THÉÂTRE

Archives
Comme il vous plaira

Comme il vous plaira

 

Dès qu’on reconnaît une chanson des Doors au lever du rideau, on comprend que cette version de Comme il vous plaira va être modernisée, rock’n rollisée, déroutante. Ainsi de la fameuse tirade « All the world’s a stage » qui est interrompue et coupée dans son lieu de l’acte II, avant d’être reprise dans la dernière scène où elle a été déplacée.

 

Théâtre de Ménilmontant
Justin prend du spectrum

Justin prend du spectrum

 

Le visage emplâtré, la tignasse comme un flamboiement d’artifice, les robes… les robes sorties d’un bain de teintures acides, l’une fluo vive, l’autre rouge comme un feu de forêt, Monique et Mélanie surgissent comme deux démons crachés du carnaval.

 

Théâtre de l’Atalante
Oh My God !

Oh My God !

 

Jouée off-Broadway puis à Broadway, cette pièce de Robert Askins a remporté un franc-succès outre-Atlantique. Stéphane Azzopardi et Sacha Danino l’ont joliment adaptée. Nous ne sommes plus dans une ville perdue du Texas, mais en France, dans le presbytère d’une église où la douce Mme Brunet a lancé un atelier marionnettes et prépare activement un spectacle. Édifiant, il va sans dire...

 

Théâtre Tristan Bernard
Les Fêlés

Les Fêlés

 

Le texte est plutôt intéressant, contemporain, gentiment grinçant, parfois drôle, en tout cas très bien défendu par deux comédiens impliqués, qui jouent vrai. Nous avons l’impression d’être dans la cuisine avec eux, ils nous font partager leurs préoccupations et leurs dérèglements psychologiques.

 

Théâtre du Marais
Roberto Zucco

Roberto Zucco

 

La pièce de Koltès, inspirée de faits réels retrace l’itinéraire tragique de ce jeune homme qui, dans les années 80, tua son père, fut emprisonné, s’évada pour assassiner sa mère, puis un inspecteur de police et un enfant…

 

Théâtre du Ranelagh
Le Jardin d’Alphonse

Le Jardin d’Alphonse

 

Cela pourrait s’appeler Familles je vous hais.

Didier Caron, toujours sensible à la société qui nous entoure, avec son cortège de non dits, de petits et grands défauts, nous livre ici une peinture cruelle qu’il parvient à rendre drôle grâce à son sens bien connu de la réplique assassine et des personnages bien campés...

 

Théâtre Michel
Colette & l’Amour

Colette & l’Amour

 

À la table centrale, seule rectangulaire de la pièce, préside la royale Judith Magre : majestueuse, merveilleuse, charismatique. Avec à sa gauche Élisabeth Quin, et à sa droite Philippe Tesson. Ce dernier, journaliste de l’audiovisuel et critique dramatique, est également le directeur des lieux. Il va de soi qu’il est parfaitement à son aise, il est chez lui, en maître et en famille, il mène la danse, boit, grignote, bref se fait plaisir. 

 

Poche Montparnasse
Clair de femme

Clair de femme

 

C’est une rencontre de hasard. Un hasard que seul le roman peut engendrer, et le réel exceptionnellement.  Une sorte de collision entre deux abîmes sur le trottoir d’une rue parisienne. Un coup de foudre étranger à tout romantisme, toute guimauve, tout angélisme, mais coup de foudre quand même, le même choc que lorsque deux grands blessés de l’existence se reconnaissent d’un seul regard pour frères d’épreuves et compagnons d’armes, toujours debout, malgré la violence du combat de la vie.

 

Guichet Montparnasse
Monsieur Nounou

Monsieur Nounou

 

Parmi les pièces de Georges Feydeau, ce n’est pas la plus connue. C’est même une des premières, écrite en collaboration avec Maurice Desvallières. L’adaptatrice, Emmanuelle Hamet a joliment toiletté l’œuvre : elle a supprimé l’épouse de député Veauluisant et rajouté un neveu un peu arriéré, Catulle. Elle a aussi parsemé le texte d’allusions politiques contemporaines… plutôt bien venues.

