MON CŒUR

Théâtre des Bouffes du Nord
37 (bis) rue de la Chapelle
75010 Paris
01 46 07 34 50

Jusqu’au 1er avril
du mardi au samedi à 20h30
matinées les samedis à 15h30

 

Mon Cœur loupe 

Selon les différents comptages, le MEDIATOR, commercialisé de 1976 à 2009, a causé entre 2000 et 3 morts. Cette dernière estimation est celle de feu Jacques Servier, PDG du groupe Servier, qui mit sur le marché ce médicament.

On estime que plus de 5 millions de personnes ont consommé du MEDIATOR en accompagnement d’un traitement pour diabétique ou tout simplement comme coupe-faim, dans le but de maigrir.

Le nombre de demandes d’indemnisation déposées par les rescapés de la molécule dangereuse s’élève lui à plus de 9000. Toutes ne seront pas reconnues.

Le procès contre les laboratoires Servier dure maintenant depuis plus de cinq ans. Peut-être aura-t-il lieu à la fin de cette année. Qui sait ?

Voilà le cœur du drame écrit et mis en scène par Pauline Bureau avec la Compagnie qui l’accompagne depuis des années : La Part des Anges. Un drame qui parle d’une catastrophe médicale, sanitaire et humaine mais aussi et surtout qui met en lumière un scandale à la fois éthique, politique et économique. Scandale qui continue à faire tomber quelques têtes du monde politique et du monde des affaires, comme cette démission du conseiller d’Emmanuel Macron, Jean-Jacques Mourad, le 7 mars dernier, démission provoquée par la révélation d’un conflit d’intérêt, ce dernier ayant touché des appointements nombreux et généreux de la part des laboratoires Servier.  

Face à cette déferlante d’informations, de chiffres et d’implications parfois contestées, Pauline Bureau a fait le choix de donner un visage à la tragédie.  Deux visages en fait : celui d’Irène Frachon, la pneumologue qui déclencha la procédure d’interdiction du médicament grâce à sa conviction, sa force et sa ténacité (si bien interprétée par Catherine Vinatier qu’on l’aime dès sa première apparition) et Claire Tabard – personnage inventé, modelé d’après différents témoignages de femmes victimes du Mediator – mère trentenaire d’un enfant de 7 ans, dont le cœur corrompu, prématurément vieilli par le produit nocif, doit être opéré, valves remplacées par des valves mécaniques, vie rendue de plus en plus impossible à cause des répercutions et des contraintes de ce nouvel état (Marie Nicolle dans une partition sans cesse en équilibre au bord du sensible mais qui ne tombe jamais dans le pathétique.)

La pièce raconte les cheminements de ces deux femmes prises dans la tornade du scandale, des démarches auprès de l’administration et du combat sans armure que les victimes doivent mener face aux commissions d’experts aux intérêts et aux manières inhumaines.

Le spectacle est d’une dureté sans concession : scènes réalistes courtes, dialogues brefs, efficaces, rythme rapide des changements avec l’utilisation de différents niveaux et différents espaces scéniques efficaces comme des montages cinématographiques. Une mise en scène très réussie, dynamique, qui utilise la scénographie comme vecteur dramatique en jouant avec l’attention du spectateur pour l’emmener là où veut la metteure en scène. Et pourtant, il règne sur la totalité de la pièce comme une petite musique enfantine, naïve, une simplicité des personnages qui donne les respirations nécessaires à une histoire qui sans cette douce innocence, cette sincérité authentique des personnages principaux serait d’une noirceur inutile.

Même si l’excès de détails, qu’ils soient médicaux ou anecdotiques lors des auditions devant les différentes commissions d’experts, nuit un peu à l’intensité de la narration, le spectacle de Pauline Bureau recèle une brillante maturité dramatique, un ton capable de faire vibrer l’émotion et d’apporter au théâtre réaliste une part sensible qui l’enrichit et le rend capable de toucher, de questionner et de créer des personnages féminin hauts et merveilleux comme des héros modernes. 

Bruno Fougniès

 

Mon Cœur

Texte et mise en scène Pauline Bureau
Dramaturgie  Benoîte Bureau
Composition musicale et sonore Vincent Hulot
Scénographie Emmanuelle Roy
Costumes et accessoires Alice Touvet
Lumières Bruno Brinas

Avec Yann Burlot, Nicolas Chupin, Rébecca Finet, Sonia Floire, Camille Garcia, Marie Nicolle, Anthony Roullier et Catherine Vinatier

 

Mis en ligne le 21 mars 2017