, vigoureux, trempé dans une encre noire qui nous parle avec férocité d’un monde qui s’écroule et que seuls les habitudes de travail, le sens d’une certaine hiérarchie pourraient encore faire tenir debout.

 

Vingtième Théâtre
Occident

Occident

 

Occident est un texte écrit avec colère et impétuosité contre la montée du front national en France.

Au travers d’un couple en constante déchirure, Rémi De Vos analyse de quelle manière les idées nationalistes, identitaires et racistes font leurs nids au cœur même des cellules familiales.

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Qui a peur des grands méchants contes ?

Qui a peur des grands méchants contes ?

 

Si le titre rappelle une comptine fameuse… c’est tout l’univers des contes qui est mis à mal dans ce spectacle. À l’instar de Tex Avery, Patrick Valette, auteur et interprète sait mieux que personne à quel point l’univers des contes se prête à la parodie. Au détournement. Voilà donc, en scène, un illustre (?) devancier de Freud, le ci-devant docteur Éric Von Breuen. Attentif à la création de sa nouvelle approche psychologique, il va en voir de belles.

 

Théâtre 12
Les mémoires d’un fou

Les mémoires d’un fou

 

Gustave Flaubert écrit ce texte à 17 ans, en 1838. Il ne sera pas publié de son vivant.

C’est surprenant d’écrire ses mémoires si jeune. Car il s’agit bien ici, pour une énorme part, de souvenirs autobiographiques mêlées à de dissertations sur le monde, l’art, la vie, l’amour.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Ivanov

Ivanov

 

Voici donc pour un mois la reprise (seu Yves Jacques ayant remplacé Marcel Bozonnet dans le rôle de Lebedev) de cet Ivanov qui avait tellement séduit aussi bien la critique que le public parisien au début de l’année. Il faut dire qu’il a tout pour lui : une distribution de grande qualité, une scénographie belle et racée, une mise en scène qui dispute l’équilibre à la finesse.

 

Théâtre Odéon
Mes parents sont des enfants comme les autres

Mes parents sont des enfants comme les autres

 

Le père (José Paul) homme quelque peu bohême, ukuléléiste de profession rentre légèrement éméché d’une soirée avec sa nouvelle compagne. Dans la pénombre les attend son fils Arnaud. Ils ont juste oublié qu’aujourd’hui c’était son anniversaire...

 

Théâtre Saint-Georges
Danser à la Lughnasa

Danser à la Lughnasa

 

Un homme se penche sur son passé.

Il revit un certain été 1936, dans la maison familiale où vivent ensemble sa mère et ses quatre tantes ainsi que son oncle Jack un missionnaire revenu d’Afrique atteint de paludisme et de pertes de mémoire..

 

Théâtre de l'Atelier
Oscar et la dame  Rose

Oscar et la dame Rose

 

Une chambre d'enfant remplie de jouets, de peluches… Nous nous retrouvons d’emblée sur une autre planète, pourtant si familière, plus ou moins lointaine. Car la magie de cet univers là est précieusement préservée, malgré l'ambiance par définition aseptisée, d’un hôpital.

 

Théâtre Rive-Gauche
Représailles

Représailles

 

On retrouve avec plaisir l’univers d’Éric Assous, son écriture enlevée, ses répliques irrésistibles, et, habilement traitée avec un humour corrosif, sa peinture pessimiste du couple toujours teinté de misogynie avec des femmes caricaturales et des hommes d’une parfaite mauvaise foi.

 

Théâtre de la Michodière
De l’autre côté de la route

De l’autre côté de la route

 

Après Sunderland, la pièce unanimement encensée par la critique, Clément Koch nous livre sa nouvelle comédie sociale, drôle, mais particulièrement touchante, léchant de son écriture percutante une actualité cruelle qui malheureusement fait souvent la une des journaux.

 

Théâtre Michel
Victor

Victor

 

Voilà une pièce écrite à l’époque et qui sent bon le film noir français des années 50. Nous sommes dans l’après-guerre, un homme, Victor, sort de prison. Il y a été incarcéré quelques mois pour des malversations financières, une faute dont il est innocent. Il vient de purger sa peine à la place d’un autre, Marc, un ami, son ancien chef d’escadrille pendant la guerre. 

 

Théâtre Hébertot
Le faiseur

Le faiseur

 

On comprend pourquoi Robin Renucci et les Tréteaux de France ont eu le désir de monter cette pièce de Balzac écrite en 1840 : l’histoire qu’elle raconte est celle d’un as de la manipulation financière. Nous voilà plongés dans le monde des spéculateurs et autres vampires de la bourse.

 

Théâtre Jean Vilar – Vitry
Moins 2

Moins 2

 

Samuel Benchetrit a une écriture fine et sensible, il sait manier les mots et trouver les répliques qui feront mouche.

Il en fait ici encore une fois la démonstration, avec un thème intéressant, qui lui permet de parler avec humour et une belle distance de la mort et de la paternité.

 

Théâtre Hébertot
Un certain Charles Spencer Chaplin

Un certain Charles Spencer Chaplin

 

Charlot.

Si le petit homme à moustache est connu dans le monde entier, en revanche on connaît moins son créateur Charlie Chaplin, qui il était vraiment, ce que fut sa vie.

Daniel Colas a eu l’heureuse idée de nous raconter l’homme derrière l’image et c’est à la fois une révélation et une réussite.

 

Théâtre Montparnasse
Le chant des oliviers

Le chant des oliviers

 

Pas d’aventures, plutôt une peinture subtile de sentiments tracée à l’aigre-doux, le rire côtoyant l’émotion, les joies se mêlant aux peines. La vie quoi.

Trois personnages, trois comédiens qui se les approprient avec grand talent.

 

Théâtre du Splendid
Démons

Démons

 

Marina Foïs et Romain Duris incarnent un couple de dix ans d’âge, Katarina et Franck. Pourtant, malgré le temps ou à cause du temps qui a passé, tous deux sont toujours comme éventrés par une fusion passionnelle qui les jette violemment l’un vers l’autre. Ils se détestent autant qu’ils ne peuvent se passer l’un de l’autre. Ce sont deux grands brûlés qui ont échangé leurs peaux.

 

Théâtre du Rond-Point
Clérambard

Clérambard

 

Caché derrière ses lunettes noires, Marcel Aymé n’avait de cesse de dénoncer les travers de l’homme et de la société, que ce soit l’hypocrisie, l'avidité, la violence, l'injustice, le mépris, par l’arme imparable de l’humour, s’en prenant aux magistrats comme dans La tête de l’autre ou à la religion comme ici dans Clérambard. Avec un humour toujours mâtiné d’un fantastique irrévérencieux.

 

Théâtre Michel
Des souris et des hommes

Des souris et des hommes

 

Créé en 2002 au Théâtre 13, puis repris ensuite régulièrement avec le même succès, « Des souris et des hommes » se déroule pendant la grande dépression des années 30 aux États-Unis. Georges et Lennie parcourent le pays en travaillant ci et là afin d’amasser un pécule qui leur permettra de réaliser leur rêve commun : devenir propriétaire d’une ferme.

 

Théâtre du Palais Royal
Une laborieuse entreprise

Une laborieuse entreprise

 

Léviva et Yona Popokh, un couple qui s’use depuis trente ans dans les méandres des habitudes, des petites vexations, des joies rares et d’un bonheur au rabais, vont s’affronter avec la violence d’une collision conjugale.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Le Roi Lear

Le Roi Lear

 

Le roi Lear, âgé et fatigué, décide d’abdiquer et de partager son royaume entre ses trois filles, en fonction de l’amour que chacune saura lui exprimer. Les deux aînées, Goneril et Régane, sauront l’amadouer grâce à leurs paroles mielleuses. Cordélia, la benjamine et préférée du roi, refuse de se prêter au jeu de la flatterie...

 

Théâtre de la Madeleine
L’incroyable matin et jour

L’incroyable matin et jour

 

Les deux pièces de Nicolas Doutey sont un peu des Brèves de Comptoir au pays des mantes religieuses et des phasmes. Dans cette écriture qui se réclame du langage ordinaire, un humour potache se bat pour émerger d’une foison d’images faussement maladroites qui finissent par ressembler à des gargarismes verbaux, verbeux ce qui allonge les répliques dans des sortes d’accumulations un peu dérisoires.

 

Théâtre Ouvert
Avanti !

Avanti !

 

« Avanti » est le type même de la comédie romantique, dans une histoire qui n’est certes pas des plus originales mais qui ménage néanmoins quelques bons effets et qui demande surtout une interprétation sans failles.

Inutile de dire qu’avec l’affiche présentée c’est forcément le cas.

 

Théâtre des Bouffes Parisiens
Comédie pâtissière

Comédie pâtissière

 

L'ingrédient principal de cette Comédie Pâtissière est sans conteste Alfredo Arias. Il est le metteur en scène qui fonde en 1968 le Groupe de théâtre d’Argentins en exil « TSE » connu pour ses œuvres originales et expérimentales. Il est ici acteur, et raconte son enfance marquée par le programme télévisuel de doña Petrona de Gandulfo, cuisinière fantasque et féministe, dont il ne manquait aucun épisode.

 

Théâtre de la Tempête
Un Deux Trois... Soleil

Un Deux Trois... Soleil

 

« Un Deux Trois... Soleil » traite d’un sujet difficile, l’euthanasie, et parvient à le faire sans tomber ni dans le pathos ni dans l’affrontement entre les « pour » et les « contre » grâce à la qualité de l’écriture fine et précise de Christelle George et de la mise en scène de Michel Voletti toute en sensibilité et d’un traitement quasi cinématographique.

 

Théâtre du Ranelagh
Le réformateur

Le réformateur

 

Cela commence par une recette de cuisine. L’élaboration d’un menu pour le soir. Ce sera des nouilles. Tout est recette : les pensées, les humains, les sociétés et la bouffe. Soliloque, monologue, dialogue de sourd. Serge Merlin qui interprète le rôle titre est enroulé dans un drap, une serviette sur la tête, enraciné dans un fauteuil « Voltaire »...

 

Théâtre de l’Œuvre
Mer agitée en fin de journée

Mer agitée en fin de journée

 

Nous voilà plongés en immersion totale dans l'intimité de l'amitié féminine : un week-end détente en Normandie entre filles, c'est léger, rafraîchissant, drôle, pétillant ! En tout cas au début... Car bien évidemment les apparences sont trompeuses et rien ne se passera comme prévu.

 

Théâtre Essaïon
Les Feluettes

Les Feluettes

 

Les canadiens ont encore frappé ! Une pièce de Michel Marc Bouchard, un univers à la Tremblay, à la Fréchette. Une façon de décortiquer les sentiments brutale, sauvage, sans fioritures. Comme pour exorciser la douleur. Les feluettes, ce sont au Québec des jeunes gens fragiles, fluets, sentimentaux. C’est l’histoire de Simon et Vallier, qui s’aiment dans le monde rigoriste de 1912, face à l’intégrisme religieux de l’époque qui fait inévitablement penser à un autre intégrisme plus actuel.

 

Théâtre Clavel
Ciel mon placard

Ciel mon placard

 

« Ciel ! Mon placard » ne se raconte pas. 

Comment parler en effet de ce tourbillon extravagant de situations invraisemblables, de personnages improbables, ce vaudeville transformé en théâtre de l’absurde puissance mille et qui pulvérise les codes du genre dans une joyeuse et foutraque inspiration ?

 

Théâtre du Rond-Point
Adolf Cohen

Adolf Cohen

 

C’est une histoire exceptionnelle que nous raconte ce spectacle. Tellement exceptionnelle qu’elle paraît presque du domaine du conte. Et pourtant, c’est bien dans notre réalité que s’inscrit le destin profondément tragique et profondément absurde d’Adolf Cohen.

 

 

Comédie Bastille
Le bizarre incident du chien pendant la nuit

Le bizarre incident du chien pendant la nuit

 

D’abord succès de librairie sous la forme de roman, puis succès théâtral à Londres, dans une adaptation de Simon Stephens, le texte de Mark Haddon est mise en scène aujourd’hui par Philippe Adrien. C’est un récit à la première personne racontant l’aventure d’un jeune autiste de 15 ans, Christopher, qui découvre un jour dans le jardin voisin, un chien mort, tué d’un coup de fourche...

 

Théâtre de la Tempête
La Duchesse

La Duchesse

 

Mise en scène insolite, inventive et terriblement innovante. Décors à des années lumières de l’ambiance bourgeoise qui caractérise le cadre des pièces de Feydeau, et bien sûr, pas de costumes d’époque !

 

Vingtième Théâtre
Un avenir radieux

Un avenir radieux

 

Une pièce signée Gérald Sibleyras c’est l’assurance d’un spectacle intelligemment drôle car si l’auteur manie la plume humoristique avec une aisance remarquable, il cache toujours derrière des répliques désopilantes une peinture corrosive de la société et des mœurs actuelles.

 

Théâtre de Paris
J’appelle mes frères

J’appelle mes frères

 

C’est un cri. Multiple. Celui d’une jeune génération prise dans la déflagration d’un attentat terroriste. Une voiture vient d’exploser en plein centre ville. Cela se passe peut-être en Suède, pays d’origine du jeune auteur à succès Jonas Hassen Khemiri, mais cela pourrait se passer n’importe où ailleurs sur la planète. A n’importe quel moment.

 

Théâtre de l’Opprimé
Momo

Momo

 

Il a encore frappé ce trublion de Sébastien Thiéry qui ne recule décidément devant rien, faisant fi des tabous. Provocateur comme toujours, (on se souvient de Tilt, de L’origine du monde, de Deux hommes tout nus et de prestation remarquée aux derniers Molières ), il s’attaque cette fois-ci à un sujet des plus sensibles, le handicap.

 

Théâtre de Paris
L’Histoire du tigre

L’Histoire du tigre

 

Nous voilà dans la tanière de la tigresse. Elle nous est dépeinte et mimée aussi terrifiante que fascinante, toute puissante, puisqu’elle va guérir ce soldat blessé, perdu, en léchant sa plaie gangreneuse. Des liens se tissent entre les êtres, tant bien que mal, avec des hauts et des bas... On redécouvre la beauté et la puissance symbolique du tigre dans la croyance et la culture chinoise grâce au texte captivant et dépaysant de ce génial Dario Fo.

 

Le Lucernaire

 

 

Princesse Vieille Reine

Princesse Vieille Reine

 

Il était une fois une princesse vêtue d’une somptueuse robe blanche aux multiples volants de tulle et qui courait à perdre haleine. Qui courait pour quoi ? Pour jouer comme une enfant ? Ou pour fuir une réalité trop dure ? Celle par exemple du temps qui passe transformant les princesses en vieilles reines ? Destin des femmes, riches ou pauvres.

 

Théâtre du Rond-Point

 

 

4. 48 Psychose

4.48 Psychose

 

Troublante pièce que ce 4.48 Psychose qui décrit, ou plutôt expose et explore, les douloureux et dévorants méandres d’une âme hospitalisée dans un service psychiatrique, au bord du suicide. C’est une œuvre qui suscite immédiatement un malaise, une œuvre dure, une œuvre à la limite. À la limite entre la réalité et l’autofiction puisque c’est l’ultime pièce de Sarah Kane qui, de fait, se pendra quelque mois après l’avoir rédigée.

 

Théâtre Essaïon

 

 

Faim

Faim

 

Faim est l’un des plus beaux textes, l’un des plus troublants, publié par le norvégien Knut Hamsun en 1890, un écrivain honoré des années plus tard par un prix Nobel de littérature. Le même qui cinquante ans plus tard commis l’irréparable en rejoignant Hitler et les nazis. Une vie énorme et chaotique, un talent de la même trempe.

 

Le Lucernaire

 

 

Les vœux du cœur

Les vœux du cœur

 

Après L’affrontement, Bill C Davis écrit Les vœux du cœur, sur un sujet qui traite une fois encore de religion. La religion face à des questions de notre époque, le mariage gay et le célibat des prêtres...

 

Théâtre La Bruyère

 

 

Je ne veux pas mourir idiot

Je ne veux pas mourir idiot

 

Mai 68, « les événements » comme on a dit ensuite. Octobre 68, création de « Je ne veux pas mourir idiot » au théâtre de la commune d'Aubervilliers, spectacle de Georges Wolinski et Claude Confortès Janvier 2015 attentats contre le journal Charlie Hebdo Septembre 2015 reprise de la pièce au théâtre Déjazet Des dates. Des faits. Des symboles. Et Wolinski...

 

Théâtre Dejazet

 

 

Cyrano de Bergerac

Cyrano de Bergerac

 

Quelle puissance, quelle émotion, quel saisissement ! C'est d'une beauté envoûtante, d'une truculence réjouissante, d'une maestria impressionnante et d'une somptueuse élégance. Sans décor tapageur, mais avec une troupe exceptionnelle et une mise en espace rigoureuse et intelligente, le texte de Rostand est rendu comme jamais, dans toutes ses nuances, sa beauté et sa musicalité.

 

Théâtre du Ranelagh

 

 

Noire

Noire

 

Il ne s’agit pas ici de ne parler que de la couleur de la peau, même si Poppy qu’incarne avec fougue, malice et talent, Nadine Zadi, ne parle finalement que de cela. Elle est noire, mais elle est blanche en dedans. Il a fallu que sa meilleure amie lui dise qu’elle était noire pour qu’elle s’en rende compte vraiment, un jour, il y a longtemps.

 

La Manufacture des Abbesses
Frangins

Frangins

 

Comme le titre l’indique, c’est l’histoire de trois frères. Trois frères séparés par l’existence depuis vingt-sept années qui se retrouvent ce soir-là dans la maison familiale au chevet de la mère, mourante.

Ils ont eu trois destins disparates aux réussites inégales.

Durant ces retrouvailles, les souvenirs, les nostalgies, les anciennes chamailleries, les inéluctables désaccords et les nostalgies d’amour vont resurgir.

 

Au Lucernaire
Mademoiselle Frankenstein

Mademoiselle Frankenstein

 

Si on sait tous qui est Frankenstein, c’est surtout grâce aux adaptations cinématographiques ou théâtrales. Peu connaissent en revanche le roman lui-même et encore moins son auteur Mary Shelley qui l’écrivit à seulement 19 ans.

La pièce conçue par Thierry Debroux se penche sur la personnalité de l’écrivain et pose le problème de la création : celle du monstre par le docteur Frankenstein et comme en miroir celle d’un ouvrage par un romancier...

 

À La Folie Théâtre
Camille Claudel, 1864-1943

Camille Claudel, 1864-1943

 

À l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance, le personnage de Camille Claudel revient dans nos mémoires, vingt-cinq ans après son interprétation au cinéma par Isabelle Adjani dans un film de Bruno Nuytten. Son histoire fascine et c’est sans doute pour cela que, pendant plus d’un an, Christine Farré s’est plongée littéralement dans la vie de Camille Claudel, cette célèbre sculptrice qui ne put finalement vivre de son art et qui passa les trente dernières années de sa vie internée.

 

À La Folie Théâtre
Jean-Luc : La comédie déjantée !

Jean-Luc : La comédie déjantée !

 

Pour une soirée détente rafraîchissante cet été au cœur de la capitale, arrêtez-vous un lundi au théâtre des Blancs-Manteaux pour y découvrir ce duo craquant et croustillant. Un couple citadin d’aujourd’hui, contrasté, bancal.

 

Théâtre des Blancs Manteaux
Ma femme est sortie

Ma femme est sortie

 

Cette pièce légère de Jean Barbier sortie en 2003 et remise au gout du jour pour coller à l’actualité est une comédie vaudeville qui s’inscrit dans la pure tradition du boulevard et dans l’esprit des grandes pièces qui faisaient les belles soirées d’au « Théâtre ce soir ».

 

Théâtre Daunou
Marié à tout prix

Marié à tout prix

 

Antoine, célibataire endurci et endetté, doit se marier sous dix jours s’il veut bénéficier de l’importante aide financière de son grand-père impotent. La mission semble difficilement réalisable mais c’est sans compter sur Corinne, l’aide ménagère du papy, qui va déployer des trésors d’inventions pour l’aider à relever cet impossible défi.

 

Théâtre Edgar
La folle évasion

La folle évasion

 

Une prise d’otages qui tourne bien vite à la folie et qui n’est bien sûr qu’un prétexte pour installer une comédie délirante aux situations loufoques, emmenée par un excellent Éric Laugérias qui soutient un rythme endiablé et décalé et qui déclenche très souvent les rires du public.

 

La Gaîté Montparnasse
Desperate Housemen

Desperate Housemen

 

Les conseils avisés sur l’amour de trois hommes modernes ! Courez vite écouter leurs conseils sur la scène du célèbre théâtre de Bobino, célibataires ou en couple vous en apprendrez de belles ! Et surtout vous saurez comment être heureux en amour ! Selon nos trois artistes, qui se retrouvent alors que Jérôme vient de se faire larguer, il ne faut jamais pleurer devant une fille, ni dire « je t’aime » en premier car  c’est le piège …

 

Bobino
Commis d’office

Commis d’office

 

Une comédie culinaire drôle et bien menée qui nous entraîne dans la cuisine d’une prison. Ce jour là trois mois avant sa libération, Gérard Campagne, condamné pour avoir, par mégarde, empoisonné trois critiques gastronomiques qui lui refusaient l’étoile rêvée pour son restaurant, veut devenir le premier chef étoilé sous les verrous.

 

Théâtre d’Edgar
Une femme chaste – La grande mélancolie

Une femme chaste – La grande mélancolie

 

Voilà un spectacle qu’on voit rarement sur les scènes parisiennes. Une pièce présentée par le théâtre Liyuan de Quanzhou, une troupe chinoise dévolue à ce théâtre ancien qui s’exprime par le jeu, le chant et la danse, un répertoire qui date de plus de huit cents ans et qui est arrivé jusqu’à nos jours par tradition orale principalement.

 

Théâtre du Soleil
La nuit et le moment

La nuit et le moment

 

Crébillon fils, auteur licencieux du XVIIIème siècle, est surtout connu pour « La nuit et le moment », œuvre devenue mythique avec le temps. Voilà l’occasion de vérifier si elle est bien aussi sulfureuse qu’on le dit. La situation de départ : un homme, s’introduit dans la chambre d’une femme. Et ce qu’il en advient. Va-t-il passer là la nuit entière avec elle… ou seulement un moment ?

 

Le Lucernaire
Festival du Printemps des Arts – Palmarès

Festival du Printemps des Arts – Palmarès

 

En clôture du Festival du Printemps des Arts qui a investi le Café de Paris, L'Auguste Théâtre et le Vingtième Théâtre depuis le 1er juin, avait lieu lundi 22 juin la cérémonie de remise des prix. Mais auparavant, le public a pu assister à la représentation d’un travail de fin d’année de l’Atelier Juliette Moltes, créatrice de ce festival.

 

Vingtième Théâtre
Destin d’un Juif de Chine

Destin d’un Juif de Chine

 

Dans la famille Huppert, je demande le frère. On croyait tout savoir des quatre sœurs Huppert, toutes plus brillantes les unes que les autres, or voici qu’on découvre qu’il y a également un frère, brillantissime s’il en est.

 

Espace Rachi
Le CV

Le CV

 

L’histoire : dans cette association « Enfance et avenir pour tous », Philippe (S. Bouadi) s’affaire. À quoi exactement ? L’arrivée inopinée de Bernard (B. Moynot) va en tout cas faire capoter ses projets. Mais qui est cet autre homme, porteur d’un sac de sport, armé d’une béquille, beau parleur et surtout très susceptible ? Un escroc, un mythomane, ou pire ? Il y aura des quiproquos, des menaces, des faux départs…

 

Petit Palais des Glaces
Festival des Écoles du Théâtre Public

Festival des Écoles du Théâtre Public

 

Voici la sixième édition du Festival du Théâtre Public organisé par le Théâtre de L’Aquarium en partenariat avec la Tempête, l’Épée de Bois et l’Atelier de Paris. Sont invités cette année quatre des onze Écoles nationales supérieures d’art dramatique de France ainsi que La Manufacture de Lausanne. L’idée est de présenter les spectacles de fin d’année de ces élèves comédiens, metteurs en scène et techniciens, dans une configuration professionnelle devant un public vrai.

 

La Cartoucherie de Vincennes
Les précieuses ridicules

Les précieuses ridicules

 

Jamais mise en scène n’avait autant souligné l’intemporalité de Molière. Tellement tous les personnages et ce qu’ils disent peuvent se rapporter à notre époque de faux-semblants et de désir exacerbé de célébrité. Prenez deux jeunes péronnelles, jeans slim et blousons de cuir, mâchonnant du chewing-gum, levant les yeux au ciel d’un air dégoûté, prêtes à tout croire avec une certaine naïveté, à tel point qu’on s’attend à tout moment les entendre dire : « Non mais allo quoi ! ».

 

Lucernaire
Moulins à paroles

Moulins à paroles

 

Trois femmes, trois histoires, trois vies, trois monologues écrits par Alan Bennet auteur anglais qui du bout de sa plume férocement british nous offre un texte éblouissant, coloré d’un humour noir d’une précision redoutable.

 

Théâtre Carnot – Avignon
Occident

Occident

 

Une femme, un homme, un couple. C’est le soir, tard, l’homme rentre, ivre. La femme attend, tête posée sur la table en formica. Un lecteur de cd posé près d’elle diffuse « Et si tu n’existais pas » de Joe Dassin. C’est de part et d’autre de cette table que va se dérouler le combat entre cette femme et cet homme, un combat de mots, un combat de dérive, un combat qui est comme la colonne vertébrale d’une vie commune en déchirures...

 

Maison des Métallos
M.U.R.S – La Fura dels Baus

M.U.R.S – La Fura dels Baus

 

Venez ! Entrez dans le monde promis du futur, du progrès, de la science ! Ou plutôt de la technologie… ne pas confondre. Ce spectacle aurait été une fantaisie lunaire il y a dix ans. Une chose incompréhensible, et dans le fond vaguement simpliste. Surtout une chose du futur, avec tout le côté kitch des séries B de science fiction américaines...

 

La Grande Halle de la Villette
Le crime de Camden Town

Le crime de Camden Town

 

L’histoire est inspirée du tableau de Walter Sickert : The Camden Town Murder qui représente une femme assassinée gisant sur sa couche. Assis au bord du lit, un homme est assis, tête baissée, mains jointes. La femme était une prostituée tuée dans les bas fonds de Londres en 1907 sans doute par le fameux Jack l’éventreur.

 

Auguste Théâtre
Tailleur pour dames

Tailleur pour dames

 

Un Feydeau c’est en général l’assurance de passer une bonne soirée. Lorsque de surcroît Jean Poiret y a ajouté sa patte et que l’on voit en tête de distribution José Paul et Sébastien Castro, on se précipite.

 

Théâtre Montparnasse
The Great Disaster

The Great Disaster

 

Anne Mazarguil met en scène au Darius Milhaud le très beau texte de Patrick Kermann, un texte écrit il y a une vingtaine d’années et qui prend une tragique résonnance actuelle. Car il nous raconte l’histoire de Giovanni Pastore – ce nom revient sans cesse en lancinante anaphore – un émigré italien parti à la recherche d’un monde meilleur et qui disparaît oublié dans les cales du Titanic...

 

Théâtre Darius Milhaud
Oliver Twist

Oliver Twist

 

C’est du grand spectacle que cet Oliver Twist présenté dans la salle majestueuse du Théâtre de l’Épée de bois. Une fresque à la hauteur de l’histoire épique inventée par Charles Dickens il y a presque deux siècles...

 

Épée de Bois
Le banquet de la Sainte-Cécile

Le banquet de la Sainte-Cécile

 

Eh oui, Jean-Pierre Bodin, artisan du théâtre, est le maître d’œuvre de ce « Banquet » qui triompha, déjà, à Avignon en 1994. Il a écrit et joue, toujours en solo, ce spectacle devenu culte. L’homme est conteur, un conteur brillant autant qu’un fin comédien...