 

Théâtre Rive Gauche
Contagion

Contagion

 

Contamination, radicalisation, exfiltration : trois séquences d’une Contagion explorée avec finesse et justesse. Raphaël Almosni et Côme Thieulin sont les remarquables interprètes de cette pièce née du sentiment de « sidération » expérimenté par Valérie Grail au moment des attentats de 2015, un sentiment qui l’a conduite à commander ce texte à François Bégaudeau

 

Théâtre Paris Villette
Le Songe d’une nuit d’été

Le Songe d’une nuit d’été

 

Le Songe d’une nuit d’été, comédie légère en cinq actes en vers et en prose de William Shakespeare, écrite en1595, est une pièce complexe mêlant plusieurs intrigues et dont l’action se déroule entre Athènes et un bois avoisinant.

 

Manufacture des Œillets – Ivry
Ça coule de source

Ça coule de source

 

Attention, on ne badine pas avec le politiquement correct : avant même que la pièce ne commence, le soutien de “Touche pas à mon pote” nous est annoncé.

 

Gaîté Montparnasse
Amphitryon

Amphitryon

 

Ah, Amphitryon, ses improbables subterfuges, ses dieux trompeurs, ses vers moliéresques ! Cette pièce baroque, à la fois drôle et pathétique, occupe une place à part dans le répertoire et n’est pas souvent jouée ; il n’en est que plus surprenant de la voir interprétée ici en russe par les comédiens de la troupe de l'Atelier-Théâtre Piotr Fomenko, dirigée pour l’occasion par Christophe Rauck.

 

Gérard Philipe – Saint-Denis
Le Pays de Nod

Le Pays de Nod

 

Entre installation, chorégraphie, mimodrame et happening, cette dernière création du collectif belge FC Bergman se nourrit de multiples influences pour créer un spectacle unique en son genre. Un spectacle qui met en contraste la démesure des bâtiments, des objets, des forces du monde avec la petitesse et la fragilité des corps, et des humains en général.

 

Grande Halle de la Villette
Rupture à domicile

Rupture à domicile

 

Éric (ou Julien, ou Marc, selon les circonstances et besoins de discrétion de son travail très spécial) a créé sa propre agence “Rupture à domicile” : il se propose d’être, en quelque sorte, un “messager” de la séparation, un “facilitateur” de fin de relation.

 

Le Splendid
Alors je n’aurai pas vécu en vain, Martin Luther King / Georges Jackson

Alors je n’aurai pas vécu en vain, Martin Luther King / Georges Jackson

 

Lecture faisant partie du cycle « À Haute Voix ! »

 

Théâtre de l’Atelier
L'Oiseau bleu

L'Oiseau bleu

 

Voilà que pour les 40 ans de la disparition de Jacques Prévert, ses beaux textes poétiques se marient pour le meilleur et le bonheur avec la musique mythique de Joseph Kosma, sous la houlette de Catherine Morrisson.

 

Studio Hébertot
Quand souffle le vent du nord

Quand souffle le vent du nord

 

Ils sont coordonnés, tout en gris souris et jaune canari, mais ils ne se voient pas. Ils occupent leur espace, elle côté jardin, lui côté cour. Ils ont chacun quatre tables blanches dont deux aux pieds asymétriques, donc bancales, qu’ils déplacent, comme à la recherche de l’harmonie et de l’équilibre entre connexions réelles et virtuelles.

 

Le Lucernaire
Z’humains

Z’humains

 

Euréka ! Une nouvelle pépite scénique est née, la « conférence » made in Catherine Dolto et Meriem Menant !

Après avoir abordé la Naissance puis l’Amour, la pédiatre-écrivain et Emma la Clown s’attaquent à un grand sujet, les humains et leur biotope. Et pour faire mouche, ce duo improbable utilise une arme redoutable, le rire !

 

Théâtre de Belleville
Des souris et des hommes

Des souris et des hommes

 

Amérique profonde, quelque part en Californie, fin des années 30, chaleur et pauvreté. Deux travailleurs itinérants arrivent dans un ranch pour y travailler à la semaine, leur objectif étant de gagner assez d’argent pour acheter leur propre ferme, cultiver la terre et élever des lapins. George est un homme sensé et futé, qui a pris sous son aile Lennie, un grand simplet à la force herculéenne...

 

Théâtre de la Michodière
Baal

Baal

 

Dans un autre contexte, son héros aurait pu être un flamboyant poète romantique. Mais Brecht est né avec le XXe siècle et a rédigé Baal, sa première pièce, au lendemain de la Grande Guerre. Ici, c’est un poète déchu, dont le mal de vivre transparaît partout : mal dans son siècle de violence, mal dans sa société bourgeoise, mal dans sa finitude trop petite pour sa grande âme.