 

L’Européen
Molière malgré moi

Molière malgré moi

 

Le fauteuil du maitre trône au centre de la scène, une écritoire, un paravent où sont accrochés quelques costumes, une musique de cirque donne l’ambiance, un jeu de projecteurs sur les divers accessoires et vient l’arrivée tonitruante de Francis Pocquelin Perrin. Nous sommes en 1658 dans la loge de Molière au théâtre du petit Bourbon, alors qu’il s’apprête à donner avec sa troupe devant un parterre royal, Nicomède de Corneille...

 

La Gaîté Montparnasse
Démons

Démons

 

Dans cet espace sombre et restreint deux couples vont se déchirer sous le regard médusé de spectateurs devenus voyeurs jusqu’au malaise. L’amour, la mort, la sexualité dansent un infernal ballet dans un décor froid très scandinave, un salon champ de bataille, poussant les êtres jusqu’à leur paroxysme, des êtres tous en souffrance...

 

Lucernaire
Le premier

Le premier

 

Posez au sol une ligne blanche. Placez un personnage derrière cette ligne. Puis un deuxième, un troisième, un quatrième et un cinquième. Et observez ces personnages...

 

Les Déchargeurs
J’ai de la chance

J’ai de la chance

 

Un plateau encombré de tables encastrées, de boites à couture éparpillées, de chaises laissées ici et là, un désordre nécessaire qui permettra à Natasha la comédienne d'incarner les personnages de cette histoire, celle qui se conjugue au passé et au présent en passant d'une table à l’autre comme on passe d’une mémoire présente à celle qui s’efface petit à petit jusqu’à sa perte...

 

Lucernaire
Sweet Justice

Sweet Justice

 

Curieux spectacle que celui-ci, dont on ne sait trop si c’est une comédie ou un exposé sur la médiation. Après les docu-fictions, un docu-théâtre ? Dans le désir sincère et louable de faire connaître ce qu’est la médiation, le médiateur suisse Guy A. Bottequin a scénarisé et mis en scène un cas dont il s’est apparemment occupé il y a quelques années.

 

Comédie des Champs Élysées
Liliom ou La vie et la mort d’un vaurien

Liliom ou La vie et la mort d’un vaurien

 

La pièce de Ferenc Molnár est une œuvre âpre, plongeant ses inspirations dans le monde populaire, une pièce qui peut faire penser par certains aspects à la pièce de Büchner écrite trois générations plus tôt, Voyzeck, elle fait aussi penser à Von Horvath et son Casimir et Caroline. Dans Liliom, Ferenc Molnár prend le prisme de la fête populaire pour observer les hommes et leur société.

 

Ateliers Berthier
Festival mises en capsules

Festival mises en capsules

 

Ce festival permet de présenter au public des formes courtes de théâtre.

 

Ciné 13 Théâtre
Le jeu de l'amour et du hasard

Le jeu de l'amour et du hasard

 

Philippe Calvario fait ressortir par tous les moyens possibles l’esprit ironique, poussant les traits comiques des personnages jusqu’au non sens, faisant passer ses comédiens, à coup de ruptures brutales, de la posture tragique au comique le plus italien qui soit, agrémentant toute la pièce d’une bande son faite d’extraits musicaux empruntés aux grand tubes de Gainsbourg pour parsemer de sensualité toute la pièce.

 

Théâtre de la Pépinière
Les heures souterraines

Les heures souterraines

 

« Les heures souterraines », ce fut d’abord un roman de Delphine Le Vigan qui connut un énorme succès à sa parution en 2009. Anne Loiret, conquise par ce texte, en livre une adaptation théâtrale des plus fidèles. On retrouve les deux personnages, Mathilde, secrétaire aux prises avec un supérieur hiérarchique qui l’humilie, la déstabilise, et Thibault, médecin urgentiste, déboussolé par une histoire d’amour qui ne le satisfait pas.

 

Théâtre de Paris
Quelque part au milieu de la nuit

Quelque part au milieu de la nuit

 

Quoi de plus terrible pour un enfant que d’assister à la déchéance physique ou mentale de son père ou sa mère, quoi de plus déstabilisant pour un parent que de perdre son autonomie et de dépendre de son fils ou sa fille ?

 

Théâtre Pixel
Cyrano de Bergerac

Cyrano de Bergerac

 

Edmond Rostand écrit cette pièce à la fin du XIXème siècle. C’est à cette époque qu’Henri Lazarini situe le début de sa mise en scène : le décor de Pierre Gilles représente le bureau d’Edmond Rostand. Tandis que celui-ci écrit son Cyrano, les personnages qu’il imagine se mettent soudain à vivre devant nous..

 

Théâtre 14
Le malade imaginaire

Le malade imaginaire

 

Cette comédie-ballet a traversé le temps et les thèmes abordés – hypocondrie, critique de la médecine, libération de la femme, tyrannie de l’argent – sont toujours d’actualité trois siècles plus tard. « Sa modernité m’a explosé à la figure », confie Michel Didym...

 

MAC – Créteil
Extinction

Extinction

 

On ne sait plus si c’est Franz-Josef Murnau, Thomas Bernhard ou Serge Merlin qui s’exprime sur scène. C’est émouvant de les voir se confondre tous les trois dans la vieillesse douce mais rageuse, vociférante mais tremblotante, d’une fragilité qui ne cesse jamais d’être douloureuse.

 

Théâtre de l’Œuvre
La dernière idole

La dernière idole

 

Le cœur en fièvre et le corps démoli 

Avec cette formidable envie de vie 

Ce rêve en nous c'était son cri à lui 

On a tous en nous quelque chose de Johnny.

 

Théâtre Paris Villette
Une famille aimante mérite de faire un vrai repas

Une famille aimante mérite de faire un vrai repas

 

Tout se déroule en une soirée, dans l’appartement d’une famille aux apparences normales. Mais le vernis ne tient pas trois secondes et tout ce qui se cache, tout ce qui se passe dans les cerveaux de chacun va se révéler durant cette attente du dîner de fête. Car c’est la fête. Personne ne sait pourquoi mais c’est une décision de la mère car « une famille aimante mérite de faire un vrai repas. »

 

Le Lucernaire
24 heures de la vie d’une femme

24 heures de la vie d’une femme

 

Personnalité fragile, à l’équilibre émotionnel fluctuant, Mrs C. se laisse malgré elle entraîner dans un tourbillon incontrôlable, viscéral, fatal, où la passion du jeu croise le fer avec la passion physique, celle qui ne durera que 24 heures.

 

Théâtre Rive Gauche
Irrésistible

Irrésistible

 

Il y a un esprit Woody Allen qui insémine cette pièce. D’une part dans le choix du rang social des personnages – des trentenaires bobos, lui avocat, elle éditrice – d’autre part, à cause des dialogues frisant sans cesse l’introspection ou l’analyse psychologique forcenée. On y retrouve cette folie qui tente de trouver dans les raisonnements une planche de salut.

 

Théâtre Proscenium
Le jeu de l’amour et du hasard

Le jeu de l’amour et du hasard

 

Dans le joli décor d’un jardin arboré, les quatre amoureux vont se livrer à leurs affrontements avec le naturel de la jeunesse. Car si le texte de Marivaux est respecté à la lettre près, il est joué sans artifices, avec les réactions qu’ont les jeunes gens de nos jours qui gomment complètement le côté ampoulé des imparfaits du subjonctif et des tournures désuètes.

 

Théâtre Côté Cour
Les amours de don Perlimplin avec Bélise en son jardin

Les amours de don Perlimplin avec Bélise en son jardin

 

Au cœur de cette farce ou « fantaisie tragico-bouffonne » se trouve un vieux garçon, Perlimplin, sommé par sa défunte mère de se marier. Il a soixante-quatre ans mais le cœur d’un éternel adolescent. Avec l’aide de sa servante Marcolfe, il épouse sa belle et jeune voisine Bélise...

 

Théâtre de l'Épée de Bois
Impressions d’un songe

Impressions d’un songe

 

« La vie est un rêve » de Pedro Calderon de la Barca est sans doute l’une des pièces les plus jubilatoires du théâtre occidental. Elle est aussi l’une des pièces phares de l’âge d’or espagnol.

Écrite en 1635, son propos reste d’une pertinence toute neuve.

 

Théâtre du Soleil
Hard Copy

Hard Copy

 

Quatre bureaux identiques en open space, dans une scénographie d’une simplicité efficace signée Till Lucas, alternant espaces cachés et visibles. Quatre jeunes femmes toutes vêtues de la même façon, sages chemisiers, stricte jupe noire étroite, escarpins. Parfaites secrétaires. Clones impeccables...

 

Théâtre Essaïon
Affabulazione

Affabulazione

 

« Prenons les deux cas les plus ordinaires : c’est-à-dire celui où le père ignore, et celui où le père hait son fils » (Affabulazione, 8e épisode).

On est plus habitués à considérer le père du point de vue du fils. Moins à voir le fils du point de vue du père. Un père vieillissant et malade. Un fils terriblement jeune c’est-à-dire blond, vigoureux et insouciant, viril...

 

Théâtre de la Colline
Open Space

Open Space

 

Open Space, rien que le titre est prometteur ! On a tous imaginé ou expérimenté ces nouveaux espaces de travail qui conditionnent forcément des comportements différents au bureau. Fini l’intimité, les conversations personnelles, obligation de transparence et surtout de rentabilité !

 

Théâtre de Paris
Les faux British

Les faux British

 

C’est une pièce mal écrite, interprétée par de mauvais comédiens, dans un décor complètement raté et une régie son approximative.

Mais voilà, tout cela est bien sûr intentionnel et le résultat est des plus réjouissants.

 

Théâtre Tristan Bernard
Confession inachevée

Confession inachevée

 

Né d’entretiens avec le scénariste et écrivain Ben Hecht, Confession inachevée est le seul texte autobiographique de Marilyn Monroe.

 

Le Local
Ah ah ah C'est... Courtelinesque

Ah ah ah C'est... Courtelinesque

 

Raymond Acquaviva signe une mise en scène vivante et dynamique truffées d’idées très originales, mettant en valeur ces textes du début du XXème siècle, mais qui semblent parfaitement d’actualité, tant l’écriture qui dépeint les travers de notre société, est moderne et réaliste.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Woyzeck

Woyzeck

 

Pièce étrange, fragmentaire, Woyzeck nous raconte, sous la plume d’un écrivain mort à 23 ans, le destin d’un homme, d’un soldat qui revient de la guerre, abattu, diminué. Il a une femme, Marie et un fils. Il est encore sous la coupe de son capitaine. Il souffre d’hallucinations auditives. Et voilà que la jalousie s’immisce à son tour dans sa tête...

 

Théâtre de la Tempête
Vivipares

Vivipares

 

Un spectacle inclassable, fortement atypique où tout change sans cesse, les personnages, les lieux, les costumes, une œuvre qui bouscule nos repères et nos certitudes mais avec quel talent !

 

Théâtre Paris Villette
Ariane Ascaride – Touchée par les fées

Ariane Ascaride – Touchée par les fées

 

Oh oui elle l’est touchée par les fées Ariane Ascaride. Il n’y a qu’à voir le public subjugué, suspendu à ses lèvres, lorsqu’elle arrive, toute menue sur le grand plateau de l’aquarium, dans sa tenue très symbolique, en combinaison de travail ouvrier d’un rouge très communiste...

 

Théâtre de l'Aquarium
Les escargots sans leur coquille font la grimace

Les escargots sans leur coquille font la grimace

 

Juliette Blanche nous livre ici une tranche de vie, de SA vie, dans un cri libérateur, un flot de souvenirs qui, en dépit de la sensation de « trop plein », touche le spectateur tellement il est empli de sincérité.

 

Théâtre des Déchargeurs
Elvis (Polyptyque)

Elvis (Polyptyque)

 

Comment parler d’Elvis alors qu’il a déjà été tellement raconté ? L’auteur Emmanuel Darley, (deux nominations aux Molières 2011 pour Mardi à Monoprix avec Jean-Claude Dreyfus) choisit une forme originale, le polyptique.

 

Théâtre Paris Villette
Bourlinguer

Bourlinguer

 

Jean-Quentin Châtelain s’approprie complètement le récit poétique de Blaise Cendrars pour le dire, le hurler, l’éructer parfois, le vivre toujours. Rarement sa langue aura vibré avec tant de puissance et d’intensité.

 

Grand Parquet
Émotionnellement restreint

Émotionnellement restreint

 

Après la trilogie « Un cœur en herbe, Un cœur sauvage et Un cœur de père, » les frères Botti continuent leur exploration de la carte du tendre gay avec ce nouvel opus mettant en scène un texte de l‘auteur canadien SiDe.

On assiste ici  à l‘éclosion du sentiment amoureux, celui qui va naître entre Pierre, avocat,  et son client américain avec qui il doit signer un contrat important pour sa carrière.

 

Théâtre Clavel
Désirades

Désirades

 

Ils sont cinq jeunes gens, deux dans l’ombre, trois sur scène. Jeunes. Avec leur vision de jeunes du monde actuel, un monde complètement envahi par la technologie. Et comme ces jeunes-là sont incroyablement doués, ils en tirent un spectacle parfaitement original, follement créatif en même temps que formidablement interprété.

 

Théâtre de Belleville
L’amour sera convulsif ou ne sera pas

L’amour sera convulsif ou ne sera pas

 

Il y a toujours quelque chose à dire sur l’amour, ce thème éternel. Ici, on nous entraîne dans un asile où les patients, trois garçons et trois filles sont soignés. Une voix off, un rien pompeuse, façon « Incorruptibles », nous expose le motif de l’internement : excès amoureux en tout genre. S’ensuit une danse effrénée, puis, assis face spectateurs, les personnages commencent.

 

Théâtre de Ménilmontant
Un petit jeu sans conséquence

Un petit jeu sans conséquence

 

Il y a des jeux auxquels il est préférable de ne pas jouer car les conséquences peuvent s’avérer être à l’inverse de celles que l’on attendait. C’est ce qui va arriver à Claire et Bruno, couple modèle qui fait l’admiration de tous. Mariés depuis 20 ans, ils décident lors d’une garden-party, pour provoquer leurs amis, de feindre une séparation...

 

Théâtre de Paris
Des fleurs pour Algernon

Des fleurs pour Algernon

 

« Prodigieux, Un bloc de sensibilité, Il faut s'y précipiter, Courez voir Algernon » peut-on lire sur l'affiche. Que rajouter ? Que Gadebois est tout bonnement époustouflant, que son allure de géant débonnaire, de déménageur à gueule d'ange et sa force tendre font ici merveille ?

 

Théâtre du Petit Saint-Martin
Play House

Play House

 

Katrina et Simon. Rose et bleu. Barbie et Ken dans leur play house, voilà ce que l’on croit voir au départ. Pendant moins d’une heure et grâce à treize scènes presque minutées mais néanmoins percutantes, Myrtille Bordier et Tom Politano – remarquables tous les deux –  campent un couple sur le fil du rasoir.

 

Théâtre de Belleville
Pascal – Descartes

Pascal – Descartes

 

Créée il y a une petite trentaine d’années, la pièce de Jean-Claude Brisville prend aujourd’hui un éclairage inattendu tant son propos est actuel. À partir d’une rencontre en 1647, historiquement avérée, mais dont peu d’éléments nous sont parvenus, l’auteur imagine le dialogue qui a pu s’instaurer entre ces « deux phares » de la pensée française.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Un grand moment de solitude

Un grand moment de solitude

 

Josiane Balasko a du métier et sait manier les situations improbables, ainsi que les mots, mélangeant le langage fleuri qu’elle affectionne et revendique à celui plus ésotérique de la psychanalyse et jusqu’aux costumes, dont un surtout qui déclenche immanquablement les rires.

 

Théâtre de la Michodière
Rêves d’amour

Rêves d’amour

 

Après avoir plusieurs fois (et avec succès) joué en solo, André Salzet, s’adjoint un autre comédien, Laurent Caruana… ainsi qu’un(e) mandoliniste. Le propos : adapter quatre nouvelles de Maupassant, nouvelles qui ont trait, comme souvent chez cet auteur, à l’amour.

 

Comédie Nation
Ceux qui boitent

Ceux qui boitent

 

Un titre énigmatique pour une création collective originale et captivante qui va prendre du sens au fil du déroulement de ce conte moderne. En fait, « Ceux qui boitent » c’est ceux qui vivent un peu moins bien que les autres…

 

Théâtre Euridyce – Plaisir
Tu oublieras aussi Henriette

Tu oublieras aussi Henriette

 

La réalisation de Stéphane Olry est pleine de bonnes intentions : imaginer une histoire d’amour contemporaine, très contemporaine, même et la faire se télescoper avec les mémoires du cher Giacomo, pourquoi pas ? Au début, il y a un drôle de piano surélevé… dont le musicien joue alternativement des cordes et des touches...

 

Théâtre de l’Aquarium
Talking Heads II

Talking Heads II

 

Voilà deux destins de femmes qui ne se connaissent pas, qui ne se connaîtront pas, qui ne se croisent même pas une fois. La première est une encore jeune vendeuse de grand magasin qui voue une passion obsessionnelle pour les chaussures, la seconde est retraitée et elle ne s’intéresse qu’aux plantes de son jardin. Alors que font-elles rassemblées sur la même scène d’un théâtre ?

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Faisons un rêve

Faisons un rêve

 

Le mari, la femme, l’amant. Un trio classique, sujet maintes fois abordé par Sacha Guitry, tellement même qu’on a l’impression qu’il a toujours écrit la même pièce. Mais voilà, c’est Guitry et le style, l’élégance de l’écriture, les répliques fines, raffinées, alertes et spirituelles font qu’on s’y retrouve toujours avec autant de plaisir. Surtout lorsque la mise en scène et l’interprétation sont à la hauteur.

 

Théâtre Pixel
100 (miniatures)

100 (miniatures)

 

S’il existait des OTNI (Objets théâtraux non identifiés), cette création de Philippe Myniana figurerait probablement en bonne place, surtout pour les spectateurs qui découvriraient cet auteur figurant au palmarès des auteurs contemporains. Deux de ses pièces « Chambres et « Inventaires » sont même inscrites au programme du baccalauréat ! Il convient cependant de mettre en garde les néophytes concernant « 100 miniatures ».

 

Vingtième Théâtre
L’homme de paille

L’homme de paille

 

Cette courte pièce écrite par Feydeau à 23 ans est l’antichambre de ce qu’il allait produire plus tard. Une mécanique bien en place qui s’appuie déjà sur le quiproquo, ressort de son œuvre vaudevillesque à venir.

 

Théâtre du Lucernaire
Appels en absence

Appels en absence

 

C’est un pur plaisir que cette pièce fascinante, surprenante, singulière et fantasque pour ne pas dire fantastique qui nous parle de nous, de notre époque avec cet objet omniprésent dans nos vies qu’est devenu le téléphone portable. Un sujet terre à terre pourrait-on penser mais qui bascule dans l’étrange et l’onirique grâce à une écriture mordante, suggestive, ironique, frôlant parfois l’absurde...

 

Théâtre du Lucernaire
George Kaplan

George Kaplan

 

Quel est le lien entre un groupe activiste clandestin en pleine dissolution, une équipe de scénaristes à la recherche d’un concept pour un projet de série télé et un gouvernement invisible d’une grande puissance aux prises avec un danger qui menace la sécurité intérieure du pays ? Un seul nom : George Kaplan...

 

Théâtre de la Tempête
Dancefloor Memories

Dancefloor Memories

 

Pierre et Marguerite se sont rencontrés, ont dansé, se sont mariés, se sont beaucoup aimés, ont élevé leurs enfants, qui ont à leur tour fait leurs vies. Mais ça, c’est le passé. Ce passé qui échappe de plus en plus à Pierre, maintenant trahi par sa mémoire, désemparé et démuni devant un présent qu’il ne comprend plus...

 

Comédie Française
Le malade imaginaire

Le malade imaginaire

 

Jean Philippe Daguerre est un magicien, qui, toujours dans le respect de l’œuvre originale, baigne les œuvres classiques d’une folle modernité, avec une inventivité, une vivacité, une intelligence, un dynamisme proprement jubilatoires.

 

Théâtre Michel
M’sieur Rimbaud

M’sieur Rimbaud

 

Que sait-on vraiment de Rimbaud, l’homme aux semelles de vent ? Qui était-il vraiment ? Pourquoi cet arrêt brutal de la poésie et cette vie étrange d’aventurier ? Nina Guazzini tente une approche peu commune du poète maudit dans une création des plus originales dont on peut saluer l’audace même s’il n’est pas évident de l’appréhender.

 

À la Folier Théâtre
Poil de carotte

Poil de carotte

 

Voilà un spectacle pour enfant dont la tenue et le fond sont tout sauf enfantins.

Le texte de Jules Renard présente une histoire qui possède une fausse allure de conte. Il prend directement racine dans une réalité familiale âpre et réaliste, et même si les personnages sont hauts-en-couleurs, la trame est tout sauf innocente ou romantique.

 

Théâtre de Ménilmontant
Ancien malade des hôpitaux de Paris

Ancien malade des hôpitaux de Paris

 

Cela commence comme une narration, un souvenir impromptu, le souvenir d’une certaine nuit que le personnage incarné par Olivier Saladin va nous évoquer. Au lieu de nous la raconter, il va nous la faire revivre, cette nuit exceptionnelle...

 

 

Théâtre de l’Atelier
Ressacs

Ressacs

 

Un couple à la dérive dans une société en crise, ce n’est pas un sujet des plus comiques. Sauf lorsqu’il est traité par Agnès Limbos, maîtresse incontestée du théâtre d’objets, connue pour son univers fantastique et absurde, et un humour proche de l’art du clown. Sur le plateau, une table et deux êtres humains, Agnès Limbos et Grégory Houben...

 

Théâtre Mouffetard
Les grandes filles 

Les grandes filles 

 

À l’affiche des « grandes filles », quatre grandes dames du théâtre français : Judith Magre, Édith Scob, Geneviève Fontanel et Claire Nadeau. Un casting prometteur qui, a priori, se passe du nom de l’auteur et de celui du metteur en scène. En bref, le genre de distribution où l’on réserve les yeux fermés !

 

Théâtre Montparnasse
Le jardin du prophète

Le jardin du prophète

 

Après “Le Prophète” de Khalil Gibran, Nordine Marouf adapte et interprète “Le Jardin du prophète” qui met particulièrement l’accent sur la parenté de l’homme avec l’univers.

 

Guichet Montparnasse
Demain dès l’aube

Demain dès l’aube

 

« Je ne veux pas que tu partes », répète la jeune fille assise dans un coin de la scène. Elle s’adresse à sa grand-mère, si jolie dans sa petite robe bleue. Les deux femmes nous invitent à voyager sur les sentiers tortueux de la mémoire et de leurs souvenirs partagés, entre scènes de vie – ou de mort, on ne sait pas vraiment : sont-ce des fantômes ? – on se situe en tout cas sur les mille frontières affectives, parfois douloureuses, qui séparent et réunissent les êtres d’âges opposés.

 

Théâtre de Belleville
Risk

Risk

 

Entre enfance et âge adulte se trouve un espace incertain, lieu de tous les possibles, de tous les désirs et de toutes les révoltes, qu’on nomme adolescence.

C’est de cette période que traite Risk, sujet maintes fois abordé mais ce qui subjugue ici c’est le traitement choisi par Eva Vallejo et sa compagnie...

 

Théâtre Paris Villette
La résistible ascension d’Arturo Ui

La résistible ascension d’Arturo Ui

 

Le metteur en scène Vincent Quezada-Perez s’empare de la pièce la plus célèbre de Brecht qui présente une véritable allégorie de la mise en place du régime nazi à travers le triomphe d’un gangster de Chicago. Le jeu des acteurs accentue avec efficacité cette victoire d’un pouvoir criminel et arbitraire où les rapports de force se substituent à toute idée de justice...

 

Théâtre de Ménilmontant
Garnier contre Sentou

Garnier contre Sentou

 

Une amitié de vingt-sept ans, surtout lorsqu’elle se conjugue quasi au quotidien et professionnellement qui plus est, peut à la longue devenir pesante. C’est ce qu’ils vont essayer de nous faire croire en « duellant » au propre comme au figuré pendant une heure et demie.

 

Théâtre Daunou
Le Banquet d’Auteuil

Le Banquet d’Auteuil

 

Le banquet d’Auteuil est avant tout un banquet de libertins organisé par Molière qui lassé des turpides extra conjugales de sa femme Armande, invite une belle brochette d’artistes historiques adeptes de l’amour entre hommes.

 

Théâtre 14
Ariane

Ariane

 

Comme sur le divan d’un psychanalyste, c’est donc dans sa baignoire qu’Ariane, l’héroïne de Belle du Seigneur, soliloque sur le dégoût que lui inspire son mari puis sur la profondeur du désir qu’elle ressent pour son vigoureux amant. On pense tout de suite à l’adaptation qui avait été proposée par Jean-Claude Fall et Renaud Marie Leblanc il y a quelques années, avec Roxane Borgna dans le rôle d’Ariane, qui avait déjà gardé les trois monologues du bain pour offrir une relecture du chef d’œuvre d’Albert Cohen.

 

À la Folie Théâtre
La passion

La passion

 

C’est le plus ancien spectacle de Paris, joué chaque année depuis 82 ans, un rituel, un patrimoine. La première représentation de ce spectacle eut lieu en 1932 dans cette même salle du théâtre de Ménilmontant, situé sous la chapelle Saint-Pierre construite quatre ans auparavant en 1928 car ce lieu, en plus du théâtre, accueillait aussi un patronage catholique qui venait en aide aux enfants défavorisés du quartier.

 

Théâtre de Ménilmontant
Grand peur et misère du IIIème Reich + Rumeurs

Grand peur et misère du IIIème Reich + Rumeurs

 

Trois représentations exceptionnelles d’une version pertinente de la pièce de Bertolt Brecht « Grand peur et misère du IIIème Reich» écrite entre 1935 et 1938. Une création très bien ficelée réunissant six scènes choisies parmi les vingt-quatre qui composent l’œuvre. Bien dialoguées, bien jouées, dans un décor et un éclairage conforme à l’esprit brechtien, ces scènes de vie quotidienne dressent un portrait de la société allemande depuis l’avènement d’Hitler jusqu’aux prémices de la guerre.

 

Théâtre Jean Vilar – Vitry
Jacques le fataliste et son Maître

Jacques le fataliste et son Maître

 

« Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe ? » On aura reconnu les phrases qui ouvrent le roman de Diderot. Quant aux noms des personnages, il s’agit bien sûr de Jacques, ci-devant serviteur et de son Maître, qu’on ne connaîtra pas sous un autre nom.

 

Théâtre 12
Strip-tyque

Strip-tyque

 

Un spectacle rare par son sujet et par sa forme. L’érotisme, voilà sa texture. Le langage est cru, réaliste, imagé parfois mais il se veut surtout moderne, sans détour. L’auteur emploie ces mots qui projettent hors d’eux-mêmes l’objet dont ils sont l’émanation. Impossible d’échapper à leur apparition soudaine dans l’air en clair obscur de ce théâtre voûté.

 

Théâtre Essaïon
Nos femmes

Nos femmes

 

Max, Paul et Simon, trois amis qui se connaissent depuis 35 ans ont l’habitude de se retrouver pour une partie de cartes. Ils ont professionnellement tous réussis mais leur vie de couple pleine de fêlures n’est guère reluisante alors ils font avec tant bien que mal cachés derrière leur chaotique illusion du bonheur qui se traduit pour l’un par une relation plutôt norme plaine mais d’un ennui redoutable et pour l’autre par un besoin de vivre ensemble mais séparément...

 

Théâtre de Paris
La double inconstance

La double inconstance

 

La double inconstance raconte la machination que le pourvoir, incarné par le Prince, fait subir au Peuple, incarné par Sylvia et Arlequin. Le prince veut l’amour de Sylvia mais celle-ci a le cœur déjà donné à Arlequin. Le prince fera tout, usera de tous les stratagèmes et de toutes les tentations pour séduire celle dont il veut faire son épouse.

 

Théâtre Atalante
Ben-Hur la parodie

Ben-Hur la parodie

 

Ce spectacle fleure bon les univers mélangés de Mel Brooks, des Monty Python et d’Alain Chabat dans Cléopâtre. C’est délirant et burlesque à souhait, une belle mécanique soignée qui fonctionne parfaitement et bien huilée pour faire rire. Jésus de Nazareth, très présent dans cette épopée, nous donnerait presque envie de relire la bible tant il est historiquement décalé allant même jusqu’à se crucifier lui-même.

 

Théâtre Apollo
Zigmundfollies

Zigmundfollies

 

On ne compte plus les spectacles de Philippe genty. Citons : « Dérives », « Voyageur immobile », « La fin des terres ». Ils sont été créés ici ou, là, ont tourné à travers le monde… ont été repris. Celui-ci, « Zigmund Follies » date de vingt-cinq ans environ mais inutile de dire qu’il ne fait pas son âge.

 

Le Grand Parquet
La Dame sanglante

La Dame sanglante

 

Après Monsieur le Musical, Olivier Schmidt retrouve la veine historique qu’il affectionne particulièrement. Il s’est penché cette fois sur le personnage d’Élisabeth Bathory, comtesse hongroise du XVIème connue pour avoir été soupçonnée de crimes sanglants, accusations destinées selon la légende à lui assurer une éternelle jeunesse ou selon quelques historiens, fomentées pour l’empêcher de comploter contre les Habsbourg.

 

Théâtre Pixel
Noces de sang

Noces de sang

 

Dès la première scène, l’émotion est là, qui ne nous quittera plus.

Car Rubia Matignon a  centré sa mise en scène sur une vision âpre et sombre de l’Espagne. Et elle nous raconte cette Espagne-là, terre brûlée, sèche et aride où les sentiments s’étouffent pour mieux ressurgir dans une sorte de ballet d’une lenteur tragique,  avec une grande économie de moyens à la mesure de la rudesse de ce monde paysan des années 1930.

 

Théâtre de Ménilmontant
Les larmes amères de Petra Von Kant

Les larmes amères de Petra Von Kant

 

Il est un peu comme une mémoire, ce décor qui sature totalement la scène du théâtre de L’Œuvre. Des tapisseries dégringolent du plafond sur un aménagement indocile de meubles d’époques incertaines : un canapé, une table basse, un piano, un portant croulant sous les vêtements, un sofa en fond de scène, un frigo et partout des revues ouvertes, des verres et des bouteilles d’alcool neuves et entamées…

 

Théâtre de l’Œuvre
Lorenzaccio, ou le péché des Princes

Lorenzaccio, ou le péché des Princes

 

Lorenzaccio, dont il faut rappeler qu’il n’a pas été écrit pour être représenté, est a priori un drame romantique profond, ample, long, complexe, shakespearien, mobilisant à la fois l’histoire et une distribution foisonnante. La mise en scène d’Eve Laudenback a voulu le réduire à quelque chose de plus modeste dans tous les sens du terme.

 

Comédie Nation
E-Génération

E-Génération

 

Douze comédiens présentent les habitudes de la génération Z, ces enfants des années 90 accros aux écrans. Google, Wikipédia, le GPS, Facebook, les sites de rencontre, le téléchargement illégal sont leur quotidien. Et ce quotidien est ici représenté grâce à une bonne vingtaine de saynètes jouées à plusieurs, en duo ou en solo. C’est très dynamique, dans une mise en scène à l’image du zapping.

 

Théâtre de Belleville
Les caprices de Marianne

Les caprices de Marianne

 

Cette pièce de Musset, écrite pour être lue, a connu plusieurs transformations : voici la dernière, où le metteur en scène s’est inspiré de différentes versions du texte pour nous restituer une œuvre à la fois baroque et foisonnante. Elle est traitée, de plus, sur le mode  tragique. Cela transparaît dès le début, dans le choix du décor, tirant vers le gothique anglais ce qui, au départ, était situé dans un Naples de carte postale. Masques hideux, pavés humides, éclairages bleutés (magnifiques) et joie forcée de ces fêtes et déguisements.

 

Vingtième Théâtre
Perrichon voyage toujours

Perrichon voyage toujours

 

Que voilà une transposition diablement réussie ! Il faut dire qu’elle est signée Gérald Sibleyras, dramaturge bien connu (prix théâtre de la SACD en 2007) et qui avait déjà adapté le remarquable “Des fleurs pour Algernon” en 2012 et “Les 39 marches” en 2009 (Molière de l’adaptateur 2010).

 

Théâtre La Bruyère
Noël au balcon

Noël au balcon

 

Sur le thème des noëls en famille pas toujours réussis, Gilles Dyreck, l’auteur de “Venise sous la neige” nous sort la dinde aux marrons et la bûche glacée et nous invite à passer un noël plutôt doux au balcon, enfin sur deux balcons qui se juxtaposent. Deux familles ordinaires qui vont comme chaque année se réunir et mettre le petit Jésus dans la crèche. Mais voilà ce genre de réunions un peu obligées ne se passe pas toujours comme on le souhaiterait.

 

Café de la Gare
Le mariage de Figaro

Le mariage de Figaro

 

De la trilogie de Beaumarchais, on ne joue plus que les deux premières pièces. Et on a bien raison. Avec une prédilection pour la numéro 2, à savoir ce fameux « Mariage de Figaro ». Rappel : Après avoir facilité l’union du comte Almaviva avec la pupille du vieux Bartholo, voici que maintenant, c’est Figaro lui-même, qui aspire à convoler avec sa douce Suzanne.

 

Théâtre du Ranelagh
Une journée particulière

Une journée particulière

 

Le 8 Mai 1938, Rome est en liesse. Le Duce Mussolini et Hitler se rencontrent. Ce jour-là où les fascistes italiens et les nazis vont jouer le destin de l’Europe, un homme et une femme que tout oppose vont vivre une journée particulière. Elle, c’est Antonietta, mère de cinq enfants, femme au foyer, épouse soumise, mariée à un homme rude, macho, autoritaire, coureur invétéré, petit fonctionnaire fasciste convaincu et qui la considère comme une moins que rien.

 

Petit Montparnasse
Médéaland

Médéaland

 

Dans cette pièce écrite par l’autrice suédoise Sara Stridberg, nous sommes au plus près de l’âme du personnage de Médée. Nous sommes quasiment projetés dans son cerveau, à mi-chemin entre l’antique et l’actuel.

 

Studio Théâtre – Vitry
The Servant

The Servant

 

Londres dans les années 1950, Tony un jeune aristocrate oisif et désabusé emménage dans une maison confortable d’un quartier cossu de la capitale. Après six ans passés en Afrique, il exige un confort qui semble lui être dû. Il engage donc sur les conseils d’un ami, un domestique, Barrett, valet modèle et intelligent qui au fil d’une certaine complicité entre le maître et son serviteur va s’installer dans sa vie comme le ver qui rentre dans la pomme...

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Le Bouffon du Président

Le Bouffon du Président

 

Comme peut le prévoir le titre de la pièce, nous sommes de plain pied dans une comédie mêlant politique, intrigue scabreuse et humour potache. La recette peut paraître assez simple. Prenez en guise de marmite l’intérieur d’une maison de campagne un peu délabrée dans laquelle vous installez une scène de spectacle où vous placez un comique (Franck de Lapersonne) à l’humour aussi fin qu’un sumo en string...

 

Théâtre des Variétés
Les lois de la gravité

Les lois de la gravité

 

De son écriture sobre, précise et tellement vivante, Jean Teulé a écrit l’histoire de cette femme venue se dénoncer, un soir, dans un commissariat,  pour un crime commis dix ans plus tôt, juste avant la date de prescription.

Unité de temps, unité de lieu, nombreux dialogues, le roman semble fait pour la scène et l’adaptation de Marc Brunet lui est parfaitement fidèle.

 

Théâtre Hébertot
Le souper

Le souper

 

Cette pièce met en scène l’affrontement entre Fouché et Talleyrand. Nous sommes en 1815, le 6 juillet très précisément et les deux hommes sont réunis pour décider de l’avenir de la France. Quel régime va être le sien ? Suivra-t-elle la volonté de la foule des manifestants en allant vers une république ou bien, comme y incite Talleyrand, y aura-t-il un retour à la royauté avec un Louis XVIII qui attend son heure dans l’ombre ?

 

 

Théâtre de la Madeleine
Jumeau Jumelle

Jumeau Jumelle

 

La gémellité a quelque chose de fascinant. Mais quand ce sont en plus un homme et une femme qui sont jumeaux, leur relation se complique à un niveau supérieur, car le folâtre désir, si incestueux soit-il, peut venir troubler le lien qui unit deux individus qui sont irrémissiblement – et qu’ils le veuillent ou non – des âmes sœurs comme on dit des amants.

 

Aire Falguière
Tout pour être heureux

Tout pour être heureux

 

Alors qu’il s’apprête à fêter ses quarante ans de mariage, un grain de sable conduit un couple à revisiter son passé. Pitch de départ tout à fait acceptable ! Les comédiens sont bons, la complicité qui les unit est crédible sauf que, dès le départ, tout est cousu de fil blanc. Dès le sms qui sème le soupçon sur la fidélité du mari, on sent le prétexte à un exercice de style qui va permettre de faire défiler des épisodes « clés » de la vie du couple.

 

À la Folie Théâtre
Saisir

Saisir

 

Au début tout est vide et noir. Alors que, côté cour, la voix sobre et précise de Yann Collette, sous la lumière d’un faible projecteur, entame le recueil « Mouvements » de 1951, on craint d’avoir affaire à une simple lecture. Quand Fany Mary est éclairée à son tour, on se dit qu’elle va illustrer les textes d’Henri Michaux et que la théâtralité de cette adaptation va être réduite au minimum.

 

MC 93 Bobigny
Les eaux lourdes

Les eaux lourdes

 

C’est l’histoire d’un amour sans limite. L’amour de Mara pour Pierre, au temps de la deuxième guerre mondiale. La guerre les fait s’engager dans les réseaux de résistance, se quitter et se retrouver quand celle-ci prend fin. Mais trop tard. Cet amour viscéral a déjà transformé Mara en fille de Médée : elle a tué leur premier fils par représailles.

 

Lucernaire
Sans Valentin

Sans Valentin

 

Cupidon s’est invité dans cette comédie romantico-amoureuse et a touché Romain la trentaine non avouée, fan inconditionnel de Dave, galeriste d’art mais encore si timide du pinceau qu’il n’ose exposer ses propres toiles. Côté cœur, c’est la bérézina. Il a connu les plaisirs de la chair plutôt tardivement, manque cruellement de confiance en lui et sa dernière histoire avec Lisa qui l’a plaqué fut courte et remonte déjà à un certain temps...

 

Comédie de Paris
On ne se mentira jamais !

On ne se mentira jamais !

 

Éric Assous nous fait entendre une nouvelle fois sa petite musique désabusée sur le couple qu’il n’en finit pas de disséquer sans concession, creusant les failles, explorant les fêlures d’un œil à la fois impitoyable et tendre.

 

 

Théâtre La Bruyère
Le tombeur

Le tombeur

 

En 1958, Robert Lamoureux hésitait : Devait-il doter son héros de deux ou trois maîtresses ? Marcel Achard lui dit : — Mettez-en quatre ! Ce qui fut fait. Voilà donc Michel Vignon, ci-devant tombeur, menant, en jonglant un peu, quatre relations en même temps. Que des blondes. Un matin, un mari outragé et très en colère, vient le mettre en demeure de rompre avec sa femme. Vignon, menacé de recevoir deux balles dans le corps, ne demanderait pas mieux, mais laquelle est-ce ?

 

Théâtre des Nouveautés
Le système

Le système

 

Un état quasi en faillite, morale et économique, des puissants qui luttent pour conserver leurs privilèges, un corrézien qui ne pense qu’à gravir les marches du pouvoir, un homme politique influent des plus libertins, serait-ce un portrait au vitriol de notre époque ?

Que nenni ! Nous sommes en 1715...

 

Théâtre Antoine
Le petit restaurant

Le petit restaurant

 

Panique au Petit restaurant ! Le patron a des problèmes de cœur avec son cuisinier, lequel menace de partir juste le jour où le critique du guide Michelin doit venir dîner. Des employés sont malades, d’autres se disputent, les clients arrivent sans réservation, certains osent même vouloir payer avec une « smart box » ! Pendant une heure et demie, une quinzaine de scènes de restaurant sont jouées par une vingtaine de comédiens qui se succèdent sur le plateau.

 

Comédie de Paris
Retour à Reims

Retour à Reims

 

Voici donc l’essai autobiographique de Didier Eribon adapté pour le théâtre par Laurent Hatat, d’abord présenté à Avignon en 2014 et maintenant joué à la Maison des métallos. On ne pouvait rêver cadre plus idoine pour entendre un tel texte, car il s’agit bien de donner voix à la pensée critique d’un intellectuel engagé sur le terrain socio-politique.

 

Maison des Métallos
Les ratés

Les ratés

 

L’argument de la pièce tient en peu de mots : Jeff et Jeffy, frères jumeaux, sont nés avec une tête de rat. Comment survivent-ils, dans ce monde hostile ? Quelle est leur vie, leurs relations avec leur père…avec les autres, femmes incluses ? Sur le papier, le projet était séduisant. On y traiterait de la différence, de cette différence-là parmi toutes les autres. Ce serait une sorte de réflexion caustique mais réaliste et drôle à la fois.

 

Lucernaire
Les illuminations

Les illuminations

 

Inutile de présenter cette série de poèmes de « L’homme aux semelles de vent » comme il a été surnommé. Arthur Rimbaud, le poète juvénile inventeur avec cette série de textes, du vers libre français. Des poésies qui font partie des plus belles pages de la littérature. Et pourtant, une redécouverte à chaque fois nouvelle de ces illuminations qui semblent presque toutes partir dans toutes les directions sans colonne vertébrale identifiable.

 

Essaïon
Cockpit cuisine

Cockpit cuisine

 

Sur scène, c’est un capharnaüm, un souk… une sorte de salon années 50 envahi par des télés plutôt anciennes. Et ce n’est que le début : très vite, le comédien-guide nous invite à une étrange visite dans le passé, celui de Marcel Blondeau, dont il se prétend l’héritier. Le charme agit très vite : il y aura des photos anciennes, en noir et blanc, pour renouer avec les parents et grands-parents de Marcel. Tout ceci est bidouillé, arrangé avec minutie et invention...

 

Le Grand Parquet
Des gens bien

Des gens bien

 

L’auteur américain David Lindsay-Abaire a écrit une comédie grinçante où il met en avant une classe sociale dont on parle peu. Ceux qui sont en marge, les pauvres que l’on ne montre pas mais qui doivent se battre pour rester des gens à peu près bien.

 

Théâtre Hébertot
Marie Tudor

Marie Tudor

 

Cette pièce, écrite pendant l’été 1833 fut jouée à la rentrée avec un succès moyen. Pourtant le jeune Hugo (il avait 31 ans) n’en était pas à son coup d’essai : Mario Delorme, Hernani, Le Roi s’amuse, l’avaient déjà précédée. On connaît la théorie de Hugo sur le théâtre : Il s’agit pour lui de passionner les foules par le grand et par le vrai...

 

Théâtre de la Pépinière
La maison d'à côté

La maison d'à côté

 

En Amérique, depuis 2011, le succès de “The other place” de Sharr White ne se dément pas. Gérald Sibleyras en propose une adaptation sensible mais percutante, d’une écriture toute en finesse, qui nous montre une femme sombrant dans la démence, sujet grave s’il en est mais que la mise en scène de Philippe Adrien construite comme un thriller, rend captivante et passionnante.

 

Théâtre du Petit Saint-Martin
Tous les m’aîmes !

Tous les m’aîmes !

 

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade. »
Rimbaud

Ceux-là ont un peu plus de dix-sept, mais ils ont encore de l’amour, ce goût pour les élans éphémères, intenses et immédiats. Cela se passe maintenant, aujourd’hui : L’amour dans tous ses états au XXIième siècle.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Tristesse animal noir

Tristesse animal noir

 

Ce sont des êtres en creux. Des formes lisses fabriquées dans une matière fine à l’aspect de verre teinté. Rigides comme une pellicule de corne. Ils sont avant tout une description extérieure. Une apparence. Vite identifiable. Conventionnelle. Sans presque de caractère propre. Des stéréotypes.

 

Théâtre de l’Aquarium
Une chance inestimable

Une chance inestimable

 

Fabrice Donnio, habitué du café-théâtre et du Seul en scène, possède indéniablement les codes du genre, mêlant habilement vannes irrésistibles, répliques inattendues, et l’art de rebondir d’un mot à l’autre. Ajoutez-y une imagination délirante pour inventer des situations improbables allié à un sens jubilatoire du politiquement incorrect, et vous obtenez une pièce au sujet original, bien écrite et véritablement hilarante.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Sous les Jupes

Sous les Jupes

 

Trois femmes, trois générations qui vont avoir bien mal au début à se comprendre à s’apprivoiser et à se supporter. Philippe Elno a écrit une jolie comédie très bien ficelée où tout s’enchaîne parfaitement en nous faisant aller de surprise en surprise et nous servant avec subtilité les histoires de chacune avec un humour juste sans jamais trop en faire.

 

Mélo d'Amélie
Intermezzo, fantaisie

Intermezzo, fantaisie

 

Le théâtre de Giraudoux n’est plus beaucoup joué aujourd’hui. Il a pourtant une saveur toute particulière pour qui sait être sensible au délicieux onirisme qui s’en dégage. Mais cet Intermezzo adapté en fantaisie en manque beaucoup, hélas.

 

Théâtre de Ménilmontant
Anna Christie

Anna Christie

 

Un port. Un port parmi d’autres ports noyés dans la brume, où « y a des marins qui boivent et qui boivent et reboivent et qui reboivent encore. »

Jean-Louis Martinelli exhume cette œuvre des années 1920 signée Eugène O’Neill, auteur aux écrits sombres d’une tonalité dans l’ensemble désespérée.

Il a choisi une mise en scène au scalpel, dont la superbe scénographie de Gilles Taschet renforce la froideur.

 

Théâtre de l'Atelier
Et balancez mes cendres sur Mickey

Et balancez mes cendres sur Mickey

 

Rodrigo García est un metteur en scène hispano-argentin qui défraie la chronique. Il peut diviser, choquer mais il est aussi encensé. Rappelons nous Golgota picnic, pièce de 2011 dans laquelle il présentait Jésus Christ comme une sorte de chef populiste tyrannique : elle avait suscité de vives critiques de la part des catholiques et fait l’objet d’une Une de Charlie Hebdo pour un numéro visant à répondre aux censeurs de la pièce.

 

La Commune – Aubervilliers
Rupture à domicile

Rupture à domicile

 

Vous n’avez pas le courage de rompre ? Appelez l’agence Rupture à domicile qui s’en chargera pour vous. C’est ce que fait un certain Hippolyte, sauf qu’il va changer d’avis et que la jeune femme concernée n’est autre que l’ex de l’envoyé.

 

Comédie Bastille
Le moche

Le moche

 

Marius von Mayenburg  nous propose avec Le moche au-delà d’une fable absurde et cruelle sur la dictature de la beauté dans nos sociétés,  une réflexion sur la notion d’identité. D’une écriture concise et sans fioritures, aux phrases courtes, il nous raconte l’histoire de Lette, le moche, qui deviendra très beau grâce à une opération de chirurgie esthétique. Au point que tout le monde voudra lui ressembler.

 

Théâtre Paris Villette
Jupe

Jupe

 

Laureline Collavizza propose une pièce multiforme, danse, chant, bruitage et texte, format qu’elle affectionne : souvenons-nous de « Coup de foudre » qui proposait de disséquer le moment où l’on tombe amoureux.

 

Studio DTM
Sans rancune

Sans rancune

 

Lorsque l’adaptation est signée Azzopardi-Danino, on est forcément alléché.

Car leur humour est un véritable rouleau compresseur, emportant tout sur son passage où se mêlent sens de la répartie, situations incongrues, charges à la hussarde et  allusions contemporaines, le tout livré au pas de charge.

 

Théâtre de la Michodière
Éclipse totale

Éclipse totale

 

Céline Lebecq, qui a écrit et mis en scène ce spectacle, affirme qu’une personne sur cinq a déjà été confrontée au suicide d’un proche. Le suicide reste pourtant un sujet tabou, auréolé de mystère, d’incompréhension et parfois même de honte. Le donner à voir sur une scène de théâtre est a fortiori un pari osé mais ô combien salutaire.

 

Théâtre le Tarmac
Hibernatus

Hibernatus

 

Hibernatus fut à l’origine, on l’a oublié, une pièce  de 1957 signée Jean-Bernard Luc, éclipsée qu’elle fut en 1969 par le succès du film avec De Funès. Revoilà l’œuvre transposée cette fois-ci en 2015 grâce à Éric Emmanuel Schmitt qui a entraîné dans l’aventure son équipe du Rive Gauche.

 

Théâtre de la Michodière
Comtesse de Ségur née Rostopchine

Comtesse de Ségur née Rostopchine

 

Être convié dans le salon de la Comtesse de Ségur et l’écouter nous raconter avec l’élégance d’une femme hors du commun, sa vie particulièrement riche est le privilège que j’ai eu ce soir en assistant au magnifique seule en scène de Bérengère Dautun, sociétaire de la Comédie Française. Elle s’approprie Sophie Rostopchine comme une sorte de double intime avec une telle véracité que l’on peut avoir l’étrange impression de rêver...

 

Comédie Bastille
Richard III

Richard III

 

Dans cette version revisitée que proposent Margaux Eskenazi et Agathe Le Taillandier, on ne reconnaît pas toujours le Richard III que l’on connaît, ou que l’on croit connaître. C’est que ce n’est pas Richard III de Shakespeare mais Richard III d’après Shakespeare qui nous est donné à voir dans cette version tantôt pop, tantôt bouffonne, tantôt survoltée

 

Théâtre de Belleville
Hagards

Hagards

 

La loge : un lieu atypique niché au fond d’une cour au cœur de la rue de Charonne. Un lieu dédié à la jeune création. Un lieu vivant, où fourmillent les idées, où de jeunes artistes peuvent s’exprimer, s’essayer, trouver de nouvelles voies. On ne sait jamais vraiment ce qu’on y va voir ou plutôt tout ce qu’on sait, c’est qu’on ne sait rien.

 

La Loge de Charonne
Sauver la peau

Sauver la peau

 

 Le personnage qui se dresse sur scène et s’adresse directement au public semble comme une balle de tissu balancée d’un côté à l’autre. D’un côté, le carcan familial dont il ne cesse de s’extraire et de buter contre… de l’autre, le carcan de l’institution éducative dont il vient de démissionner

 

Théâtre Ouvert
La dernière nuit de Molière

La dernière nuit de Molière

 

 Gilbert Ponté nous offre là un spectacle qui risque d’en dérouter certains qui s’attendraient à une reconstitution historique.

Car voilà.

Par delà la réalité de l’Histoire, il veut nous faire toucher du doigt l’intemporalité de Molière qui presque quatre cents ans après sa mort est plus vivant que jamais

 

Théâtre 12
Le conte d’hiver

Le conte d’hiver

 

Voilà une version transposée en conte moderne de la trame écrite par Shakespeare. Avec une première partie montée avec les codes du grand banditisme et une deuxième partie plus innocente, ressourcée à l’imagerie bucolique, presque à l’eau de rose, une bluette comique.  

 

Pôle culturel – Alfortville
Les Stars

Les Stars

 

Willie Clark (Daniel Prévost) et Al Lewis (Jacques Balutin), un des plus célèbres duos d’humoristes que l’Amérique ait connus sont sollicités par une chaine de télévision qui désire les réunir une dernière fois le temps d’une soirée hommage aux grands comiques.

 

Théâtre Saint-Georges
Cannibales

Cannibales

 

D’entrée de jeu, nous sommes dans un quotidien vite dynamité par l’auteur. Ici, pour ces personnages à longs manteaux façon western, le discours vire au débat, voire au déballage. On pourrait être chez Thomas Bernhardt. Les échanges sont créateurs de tout un univers trouble qui mène le spectateur au bord du saisissement.

 

Théâtre 71 – Malakoff
L'affamée

Le chat du rabbin

 

Ce chat doté subitement de la parole après avoir avalé un perroquet est tout ce qu’il y a de plus subversif, de plus impertinent, posant à son rabbin de maître des questions essentielles sur la religion.

 

Théâtre des Mathurins
L'affamée

L'affamée

 

« Aimer est difficile », déclare-t-elle. Et on sait combien Violette Leduc a été malheureuse en amour. Pas plus celle pour Simone de Beauvoir que celles pour Maurice Sachs ou pour Jacques Guérin, les passions  qu’elle a éprouvées n’ont connu le bonheur de la réciprocité. Heureusement, il y a toujours l’art pour nous consoler de la vie...

 

Théâtre Clavel
À vol d'oiseau ça fait combien ?

À vol d'oiseau ça fait combien ?

 

Le couple comme sujet de pièce de théâtre, voilà qui n’est pas nouveau.

Marc Bassler, auteur et interprète, en donne cependant une version originale avec cet « À vol d’ oiseau ça fait combien ? » mettant aux prises une sorte d’ermite misogyne et goujat et une jeune femme moderne et sûre d’elle qui, étant tombée en panne,  trouve refuge chez lui.

 

Théâtre du Petit Hébertot
La place Royale

La place Royale

 

La Place Royale est une pièce écrite en 1634 par un Pierre Corneille de 28 ans. C’est une comédie. Une comédie de mœurs dont l’action se déroule à Paris, place Royale, devenue de nos jours place des Vosges.

 

Théâtre de l’Aquarium
Le revizor

Le revizor

 

Cette pièce de Gogol, sous titrée « L’inspecteur du gouvernement » annonce d’entrée la couleur : elle va donc nous conter comment les fonctionnaires d’une ville, bourgmestre en tête, tous profiteurs et corrompus jusqu’à la moëlle, vont prendre un brave jeune homme pour ce Révizor qu’on leur a annoncé.

 

Théâtre de la Tempête
Le jeu de l'amour et du hasard

Le jeu de l'amour et du hasard

 

Ces jeunes gens sont tous remarquables, ils ont l’âge et l’intrépidité de leurs personnages et, presque trois siècles après sa création, donnent un sérieux coup de jeune à cette œuvre de 1730.

 

À La Folie Théâtre
Lapidée

Lapidée

 

Lapidée raconte l’histoire d’une doctoresse hollandaise, Aneke, qui, dès la fin de ses études, a épousé Abdul, un condisciple venu du Yemen, pour faire ses études de médecine en Europe. Quelques années plus tard, ils vivent tous les deux au Yemen, dans le village du mari, avec leurs deux enfants. C’est le choc des cultures, des civilisations, des croyances qui va amener ce couple au paroxysme de la violence du temps de l’action de la pièce.

 

Ciné Théâtre XIII
Voyages avec ma tante

Voyages avec ma tante

 

Quel plaisir de sortir d’un spectacle émerveillée, subjuguée, admirative. Plaisir d’avoir vu une adaptation intelligente d’un roman, respectant le style de l’auteur Graham Greene, avec son excentricité et son  humour si typiquement anglais, en en donnant non pas une version théâtrale classique avec enchaînements de dialogues mais en utilisant une forme narrative

 

Théâtre de la Pépinière
Cet hiver, c'est Ferrier Ah la Gaîté

Cet hiver, c'est Ferrier Ah la Gaîté !

 

Il me faut vous prévenir chers lecteurs cette femme est folle à lier, complètement barrée, déjantée au possible, incroyablement dingue, véritablement possédée, insensée, obsédée, frappée, timbrée, zinzin, j’en passe et des meilleures.

 

Théâtre de la Gaîté
Les cahiers de Nijinski

Les cahiers de Nijinski

 

Nous sommes au lendemain de la Première Guerre mondiale, vers 1918-1919. Nijinski, Nijinski le génie, Nijinski le magnifique et scandaleux, le danseur et chorégraphe qui a tout révolutionné dans son art a vingt-neuf ans et est à la moitié de sa vie. Il vient d’arrêter la danse et va bientôt être interné dans des hôpitaux psychiatriques dont il ne sortira plus.

 

Théâtre du Nord-ouest
Le revizor

Le revizor

 

Un jeune aristocrate décavé est pris, malgré lui, pour un général du Tsar en mission dobservation. Le gouverneur de la ville et les notables du coin, avertis de sa venue, lamènent à endosser ce rôle dont il va tirer moult avantages. Il y a là-dedans un petit côté « Volpone » et cest la même humanité faisandée et traficoteuse qui est montrée du doigt.

 

Lucernaire
Viejo, solo y puto

Viejo, solo y puto

 

C'est pessimiste, violent, cruel et sordide parfois. Il y a quelques rires gras mais on peine à trouver une issue, d'autant plus que le temps s'étire, porté par la mélodie de l'accent argentin langoureux et cet air de cumbia qui semble se répéter sans cesse.

 

Th. de la Commune – Aubervilliers
Caligula

Caligula

 

C’est peu de dire qu’Emmanuel Ray s’est approprié le texte de Camus. Il en fait réellement une œuvre de création, son œuvre. Dès le début, avec les répliques des patriciens dites ensemble comme un chant qui monte et qui éclate, avec ce mot qui domine en leitmotiv : Rien.

 

Théâtre de l'Épée de Bois
L’affaire de la rue de Lourcine

L’affaire de la rue de Lourcine

 

La dérision et la provocation éclatent dans cette pièce de Labiche et dans la mise en scène qu’en a fait Yann Dacosta. L’histoire racontée par Labiche est déjà très décapante pour l’image que voudraient avoir les bourgeois et, de façon plus générale, les humains, dans le miroir 

 

Théâtre 13 Côté Seine
Les règles du savoir-vivre dans la société moderne

Les règles du savoir-vivre dans la société moderne

 

Il était dans un XIXème siècle finissant une vieille fille, une certaine Blanche Soyer qui s’ennuyait au fond de sa province. Et qui pour tromper son ennui, se rêva baronne et publia pas moins d’une vingtaine de manuels de savoir vivre qui connurent un grand succès sous le nom de Baronne Staffe...

 

Les Déchargeurs
Les oies se gardent entre elles

Les oies se gardent entre elles

 

L’élément déclencheur de cette histoire est la mort du grand-père. La famille (enfants, petits-enfants, nièce) se retrouve dans la maison du patriarche pour l’enterrement de celui-ci. Mais l’histoire souterraine de cette famille remonte en fait vingt cinq ans auparavant, lorsque, dans cette même maison, le fils aîné, alors âgé de 9 ans, s’est tué en tombant d’une falaise.

 

Théâtre de l'Échangeur – Bagnolet
Fratricide

Fratricide

 

Comment deux personnalités aussi fortes et différentes sont elles issues du même berceau ? Autant l’un est respectable avec son embonpoint bourgeois autant l’autre est la figure même du mauvais garçon sorti tout droit d’un bon vieux polar, l’accent, les expressions et les attitudes du dur un peu romanesque à la Audiard.

 

Théâtre de Poche Montparnasse

2014

MeurtreS à Cripple Creek

MeurtreS à Cripple Creek

 

Cripple Creek, petite bourgade du fin fond du Colorado, dans les années 60. Nous sommes la veille de Noël et les spectateurs du Proscenium vont rapidement comprendre qu’ils sont invités à participer à une gigantesque partie de Cluedo. Sauf que nous ne sommes pas dans un manoir anglais mais dans le petit hôtel vétuste de Margaret Wilde, dite Maggy, qu’elle exploite avec sa petite sœur Gary, même si « exploiter » est un bien grand mot, vu qu’il n’y vient jamais personne...

 

Théâtre le Proscenium
Trois ruptures

Trois ruptures

 

Ce sont trois courtes pièces qui mettent chacune en situation un homme et une femme, un couple, sur le point de se séparer. Les motifs de ces séparations diffèrent : une chienne un peu trop envahissante, un enfant despotique ou le coup de foudre du mari pour un autre homme, un pompier en l’occurrence.

 

Le Lucernaire
Pericoloso

Pericoloso

 

Dans un modeste petit appartement s’affaire Pierre, vieil ours solitaire. Dans un rituel que l’on sent bien organisé, il découpe des articles de journaux, classe des timbres, et boit son martini blanc. Il sera bientôt interrompu par l’arrivée de sa nouvelle voisine Annie, qui vient récupérer son chat qu’elle lui a confié pour la journée afin de rendre visite à sa mère souffrante.

 

Théâtre de Nesle
Enfants de...

Enfants de...

 

Voilà encore une découverte intéressante à l’Aktéon, une création très originale de Daniela Morina Pelaggi, qui a écrit, interprète et met également en scène. Si le début est un peu confus – on se demande où l’auteur veut en venir – peu à peu tout se met en place et s’éclaire.

 

Aktéon
Le roi se meurt

Le roi se meurt

 

L’affiche est bien entendu alléchante, Michel Bouquet 89 ans qui a déjà joué 800 fois cette pièce est indissociable de ce rôle, Juliette Carré son épouse dans la vie est touchante surtout à la fin lorsqu’elle soutient son mari visiblement épuisé par sa prestation.

 

Théâtre de Paris
Chatting With Henri Matisse, The Lost 1941 Interview

Chatting With Henri Matisse, The Lost 1941 Interview

 

 « Ce que dit un artiste a tellement peu d’importance, par rapport à ce qu’il crée ! » prévient Matisse lui-même au cours de ses entrevues avec Pierre Courthion qu’il trouvait à l’époque trop peu intéressantes pour les juger dignes d’une publication. Ce n’est en effet que très récemment et en anglais que parurent les propos qu’il tint en 1941,

 

Musée d’Art moderne de Paris
Les pâtissières

Les pâtissières

 

Sur scène, il y a un décor de cartons. L’éclairage est « a giorno ». Êtrange. On respire en voyant, pomponnées de frais et délicieusement rétro, arriver les trois sœurs.

Nous ne sommes pas chez Tchekhov et ces dames ont parfois un langage fleuri.

 

Vingtième Théâtre
À mon âge, je me cache encore pour fumer

À mon âge, je me cache encore pour fumer

 

Tout se passe au hammam, à l’heure réservée aux femmes. Lieu protégé où les hommes n’ont pas accès. La salle a été brossée, récurée, désinfectée après leur passage. Petit moment de calme et de solitude dont Fatima, la responsable du hammam, profite pour fumer une cigarette en paix. Les volutes s’enroulent langoureusement dans les rayons obliques de la lumière dorée.

 

Maison des Metallos
Pour combien tu m’aimes ?

Pour combien tu m’aimes ?

 

Les auteurs de Panique au Ministère et Lady Oscar, deux comédies de boulevard pur jus avec Amanda Lear dans les rôles-titres et véritables succès populaire récidivent avec une nouvelle création volontairement dirigée vers la comédie romantique en n’oubliant pas toutefois d’y installer tous les codes du genre.

 

Palais des Glaces
Nuits blanches

Nuits blanches

 

Voilà dix-sept nuits qu’elle a cessé de dormir. Le jour, rien n’a changé en apparence, puisqu’elle continue de s’occuper de son fils et de son dentiste de mari avec le même dévouement qui passe inaperçu, de s’occuper des repas en femme au foyer et à faire ses exercices de sport. Mais depuis qu’elle est insomniaque, elle passe ses nuits à observer et surtout à lire, notamment Anna Karénine.

 

Théâtre de l’Œuvre
Trahisons

Trahisons

 

Créée en 1978, la pièce reprend  la thématique éculée du théâtre de boulevard avec son triangle amoureux – le mari, la femme et l’amant –, sauf que le traitement en est totalement différent.

 

Le Proscenium
Gertrud

Gertrud

 

Il y a dans ce spectacle une absence de tout. Texte, mise en scène, interprétation, décor, chaque élément travaille à créer du vide. Comme si tout était fondamentalement faux, apparence, gesticulations vaines, bourgeoisie prête à vomir, mais rien dans le ventre, hélas !

 

Le Montfort
Klesudra  (Les Frères Kazamaroffs)

Klesudra  (Les Frères Kazamaroffs)

 

Ces circassiens, passés, nous dit-on par le cirque Archaos, en ont gardé un goût de la bricole, de cet art (ce qui n’est pas une critique) de faire spectacle avec presque rien.

 

Le Grand Parquet
Le collectionneur

Le collectionneur

 

À l’origine du projet, il y a le roman de  John Fowles « The collector », (L’Obsédé en édition française) paru en Angleterre en 1963. Thierry Jahn, traducteur, adaptateur, metteur en scène et comédien s’est donc emparé du sujet pour le porter à la scène. 

 

Lucernaire
Le gardien

Le gardien

 

Publié en 1959, The Caretaker (Le gardien) est le premier succès public d’Harold Pinter. Cette pièce fait partie des premières comédies dites de la menace qui s’inscrivent souvent dans un univers clos et banal...

 

Théâtre Aktéon
Gustave

Gustave

 

C’est de Flaubert dont il s’agit dans cette pièce, Gustave de son prénom, comme le titre de ce monologue librement inspirée de sa correspondance, car chacun sait que ce prosateur a beaucoup correspondu et beaucoup trempé sa plume dans l’encrier pour y noircir les pages de ses inspirations, de ses colères ou de son point de vue sur les subtilités de la langue française.

 

Théâtre de l’Atelier
L’inattendu

L’inattendu

 

Pour les fans de Fabrice Malquiot ou ceux qui ne le connaîtraient pas, encore, il est important de faire un détour par le théâtre 12 pour voir « L’inattendu ».

 

Théâtre 12
Culpa

Culpa

 

Nous voici entraînés au cœur du processus de création, ce mystère inexpliqué car inexplicable, quand on jette les mots sur le papier comme en un rêve, un rêve qui devient plus réalité que le réel, qui engloutit tout, sans que l’on sache vraiment d’où il vient.

 

Le Proscenium
3 hommes dans un bateau, sans parler du chien

3 hommes dans un bateau, sans parler du chien

 

Jérôme, Harris et Georges, trois amis anglais aussi flegmatiques qu’hypocondriaques jusqu’à l’extrême décident pour combler leur nonchalance de tenter une aventure des plus périlleuses, celle de remonter la Tamise en barque.

 

Théâtre Edgar
Coup de foudre

Coup de foudre

 

Le coup de foudre. Voilà pour sûr une expérience totale, physique et psychique, parfois ineffable. Laureline Colavizza propose de décortiquer cette expérience en mêlant danse, chant, musique, bruits, voix mais aussi odeurs. Un spectacle qui s’adresse à tous nos sens, nous plongeant au cœur du processus amoureux.

 

Théâtre de Belleville
L’effrayante forêt juste devant nous

L’effrayante forêt juste devant nous

 

On a déjà adapté et modernisé Barbe-Bleue ou Blanche-Neige. Cendre Chassanne, elle, avec la complicité de Jérémie Fabre, s’en est prise au Petit Poucet. Voici donc une version revisitée du célèbre conte.

 

Montreuil
Le tour du monde en 80 jours

Le tour du monde en 80 jours

 

Créé en 2006 par Sébastien Azzopardi – à qui l’on doit également « Mission Florimont » nominé aux Molières pour le meilleur spectacle comique et « Dernier coup de ciseaux » Meilleure comédie 2014 – le spectacle continue huit ans plus tard de faire le plein

 

Le Splendid
Le marchand de Venise

Le marchand de Venise

 

Une histoire ambigüe avec pour centre d’intérêt le problème juif sous les traits de Shylock usurier de son état qui prête à Antonio, un riche marchand de Venise une somme de trois mille ducats afin d’aider son ami Bassanio à gagner le cœur de la belle et riche héritière Portia. Un retour de fortune d’Antonio l’empêche de rembourser sa dette à Shylock . Celui-ci intraitable exigera en vertu d’un abominable contrat de prélever une livre de chair sur le corps de son débiteur.

 

Le Lucernaire
Le journal d’un fou

Le journal d’un fou

 

Écrit en 1834 Le journal d’un fou,  sans doute le texte le plus connu de Nicolaï Gogol, a fait l’objet de nombreuses mises en scène. À l’occasion du 180è anniversaire de l’œuvre, le metteur en scène Bruno Dairou nous en livre sa version dans la toute première traduction française qui en a été faite, celle de Louis Viardot en 1845.

 

Guichet Montparnasse
L’idiote

L’idiote

 

C’est une troupe composée d’élèves de Jean-Laurent Cochet qui présente actuellement L’idiote de Marcel Achard au Grand Point Virgule, après une unique représentation triomphale en septembre au théâtre Antoine, lieu où la création eut lieu en 1960. C’est une comédie policière où l’auteur se joue des apparences pour mieux perdre le spectateur qui va passer par toutes les phases que connaîtra le juge.

 

Le Grand Point Virgule
Faire danser les alligators sur la flûte de pan

Faire danser les alligators sur la flûte de pan

 

Denis Lavant est un comédien d’envergure. Il en faut pour interpréter ce montage de lettres, d’interviews et de textes de Louis-Ferdinand Céline. Céline l’auteur, celui qui a donné un retentissant coup de pied dans le temple littéraire du siècle dernier avec son premier livre, Voyage au bout de la nuit. Céline le collabo, l’antisémite, le raciste condamné en 1950 pendant l’épuration à, entre autres, l’Indignité Nationale.

 

Théâtre de l’Œuvre
Yvonne princesse de Bourgogne

Yvonne princesse de Bourgogne

 

Quel spectacle ! Si cruellement drôle, si dramatiquement joyeux, si humoristiquement pathétique ! Un spectacle bouleversant, dérangeant, d’une force implacable qui fait rire en même temps qu’il horrifie. Un spectacle qui allie un texte fort et brillant, une mise en scène et une scénographie brillantes, une interprétation de haut vol.

 

Théâtre 71 – Malakoff
La imaginación del futuro

La imaginación del futuro

 

Du théâtre qui ose. Du théâtre qui pose des questions. Qui bouscule, dérange, chamboule. Impossible de parler de cette pièce sans évoquer les articles particulièrement virulents parus dans la presse lorsqu’elle a été présentée à Avignon cet été. D’aucuns ont même été jusqu’à parler de « révisionnisme » ou « négationnisme ». Mais pourquoi le terrain est-il si glissant ?

 

Théâtre Jean Vilar – Vitry
Cabaret Philo-harmonique – « L’art »

Cabaret Philo-harmonique – « L’art »

 

À l’heure d’un brunch dominical, Patrick Olivier propose ce qui s’annonce comme une aventure curieuse : un « cabaret philo-harmonique ». Sur scène, un seul acteur, Patrick Olivier lui-même, accompagné de deux musiciens, le pianiste Thierry Châtelain et le violoncelliste Guillaume Fontanarosa, prête sa voix à l’essai d’André Comte-Sponville expliquant que le but de l’art n’est pas tant de faire surgir le beau que de saisir la vérité de l’existence humaine.

 

Théâtre de la Vieille Grille
18763 mots en arial 11

18763 mots en arial 11

 

En règle générale, on ne peut que se réjouir de découvrir une nouvelle auteure et Anaïs de Courson est de celles-là. Elle a écrit une pièce, a décidé de la mettre en scène en s’adjoignant la participation de douze (oui douze) comédiens et comédiennes. La trame est simple : un jeune homme se sépare de sa compagne, Nathalie. En fait, c’est elle qui part, sans lui laisser la moindre  explication.

 

Théâtre de Belleville
Des gens intelligents

Des gens intelligents

 

Le texte est remarquablement écrit sur un ton vif et humoristique et José Paul le metteur en scène a une l’excellente idée de juxtaposer dans un même espace les appartements de ces trois couples respectifs en ne changeant rien au décor comme si chaque couple prenait la suite de l’autre dans leurs histoires aussi différentes que similaires.

 

Théâtre de Paris – Salle Réjane
Une année sans été

Une année sans été

 

Le texte est inspiré de l’adolescence  du poète allemand Rainer Maria Rilke. Aux prémices de la Première Guerre Mondiale, cinq jeunes adultes vont traverser ensemble un automne, un hiver et un printemps. Tous sont confrontés au passage entre enfance et âge adulte.

 

Théâtre Paris Villette
Kinship

Kinship

 

Ici, une femme mûre, rédactrice en chef influente, se prend de passion pour le jeune journaliste qu’elle vient de recruter et qui n’est autre que le fils de sa meilleure amie, sans qu’aucun des trois ne se doute de cette parenté, ce qui conduit à des situations cocasses à souhait. Entre les deux amoureux, très vite s’instaure une complicité qui révèle leurs affinités.

 

Théâtre de Paris
L’éveil du printemps

L’éveil du printemps

 

Ce n’est pas une pièce facile et la monter est audacieux. Le résultat n’en est que plus étonnant car voilà un travail remarquable effectué avec des choix judicieux. La pièce a été resserrée, sans rien qui nous égare du sujet, avec une scénographie très dépouillée ajoutant à l’intensité dramatique que soulignent encore les musiques originales.

 

Théâtre Pixel
La danse du diable

La danse du diable

 

Trente trois ans que la Danse du Diable a été créée… elle a maintenant des rides d’expressions qui donnent un peu de relief aux visages stéréotypés de notre univers… une maturité capable d’emporter trois heures durant des centaines de spectateurs dans cette histoire comique et fantastique…

 

Théâtre Athénée Louis Jouvet
Les coquelicots des tranchées

Les coquelicots des tranchées

 

La fresque d’une famille de paysans alsaciens qui traverse l’histoire de la grande guerre de 1914 au 11 Novembre 1918 en 2h20 et interprétée par 12 comédiens était sans doute un pari un peu fou mais au final un pari plutôt réussi.

 

Théâtre 14
Les fâcheux

Les fâcheux de Molière

 

Menée tambour battant par quatre jeunes comédiens talentueux tous issus du Cours Florent mais qui n’en sont pas à leur coup d’essai, la pièce reçoit un incroyable coup de jeune par une mise en scène des plus modernes tout en respectant le texte à la lettre.

 

Aktéon Théâtre
Trois sœurs

Trois sœurs

 

Si la formule "revisiter les classiques" semble parfois galvaudée, elle caractérise en l’occurrence parfaitement bien le travail auquel Claire Lasne Darcueil s’est attelée avec sa vision des Trois soeurs.

 

Théâtre de la Tempête
Pour en finir avec la solitude

Pour en finir avec la solitude

 

« Pour en finir avec la solitude » est le titre d’un projet fictif de nouvelle émission de télévision, entre émission de jeu et témoignages. Il met en scène des candidats lambda qui s’affronteront sur des questions culturelles et sur des confessions intimes pour remporter le suffrage du public dans une sorte d’arène calquée sur les productions télévisuelles actuelles.

 

Théâtre de la Poudredie – Sevran
Chat en poche

Chat en poche

 

1888, Feydeau a 26 ans, il présente sa deuxième longue pièce après Tailleur pour Dame, elle se nomme Chat en poche. Trop loufoque voire absurde pour l’époque, elle ne connaîtra pas le succès. C’est vrai que ce n’est pas la meilleure pièce de Feydeau, mais si l’intrigue n’est pas des plus nourries toute l’implacable mécanique de Feydeau est déjà là.

 

Théâtre Artistics Athévains
Hamlet

Hamlet

 

Deux axes tracent le schéma de la mise en scène de Daniel Mesguich. Un axe essentiellement charnel plus que moral ou spirituel. La folie ainsi que le masque de la folie sont représentés ici physiquement par des dédoublements, une projection, une incarnation de la part malade des personnages vers l’extérieur. La part de folie, de désir, de rêve surgit des corps sous la forme de doubles expressifs.

 

Théâtre de l’Épée de bois
La mission

La mission

 

La Mission s’inspire d’un fait réel historique : l’envoi d’émissaires de la révolution française en Haïti pour fomenter la révolte des esclaves dans cette colonie britannique et le contrordre qu’ils reçoivent en route, car Napoléon vient de rétablir l’esclavage dans les colonies.

 

Théâtre La Colline
La voix humaine

La voix humaine

 

Symphonie en rouge : tentures et tapis entourent comme un écrin flamboyant une jeune femme étendue sur le sol, vêtue d’une simple nuisette. Rouge également. Rouge, la couleur de la passion, la couleur de la vie, la couleur du luxe et de la luxure, la couleur du sang. Et à côté d’elle un téléphone de bakélite.

 

Théâtre de Nesle
Pas un kopeck

Pas un kopeck

 

La Compagnie Alcandre présente Pas un kopeck, réunissant trois courtes comédies de Tchekov. Il est vrai qu’on a souvent vu montés ensemble La demande en mariage et L’ours et que le monologue Les méfaits du tabac est la plupart du temps présenté en lever de rideau.

 

Théâtre Douze
Le médecin malgré lui

Le médecin malgré lui

 

Molière s’est certainement inspiré d’un canevas des comédiens italiens qui avaient leur théâtre à Paris pour trousser cette histoire. Et c’est avec tout le savoir faire des comédiens de la Compagnie Kapo Komica que Mikael Fasulo met en scène cette pièce en usant des techniques de la Commedia dell’arte.

 

Théâtre de Ménilmontant
Le temps presse

Le temps presse

 

Au terme d’un long voyage, Henri déterminé, espère avoir une explication avec son frère, au sujet du suicide de leur mère. Mais il se retrouve dans une chambre d’hôpital, face à la dépouille de son frère qui vient de mourir.Une étrange conversation va alors s’engager entre les deux frères, mélant parfois leurs parents défunts, retraçant une histoire familliale trouble et énigmatique.

 

Théâtre du Temps
L’analphabète

L’analphabète

 

De sa naissance en Hongrie en 1935 à sa mort en Suisse en 2011, la vie d’Agota Kristof aura traversé la seconde moitié du XXe siècle et accompagné ses mutations. C’est le sujet de son livre L’analphabète qui parvient à mêler l’intimité de la petite histoire et les enjeux de la grande sans alourdir l’autobiographie des drames politiques qui se jouent en arrière-fond.

 

Théâtre des Déchargeurs
Troyennes

Troyennes

 

La pièce d’Euripide raconte les témoignages mythologiques des héroïnes de la guerre de Troie, saisies dans le temps suspendu qui succède aux carnages. L’heure où l’armée grecque victorieuse crache ses derniers morceaux de haine en décidant l’éradication du peuple troyen de la surface du globe : Le partage du butin.

 

Théâtre 13 Côté Seine
L’aftershow

L’aftershow

 

Dans cette véritable comédie de boulevard à deux personnages qu’Anne Bernex interprète mais qu’elle a également  écrite et mise en scène avec Julien Sardaigne, elle marie comme à son habitude sexualité et humour mais pas que. Car sous le rire pointent des sujets plus graves

 

 

Théâtre de Ménilmontant
Les fourberies de Scapin

Les fourberies de Scapin

 

Revisiter les classiques, leur donner un coup de jeune, les rendre accessibles au jeune public de maintenant, tout en les respectant à la lettre, c’est le difficile challenge que se donne régulièrement le metteur en scène Jean-Philippe Daguerre.

 

Théâtre Michel
Le bonheur des dames

Le bonheur des dames

 

Pas facile de réduire à 1h30 cette fresque sociale monumentale, ce texte foisonnant aux multiples lieux et personnages qu’a immortalisés le prolixe écrivain tout en en conservant la force et la puissance évocatrice.

 

Vingtième Théâtre
Sans filtre

Sans filtre

 

Qui ne connaît Laurent Baffie, lui qui balade sur les plateaux télé depuis déjà pas mal d’années sa silhouette d’éternel jeune homme au visage innocent tout en proférant des insanités avec un esprit de répartie sidérant ?

 

Théâtre Fontaine
Fugue en L mineure

Fugue en L mineure

 

Nous suivons les expériences d’une jeune fille confrontée à sa crainte d’être rejetée par les autres et aux interdictions paternelles qui lui font penser que la lubricité des hommes est une menace. Mais le texte, d’une remarquable maturité, sonne suffisamment juste pour acquérir une dimension universelle.

 

Théâtre de Belleville
Peggy Pickit voit la face de Dieu

Peggy Pickit voit la face de Dieu

 

Deux couples d’amis, anciens étudiants en médecine, se retrouvent le temps d’une soirée. L’un a choisi de fonder une famille et de suivre un itinéraire classique, l’autre a suivi la voie de l’engagement humanitaire et revient d’une longue mission en Afrique qui n’a pas été une sinécure. Peu à peu, sous le vernis d’une conversation mondaine, affleurent les désarrois des uns et des autres face aux idéaux initiaux.

 

Théâtre de l’Aquarium
Dans les veines ralenties

Dans les veines ralenties

 

Dépressifs s’abstenir ! Bien sûr dès le départ on sait à quoi s’attendre puisqu’il s’agit d’une chronique de mort annoncée : deux sœurs viennent assister les derniers jours de leur petite sœur condamnée par la maladie. Bien sûr cela ne peut pas détendre !

 

Théâtre de l’Aquarium
Scarecrows

Scarecrows

 

Le choix de jouer ce spectacle le week-end d’Halloween n’est pas anodin car nous voici embarqués dans une histoire complètement déjantée grandguignolesque style film d’horreur mâtinée de vaudeville, les codes des deux genres parfaitement maîtrisés par une jeune troupe talentueuse visiblement biberonnée à Scary Movie...

 

Auguste Théâtre
Roman photo

Roman photo

 

L’ensemble est terriblement efficace, démontant les coulisses d’un roman photo avec son scénario au ras des pâquerettes, ses personnages caricaturaux, ses comédiens ingérables !

 

Théâtre la Boussole
Grand hôtel de l’Europe

Grand hôtel de l’Europe

 

Entrée en scène. Aïe, dès le début, on se regarde, surpris, tellement ça chante et joue faux, genre spectacle de cirque avec de mauvais clowns. On se dit, c’est un jeu, c’est fait exprès. Mais ça dure, ça dure jusqu’à la scène finale où tout se dévoile…

 

Théâtrede Belleville
Splendour

Splendour

 

Dans la nuit du 29 novembre 1981 l’actrice hollywoodienne Natalie Wood se noyait en face de l’île de Santa Catalina tandis que son mari Robert Wagner et son énième amant Christopher Walken s’enivraient sur le pont de leur bateau «  le Splendour ».

 

Théâtre de Paris – Salle Réjane
La Vénus à la fourrure

La Vénus à la fourrure

 

Ce fut d’abord en 1870 un livre de Sacher-Masoch, oui, celui d’où vient le mot masochisme. Puis une pièce de David Ives qui inspira en 2013, le film de Polanski. Revoici la version théâtrale sur scène, dans une adaptation d’Anne-Élisabeth Blateau qui n’exclut pas quelques notes d’humour bienvenues, superbement portée par deux comédiens magnifiques, Nicolas Briançon et Marie Gillain, et une mise en scène brillante de Jérémie Lippmann

 

ThéâtreTristan Bernard
La poudre aux yeux

La poudre aux yeux

 

Dans ce vaudeville de 1861, Eugène Labiche, auteur prolifique d’une bonne centaine de pièces – dont beaucoup en collaboration – n’en est pas à son coup d’essai.

 

ThéâtreTraversière
Les spectateurs

Les spectateurs

 

Les spectateurs, voilà le sujet de ce spectacle écrit par Didier Braun. Une sorte d’hommage à cette catégorie tant convoitée, tant recherchée par toutes les productions car l’un ne va pas sans l’autre. Ce sont bien avant tout les spectateurs qui font qu’une création vive et dure.

 

Théâtre de Ménilmontant
La souricière

La souricière

 

Des escaliers qui semblent nous emmener au centre de la terre, un couloir étroit, des murs de pierre, une salle voûtée, l’ambiance est parfaite pour une pièce policière se déroulant dans un manoir anglais.

 

Petit Gymnase
Cravate Club

Cravate Club

 

Savamment écrite, émaillée de dialogues virtuoses ciselés par l’auteur Fabrice Roger-Lacan, la pièce est remarquablement interprétée par Franck Duarte et Thomas Zaghedoud qui n’ont pas à rougir face à leurs célèbres prédécesseurs.

 

Comédie des Trois Bornes
Comment se débarrasser d’un ado d’appartement

Comment se débarrasser d’un ado d’appartement

 

Après « Comment élever un Ado d’Appartement », voici la suite écrite par Anne de Rancourt et mise en scène par Jean Chollet. Une  mise en scène très rythmée qui ne laisse pas le temps de reprendre son souffle. Cette fois c’est Nathalie Pfeiffer qui incarne la mère de famille à bout, n’en pouvant plus de subir son grand adulescent de 23 ans qui ne se décide toujours pas à quitter le cocon familial.

 

La Huchette
Huis clos

Huis clos

 

La compagnie Les yeux qui sonnent nous livre une version moderne et originale du célèbre Huis-clos de Sartre. L’excellente idée est d’avoir doublé chacun des personnages par un danseur et deux danseuses et d’avoir mis sur scène côté cour des musiciens qui accompagnent ou ponctuent l’action. Quand la parole paraît ne plus suffire les danseurs prennent le relais

 

La Folie Théâtre
La maison de Bernarda Alba

La maison de Bernarda Alba

 

Texte emblématique du poète et dramaturge espagnol Federico García Lorca, La Maison de Bernarda Alba date de 1936. Et pourtant, ce « drame de femmes dans les villages d’Espagne » acquiert, grâce à la traduction et la mise en scène d’Hervé Petit, une dimension plus contemporaine et pose des questions universelles sur la condition des femmes et l’amour.

 

Théâtre de Ménilmontant
Sur le bout de la langue

Sur le bout de la langue

 

Ce mélange réussi de classique – texte en alexandrin, thème rappelant Marivaux – et de moderne – langage très contemporain, audace des sujets traités, sensualité – est une vraie découverte et d’un auteur, Kathleen Oliver, canadienne, de metteuses en scène inspirées, Marjolaine Aïzpiri, Hélène Labadie et de quatre comédiens prometteurs, jeunes et talentueux

 

Ciné XIII Théâtre
Victoire la fille du soldat inconnu

Victoire la fille du soldat inconnu

 

Si je voulais absolument donner un genre à ce spectacle, je dirais que c’est une comédie musicalement historique qui s’appuie sur les refrains taquins de Mireille et de Jean Nohain mais c’est aussi une histoire dans la grande histoire, celle de Victoire Bayart surnommée Chourinette, fille d’un soldat inconnu, mort dans les tranchées de la grande guerre

 

Le Grand Parquet
Trois actrices dont une

Trois actrices dont une

 

Imaginez trois comédiennes, trentenaires, qui décident après des expériences différentes pour chacune, de se prendre en main et de concevoir des spectacles  qu’elles joueraient également. Celui-ci est le premier…et on ne peut pas dire que l’idée soit mauvaise. Qu’on en juge : à travers la vie de Véromartine, apprentie actrice, c’est tout un monde qui va défiler devant nos yeux.

 

Aktéon Théâtre
Déshabillez-mots 2

Déshabillez-mots 2

 

Mon Dieu quel plaisir ! Quel plaisir que ce spectacle, en des temps où notre langue française est si malmenée, bafouée, trahie voire oubliée. Toujours accompagnée de la metteuse en scène, Marina Tomé les revoilà, Léonore la blonde et Flor la brune et grâce à ce trio inspiré les mots prennent de nouveau corps devant nous.

 

L’Européen
Lucrèce Borgia

Lucrèce Borgia

 

C’est l’événement théâtral de la rentrée. Ceux qui n’avaient pas vu « Lucrèce Borgia » dans la mise en scène de David Bobée cet été à Grignan l’attendaient avec impatience, de même qu’ils sont curieux d’assister aux premiers pas sur les planches de Béatrice Dalle et de découvrir comment sera intégré le plan d’eau modulable au sein d’un espace clos. Ils ne seront pas déçus.

 

Maison des arts de Créteil (MAC)
La vie est une tarte aux pommes

La vie est une tarte aux pommes

 

Michel Jonasz a le profil même du type que la France n’aime pas. Pas parce qu’il antipathique, mais parce qu’il a plusieurs talents. C’est pas sa faute. Ses disques trottent dans toutes les têtes qui aiment les chansons. Et en plus, depuis une trentaine d’années, il apparaît au cinéma et à la télévision, mais pas pour y faire de la figuration. Il joue des rôles de plus en plus importants dans une trentaine de productions. Une autre vraie carrière.

 

Théâtre du Petit Montparnasse
Le soulier de satin

Le soulier de satin

 

Il est inscrit sur l’affiche : Le soulier de satin en 1h40. Une pièce qui nécessite 11 heures pour être montée dans son intégralité. Une action qui se situe à la Renaissance, durant le Siècle d’Or espagnol, sur les trois continents, Europe, Afrique et Amériques. Une action qui écartèle les personnages de Claudel entre les intrigues du pouvoir terrestres, les désirs amoureux et le ciel.

 

Théâtre de la Boussole
Thé à la menthe ou t’es citron ?

Thé à la menthe ou t’es citron ?

 

Un succès qui ne se dément pas : c’est devant une salle quasi comble que l’on pouvait assister hier à cette répétition calamiteuse d’une, comme le disaient les regrettés Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, « mauvaise pièce jouée par de mauvais comédiens ».

 

Théâtre de la Renaissance
Les Nègres

Les Nègres

 

Entre comédie et sarcasme, entre suspicion et rires forcés, entre violence et chants d’amour, entre bruits de mitraillettes et robes pailletées, entre danses macabres et sensualité jazzy débordante, les comédiens noirs s’adressent presque constamment de face au public (presque entièrement blanc), dans une confrontation frontale qui relève de l’interpellation.

 

Théâtre de l’Odéon
La Locandiera

La Locandiera

 

Le chevalier de Ripafratta, célibataire endurci et ridicule misogyne, croit que les femmes dont il ignore tout ne sont que des écervelées dépensières. Il n’en faut pas plus pour que la belle, indépendante et fière Mirandoline se mette au défi de séduire l’arrogant en ayant recours à tous les moyens dont elle dispose, usant de ses charmes, de ses talents de cuisinière, mais aussi et surtout de la flatterie et de la ruse…

 

Théâtre de la Boussole
La Cantatrice Chauve

La Cantatrice Chauve

 

Tout le monde sait que lorsqu’on entend sonner à la porte, c’est qu’il n’y a jamais personne et que les pendules indiquent toujours le contraire de l’heure qu’il est, phrases cultes d’une pièce culte d’Eugène Ionesco, La Cantatrice Chauve. Le sujet de la pièce : un couple (anglais) qui n’a plus rien à se dire après plusieurs années de mariage, passe la soirée avec un autre couple (anglais) dont le mari et la femme ne se reconnaissent pas, tant ils sont devenus étrangers l’un à l’autre.

 

Aktéon Théâtre
Et pendant ce temps Simone veille

Et pendant ce temps Simone veille

 

Cette pièce sur la condition féminine, création collective, met en scène trois femmes que l’on retrouvera de générations en générations, nous replaçant à chaque fois dans le contexte de l’époque, années 50, 70, 90 et de nos jours.

 

Comédie Bastille
Les coquelicots des tranchées

Les coquelicots des tranchées

 

Labellisé par la Mission du centenaire de la Première Guerre Mondiale, « Les coquelicots des tranchées » est donc une large fresque qui nous emmène alternativement du front à l’arrière, de là où survivaient et mouraient souvent les hommes jusqu’au lieu où on recevait l’annonce de cette mort.

 

Théâtre de Saint-Maur / Théâtre 14
Si on recommençait

Si on recommençait

 

Après être parti ces derniers temps sur d’autres routes, celles qui nous promènent au travers de vies ayant réellement existé, celles des Einstein, Feydeau, Guitry, Éric-Emmanuel Schmitt revient à ses premières amours avec ce nouvel opus de la même veine que Le visiteur, ce grand succès d’il y a une vingtaine d’années.

 

Comédie des Champs-Élysées
Camille, Camille, Camille

Camille, Camille, Camille

 

Il s’agit de Camille Claudel, sculptrice, frère du Paul auteur, élève et amante de Rodin, qui délaissée de tous, finira par être internée trente ans en HP par décision de son frère et de sa mère. Elle y mourra pour finir en fosse commune. Une histoire tragique dans le sens grec du terme, une malédiction divine, une conjuration pour faire échouer le destin de cette femme que la postérité reconnaîtra comme artiste exceptionnelle. Une artiste maudite.

 

Lucernaire
Arsène Lupin

Arsène Lupin

 

L’adaptation de Delphine Piard est tout à fait réjouissante avec maints clins d’œil et trouvailles de mise en scène dont un décor des plus astucieux qui permet entre autres une course-poursuite en voiture inénarrable. Ajoutez-y un très joli théâtre d’ombres, de la pantomime, des chorégraphies, une distribution parfaite, et voilà un spectacle espiègle, joyeux, malicieux, efficace et bien mené, n’ayant d’autre ambition que de distraire, propre à enchanter petits et grands.

 

Théâtre Michel
King Kong théorie

King Kong théorie

 

Un texte qui divisera certainement les spectateurs comme il avait divisé les lecteurs à la sortie du livre. Peut-être même davantage, car un livre, on peut le refermer, faire des pauses, on n’est pas obligé d’ingurgiter tout d’un seul coup sous peine d’overdose.

 

La Pépinière Opéra
Les aventuriers de la cité Z

Les aventuriers de la cité Z

 

Cela se passe en 1936 sur la scène d’un cabaret ou sous un chapiteau de foire : La conférence d’un explorateur de retour d’Amazonie d’où il a ramené un singe nommé Kong. Un début de siècle mythique basé sur le socle réel des exhibitions qui existèrent à la suite des expositions coloniales de cette époque. Et tous les escrocs qui profitèrent de cet engouement. Mais aussitôt, le spectacle bascule dans le décalage.

 

Théâtre des Mathurins
Les Égarés du Chaco

Les Égarés du Chaco

 

Quel bonheur, aujourd’hui, de voir ces acteurs jouer pour la première fois en France et, en plus, dans leur langue natale ! Dotés d’une forte présence sur scène, animés par une belle énergie, ils nous racontent la vie d’un bataillon bolivien (au moment de la guerre avec le Paraguay dans les années trente) perdu dans une nature hostile, ce Chaco aride et torride...

 

Théâtre de l’ Épée de Bois
Visites à Mister Green

Visites à Mister Green

 

Un appartement vieillot où rien ne semble avoir changé depuis 50 ans. On sonne. Un vieux monsieur sort lentement de sa chambre, se réajustant péniblement. Voilà. Cela commence comme ça, tranquillement, comme la vie de tous les jours.

 

Comédie Bastille
Tratando de hacer una obra que cambie el mundo

Tratando de hacer una obra que cambie el mundo

 

Une grande salle où règne un joyeux désordre littéraire et créatif. Des tas de feuilles noircies d’écritures sont accrochées sur un « mur d’idées », des livres jonchent le sol. Des comédiens sont déjà là, l’un est aux toilettes, l’autre chante, deux travaillent autour de la table et un autre encore  répète son texte : Somos una generación que no le ha pasado nada – Nous sommes une génération qui n’a rien vécu.

 

Nouveau Théâtre de Montreuil
Ouh Ouh

Ouh Ouh

 

« La Mergault » a encore frappé ! La revoilà sur scène pour le plus grand plaisir du public dans une œuvre de son cru où elle démontre une fois de plus sa fantaisie débridée, son abattage, son sens du comique et de la répartie qui fait mouche. Pendant une heure et demie de rires ininterrompus, les spectateurs suivent les mésaventures de Ramona, chanteuse sur le retour, aux prises avec le fantôme de son mari.

 

Théâtre des Variétés
Regardez mais ne touchez pas

Regardez mais ne touchez pas

 

Quel bijou que ce spectacle-là, une merveille de rocambolesque, d’humour, de mouvement, d’extravagance, de fantaisie, écrit dans un langage riche et raffiné au rythme soutenu, un vrai plaisir pour l’oreille.

 

Théâtre du Ranelagh
Nelson

Nelson

 

Voilà du boulevard moderne, dépoussiéré, exit le trio femme, mari, amant, au profit de thèmes plus originaux et plus actuels. Ici, Jean-Robert Charrier joue sur l’opposition entre deux mondes, l’un très bourgeois, l’autre tendance humanitaire, végétalien, écolo, qui s’accentue évidemment quand certains veulent se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas.

 

Théâtre de la Porte Saint-Martin
Ma belle-mère, mon ex et moi

Ma belle-mère, mon ex et moi

 

Tout réussit à Julien, animateur télé très en vue, conquêtes féminines, célébrité, argent facile mais c’est sans compter sur le retour inopinée un beau matin de son ex belle-mère, croqueuses d’hommes de tout âge, totalement ruinée, qui sous un prétexte fallacieux va élaborer un stratagème diabolique dans le but de lui escroquer de l’argent.

 

Comédie Caumartin
Elf, la pompe Afrique

Elf, la pompe Afrique

 

Du parquet de Paris au Grand Parquet. Nicolas Lambert nous fait vivre une histoire, une drôle d’histoire. Nous sommes dans une salle de tribunal de Paris en 2003. Sur le banc des accusés 37 prévenus. Pas n’importe qui : des grands patrons, des intermédiaires et des hommes politiques français. Eva Joly a instruit toute l’affaire dont les faits remontent aux années 90.

 

Jardin d’Éole
Le Roi Lear

Le Roi Lear

 

Impressionnant !  La performance avait été annoncée exceptionnelle, elle le fut ! Hier soir, devant une salle pleine à craquer,  le grand artiste taïwanais Wu-Hsing-Kuo a offert un spectacle à nul autre pareil. Evoluant au milieu d’un cercle entouré de quatre statues gigantesques, dressées telles des sentinelles, l’immense acteur  a joué son Roi Lear retravaillé dans le style si unique de l’Opéra chinois...

 

Théâtre du Soleil
Deux hommes tout nus

Deux hommes tout nus

 

Un homme en déséquilibre. Un déséquilibre astucieusement souligné par des trouvailles de mise en scène : un bel appartement haussmannien mais meublé chichement dans un décor qui ne correspond pas au statut social de son propriétaire,  une vue extérieure – très belles vidéos bien utilisées –  qui semble se rapprocher au fur et à mesure que l’homme avance dans sa découverte de lui-même pour finir par une image très symbolique.

 

Théâtre de la Madeleine
End/igné

End/igné

 

C’est la morgue d’un hôpital. Des tiroirs réfrigérés, un petit bureau, des lampes coniques pendant du plafond. Univers à moitié glacial, à moitié dégradé. C’est l’univers de Moussa, laveur des morts de la ville de Balbala. Il leur parle, prend soin de leur apparence, s’informe de leur histoire, vit en leur compagnie. Nous sommes dans une petite ville dans les terres d’Algérie...

 

Théâtre de l’Aquarium
Le Prince

Le Prince

 

Qui dit Machiavel dit homme cynique dépourvu de tout sens moral et d’honnêteté, ce qui a d’ailleurs donné l’adjectif machiavélique. Son œuvre Le Prince est un traité de l’art de la politique, où souvent la fin justifie les moyens, partant du principe que les hommes sont par nature mauvais. Ce texte datant du XVIème siècle nous envoie des échos résolument modernes grâce à l’adaptation ou plutôt la mise en pratique qu’en fait Laurent Gutmann.

 

Théâtre Paris-Villette
La salle de bain

La salle de bain

 

La comédie à succès écrite par Astrid Veillon fait son retour sur la scène du théâtre le Temple avec une nouvelle distribution de cinq comédiennes très à l’aise dans leurs rôles de femmes d’aujourd’hui. Loulou une jeune femme moderne quelque peu psycho-rigide a 30 ans aujourd’hui et à cette occasion, reçoit ses amies pour fêter son anniversaire. Mais voilà chacun sait que le passage de la trentaine n’est pas si simple et qu’en se regardant dans le miroir on a une tendance à faire le bilan.

 

Théâtre le Temple
Le joueur d’échecs

Le joueur d’échecs

 

Des malles et des valises. Des cordages rouges. Des hublots. Des boiseries D’entrée le décor nous emmène en voyage sur un de ces fameux transatlantiques. Au centre du plateau, dans ce qui sera le fumoir, un échiquier. Et puis Francis Huster entre en scène. Et il va nous embarquer une heure durant dans l’univers de Zweig dont il va rendre chaque intention avec toute la palette de jeu qu’on lui connaît.

 

Théâtre Rive Gauche
4 minutes

Quatre minutes

 

C’est une plongée dans un monde violent, déroutant, saisissant. Un texte dur, âpre qui mêle savamment différents niveaux de langage pour parler de nazisme, d’inceste, d’homosexualité, mêlé de pointes d’humour pour de nécessaires respirations.

 

Théâtre La Bruyère
Gouttes d’eau sur pierres brûlantes

Gouttes d’eau sur pierres brûlantes

 

Léopold séduit le jeune Franz, qui abandonne sa fiancée Anna pour s’installer en ménage avec son nouvel amant, lequel lui fait connaître le plaisir sensuel avant que la trivialité du quotidien ne le désespère et ne le rende odieux. Y a-t-il de l’amour entre eux ou de purs rapports de domination mâtinés de sexe ?

 

Théâtre de Belleville
Comédien(ne)s

Comédien(ne)s)

 

Derrière ce titre dont personne ne sait comment le prononcer, se cache une comédie qui ne manque pas d’originalité. Entre théâtre de l’absurde, vaudeville et farce joyeusement décalée, tous les genres sont approchés avec une grande maitrise de l’auteur Camille Turlot sous la baguette rythmée du metteur en scène Éric Szerman.

 

Comédie Bastille
Dispersion (Ashes To Ashes)

Dispersion (Ashes to Ashes)

 

Avec ses silences, ses non-dits, ses dialogues qui basculent soudain, le faux et le vrai qui s’entremêlent, Dispersion (Ashes to Ashes) concentre tout l’univers de Pinter, cette façon de communiquer si particulière et qui laisse souvent le spectateur déconcerté et interrogateur.

 

Théâtre de l’Œuvre
Je ne serai plus jamais vieille

Je ne serai plus jamais vieille

 

Un spectacle coup de poing, fort, violent, éprouvant, dont on ne sort pas indemne mais à voir absolument. Un auteur, Fabienne Perineau, qui ose dévoiler ce qui se cache derrière les rideaux, la face noire qu’on occulte, ce sujet tabou qu’on évite alors qu’une femme meurt tous les trois jours dans l’indifférence sous les coups de son compagnon. Des mots qui heurtent, serrent le cœur, soulevant de terribles images, des mots qu’il faut absolument entendre car trop souvent tus.

 

Théâtre des Mathurins
Célimène et le Cardinal

Célimène et le Cardinal

 

Vingt ans après… Non, on n’est pas chez Dumas mais plutôt chez Molière. Car nous retrouvons ici Alceste et Célimène vingt ans après. Disons-le tout de suite, cette pièce est un vrai bijou : écriture brillantissime qui arrive à faire du Molière sans l’imiter dans un langage contemporain, avec des alexandrins magnifiquement troussés, et une interprétation tout aussi exceptionnelle.

 

Théâtre Michel

 

 

J’ai terriblement envie de vivre

J’ai terriblement envie de vivre

 

Cela commence par un court extrait de la Cerisaie, une réplique de Lopakhine, propriétaire terrien, petit-fils de serf et cela se termine par les derniers mots de cette même Cerisaie : « Tu n’as plus de force, il ne te reste rien, rien du tout… Eh toi !... Propre à rien ! »...

 

Théâtre du Petit Saint-Martin
Yerma

Yerma

 

Yerma, compose, avec La Maison de Bernarda Alba et Noces de Sang, la célèbre trilogie de Federico García Lorca, ce drame rural en terres andalouses. Yerma, c’est la femme de Jean le berger. Cela fait deux ans qu’elle espère un enfant qui ne vient pas. Elle ne conçoit son bonheur et sa plénitude que dans la maternité, alors que ce n’est pas le cas de Jean : c’est là le nœud de l’incompréhension des époux.

 

Théâtre 13 – Seine
Le père Noël est une ordure

Le père Noël est une ordure

 

En 1979, était créé par la troupe du Splendid un spectacle très politiquement incorrect et qui connut immédiatement un énorme succès. Trente-cinq ans plus tard, Pierre Palmade prend le pari risqué de le mettre en scène, dirigeant de main de maître ses jeunes poulains dont on avait déjà eu un aperçu des talents dans d’autres œuvres.

 

Théâtre Tristan Bernard
On ne badine pas avec l’amour

On ne badine pas avec l’amour

 

La scène, ici, est nue, choix qui n’est pas un problème, mais une force : elle permet une grande fluidité des personnages, qui entrent et sortent, sont à la fois eux-mêmes et le décor. Éclairages soignés, qui sculptent les visages, donnent du relief aux costumes, créent, par leur seul magie un coin de campagne, une allée ou bien un salon du château. On apprécie, de même, que les figures caricaturales de Blazius et Bridaine soient réinterprétées et tirées vers un sens plus humain.

 

Le Lucernaire
Matin et soir

Matin et soir

 

Comme dans l’apologue de l’animal-homme, qui marche à quatre pattes le matin, sur deux pattes l’après-midi et sur trois pattes le soir, le titre de la pièce renvoie à la naissance et à la vieillesse d’un personnage. Johannes  naît en 1900, dans une ferme où, entre souffrance et travaux des champs, il pousse ses premiers cris. 1980, sa femme est morte...

 

Théâtre La Tempête
La grande nouvelle

La grande nouvelle

 

Imaginant ce que serait un malade imaginaire de nos jours, Jean-Louis Bauer et Philippe Adrien qui assure également la mise en scène, ont écrit un texte souvent truculent qui mêle tout à la fois scatologie, trivialité, interrogations métaphysiques, gags nombreux, mots d’auteur, et qui n’hésite pas parfois à utiliser les codes du vaudeville.

 

Théâtre La Tempête
La petite hutte

La petite hutte

 

La Compagnie Boss Kapok reprend « La petite hutte » qui connut son heure de gloire à sa création dans les années 50 où l’auteur était également interprète en compagnie de Fernand Gravey et de Suzanne Flon. Après le succès rencontré au printemps dernier, elle le propose en cette rentrée au Laurette Théâtre

 

Laurette Théâtre
La colère du Tigre

La colère du Tigre

 

Le peintre Monet est chez lui. Il écrit à son vieil ami Clémenceau. Les deux hommes arrivent à se revoir, Monet quittant Giverny pour la Vendée. En présence l’un de l’autre, ils vont pouvoir philosopher, se confier, s’engueuler copieusement, se rabibocher…

 

Théâtre Montparnasse
Chambre froide

Chambre froide

 

Voilà une peinture sans concession, d’une incroyable cruauté, d’un cynisme sans fard, avec des sentiments exacerbés dépeints au vitriol, une charge violente contre la société américaine écrite dans un langage cru où pleuvent phrases cinglantes et dialogues acérés.

 

Pépinière Théâtre
Cet enfant

Cet enfant

 

Joël Pommerat s’inspirant de témoignages réels, de rencontres et de textes littéraires, a fait évoluer l’axe central du spectacle vers un questionnement sur l’enfant, l’enfant de nos jours, sa place et la manière dont il s’adapte à son environnement familial. Ce sont dix petits bouts d’histoires particulières qui nous sont racontées là.

 

Théâtre des Bouffes du Nord
La prairie parfumée

La prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs

 

Léger et provocant, infiniment drôle, tendre  et poétique, le texte parfois cru, parfois naïf mais toujours d’une grande liberté de ton, foisonnant et évocateur sans jamais être vulgaire, subtil dans ses sous-entendus, parfait reflet d’une civilisation arabe raffinée qu’on occulte complètement de nos jours, nous délivre un véritable manuel des plaisirs érotiques, entrecoupé de contes orientaux.

 

Théâtre Essaïon
Sahar et Jérémy

Sahar et Jérémy

 

Seule face au public avec une foi à soulever les montagnes, seule avec juste les quelques accessoires que lui accorde la mise en scène d’une intense sobriété de Ladislas Chollat. Seule avec ses mots, bruts et emplis de poésie, de tendresse, de douleur et d’espoirs...

 

Théâtre de Paris
Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit 

Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit 

 

« Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit », un titre à l’image de la pièce qui va se dérouler, à savoir une pièce intense, onirique et énigmatique. Le genre d’œuvre  contemporaine où il faut se laisser bercer par les mots, par l’atmosphère, par les personnages sans chercher à comprendre d’emblée le chemin sur lequel ils vont nous entraîner. Un peu comme on aborderait les pièces d’un puzzle qui prendraient  peu à peu du sens au fil d’un assemblage aléatoire.

 

Essaïon Théâtre
Les cartes du pouvoir

Les cartes du pouvoirs

 

Impressionnant !

Impressionnant déjà par le sujet qui nous montre les coulisses pas très reluisantes d’;une campagne électorale. Un monde brutal où tous les coups sont permis, où intrigues, trahisons, mensonges  et coups bas se succèdent, où personne ne joue réellement cartes sur table, et qui ne redonne pas foi en la politique en ces temps pour le moins troublés.

 

Théâtre Hébertot

La cour des miracles

La cour des miracles

 

L’adaptation de Lise Labbé (également metteur en scène et interprète) tente de donner vie et parole au foisonnement de personnages qui traversent le roman. On croit parfois être devant une bande dessinée vivante tant les personnages, les facéties et les attitudes forcent le trait de la caricature.

 

Arènes de Montmartre

Le dîner de cons

Le dîner de cons

 

Le public se presse toujours aussi nombreux et les rires fusent comme aux premiers jours. Davantage même pourrait-on dire, car si on connaît par cœur les répliques devenues cultes, on les attend et on en rit avant même qu’elles ne tombent !

 

La Michodière

La tempête

La tempête

 

Les compagnies Zéfiro théâtre et Les tréteaux de la pleine Lune se sont associées pour nous livrer une superbe version de La tempête, dernière œuvre de Shakespeare, œuvre crépusculaire et testamentaire, somme puissante de son théâtre.

 

Vingtième Théâtre

Cendrillon s’en va-t-en guerre

Cendrillon s’en va-t-en guerre

 

Tout le monde connaît l’histoire de Cendrillon, sa misérable vie, la proximité avec son père, qui disparaît prématurément, l’horrible belle-mère et les deux méchantes sœurs. Après une petite entrée en matière où les comédiennes discutent avec le public, les voilà toutes trois en scène. Il y a Lucrézia et Chiara, les sœurs… et Cendrillon, bien sûr.

 

Arènes de Montmartre

Georges et Georges

Georges et Georges

 

Éric-Emmanuel Schmitt nous livre cette fois-ci un vaudeville à la Feydeau. Normal puisque ce cher Georges en est le héros. Fidèle à sa technique maintenant bien rôdée, l’auteur s’est sérieusement documenté, totalement imprégné de l’œuvre et de la vie de son personnage, l’a on peut dire littéralement  absorbé pour en restituer enfin de quoi nourrir sa féconde imagination.

 

Théâtre Rive Gauche

Crime et châtiment

Faute d’impression

 

Pourquoi faut-il qu’un jour de 2008, une traductrice craque ? Qu’elle efface d’un coup dix années de bons et loyaux service en envoyant son propre manuscrit à la place de celui qu’elle était en train de traduire de l’hébreu ? C’est à cela que nous convie la pièce, plutôt intimiste, de Laurence Sendrowicz. Il faudrait qu’elle trouve une explication. Et celle-ci, petit à petit, va nous parvenir. C’est un voyage, en somme. Un voyage dans le temps et dans l‘espace privé de Fanny, la traductrice.

 

Manufacture des Abbesses

Crime et châtiment

Crime et châtiment

 

« Crime est châtiment » est considéré comme l’ancêtre des polars psychologiques. La trame centrale du roman est une histoire de meurtre et une enquête suivie d’aveux, d’un jugement et d’une condamnation. Mais il ne s’agit pas que de cela. C’est le roman des consciences et du sentiment de culpabilité.

 

Lucernaire

Feu la mère de Madame & Les pavés de l’ours

Feu la mère de Madame & Les pavés de l’ours

 

Si « Les pavés de l’ours » est contemporaine des premiers succès de Feydeau, « Feu la mère de madame » se situe douze ans plus tard, vers la fin de sa carrière. Aux grandes machines bien huilées, il préfère les comédies vachardes… et domestiques.

 

Théâtre de Belleville

La vie de ma mère ! Ma banlieue est drôle !

La vie de ma mère ! Ma banlieue est drôle !

 

Voilà un « petit cours de sociologie humoristique sur la banlieue » des plus savoureux ! Les jeunes sarcellois de 13 à 26 ans présentent dans le mythique théâtre parisien le fruit d’un travail réalisé sous la houlette de Patson. En effet, depuis 2009, l’humoriste organise le projet « Top Show » qui permet à des jeunes de banlieue de créer un spectacle et de monter sur les planches.

 

Le Splendid

Dépendances

Dépendances

 

Cela commence à demi-mots, des bouts de phrases désossées, jetés vaguement là, comme de la gêne, des banalités, des presque riens d’impatience pour un rendez-vous irritant. Une sale contrainte. Tobias bout, Henri tente de le calmer. Ce sont deux hommes achevés, deux frères dans l’attente du troisième qui tarde à venir.

 

Petit Hébertot

Johnny Mangano  and his astonishing dogs

Johnny Mangano  and his astonishing dogs

 

Tremblay nous conte, dans les années 70 le destin d’un dresseur de chiens, le Johnny Mangano du titre. Il a fait une longue tournée aux États-Unis et revient, un peu à bout de course, à Montréal. Sa fidèle épouse et partenaire l’accompagne.

 

Le Lucernaire

Les 7 jours de Simon Labrosse

Les 7 jours de Simon Labrosse

 

Le décor est foutraque, fait de bric et de broc : il oblige les comédiens à un rapport frontal avec le public : mais cest de ça quil sagit, puisque cest à un spectacle dans le spectacle que nous convie Carole Fréchette, lauteur. Voici que va nous être contée une belle tranche de vie, bien saignante, celle de Simon Labrosse, chômeur et rêveur, collectionneur de métiers improbables quil nous dévoilera avec le concours de Nathalie et Léo.

 

Le Lucernaire

Aaah le couple

Aaah le couple

 

Ce spectacle, car c’en est un et un vrai, est tout à fait convaincant. Pour donner une unité à cette soirée, il fallait un thème et, sans barguigner, il est donné dans le titre. Un homme, une femme…

 

Théâtre du Temps

Croisière dans la baie de Sydney

Croisière dans la baie de Sydney

 

La mise en scène est alerte et utilise bien le décor ; les comédiens se tirent plutôt bien de l’entreprise : Vincent Maître est zen à l’excès et Daphné Hausman se réserve quelques échappées délirantes du meilleur effet. Une mention spéciale à Frankie Wallach (Anne) et surtout Mehdi Meskar, cool la plupart du temps mais susceptible de sortir de ses gonds quand on le chatouille sur l’essentiel, à savoir le fameux problème des origines.

 

Théo Théâtre

Histoires d’hommes

Histoires d’hommes

 

Les textes sont absolument magnifiques et l’on passe d’un romantisme imagé à des propos crus sans honte comme on peut se le dire au plus profond de son intimité. On passe du rire aux pleurs de la solitude à la colère.

 

Le Lucernaire

Les nombrils

Les nombrils

 

Des comédiens comme il s’en trouve beaucoup, d’anciennes gloires aux nouveaux jeunes rêvent de faire carrière ou se prennent pour un grand artiste, menés par un metteur en scène très allumé. Jouant la plupart du temps dans des salles peu remplies.

 

Théâtre Michel

Délire à deux

Délire à deux

 

Ça commence comme une scène de la vie à deux dans ce qu’elle peut avoir de plus tragicomique : « elle » et « lui » ergotent vainement pour savoir si la tortue diffère ou non du limaçon. Ce débat est prétexte à des remarques de mauvaise foi, aux reproches mesquins, aux vieilles rancunes et autres exaspérations.

 

Lucernaire

À gauche en sortant de l’ascenseur

À gauche en sortant de l’ascenseur

 

Les situations s’enchaînent, toutes plus désopilantes les unes que les autres, mention particulière à la scène des deux policiers hilarante au possible. Les comédiens mouillent la chemise, au propre comme au figuré, et ne se ménagent pas pour le plus grand plaisir du public visiblement conquis et enthousiaste.

 

Théâtre Saint-Georges

Début de fin de soirée

Début de fin de soirée

 

Clément Michel s’y entend pour imaginer et dompter l’écriture de bonnes comédies. Après plusieurs succès, Le Grand bain, le Carton et Une semaine pas plus, Début de fin de soirée sortie en 2005 prend ses quartiers d’été à la Comédie Caumartin

 

Comédie Caumartin

Coup de Théâtre(s)

Coup de Théâtre(s)

 

C’est de la folie à l’état pur, un voyage insensé, un mélange hautement réussi entre les différents genres théâtraux (il faut dire que les deux-là connaissent le répertoire sur le bout des doigts), c’est truffé de gags, de références, d’humour

 

La Gaîté Montparnasse

On n’arrête pas la connerie

On n’arrête pas la connerie

 

Voilà trois compères, Éric Laugerias, Jean-François Vinciguerra, Johan Farjot qui apparemment sont tout aussi inconditionnels de Jean Yanne que moi. C’est dire le plaisir qu’ils m’ont procuré à retrouver sur scène sketches, chansons et autres divers opus du regretté artiste.

 

Petit Montparnasse

Plastie sans laisser de trace

Plastie sans laisser de trace

 

Une clinique chic du 16ème arrondissement où l’on pratique avec une certaine désinvolture la chirurgie esthétique. Un praticien, le docteur Dutoire pas très doué pour les liftings, Alexandra, l’assistante bien roulée, véritable image de la blonde sans un brin de cervelle, Karim le plombier, venu réparer un lavabo et qui se fait passer pour le docteur Meyer le temps d’une absence de l’assistante en question et un député pourri jusqu’à la moelle prêt à tout pour retrouver une nouvelle jeunesse en vue de sa réélection.

 

La Folie Théâtre

Glückliche Tage (Oh les beaux jours)

 

À priori, la marge de manœuvre laissée par Beckett aux metteurs en scène d’Oh les beaux jours apparaît très étroite : la pièce semble aussi figée que sont entravés les mouvements de Winnie sur son monticule de terre. Tout le mérite de Stéphane Braunschweig est de réussir à renouveler notre interprétation de cette tragicomédie existentielle avec quelques choix forts qui s’affranchissent de ce qui nous est souvent donné à voir.

 

Théâtre de la Colline

Lacenaire

Lacenaire

 

Ce sont deux magnifiques comédiens qui font revivre l’histoire de Lacenaire, ce poète assassin, cet assassin poète,  ce petit truand dont on dirait, s’il vivait à notre époque, qu’il sut faire « le buzz » en mettant en scène et de quelle façon, son « suicide ».

 

Théâtre de la Huchette

Marilyn intime

Marilyn intime

 

Un demi-siècle après sa disparition, Marilyn Monroe continue de fasciner. Marilyn ou plutôt Norma Jeane, car de plus en plus c’est la femme derrière l’icône qui attire et interroge, tant les artistes que le public. Claire Borotra, qu’on sent  complètement habitée par son personnage, plonge ici au plus profond de l’être, se mettant littéralement à la place de l’actrice

 

Théâtre du Rond-Point

La tragédie de Siâvosh

La tragédie de Siâvosh

 

La tragédie des Siâvosh a été extraite du Livre des Rois, écrit par Ferdowsi au IXème siècle après J.C. Ce texte refondateur de la culture Perse est une immense épopée de plus soixante mille distiques, qui retrace l’histoire de l’actuelle Iran depuis la création du monde jusqu’à la prise de pouvoir par les Ottomans au VIIème siècle.

 

Théâtre de l’Épée de Bois

La veuve et le lettré

La veuve et le lettré

 

Il s’agit ici d’une œuvre « édifiante » signée You Fangwei, mais revisitée de façon brillante et malicieuse par le dramaturge Wang Renjie. Ainsi, cette fable qu’on imagine très morale est devenue une réflexion sur la condition de la femme.

 

MC 93

Caprices

Caprices

 

Une surprenante soirée dans les profondeurs du théâtre de l’Atalante, un des lieux accueillant le « Festival des Caves » qui met à l’honneur ces endroits plutôt inhospitaliers en les transformant en scènes de théâtre. Nous voilà alors transportés dans les profondeurs de la création artistique de l’un des plus grands peintres espagnols, Francisco de Goya (1746-1828).

 

Atalante

Une faille

Une faille

 

Plus de deux ans que cette expérience dure : un spectacle en série  construit sur le modèle des succès télévisés américains en vogue depuis une quinzaine d’années. Un concept inventé par le directeur du Nouveau Théâtre de Montreuil, Mathieu Bauer : « Une Faille est né du pari d’aviver l’appétit pour le théâtre » dit-il dans sa note d’intention.

 

Nouveau Théâtre de Montreuil

France – Allemagne

France – Allemagne

 

Le match n’est qu’un prétexte, un point de départ pour une exploration de quelques décennies de relations franco-allemandes où vont se mêler sport, Histoire et souvenirs personnels. Belle occasion de dynamiter avec humour pas mal de préjugés, clichés ou logiques nationalistes.

 

Le Lucernaire

Le Cavalier seul

Le Cavalier seul

 

Nous voici transportés dans une épopée située vers le XIème siècle, dans le Languedoc, à Byzance puis à Jérusalem, à la rencontre de l’Orient et de l’Occident, du sacré et du profane. Le chevalier chrétien Mirtus rejoint la cour de l’autocrate Théopompe III à Byzance, rencontre un Christ résigné qui retourne sur la croix, puis accomplit son destin malgré lui...

 

Théâtre 14

Fantaisies

Fantaisies, l’idéal féminin n’est plus ce qu’il était

 

« Comme un oignon, l’idéal féminin n’a pas de centre, de noyau. Au fur et à mesure qu’on le déshabille, qu’on le débarrasse de toutes ses peaux, de ses couches de représentations, il s’amenuise. À la fin, il n’en reste plus rien. » Carole Thibaut – extrait d’interview.

 

Maison des Métallos

Revenir un jour

Revenir un jour

 

Le titre de la pièce fait bien entendu immédiatement penser à l’incontournable tube « Partir un jour » des 2 be 3 révélé en 1997. Et c’est bien de cela qu’il s’agit. La reformation d’un groupe de quatre garçons qui connurent l’éphémère succès formaté et marketé d’un boys band, véritable machine à faire fantasmer des hordes de jeunes filles hystériques à travers l’hexagone.

 

Palais des glaces

Kouta

Kouta

 

Massa Makan Diabaté est un grand auteur de théâtre malien. Kouta s’inspire d’une trilogie qu’il a écrite il y a une trentaine d’années : « Le coiffeur de Kouta », « Le boucher de Kouta » et « Le lieutenant de Kouta ». Il y est question de la ville imaginaire de Kouta, situé dans une ancienne colonie française et de ses citoyens.

 

Le Tarmac

Power Lunch

Power Lunch

 

« Power lunch » est une pièce à deux personnages principaux, mais l’originalité, pour le metteur en scène, a consisté à multiplier le nombre par quatre. Nous voici donc avec quatre hommes, plutôt typés et quatre femmes (même remarque).

 

Théâtre Clavel

Atelier Ouvert – École du Théâtre d’Art de Moscou

Atelier Ouvert – École du Théâtre d’Art de Moscou

 

Une vingtaine d’élèves de cette école fondée en 1943 vous présentent un florilège de l’art de jouer que leur ont apporté quatre années de travail.

 

MC 93

Le roi Lear

Le roi Lear

 

Christian Schiaretti place l’action de la tragédie au centre d’un décor en demi-cercle qui rappelle le Globe de Londres, qui évoque aussi une arène digne du Colisée, trois niveaux de portes superposées qui ferment le plateau du Théâtre de la Ville, des portes qui s’ouvriront plus tard et qui feront alors penser au crâne d’un fou ouvert à tous les vents.

 

Théâtre de la Ville

Les rois du catch

Les rois du catch

 

Attention les yeux. Ce spectacle inclassable, qui tient plus de la performance artistique que du théâtre ou de la farce, que de la narration et de la fête que de la raison, peut provoquer l’hilarité.

 

Théâtre de Verre

Théâtre de Belleville

Misterioso – 119

Misterioso – 119

 

Un des plus beaux, un des plus poignants spectacles que j’ai vu de ma vie.

Toute la force, l’intrépidité, la magnificence du théâtre est là. Il y a dans ce spectacle, éclatante, cette chair dont est fait le théâtre, ce qui fait qu’il est un art à part, capable de combiner tous les arts pour faire exploser sur scène le seul sujet qui l’intéresse : l’humain.

 

Théâtre de la Tempête

 

Article de Bruno Fougniès

 

Article de Gérard Noël

Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas

Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas

 

L’œuvre, ici, est un long monologue, une logorrhée dense et implacable, un soliloque difficile et exigeant, un texte de l’écrivain hongrois Imre Kertész, prix Nobel de littérature en 2002, qui marque autant par le fond que par la forme.

 

Théâtre de l’Œuvre

Big Apple

Big Apple

 

Un homme. Une femme. Un peu Monsieur et Madame Tout le monde. Appartement « classe moyenne » avec un côté vintage, le vestibule, la cuisine, le salon, la chambre. Costumes de tous les jours. Ils vivent comme tout un chacun, avec les gestes d’un quotidien sans surprise, et les petites chamailleries de la vie à deux.

 

Théâtre de Paris (Salle Réjane)

Toute ma vie j’ai été une femme

Toute ma vie j’ai été une femme

 

Entre elles deux, un grand cadre vide. Miroir, fenêtre. L’une est-elle le reflet de l’autre, celle qui vit en harmonie avec le monde de consommation, qui a sa place ? L’autre s’interroge, hésite, cherche, s’abîme dans la réflexion. Qui s’abîme le plus des deux ? Celle qui semble en accord avec l’image de « la femme » ou celle qui se laisse envahir par les interrogations ?

 

Déchargeurs

Royale légende

Royale légende

 

Le chevalier d’Éon. La reine Marie Antoinette. L’un qui vécut quarante-neuf ans en homme et trente-trois en femme. L’autre qui connut le destin tragique que l’on sait. Deux figures de la monarchie du XVIIIème siècle. Deux légendes.

 

Lucernaire

Macbeth

Macbeth

 

40 comédiens sur scène, un plateau immense, 35 tableaux tous plus extraordinaires les uns que les autres, une femme à la crinière blanche assise parmi les spectateurs, une salle comble, un parfum et une atmosphère inimitable, unique, magique…

 

Théâtre du Soleil

Tous les m’aîmes !

Tous les m’aîmes !

 

Ce pourrait être : « Les jeux de l’amour et du hasard » nouvelle génération, faits d’incertitudes et  d’imprévisible.

 

Théâtre du Gouvernail

L’autre versant de la vie

L’autre versant de la vie

 

La pièce commence au moment où la famille est sur le point d’éclater totalement. C’est alors qu’arrive l’accident. Un bête accident de voiture qui plonge le père dans un coma profond durant plusieurs heures.

 

Théâtre de l’Archipel

Courts-circuits

Courts-circuits

 

Une série de sketches plus ou moins reliés entre eux nous livre une galerie de portraits déjantés et frôlant l’absurde en même temps qu’une peinture acidulée voire acide de notre société.

 

Comédie Bastille

Aglavaine et Sélysette

Aglavaine et Sélysette

 

La pièce de Maeterlinck développe une histoire passionnante : un jeune couple heureux accueille une belle-sœur. Entre les trois personnages va alors se créer une relation où l’amour est le centre, un amour idéalisé qui affranchit l’enfermement du couple pour irradier tout autour de lui et brûler les âmes, les cœurs et les chairs des trois protagonistes

 

Théâtre de la Colline

En mai c’est Ferrier ah la gaité !

En mai c’est Ferrier ah la gaité !

 

L’inénarrable Julie Ferrier, pour changer un peu de ses solos, se met en quatre. En six, plutôt, puisqu’elle s’est adjoint, pour ce spectacle décoiffant, des comédiennes et un comédien. Le tout, moitié medley ou patchwork. Ou encore revue, comme on disait au temps des « Branquignols ».

 

La Gaîté Montparnasse

Peer Gynt

Peer Gynt

 

« Peer Gynt, d’ailleurs, était bien ce que j’ai écrit de plus fou » a écrit Ibsen.

C’est cette folie qu’a mise en avant Christine Berg.

Dans un décor de foire, avec guirlandes de lumière et rideaux, deux tours à cour et à jardin et un lit roulant comme unique accessoire, elle donne à l’œuvre une dimension onirique tout en restant dans le domaine de la farce.

 

Théâtre de la Tempête

Cyrano de Bergerac

Cyrano de Bergerac

 

Dominique Pitoiset propose cette situation de base : enfermé dans un asile et blessé à la tête, son Cyrano ne serait que le conteur d’histoires inventées pour le plus grand bien et plaisir des autres patients. Soit ! Relevons la gageure …

 

Théâtre de l’Odéon

Monsieur Belleville

Monsieur Belleville

 

Pas vraiment d’histoire. Des souvenirs, Des impressions. Sur la scène et sur l’écran. Qui se côtoient puis s’entremêlent. La vidéo comme personnage. La rue.

 

Théâtre de Belleville

1984

1984

 

Le théâtre de Ménilmontant propose pour la 5ème saison l’adaptation théâtrale de «1984», le livre culte de George Orwell.

Eh bien quelle claque ! La même qu’à la lecture du bouquin, rendue plus violente encore par la force des images.

Le livre était déjà dérangeant, d’une noirceur absolue, sans une once d’espoir. L’adaptation et la mise en scène d’une extrême précision ont su rendre l’atmosphère oppressante de ce monde terrifiant

 

Théâtre de Ménilmontant

À l’affiche : Kohlhaas

À l’affiche : Kohlhaas

 

Tiré d’une nouvelle de Heinrich von Kleist, elle nous raconte « la tragique histoire au XVI ème siècle d’un maquignon devenu rebelle et meurtrier par amour des siens et de ses chevaux, du droit et des libertés,… un spectacle burlesque sur fond de pouvoir, de despotisme et de résistance ».

 

Le Tarmac

Passion Simple

Passion simple

 

Un lit, un fauteuil, des images fugitives d’une ville la nuit définissent un espace d’enfermement propice à traduire une passion destructrice.

 

Théâtre du Lucernaire

Denise Jardinière vous invite chez elle…

Denise Jardinière vous invite chez elle…

 

 C’est drôle, étonnant, fou, délirant, hitchcockien, troublant, émouvant mais c’est surtout un spectacle très original comme il n’en existe nulle part. Alors si Denise Jardinière vous invite chez elle, prenez votre courage à deux mains et acceptez, vous ne serez pas déçus.

 

Théâtre des Blondes Ogresses

Un air de famille

Un air de famille

 

La pièce ne dénoue aucun nœud, il s’agit de vivre en temps réel, dans un lieu unique, un moment de l’existence de cette famille. Tout le spectacle tient alors sur la puissance des caractères des personnages et à l’interprétation de cette partition millimétrée.

 

Théâtre de Nesle

Concerto en cuisine

Concerto en cuisine

 

Voici un spectacle pour le moins déconcertant. Inhabituel, hors des sentiers battus, il trace des portraits intimement liés à la nourriture et à la musique.

 

Théâtre des Déchargeurs

Traité de bon usage de vin

Traité de bon usage de vin

 

À partir d’un texte inédit de François Rabelais traduit de la version tchèque datant du début du XVIIème siècle, ce récit théâtral nous invite à être, entouré de tout le cérémonial qui va avec, non pas spectateurs, mais frères et sœurs de la confrérie des Enlumineurs de museau.

 

Théâtre du Ranelagh

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée

 

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée a le charme de ces comédies-proverbes de Musset qui paraîtraient désuètes si les questions qu’elles posent n’avaient pas gardé toute leur saveur.

 

Théâtre du Ranelagh

Femmes libérées

Femmes libérées

 

Ce nouvel opus qui nous raconte la vie sentimentale d’une jeune femme bien de notre temps, met à mal, d’une écriture moderne, aux dialogues enlevés, les codes du boulevard classique.

 

Théâtre Tristan Bernard

À chacun ses cendres

À chacun ses cendres

 

Un univers sombre éclairé d’un humour « so british » qui nous fait vivre la mort d’un homme Norman, et les réactions familiales post-mortem de ses deux filles

 

Vingtième Théâtre

L’appel de Londres

L’appel de Londres

 

Philippe Lellouche a des choses à dire. Sur la France. Sur les Français. Sur le climat social général actuel. Sur le fisc. Sur les banques. Il nous les sert avec sa nouvelle pièce « L’appel de Londres »

 

Théâtre du Gymnase

L’aide mémoire

L’aide mémoire

 

Simplicité et naturel sont au rendez-vous, pour un spectacle qui mérite qu’on s’y arrête.

 

Essaïon

Sortie d’usine

Sortie d’usine

 

Un spectacle qui caresse ce qui reste en nous de révolte – une révolte bien enfouie sous des couches et des couches de compromissions, de défaites et de soumissions aux « réalités de l’existence ».

 

Le Grand Parquet

Avant la nuit

Avant la nuit

 

La principale qualité de cette pièce de Constance Dedieu-Grasset est d’être généreuse : à partir de ce prétexte de la grève, elle fait se rencontrer une kyrielle de gens et les fait « débattre » de la situation actuelle, tout autant politique que sociale.

 

Manufacture des Abbesses

Looking for Hamlet

Looking for Hamlet

 

Voici donc une relecture de l’Hamlet de Shakespeare dont on connaît la trame. Jules Audry , talentueux metteur en scène-adaptateur de ce projet a décidé de transposer cette histoire dans un espace temps légèrement différent du nôtre, à savoir un cinquantaine d’année dans le futur.

 

Théâtre de Belleville

Festen

Festen

 

Festen est un film Danois devenu culte dès sa sortie en 1998. Il fait maintenant partie des meilleurs films que le 20ème siècle ait produits.

 

Théâtre Ménilmontant

Casablanca : en v. o. et en live

Casablanca : en v. o. et en live

 

Gros succès outre-Manche, cette version en live et en VO comme le souligne le titre,  se définit comme un « hommage insolent ». C’est en effet une reproduction des scènes cultes mais truffées de gags et de trouvailles scéniques humoristiques.

 

Théâtre Déjazet

Maître Fendard

Maître Fendard

 

Le Lorrain Fred Tousch commence à se faire une place dans le monde des concepteurs et interprètes de spectacles déjantés : il y a du Alphonse Allais dans son inspiration. Du Allais mélangé à du François Rollin, ce qui n’est pas un hasard puisque Rolin a justement participé (co-écriture et mise en scène) au spectacle dont il est ici question.

 

Théâtre du Petit Hébertot

Riviera

Riviera

 

Fréhel, sur la scène des Déchargeurs, c’est Myriam Boyer. Autant le dire sans faire de chichis, elle est géniale, scotchante, émouvante, elle nous impose sa Fréhel au point qu’on sentirait presque la vraie Fréhel

 

Théâtre des Déchargeurs

Un cœur de père

Un cœur de père

 

Après « Un cœur sauvage » et « Un cœur en herbe », « Un cœur de père » est le troisième volet de la trilogie écrite par Christophe Botti qui nous raconte des moments clés de la vie du jeune Mathan.

 

Théâtre Clavel

Vania

Vania

 

Dès les premières répliques on sent qu’on va voir du grand, du très grand théâtre. On est immédiatement emporté, embarqué dans cet univers, on vit avec eux tous si présents, si bien interprétés qu’on en oublie que ce sont des comédiens

 

Bouffon Théâtre

L’homme du sous-sol

L’homme du sous-sol

 

Et soudain un homme surgit, vous fixe puis, avec un accent des pays de l’est, vous murmure drôlement à l’oreille les premiers mots des Carnets du sous-sol : « Je suis un homme malade, un homme méchant, un homme repoussoir ! ».

 

Villa Mais d’ici – Aubervilliers

Noces de sang

Noces de sang

 

Ici l’accent est mis sur  les deux figures féminines majeures, la mère, superbe composition de Patricia Lacan Martin, et la fiancée incarnée par Pauline Choplin toute vibrante de passion contenue.

 

Théâtre de Ménilmontant
La solitude hivernale

La solitude hivernale

 

Bravo. Un seul petit mot pour dire simplement beaucoup. Bravo pour l’écriture et la mise en scène de Mathieu Beurton, originales, complètement atypiques, révélant un univers riche et complexe, à la fois drôle, grave  et poétique.

 

Théâtre de Belleville
La mécanique de l’ornithorynque

La mécanique de l’ornithorynque

 

De cette relation subtile et profonde d’une fille avec son père, Delphine Gusteau a tissé un texte digne de la tapisserie de Pénélope : toujours à faire, toujours reprisée, jamais finie. Tissée, détissée au fil des jours, répétée sans être jamais la même, au point que la trame s’oublie.

 

Petit Hébertot
Le faiseur de théâtre

Le faiseur de théâtre

 

Qui est Bruscon, ce « comédien d’État » venu malgré lui donner dans un petit village campagnard d’Autriche une représentation de sa comédie, La roue de l’histoire ? Est-il un poète maudit, un génie magnifique mais incompris, qui porte haut les valeurs et les exigences de l’art ?

 

Athénée – Louis Jouvet
Palais de glace

Palais de glace

 

Tarjei Vesaas est cet auteur norvégien rare (1897-1970) qui a laissé nombre d’œuvres dont se régalent les amateurs. « Palais de glace » appartient à la maturité, puisque l’auteur, à sa parution, est âgé de 66 ans. C’est un roman (ici adapté par Joël Jouanneau) où la nature, qui n’a cessé d’obséder Vesaas, et le symbolisme trouvent justement leur point de concours idéal.

 

Atalante
Je marche dans la nuit par un chemin mauvais

Je marche dans la nuit par un chemin mauvais

 

C’est une rencontre entre un grand-père et son petit fils, le temps d’un été, dans une campagne perdue. Choc des générations, choc culturel et collision entre un monde rural vivant comme il y a un demi-siècle et un adolescent typiquement imbibée de technologie, de confort et de nourriture industrielle.

 

La Tempête
Le mardi où Morty est mort

Le mardi où Morty est mort

 

Le nœud du drame ? Il est à la rubrique des chiens écrasés. Morty, pauvre clebs échappé à son maître s’attrape une balle perdue, un jour, là-bas, dans une province suédoise, un parc ou quelque chose qui y ressemble...

 

 

Aquarium
Je dois tout à ma mère

Je dois tout à ma mère

 

François Frin, suite à une discussion avec son vieux copain un peu bas du front, envisage, mais très sérieusement, de « buter sa mère ». Bien sûr, à bien y réfléchir, il ne tarde pas à trouver une accumulation de griefs… à adresser à sa génitrice, comme dirait François Mauriac...

 

Lucernaire
Maître Zacharius

Maître Zacharius

 

De l’œuvre de Jules Verne, qui date de ses débuts littéraires, le metteur en scène-adaptateur a gardé l’essentiel : une histoire tragique et fantastique, qui voit les démêlées d’un horloger inventeur avec un énigmatique personnage qui pourrait bien être le diable.

 

Théâtre Essaïon
Les Fourberies de Scapin

Les Fourberies de Scapin

 

Nul besoin de présenter les fourberies de ce malicieux Scapin, cette pièce de Molière a été beaucoup jouée et l’on sait que les roublardises et les milles tours de ce valet rusé et intelligent ne sont utilisés que pour faire triompher l’amour, contrarié par des pères avares et tyranniques

 

Comédie Saint-Michel
Bash

Bash

 

« Bash » , c’est  trois monologues reliés par un socle commun : la lâcheté humaine, le désarroi, le chaos du monde actuel racontés et vécus par monsieur et madame Tout l’monde.

 

 

Théâtre 14

 

Critique de Patrick Rouet

 

Critique de Patricia Lacan Martin

Le dernier jour du jeûne

Le dernier jour du jeûne

 

C’est d’abord une histoire de femmes. « On est entre filles » répètent-elles, toutes générations confondues, sur le ton de la confidence. Mais derrière leur complicité et leurs colères contre la défaillance, l’abrutissement et parfois la violence des hommes, c’est une histoire universelle qui se trame : une véritable tragédie classique, dont on devine à l’avance l’issue funeste.

 

Théâtre des Amandiers – Nanterre
À nu

À nu

 

Un large drapeau américain sert de rideau de scène. Puis une voix retentit, elle énonce les lois prises par les États-Unis pour se protéger du terrorisme. Le rideau tombe. Une jeune femme, attachée, cagoulée, est assise sur une chaise...

 

Vingtième Théâtre
Touche

Touche

 

Touchée,  voire « sonnée » à la sortie du spectacle tant on est loin d’imaginer le niveau de corruption, de matchs truqués et de dopage auxquels ont été confrontés les  footballeurs  italiens de première division dans les années 90 ! Construit  à partir de témoignages d’anciens joueurs, « Touche » raconte les coulisses d’un monde soumis aux dérives d’un gigantesque business certes, mais que l’on ne soupçonnait pas corrompu à ce degré, notamment en matière de consommation délirante de médicaments.

 

Théâtre Douze
Protée

Protée

 

Il paraît que Claudel, passant devant une librairie qui affichait « Claudel, poète cosmique » avait cru y lire : « Claudel, poète comique ». Et il en était content. Adjoindre cette épithète à l’immortel auteur du « Soulier de Satin » ne viendrait pas à l’esprit de grand monde. Pourtant, il a commis une œuvre plutôt farcesque, un genre de parodie intitulée « Protée ».

 

Guichet Montparnasse
Le Prophète

Le Prophète

 

Livre de poésie, de philosophie, de religion, de sagesse, de spiritualité, voire de « développement personnel » comme on dit maintenant ? L’inclassable Prophète de Khalil Gibran est tout cela à la fois. Il délivre un enseignement universel et hors du temps sur l’amour, le travail, la joie et la liberté à travers un lyrisme chargé de paraboles qui rappelle immédiatement les écrits sacrés ou, sur un registre différent mais avec la même audace d’écriture, Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche.

 

Guichet Montparnasse
Un obus dans le cœur

Un obus dans le cœur

 

Il est des tragédies qui meurtrissent une vie. Pour Wajdi Mouawad, dramaturge, romancier, acteur et metteur en scène né au Liban en 1968, le traumatisme de la guerre civile – qui les a chassés, lui et sa famille, de son pays lorsqu’il avait huit ans – et de l’exil vers la France, puis le Canada, marquera à jamais son œuvre.

 

Déchargeurs
Changer constamment en lumière et en flamme

Changer constamment en lumière et en flamme

 

Sur scène Thomas Cousseau incarne Michel Onfray. Il est pris dans un espace géométrique à trois dimensions, un cube qui se déforme, s’élève ou s’aplatit de lui-même comme habité par une vie propre. Toutes ces figures illustrent le propos du narrateur.

 

 

Artistic Athévains
Dom Juan

Dom Juan

 

Il y a, dans ce don Juan monté par Arnaud Denis, une belle énergie. Et beaucoup d’idées. Pas facile, pourtant, de se colleter à cette œuvre devenue un classique joué et re-joué, étudié et disséqué à l’envi. Se plaçant dans le sillage de Louis Jouvet, le patron, Arnaud Denis a fignolé son spectacle : les décors sont superbes et habiles les éclairages

 

 

Théâtre 14
Scapin

Scapin

 

C’est imaginatif, diablement bien mené et profondément jubilatoire pour qui aime le théâtre.

 

 

Théâtre du Lucernaire
Les fréres Karamazov

Les fréres Karamazov

 

Apprenti comédien « hanté par le vide et l’absurde », selon ses propres paroles, et interpelé par « les questions existentielles que peut se poser un Ivan Karamazov », Olivier Fenoy, fasciné par l’œuvre de Dostoïevski, ne pouvait pas ne pas adapter, à un âge plus mûr, « Les frères Karamazov », ce roman de mille pages déjà transposé au théâtre et au cinéma, qui met en scène les rapports violents entre un père et ses quatre fils, et le drame qui en découle.

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Les ponts

Les ponts

 

Ce sont les bois, plus loin la maison et au-delà, le pont. Un plateau nu dans une pénombre incertaine où flottent des brumes, des bruits lointains ou proches, des feulements et des courses d’animaux, des échos. Tout tremble et respire dans cette nuit qui ne semble jamais finir, dans cette ombre permanente sous les frondaisons, cette forêt comme un lieu épargné du temps depuis des millénaires, depuis l’origine, depuis l’invention de la vie et de la mort.

 

Théâtre de l’Atalante
La maladie de la mort

La maladie de la mort

 

Bercés par la petite musique durassienne, rendue à la perfection par la lecture qu’en fait Bertrand Farge, le rythme si particulier de l’écrivain, ses redites, ses phrases courtes, le ton neutre et dépouillé de son écriture si abstraite, auxquels correspondent parfaitement les mouvements  et déplacements lents des comédiens, nous suivons, subjugués, cette histoire d’un homme qui n’aime pas les femmes...

 

Théâtre de Belleville
Anna et Martha

Anna et Martha

 

Nous sommes chez « Madame », la patronne, elle est allongée dans ce congélateur hoquetant. Anna la couturière et Martha la cuisinière l’ont tué. Il y a aussi le vieux Meier Ludwig, le chauffeur qui ère comme un fantôme dans ce purgatoire et une autre esclave, Xana, femme de ménage étrangère, leur souffre douleur.

 

Théâtre 71 – Malakoff
Chat en poche

Chat en poche

 

Quand le jeune Feydeau écrit « Chat en poche », il n’a que 26 ans. Il a fait ses gammes et il se lance. Il ne s’agit pas encore d’adultères à répétition : plutôt d’un quiproquo sur lequel la pièce est bâtie et qu’il étire avec un certain bonheur. Pacarel, un bourgeois enrichi (on le devine) voudrait faire monter à l’Opéra une œuvre de sa fifille.

 

Artistics Athévains
Sirènes

Sirènes

 

La quête de cette pièce est de découvrir de quoi nous sommes faits, de quels matériaux, de quelles histoires familiales et sociales. Une enquête qui tente de percer le mystère de trois générations de femmes, une enquête dans le domaine infini de l’inconscient. Mais rien de didactique ni de psychanalytique ici

 

Nouveau théâtre de Montreuil
Un singe en hiver

Un singe en hiver

 

Surtout ne pas avoir d’idée préconçue. Évacuer de sa mémoire le souvenir de Gabin/Belmondo. Se réjouir de voir sur une scène Eddy Mitchell, qu’on adore depuis toujours et Fred Testot qu’on trouve éminemment sympathique et attendrissant...

 

Théâtre de Paris
Oncle Vania

Oncle Vania

 

L’histoire se déroule à la fin d’un été torride dans la propriété du professeur Sérébriakov. Après une vie passée en ville, il vient y vivre sa retraite en compagnie de sa nouvelle femme Elena. C’est la fin de sa vie : il est malade, souffrant, tyrannique. Son installation a bouleversé toutes les habitudes de ceux qui vivent dans la maison depuis toujours

 

Théâtre de la Ville
Le roi se meurt

Le roi se meurt

 

Il est des rôles qui marquent leurs interprètes. Et des comédiens qui deviennent la référence d’un personnage. Il en est ainsi du roi Bérenger 1er et de Michel Bouquet, indissociables l’un de l’autre. Les deux se retrouvent pour la quatrième fois et toujours dans la mise en scène de Georges Werler.

 

Théâtre Hébertot
Fatalement vôtre

Fatalement vôtre

 

Après Manoir sous haute tension sur l’île de Man, Katia Verba revient avec un autre ouvrage qu’elle met en scène assistée de Benjamin Castaneda à la direction d’acteurs. On y retrouve son univers psychologique particulier, dans une atmosphère où la tension va croissant jusqu’à une chute complètement inattendue.

 

Théâtre Darius Milhaud
Lucrèce Borgia

Lucrèce Borgia

 

Étrange destin que celui de cette pièce : acclamée à sa création, longtemps peu jouée, Lucrèce Borgia semble aujourd’hui connaître à nouveau un vif regain d’intérêt, comme en témoignent les différentes productions qui sont montées cette saison.

 

Théâtre de la Commune – Aubervilliers
Sarah Bernhardt, toujours !

Sarah Bernhardt, toujours !

 

Se fondant sur les propos tenus par l’actrice elle-même dans son autobiographie intitulée « Ma double vie », Nicolas Laugero-Lasserre et Véronique Fourcaud ont opté pour la trame suivante : lors d’une représentation de « Phèdre », son plus grand succès, Sarah, seule dans sa loge, prépare méticuleusement son entrée en scène.

 

Théâtre du Ranelagh
Gender Conference

La grande classe masques et nez

 

Le concept de ce spectacle est original car il invite le public à assister à un vrai cours de théâtre mené par un prof (Igor Mendjisky, également metteur en scène) qui se promène dans la salle et prodigue aux soi-disant comédiens débutants ses conseils avisés et les directives qu’ils doivent prendre pour être au plus près du texte qu’ils ont choisi de lui présenter.

 

Théâtre des Mathurins
Gender Conference

Gender Conference

 

Cette « vraie/fausse conférence » sur le sexe et le genre monté pour la première fois en 2008 est au cœur de l’actualité. Rappelons la toute récente « rumeur » selon laquelle une « théorie du genre » serait enseignée à l’école, dès la maternelle, niant les différences sexuelles entre filles et garçons.

 

Confluences
Nous n’irons pas ce soir au paradis

Nous n’irons pas ce soir au paradis

 

De l’œuvre énorme, hallucinée, de Dante Alighieri, Maggiani (d’origine italienne) n’a retenu que le début. Et encore : il ne lit pas le texte, ne se met pas en avant, comme certains, il préfère l’effacement derrière les mots, tout en se permettant des commentaires et autres digressions.

 

Théâtre de la Ville – Les Abbesses
Vaterland, le pays du père

Vaterland, le pays du père

 

En 1944, à Saint-Étienne, Wilhelm, un soldat de la Wehrmacht se querelle avec un jeune français et finit par le tuer. Plus intéressant, il se débarrasse de sa propre identité (devenue inacceptable ?) en défigurant le mort et en prenant son identité.

 

Théâtre de l’Aquarium
 Bleu, Blanc, Rouge

 Bleu, Blanc, Rouge

 

« Bleu, Blanc, Rouge », c’est le nom de la trilogie politico-théâtrale pensée par Nicolas Lambert. Les deux premiers volets présentés au Grand Parquet – le troisième est en cours de préparation – sont le résultat d’un travail colossal de documentation, de compilation d’informations du créateur de ces spectacles

 

Le Grand Parquet
Les contes défaits

Les contes défaits

 

C’est d’une drôlerie extrême, les trouvailles abondent, les jeux de mots fleurissent, les cinq jeunes comédiens, excellents et pleins de fougue, s’en donnent à cœur joie et le public ravi se laisse balader ainsi avec un bonheur visible.

 

La Folie Théâtre
Love and Money

Love and Money

 

L’argent roi. Tel est le démon qui ronge la conscience des personnages de cette pièce. Une jeunesse anglaise de la classe moyenne qui abandonne tout principe pour satisfaire aux exigences de notre modernité : confort, belles voitures, respects, plaisirs. Ils ont moins de trente ans mais ils semblent déjà en fin de vie,

 

Théâtre de Ménilmontant
La sanction

La sanction

 

Jean Barbier plus connu comme auteur de comédies (Les jumeaux, Ma femme est folle…) nous livre ici une pièce d’un genre tout différent. Deux jeunes malfrats cambriolent la demeure d’une vieille dame. L’action tourne mal. Un seul paiera et reviendra se venger après sa sortie de prison.

 

Théâtre de l’Archipel
La trahison d’Einstein

La trahison d’Einstein

 

Éric-Emmanuel Schmitt a écrit là une pièce grave d’une remarquable intelligence sur le conflit moral d’un homme en proie avec le bien fondé de son génie scientifique à travers des conversations passionnées  entre ces deux hommes que tout oppose. Sombres, parfois drôles, parfois cyniques, elles nous parlent de politique, de sciences, des hommes, de la guerre, de remords, de doutes et d’alcool.

 

Théâtre Rive gauche
La visite de la vieille dame

La visite de la vieille dame

 

C’est une histoire d’amour, de vie, d’argent. C’est une histoire de mort, de haine, de vengeance. C’est une tragédie burlesque, une comédie glaciale, un univers désespérant, une farce cruelle, une peinture féroce de la société.

 

Théâtre du Vieux Colombier
Les vaisseaux du cœur

Les vaisseaux du cœur

 

Au départ, un best-seller de Benoît Groult, qui fit, dit-on, scandale lors de sa parution en 1988. On n’était pas prêt, visiblement, à lire l’histoire d’une femme qui noue une relation sensuelle avec un marin breton et qui continue vaille que vaille cette relation durant près de trente ans.

 

Petit Montparnasse

Mots d’excuse

 

Tirée du livre de Patrice Romain, véritable surprise littéraire dès sa parution en 2010 «  Mots d’excuse, les parents écrivent aux enseignants », voici une adaptation théâtrale très réussie de Marc Rivière.

 

Théâtre Michel

Cowboy Mouth

 

Cowboy mouth, c’est un voyage, un trip, un « Very Bad Trip » pourrait-on dire, dans une ambiance très seventies, une incursion dans le domaine du rêve, de la poésie, de l’humour, de la violence dont on ne sort pas indemne.

 

 

La Gaîté Montparnasse

La nuit des piranhas

 

Précipitez-vous au Café de la Gare et remplissez la salle pour aller voir "La nuit des piranhas", un huis-clos délirant signé Philippe et Cédric Dumont où, au cours d’une nuit d’émeutes, un petit gauchiste activiste, une fausse pute, un homme d’affaires véreux et un planton qui a raté sa vocation se retrouvent dans la cellule d’un commissariat.

 

 

Café de la Gare

El Cid

 

Revisitée mais néanmoins imprégnée de trois mois en itinérance sur les routes d’Espagne et du Maroc. Influencée et nourrie donc par cette culture méditerranéenne...

 

 

Théâtre 13 / Seine

Le misanthrope

 

Michel Fau nous livre une version du misanthrope qui certainement fera date. Assurément ce rôle d’Alceste semble avoir été écrit pour lui tant il nous le livre dans ses moindres sentiments, tant il EST cet « atrabilaire amoureux » avec toutes les nuances que cette expression implique.

 

 

Théâtre De l’Œuvre

Ça fait un bail

 

Nous voici en Angleterre, à Camden Town, dans un bar qui va bientôt fermer où se retrouvent quelques paumés de la terre. On y croise le patron, Barney, peu causant, Simone et Yvonne deux copines à l’opposé l’une de l’autre, Gil, un jeune tout en violence et Raymond Legendre, le beau gosse, ravageur de cœurs féminins.

 

 

À la Folie Théâtre

Les fureurs d’Ostrowsky

 

Dans ce délire mythologique, comme il le qualifie, c’est à l’histoire des Atrides que nous allons assister : cette histoire, ce mythe plutôt, mille fois raconté et représenté, trouve ici, et ce n’est rien de le dire, une nouvelle jeunesse.

 

Théâtre du fil de l’eau – Pantin

La Troupe à Palmade – Les Municipales

 

D’un bond sur la scène, Pierre Palmade vient présenter sa troupe et son spectacle du moment : « Les Municipales ». Depuis cinq ans, il travaille avec des comédiens qu’il a repérés dans les cafés-théâtres et autres petites scènes, et depuis trois ans la troupe se produit avec des pièces de théâtre écrites à partir d’imaginations et d’énergies mises en commun.

 

Comédie de Paris

Comic Strip Girls

 

Entre numéros chantés et dansés, la franche comédie alterne avec des passages plus dramatiques qui donnent son poids justifié au texte. Les comédiennes s’en donnent à cœur joie et maîtrisent parfaitement tant l’espace que les caractéristiques de leur personnage.

 

Théâtre des Blancs Manteaux

Des fleurs pour Algernon

 

« Prodigieux, Un bloc de sensibilité, Il faut s’y précipiter, Courez voir Algernon » peut-on lire sur l’affiche. Que rajouter ? Que Gadebois est tout bonnement époustouflant, que son allure de géant débonnaire, de déménageur à gueule d’ange et  sa force tendre font ici merveille ?

 

Théâtre Hébertot

Les enfants du paradis

 

Philippe Honoré a fait une adaptation qui ne démérite pas. Il a gardé la crème, l’essentiel, même si, évidemment, beaucoup de choses sont perdues. On est frappé, par contre, quand il n’y a plus le secours de l’image, de constater à quel point la prose de Prévert tourne parfois à vide.

 

Lucernaire

Je préfère qu’on reste amis

 

C’est un beau cadeau fait ici à Michèle Bernier, c’est du sur mesure, du cousu main que ce personnage de bonne copine rigolote, celle qu’on aime bien mais qu’on n’aime pas tout court, celle qui « garde les sacs dans les soirées quand ses amies sont invitées à danser. » Sans paraître y toucher, on effleure des sujets sensibles sous le masque du rire et parfois l’émotion pointe son nez vite escamotée par une pirouette.

 

Théâtre Antoine

Jeanne et Marguerite

 

Jeanne et Marguerite, deux cœurs qui battent la chamade, deux amoureuses qui attendent, deux femmes qui souffrent… Seule nuance : un siècle les sépare !

 

Théâtre la Bruyère

Jupe obligatoire

 

Être une jeune scénariste au chômage, sombrer dans la déprime et avoir un maître indien avec qui on communique (dans les moments de blues) par Internet… rien que de plus normal. Accepter, quand on est légèrement coincée, d’écrire un scénar pour son ex’ dont le thème est l’échangisme, c’est un peu fort de café. Il fallait oser. Les deux auteurs de « Jupe obligatoire » l’ont fait.

 

Théâtre du Gymnase

Les fausses confidences

 

Allez voir « Les Fausses Confidences » parce que Marivaux manie avec un art d’une simplicité et d’une subtilité inouïes les ficelles de la comédie de mœurs et du langage, un petit joyau qui scintille toujours autant dans cette mise en scène de Luc Bondy.

 

Odéon – Théâtre de l’Europe

La Maison de Bernarda Alba

 

Bernarda Alba est cette mère terrifiante et cruelle qui détourne la morale religieuse à son profit et utilise le deuil de son mari pour mieux garder ses cinq filles sous sa coupe tyrannique. Séquestrées dans leur univers exclusivement féminin, étouffées par la crainte de regard des autres, frustrées de désirs inassouvis, les cinq soeurs acceptent tant bien que mal leur oppression et enfouissent au fond d’elles leur désir de liberté…

 

Bouffes du Nord

Des journées entières dans les arbres

 

Quatre acteurs fabuleux redonnent vie au texte de Marguerite Duras – écrit en 1954 et immortalisé au cinéma en 1977 – qui présente d’autant plus d’intérêt que les personnages principaux, sont inspirés de la mère et du frère de l’auteure.

 

Théâtre de la Gaîté Montparnasse

Un temps de chien

 

Sale temps pour les femmes nous dit Brigitte Duc auteur du texte. Celle qui avait co-écrit les deux derniers one woman show de Valérie Lemercier ainsi que le film Palais Royal fait ici du sur mesure pour la comédienne qui peut donner toute le mesure ou plutôt la démesure de son talent.

 

Théâtre Montparnasse

Macbeth

 

Tous rivalisent de beauté et d’élégance dans un décor d’un gris certes sobre et froid mais raffiné. Les hommes arborent un costume bien coupé, Malcolm porte un uniforme de college britannique, Macbeth est vêtu d’un smoking et sa Lady une robe de soirée. Même les meurtriers sont habillés en garçons de café chics et impeccablement coiffés tandis que les sorcières sont jeunes, belles et nues.

 

Théâtre 71 Malakoff

Hollywood

 

L’histoire est maintenant connue : 1939. Hollywood. Le producteur David O. Selznick produit Autant en emporte le vent d’après le livre à succès de Margaret Mitchell.

 

Théâtre de la Michodière

 

Article de Nicole Bourbon

Hollywood

 

On ne peut que souligner la performance des trois comédiens qui ne s’économisent pas une seconde pour que chaque situation, chaque réplique soit prétexte au rire même dans leurs délires les plus extravagants.

 

Théâtre de la Michodière

 

Article de Patrick Rouet

Même pas vrai

 

Drôle de titre dont on se demande ce qu’il cache que cette locution employée généralement par les enfants. Et c’est vrai qu’on a sans cesse à l’instar des gamins de leur crier « Même pas vrai » à ces adultes qui sur scène naviguent de mensonges invraisemblables en inventions abracadabrantes.

 

Théâtre Saint-Georges

Knock

 

C’est  un monument : il faudrait, idéalement, l’aborder avec un léger décalage, revenir au texte, rééquilibrer la pièce pour en faire une satire de la médecine, et pas seulement le portrait d’un manipulateur illuminé. C’est ce que le metteur en scène Olivier Mellor a tenté… et réussi.

 

L’Épée de Bois

Eugène Onéguine

 

En mettant en scène cette œuvre magistrale, le Théâtre Vakhtangov, illustre théâtre moscovite créé au début du XXème siècle par une troupe de comédiens d’avant-garde sous la houlette du comédien Eugène Vakhtangov, s’est lancé dans une entreprise phénoménale.

 

MC 93

Orchidées

 

Et puis du fond de la salle, Pippo Delbono raconte. Il a dans sa voix le charme de l’italien, l’emphase et l’art. Le grain rude et chantant à la fois. Il raconte sa mère et la perte de sa mère...

 

Théâtre du Rond Point

Edith S.

 

1942. Carmel d’Etch en Hollande où Edith Stein, la philosophe et théologienne allemande s’est réfugiée sous le nom de sœur Marie-Bénédicte de la croix. Elle est sur point d’être arrêtée par la gestapo avant d’être déportée au camp d’Auschwitch où elle mourra. Simplement parce qu’elle était juive. Avant de quitter le carmel, elle va dérouler le film de sa vie et nous faire revivre ses rencontres, ses amours platoniques, sa famille, ses convictions, ses croyances.

 

Théâtre Dejazet

Contractions

 

Cette pièce de Mike Bartlett, à deux personnages, se situe dans le cadre ultramoderne d’une entreprise. On comprend rapidement que la « manager » qui reçoit l’employée a des choses à lui reprocher. Cela commence doucement et sur un « Emma… entrez ! » qui sera le leitmotiv de la soirée.

 

Théâtre Paris Villette

Parce que c’était lui

 

1588. La France est en proie aux guerres de religion, catholiques et protestants se combattent sans merci. Montaigne a 55 ans. Il a publié avec succès les deux premiers volumes de ses Essais, qui ont séduit une jeune Picarde, Marie de Gournay, 23 ans. Elle vient lui déclarer son admiration et son amour. Une relation mi-amoureuse mi-filiale va s’établir entre eux. Mais Marie est persuadée que Montaigne a trahi son ami La Boétie en ne publiant pas son « Discours de la servitude volontaire. »

 

Petit Montparnasse

Macbeth : Leila et Ben – A Bloody History

 

Lofta Achour et ses comparses, habitués du Tarmac depuis des années, reviennent sur la Tunisie de Ben Ali. Ils s’emparent, au passage, du texte de Shakespeare (qui en a vu d’autres) et l’adaptent bien un peu pour le faire coller  à l’Histoire contemporaine. Au début, quelques images bien senties vous mettent dans l’ambiance. Puis c’est Ben Ali (rebaptisé Maczine) qu’on  évoque avant qu’il n’entre en scène.

 

Le Tarmac

À demain

 

L’univers des bureaux. L’organisation pyramidale des pouvoirs. Les procédures à suivre.

Pascale Henry nous présente là un univers bureaucratique comme une vision de ce qui nous attend, avec des résonances qui rappellent l’atmosphère oppressante de Brazil de Terry Gilliam.

Sans sa dérision. Demain donc. Un demain où l’humain fait partie des rouages : il est formaté, intégré, sans faille.

 

L’Aquarium – Cartoucherie

Projet Luciole

 

Le titre, « Projet Luciole », a de quoi intriguer. Le sous-titre, « Théâtre philosophique », aurait de quoi faire peur. Il est vrai que cette audacieuse et inventive pièce est différente de ce qui se joue d’habitude sur scène. Deux comédiens disent, ou plutôt interprètent, un certain nombre de textes qui ne relèvent d’ailleurs pas tant de la philosophie à proprement parler que de ce qu’à la suite de Razmig Keucheyan, Nicolas Truong appelle les pensées critiques...

 

Le Montfort

Entrez et fermez la porte

 

Six comédiennes, onze personnages en quête… de metteur en scène –  toutes de très jeunes filles à peine sorties de l’adolescence –, un réalisateur invisible et la voix de Jacques Higelin, plus une chaise haute recouverte d’un drap et un polochon sur un tabouret, voilà ce que nous offre Marie Billetdoux dans la première pièce qu’elle a écrite et mise en scène, Entrez et fermez la porte, adaptée du roman du même nom.

 

Ciné 13 Théâtre

Le moche

 

Pour cette petite PME, le congrès à venir est important, puisqu’elle pourra y présenter un nouveau produit (assez technique) qu’elle est en train de développer. Va-t-on choisir l’ingénieur responsable ? Oh, que non…il est trop moche. Et la mission échoit à une autre personne.

 

Théâtre de Nesle

Othello

 

Par jalousie de pouvoir, Iago va distiller dans la tête de son général Othello le soupçon d’adultère de son épouse Desdémone avec Cassio. Et à la fin, tout le monde ou presque meurt ! On retrouve donc bien cette trame et même cette fin dans ce spectacle, mais Carlo Boso a bien sûr pris soin d’adapter les passages nécessaires à son spectacle en les retouchant pour mener à bien son projet.

 

Centre d’animation des Halles

Le cercle des illusionnistes

 

Qu’on se le dise, Alexis Michalik est un rêveur doublé d’un magicien, d’un enchanteur, le maître des illusionnistes et  un conteur magnifique.

Après « Le porteur d’histoires », il revient avec « Le cercle des illusionnistes » d’une prodigieuse virtuosité, d’une inventivité saisissante, d’une maîtrise stupéfiante.

 

Pépinière opéra

Trouble dans la représentation, fictions 1 à 8

 

Après avoir gagné le « Paradis » (la toute petite salle en haut du théâtre du Lucernaire), on pénètre dans un « laboratoire contemporain » dont tout le fond de scène est occupé par un grand écran. Devant nous, quelques colonnes lumineuses, un bureau, un téléphone, un magnétophone, des éprouvettes, un poste de télévision. Des feuillets numérotés de 1 à 8 jonchent le sol.

 

Lucernaire

Court sucré ou long sans sucre ?

 

Comment passer une soirée agréable où l’on fait la part belle aux rires sans se poser de questions ? En allant voir une bonne comédie bien ficelée, bien écrite, superbement interprétée et mise en scène au cordeau par un maître en la matière. Et c’est le cas pour ce vaudeville d’aujourd’hui qui se passe dans le monde un peu fou de la communication.

 

Comédie Bastille

Les uns sur les autres

 

Cela nous raconte une famille comme il en existe beaucoup, la mère débordée, le père trop absent, accaparé par son travail, le grand-père impotent et deux ados comme sont les ados, lui ne s’intéressant qu’à ses jeux vidéos, elle obsédée par la minceur. Ils s’ignorent ou se disputent, sans véritable lien sentimental apparent, sans communication, soumis à la tyrannie du monde technologique.

 

Théâtre de la Madeleine

L’échange

 

Jeunes mariés, Marthe et Louis Laine s’aiment d’un amour à la fois beau et irréfléchi, qui semble aussi fort qu’il est pur.

Mais cet amour ne va pas résister à leur rencontre avec le couple formé par le businessman Thomas Pollock Nageoire et de la vamp Lechy Elbernon, qui sont à la fois leur double et leur figure inversée.

 

Aktéon Théâtre

Comme un arbre penché

 

Un accident de la vie où tout bascule et Philippe se retrouve allongé dans un lit d’hôpital avec pour seul moyen de communication, le clignement de l’œil. Prévenu, Louis son ami de cinquante ans vient lui rendre visite. Ils ont des choses à se dire car leur amitié forte a un jour volé en éclat à cause d’une femme qu’ils ont aimée tous les deux. Douze ans qu’ils ne s’étaient pas revus...

 

Théâtre la Bruyère

Nous qui sommes cent

 

Étrange pièce que nous propose Jonas Hassen Khemiri. Ce jeune auteur (tunisien de père et suédois de mère) connait un véritable triomphe en Suède, avec ses romans et son théâtre. L’occasion de le découvrir est trop belle, saisissons-la. Il nous présente ici trois femmes qui sont (on le voit assez rapidement) trois âges de la même femme...

 

Théâtre Ouvert

Desperate Housemen

 

Lumière sur trois Desperate Housemen : attention mesdames vous allez découvrir l’envers du décor tandis que ces messieurs seront démasqués ! Jérôme Daran, Stéphane Murat et Alexis Maquart dans les rôles respectifs du largué, de l’abruti et du misogyne se retrouvent pour une soirée, dans un appartement squatté par Jérôme qui vient de se faire larguer par Sophie.

 

Grand Point Virgule

Roméo et Juliette

 

Roméo et Juliette ! Depuis 1597, on ne compte plus les adaptations de cette pièce mondialement célèbre, jusqu’à une comédie musicale il y a quelques années. C’est ici Nicolas Briançon qui s’en empare, grand amoureux de Shakespeare s’il en fut. il en possède tous les arcanes et il s’attache à le servir avec passion.

 

Théâtre de la Porte Saint-Martin

La contrebasse

 

Et voici maintenant Clovis Cornillac dans la peau de ce contrebassiste désabusé, conscient – trop conscient – du peu d’intérêt de son existence. Un Clovis Cornillac qui sait qu’on l’attend au tournant après son illustre prédécesseur qui avait tant marqué le rôle de son empreinte. Mais voilà. Monsieur Cornillac n’est pas n’importe qui. C’est un grand, un immense acteur doté d’une présence étonnante. Et il nous le démontre ici avec brio.

 

Peitit Théâtre de Paris

Homme pour homme

 

Dans cet ouvrage de jeunesse qui date de 1926, Bertolt Brecht bousculait déjà le spectateur avec son théâtre insaisissable et décalé mais qui sait créer dès les premières répliques une complicité avec le public.

 

Théâtre de la Tempête

Joyeuses Pâques

 

Tout le monde connaît le thème du mari pris en flagrant délit d’adultère par se femme et qui s’enferre dans des mensonges improbables, essayant de faire passer sa maîtresse pour sa fille.

Dans cet art du boulevard, car c’en est un, il faut le reconnaître, tout doit être irréprochable pour que cela fonctionne.

 

Théâtre du Palais royal

Crime et châtiment

 

Adapter un roman de 600 pages au théâtre est toujours une gageure. Il y a fatalement des épisodes ou des personnages qui ne peuvent être donnés sur scène. Mais le roman de Dostoïevski possède l’avantage de focaliser l’action sur un seul personnage principal : Rodion Romanovitch Raslkolnikov. C’est à travers les actes, les pensées et les yeux de ce personnage que se déroule la trame.

 

Théâtre de l’Atalante

Corps étrangers

 

Un scientifique, docteur de son état, en quête de l’essence de vie à travers les corps qu’il dissèque en amphithéâtre. Un apothicaire fabriquant d’onguents et de potions, moitié charlatan, moitié pourvoyeur en cadavre pour les besoins du premier. Et puis un géant bossu, du moins un être de taille exceptionnelle, portant son existence solitaire comme une fatalité pâle et douce.

 

Théâtre de la Tempête

Moi Colette

 

Colette qui revit véritablement sous la plume élégante et très documentée de Pierre-André Hélène qui nous démontre une fois de plus quel esthète, passionné d’histoire et amateur d’art il est. Et c’est Véronique Fourcaud qui l’incarne, qui avait déjà endossé le personnage de Sarah Bernhardt précédemment.

 

Théâtre Maxim’s

Deux hommes jonglaient dans leur tête

 

Ce spectacle n’est ni du nouveau cirque, ni un concert, ni un ballet, nous sommes plus prêts de la performance, d’une approche de la poésie moderne où l’objet ne peut se dissocier des deux artistes qui semblent dompter ces étranges générateurs de son, sorte d’instruments de musique sortis d’un imaginaire proche de la science fiction voire de la BD.

 

Montfort Théâtre

Narcisse ou l’amant de lui-même

 

Inspiré par le thème éternel conté par Ovide, de Narcisse, tombé amoureux de sa propre image, Jean-Jacques Rousseau a tissé cette pièce de jeunesse peu connue, nouant une double intrigue contemporaine à son temps: des histoires de cœurs, de mariages, de chassé-croisé amoureux, de quiproquos et de valets insolents et ivrognes.

 

Vingtième Théâtre

La femme silencieuse

 

Hiver 1934. Londres. Pluie, éclairs et coups de tonnerre. Dans un salon, un homme lit en fumant une cigarette. Cet homme c’est le grand écrivain Stefan Zweig qui a quitté Vienne où Hitler commence à faire parler de lui. Face à la montée du nazisme et à l’avenir sombre qu’il pressent pour son pays, l’auteur a décidé de s’exiler.

 

Petit Hébertot

Le voci di dentro

 

Une journée apparemment ordinaire commence chez la famille Cimmaruta : on se réveille, on se raconte les cauchemars de la nuit, on s’habille, jusqu’à l’arrivée de deux voisins, Carlo et Alberto Saporito, des frères sans-le-sou qui viennent semer le trouble. Le premier profite allégrement de l’hospitalité des voisins tandis que le second, qui le rejoint peu après, se met à discuter avec les membres de la famille Cimmaruta.

 

MC 93

Les gens

 

Nous ne sommes qu’à la fin du XXIe siècle mais on dirait la fin des temps. Sur une terre nue, un soldat ensanglanté et mourant dont l’agonie s’éternise, une voleuse qui dépouille les morts sans compassion tout en cachant sa douleur, un fou faible et bavard auquel personne ne prête attention et un amnésique qui se demande si, oui ou non, il a tué, pour pouvoir se réconcilier avec lui-même…

 

Théâtre Gérard Philipe – Saint-Denis

Je suis encore en vie

 

Jacques Allaire travail sur les images, les sons, les ambiances et les corps. Pour faire sens. Donner à sentir et à voir. Tous sens. Il construit ses créations avec ces matériaux. Dans ce court spectacle les deux personnages ne disent pas une parole. Ce sont des corps en mouvement, dans un cérémonial de fin de vie, de survie, presque en apnée. Seul le sifflement des respirations pulse une preuve de leurs existences.

 

Le Tarmac

Lancelot, le Chevalier de Merlin

 

Superbe ! Tel est le premier mot qui vient à l’esprit tant l’esthétique est soigné, que ce soit dans les décors, sobres panneaux de métal ajouré qui suggéreront  au gré des scènes tour à tour une forêt, un palais, une geôle, dans les costumes, métal et fourrures mêlés ou encore les lumières créant de très beaux clairs obscurs.

 

Théâtre 13 – Jardin

Le rocher

 

Un rocher tombé de nulle part empêche ce matin là Frédéric Haberman, directeur d’une agence bancaire de se rendre à une réunion importante. Il essaiera bien de le déplacer à la force de ses bras mais n’arrivera jamais à bouger d’un millimètre cette sorte de météorite posé par hasard dans ce passage comme un signe du destin qui va bouleverser le cours de sa vie.

 

Théâtre du Petit Hébertot

Agnès Hier et aujourd’hui

 

Agnès d’hier et d’aujourd’hui illustrant cette phrase terrible :

Je n’ai pas eu de père, je n’ai eu qu’un propriétaire.

 

Théâtre Antoine Vitez – Ivry

Le jeu de l’amoour et du hasard

 

Quand on a  déjà vu de nombreuses fois cette célèbre pièce de Marivaux, quel plaisir de découvrir cette version moderne, joyeuse, colorée et d’une fort plaisante fraicheur. En costumes sixtees, dans un décor fleuri très pop, les aventures de Silvia et Dorante prennent une allure très actuelle grâce à la  mise en scène audacieuse et très actuelle de Salomé Villiers et une interprétation époustouflante.

 

Théâtre de la Jonquière

Le jeu des 1000 euros

 

À voir si vous êtes accros au Jeu des mille Euros,  fans de Deleuze ou amateurs d’OVNI  théâtraux. Cela risque quand même de faire du monde.

 

Théâtre de la Commune Auberviliiers

La Princesse de Clèves

 

Marcel Bozonnet nous propose une véritable plongée dans le passé avec SA princesse de Clèves. Un retour vers une époque élégante, où les mots chantaient, coulaient en musique agréable à l’oreille, où l’on prenait le temps, où la vertu n’était pas un vain mot, où les sentiments étaient emplis de noblesse.

 

Théâtre de la Bastille

La leçon

 

Vanité du langage, absurdité de l’érudition, non sens de la parole sont les thèmes chers à Ionesco qui sont ici explorés comme dans une expérience scientifique : la connaissance tournée en ridicule à travers ces deux personnages qui se détachent de plus en plus en plus de la réalité de l’existence, à force de s’affronter dans une joute d’érudition absurde qui les mène à la folie et au drame.

 

Théâtre Essaïon

Le Bourgeois gentilhomme

 

« L’Agence de Voyages Imaginaires », c’est le nom de la compagnie, nous propose trois destinations : avant Corneille et Sophocle, la première nous mène chez Molière et son « Bourgeois », qui  a connu bien d’autres interprétations et non des moindres. Ici, Philippe Car, le metteur en scène a voulu (pourquoi pas ?) intégrer des marionnettes à son spectacle. Seuls M. Jourdain et les deux jeunes premiers sont campés par des acteurs.

 

 

Théâtre 13 – Côté Seine

Eurydice

 

La vie, la mort, et au milieu l’amour élevé au rang de la légende et du mythe. Et pas n’importe quel mythe, mais celui d’Orphée et d’Eurydice, de leur passion absolue, fulgurante et tragiquement déchirante, qui a tant inspiré les poètes et les musiciens.

 

Théâtre 14

Seul dans Berlin ?

 

Une histoire simple que Claudia Morin qui interprète Madame Quangel a mise en scène avec une grande simplicité soutenue par une bande son d’une grande efficacité. Une table et trois chaises vont suffire. C’est fou ce qu’on peut suggérer avec seulement une table et trois chaises, des lieux différents, cuisine, commissariat, bus, mais aussi l’absence définitive du fils, l’arrestation de la femme.

 

Théâtre du Lucernaire

Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit 

 

« Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit », un titre à l’image de la pièce qui va se dérouler, à savoir une pièce intense, onirique et énigmatique. Le genre d’œuvre  contemporaine où il faut se laisser bercer par les mots, par l’atmosphère, par les personnages sans chercher à comprendre d’emblée le chemin sur lequel ils vont nous entraîner. Un peu comme on aborderait les pièces d’un puzzle qui prendraient  peu à peu du sens au fil d’un assemblage aléatoire.

 

Théâtre Pixel

Tilt

 

C’est une sorte de retour aux sources : l’auteur, Sébastien Thiéry, s’est fait connaître avec deux recueils de sketches « Sans ascenseur » et « Dieu habite Düsseldorf ». Il a ensuite triomphé avec des pièces comme « Cochon d’Inde » ou « Qui est M. Schmidt » ou encore, la dernière en date « L’origine du monde ». Il y donnait libre cours à sa verve incongrue, à son sens de la dérision mêlée de provocation.

 

Théâtre de Poche Montparnasse

2013

Thé à la menthe ou t’es citron ?

Théâtre de la Renaissance

5 x 15

Pépinière Théâtre

Pourquoi faire simple...

Théâtre Montorgueil

Ali Baba

Théâtre de Chaillot

El Tigre

Théâtre du Rond-Point

Cyrano de Bergerac

Théâtre Michel

Marat/Sade

Bouffes du Nord – (Création 2015)

Noces de sang

Théâtre Atalante

Entre-temps, j’ai continué à vivre

Le Lucernaire

American Tabloïd

MC 93 – Bobigny

Sweet Summer Sweat

La Folie Théâtre

Zelda et Scott

Théâtre la Bruyère

Perplexe

Théâtre du Rond-Point

L’oiseau vert

Théâtre Corbeil-Essonnes

La 432 - les Chiche Capon

Théâtre des Béliers

Pas de nounou pour Thoutmosis

Café de la Gare

aPhone

Café de la Gare

Château en Suède

Festival Lilas en Scène

À la nuit où j’ai tremblé

Festival Lilas en Scène

Escort-moi

Manufacture des Abbesses

Jeu et théorie du duende

Déchargeurs

Noblesse et Bourgeoisie

La Comédie italienne

Fracas

Théâtre de Belleville

Antigone

Théâtre national de Chaillot

Cosmos

Montfort Théâtre

Opus cœur

Studio Raspail

Cine in corpore

Théâtre l’Étoile du Nord

Occupe-toi d’Amélie

Théâtre 14

Théâtre sans animaux

Théâtre du Rond-Point

Trois sœurs

Théâtre Studio – Alfortville

Fragments d’un pays lointain

La Tempête – Cartoucherie

Orage

La Tempête – Cartoucherie

Œdipe roi

Aquarium – Cartoucherie

ImitationOfDeath

MC93 Bobigny

Chronique d’une mère ordinaire

Fontenay sous Bois

Terreur Olympe de Gouges

Lucernaire

Les (Dés)Héritiers

Théâtre 13 Côté Jardin

L’homme violoncelle

La Folie Théâtre

Oroonoko, Le prince esclave

Le Grand Parquet

Les damnés de la terre

Le Tarmac

Ravel

Artistic Athévains

La ménagère improvisée

Th. de l’Archipel

Maupassant(es)

Le Lucernaire

Par les villages

La Colline

Sancho Pança

Aire Falguière

Macbeth

Théâtre 13 (Seine)

Fuck America

Théâtre de la Girandole – Montreuil

Résumons-nous, la semaine a été désastreuse

Aubervilliers

Les Aventuriers de la cité Z

La Folie Théâtre

Faisons un rêve

Théâtre Edgar

La nuit fnira-t-elle-un jour

Cirque électrique

Hôtel Palestine

Confluences

La loi de Tibi

Théâtre de Ménilmontant

Des pieds et des mains

Théâtre Fontaine

Démineuses

Vingtième Théâtre

Mon cœur a des bretelles

Blancs manteaux

La société des loisirs

Petit Théâtre de Paris

Le paradoxe du sommeil paradoxal

Au cinéma-théâtre le Chaplin Saint-Lambert

Gouttes dans l’océan

La Folie Théâtre

L’Homme en Morceaux

Aire Falguière

La beauté, recherche et développement

Théâtre du Petit Saint-Martin

L’histoire d’amour du siècle

Les Déchargeurs

Colonel Oiseau

Espace Traversière

Doute

Théâtre du Petit Hébertot

Le fils du comique

Théâtre Saint-Georges

Aragon ce livre ouvert

Théâtre de Ménilmontant

Roméo et Juiette

Théâtre 71 Malakoff

Les Canailles

L’Épée de bois

Bobby Fischer vit à Pasadena

La Tempête

Mur

Petit Théâtre de Paris

Ring

Théâtre du Petit Saint-Martin

Frida Kahlo, Attention peinture fraîche

Théâtre Dejazet

Rapport intime

Bouffes Parisiens

La trégédie d’Hamlet

Comédie-Française Salle Richelieu

Nadja

Aire Falguière

Miss Carpenter

Théâtre Rive Gauche

Je danse toujours

Pépinière Théâtre

État sœurs

Théâtre du Temps

Au secours je l’aime

Comédie de Paris

Ardente patience

Théâtre de l’Épée de Bois

Nos femmes

Théâtre de Paris

La Liste de mes envies

CIné XIII Théâtre

Et jamais nous ne serons séparés

Théâtre de l’Œuvre

Teresina

Théâtre de poche Montparnasse

Nana

Lucernaire

Les palmes de Monsieur Schutz

Théâtre Michel

Carton plein

Comédie Bastille

Si je pars

Théâtre Essaïon

Sodome ma douce

Théâtre du temps

Michel-Ange

MC 93 Bobigny

Mensonges d’états

Théâtre de la Madeleine

Coup de sangria

Théâtre de la Michodière

The Guitrys

Théâtre Rive Gauche

Divina

Théâtre des Variétés

Le porteur d’histoire

Studio des Champs Élysées

L’anniversaire

Comédie française – Vieux Colombier

L’école des femmes

Théâtre de la Tempête

Les amours de Jacques

Essaïon Théâtre

Le plus heureux des trois

Ciné 13 Théâtre

Un concours de circonstances

Ciné 13 Théâtre

Mon Beau-Père est une princesse

Théâtre du Palais-Royal

Mélodrame(s)

La Pépinière Opéra

Duras - La vie qui va

Théâtre de Poche Montparnasse

Le soldat ventre creux

Théâtre de la Tempête

Un deux, un deux

Théâtre de Belleville

Le paquebot Tenacity

Théâtre Essaïon

L’affaire Dussaert

Théâtre des Mathurins

Ensemble et séparément

Comédie des Champs Élysées

L’origine du monde

Théâtre du Rond-Point

Homme et galant  homme

Théâtre 14

Fureur

Théâtre de l’Essaïon

Aimez-vous-la-nuit

Le Guichet Montparnasse

Train fantôme

La Gaité Montparnasse

Alceste à la Cigale - Le Misanthrope

La Cigale

La Locandiera

Théâtre de l’Atelier

Fin de série

Vingtième Théâtre

Le corbeau et le pouvoir

Théâtre du Lucernaire

Grosse chaleur

Comédie Caumartin puis Théâtre Daunou

À flanc de colline

ThéâtreTristan Bernard

Zelda et Scott

Théâtre la Bruyère

Une sorte d’Alaska

Théâtre des Déchargeurs

Moi, Caravage

Théâtre des Mathurins

Des amours

Arènes de Montmartre

Georges Dandin

Arènes de Montmartre

Chien ou loup

Les Déchargeurs

Docteur Glas

Manufacture des Abbesses

Une envie folle

Comédie de Paris

Macbeth

Théâtre de Belleville

Les Sex Friends de Quentin

Espace Saint-Sauveur

La libibandine

Théâtre Michel

La cantatrice chauve

Comédie Saint-Michel

L’Uruguayen

Petit Hébertot

Le horla

Essaïon

Kichinev

Maison de l’Europe et de l’Orient

Roméo & Juliet

Vingtième Th.

Pauvre fou

Théâtre du soleil

Que faire ? (le retour)

La Colline

Le gardien

Les Déchargeurs

Ennemies potiches n°1

Grand Point Virgule

Kalashnikov

Théâtre du Rond-Point

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit

Th. Clavel

La mort de Marguerite Duras

Lucernaire

Wish

Les Déchargeurs

La Colline

Dénommé Gospodin

Marguerite et moi (Duras, libre parole)

Théâtre de Belleville

Betty Colls

Théâtre de Belleville

Rituel pour une métamorphose

Comédie française

Judith, le corps séparé

MC 93 Bobigny

Le Misanthrope

Théâtre de l’Odéon

 

Monsieur chasse

Théâtre 14

Adèle a ses raisons

Le Proscenium

 

Le Paquebot Tenacity

L'Auguste Théâtre

Les tentations d’Aliocha

L’Aquarium

Le journal intime de Benjamin Lorca

Le Montfort

À toi pour toujours, ta Marie-Lou

Lucernaire

 

Hymne

Les Déchargeurs

 

Les mystères de Paris

Th. La Tempête

Je pense à Yu

Artistics Athévains

 

La nuit des rois

Théâtre de l’épée de bois

Jeux de planches

Déchargeurs

Couple en danger

Petit Hébertot

Oblomov

Vieux Colombier – Comédie Française

Un compte rendu pour une académie

Théâtre des Mathurins

Ninon Lenclos ou la liberté

Théâtre des Mathurins

L’écume des jours

Théâtre Clavel

Une chambre à Hollywood

Petit Hébertot

Les trois soeurs

Comédie Française

Ala té sunogo

Le Grand Parquet

Le nazi et le barbier

Manufacture des Abbesses

Les Bougres

Vingtième Théâtre

L’affrontement

Théâtre Rive Gauche

De si tendres liens

Théâtre Darius Milhaud

En réunion

Théâtre du Petit Montparnasse

La ronde

Aktéon théâtre

La valse des matadors

Théâtre du Nord Ouest

La mouette

Créteil

Demain, il fera jour

Théâtre de l'Oeuvre

Hyde, l’ombre et la lumière

Théâtre de Menilmontant

L’atelier

La Folie Th.

La patiente

Théâtre du Marais

Le Petit Chaperon Rouge

Maison des Métallos

Je suis drôle

Lucernaire

Bourreaux d’enfants Chapitre 2

Théâtre de l'Aquarium

Brainstorming, Quand l’entreprise s’emballe

La Folie Th.

Les Apaches

 

Letter to Larry

Théâtre de Nesle

C’est la faute à Le Corbusier

Théâtre de l'Épée de Bois

Le paysan de Paris

MC 93 

Pierre et Jean

Lucernaire

Les 39 marches

Théâtre La Bruyère

La vie de Galilée

Lucernaire

Das war eine shöne Party

La Loge de Charonne

Existence

Studio-Théâtre de la Comédie Française

Dans la loge de Marie Dorval

Th. Darius Milhaud 

Morts sans sépulture

Théâtre de Menilmontant

On a fait ce qu’on a pu...

Théâtre 13

Yukonstyle

La Colline

Mon poing sur ton i

Comédie des 3 Bornes

Only Connect

Vingtième Théâtre

L’assemblée des femmes

Théâtre de la Tempête

Grand Guignol

Th. 13

Médée

Théâtre de la Tempête

Le prix des boîtes

Athénée Louis Jouvet

Fractures (strangers, babies)

Théâtre Ouvert

La barbe bleue

MC 93 – Bobigny

« Bourreaux d’enfants ! » chapitre 1

Théâtre L’Aquarium

Casanova, Requiem For Love

Théâtre de l'Epée de Bois

Fracas

Théâtre de Belleville

Klaxon, trompettes…et pétarades

Théâtre 14

Maupassant portraits brisés

Essaïon 

Bien des choses

Théâtre La pépinière 

À tort ou à raison

Théâtre Rive Gauche 

L’histoire du soldat

Théâtre de l'Athénée

Ce que les enfants racontent à leurs parents quand ils dorment .

la Folie-Théâtre

Conversation avec ma libido

Petit Gymnase

Montedidio

Théâtre de l'Atalante

Le médecin malgré lui

Théâtre Clavel

Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux...

La Loge

La maison de Bernarda Alba

Théâtre de l'Épée de Bois

L’arrache cœur

Théâtre 12

La tour de la défense

Vingtième Théâtre

Um espanto não se espera

Théâtre de la Bastille

Dans le regard de Louise

 

Hold On

Théâtre de Suresnes Jean Vilar

Le joueur d’échecs

Comédie Saint-Michel

Kathputli, danses et marionnettes du Rajesthan

Le Grand Parquet

Le titre est dans le coffre

Théâtre de Belleville 

Brigitte directeur d’agence

Vingtième Théâtre

Ita L. née Goldfeld

Théâtre Le petit Saint-Martin

Une sorte d’Alaska

Aktéon théâtre

Les criminels

Théâtre National de la Colline

Touchée par les fées

Maison des métallos

Chambre 108

Théâtre des 2 Rives

Collaboration

Théâtre de la Madeleine

Un pavé dans la cour

Théâtre Michel

Eyolf (Quelque chose en moi me ronge)

Théâtre de l'Aquarium

Hyacinthe et Rose

Théâtre La pépinière

La confession d’un enfant du siècle

Théâtre du Marais

La véritable histoire de Maria Callas

Théâtre Dejazet

 

Auschwitz et après

La Folie Théâtre

Cuisine à domicile

Théâtre l'Archipel

Jack l’éventreur

Lucernaire

Une heure à tuer

Comédie des 3 Bornes

Le sourire de la morte

L'Étoile du Nord

Calme

Théâtre des Amandiers – Nanterre

Murmures des murs

Théâtre André Malraux – Rueil-Malmaison

Promesses

Théâtre de l'Opprimé

Faim de loup

Le Grand Parquet

L’Eden cinéma

Théâtre de la Tempête

Protée

Théâtre de la Tempête

Tristesse animal noir

Théâtre de la Colline

N’être pas né

Théâtre de Ménilmontant

Punk Rock

Théâtre 14

Partage de midi

Théâtre de la Tempête

Le fil d’Ariane

Vingtième Théâtre

Le cercle de craie caucasien

Théâtre 13, Côté Seine

D.A.F. Marquis de Sade

Ciné Théâtre 13

L’intégrale de Büchner.

Théâtre de la Ville

Un fil à la patte

Théâtre de Belleville

Instants critiques

La Pépinière

La botte secrète de Dom Juan

Théâtre de Ménilmontant

Moi Caravage

Lucernaire

Ma mère qui chantait sur un phare

Théâtre de l’Aquarium

Le Vicaire (Rueil Malmaison)

Théâtre André Malraux – Rueil Malmaison

Beaucoup de bruit pour rien

Théâtre Le Ranelagh

D’Artagnan hors-la-loi

Théâtre de Ménilmontant

Ménélas Rébétiko Rapsodie

Grand Parquet

Nouvelle comédie fluviale

Théâtre du Rond Point

Le dindon

Théâtre 13

Je suis né le jour de mon anniversaire

La manufacture des Abbesses;

 

2012

Volpone

Théâtre du Ranelagh

L’avare

Théâtre Michel

2011

Tout est normal mon cœur scintille

Tout est Normal mon Cœur Scintille » nous fait passer un pur moment de drôlerie, de poésie, de vérité

2010

Stand Up

Cruellement drôle