 

Théâtre de la Colline
Votre maman

Votre maman

 

La répétition. C’est sur ce principe qu’est construite cette pièce. six tableaux ouverts par la même apostrophe : « Votre maman… !! » Une maman qui vit dans une maison médicalisée, que son fils vient voir régulièrement et dont le directeur tente vainement d’ordonner les faits et gestes, les débordements, les fantaisies.

 

Théâtre de l’Atelier
Le Dernier Chant

Le Dernier Chant

 

Sont ici réunis « le chant du cygne », une courte pièce de Tchekhov, avec quelques nouvelles du même, plus des extraits de la correspondance entre l’auteur et la comédienne Olga Knipper. Leur point commun, le théâtre et le monde des comédiens et comédiennes.

 

Théâtre de l’Épée de Bois
En attendant Godot

En attendant Godot

 

Si ce n’était leur chapeau melon, on pourrait presque oublier que ce sont des personnages.

L’angoissé Estragon et Vladimir, plus bonhomme, tous deux et chaussés de vieilles baskets, s’assoient au milieu des spectateurs, ils jouent de la promiscuité avec eux et les prennent régulièrement à partie, n’hésitant pas à les fixer intensément du regard, à leur chuchoter des remarques et à les interpeller sur leurs attitudes...

 

Théâtre de Belleville
Fucking Happy End

Fucking Happy End

 

Cabaret insurgé, sous-titre du spectacle, raconte l’esprit délirant qui traverse cette adaptation teintée de psychanalyse des canevas racontées par Perrault.

Les contes de princes et de princesses, Perrault et ses histoires sont comme une vrille au cœur de l’éducation occidentale, une force invisible, inconsciente qui enveloppe la moitié des divertissements d’enfance. Voilà la matière dont Sarah Fuentes s’inspire pour l’adapter dans une veine totalement contemporaine...

 

Les Déchargeurs
Le Songe d’une nuit d’été

Le Songe d’une nuit d’été

 

L’histoire, plutôt complexe tout de même, n’est pas si facile à raconter sur un plateau vide. Pourtant tout est clair et limpide, grâce à des comédiens aguerris, doués et pétillants. Ils relèvent le défi haut la main, debout sur le ring et au taquet tout au long de la pièce, gardant le rythme et la cadence, la fraîcheur et l’humour.

 

Montmartre Galabru
Arriba El Alto

Arriba El Alto

 

C’est une troupe bolivienne. Elle est née dans une cité satellite de La Paz : El Alto. Un quartier de la ville qui domine la Paz et est en passe de devenir en quelques années la deuxième cité du pays, tant les gens de toutes conditions viennent s’y installer, surtout les pauvres. On y trouve un air vif à plus de 4000 mètres d’altitude et aussi beaucoup d’enfants de rues. C’est ainsi que le Teatro Trono a vu le jour.

 

Épée de Bois – Théâtre de l’Opprimé
La Résistible Ascension d'Arturo Ui

La Résistible Ascension d'Arturo Ui

 

Bertold Brecht construit son histoire en s’inspirant des actions les plus marquantes de l’accession au pouvoir absolu d’Adolf Hitler et de l’Allemagne nazi, et pourtant, cette pièce n’a rien d’une tragédie cimentée par la gravité. C’est une farce, une farce historique, un cabaret du grotesque qui met en scène les filandreuses manipulations de la politique, de l’économie.

 

Comédie Française
Les Misérables

Les Misérables

 

Nul besoin de résumer cette saga hugolienne épique et romantique que le monde entier connaît. Il faut surtout s’attarder sur la fantastique adaptation de cette fresque sociale de quelques 1800 pages en une pièce d’une heure trente et c’est Manon Montel qui a réussi ce tour de force de manière si brillante qu’elle mérite sans contestation possible le prix d’excellence pour ce magnifique résultat et cet incroyable travail.

 

Lucernaire
Le Misanthrope

Le Misanthrope

 

Dès le début, sur une scène vide, deux fauteuils XVIIème nous attendent. Un personnage entre en scène, puis un autre, les costumes sont de maintenant mais les vers signés Molière. L’échange est vif et tout de suite, on y est : grâce au jeu nuancé et naturel des comédiens, à une mise en scène sans esbroufe, celle de André Oumansky, qui a joué lui-même (et en d’autres temps, la pièce).

 

Ciné Théâtre 13
Mon Cœur

Une bouteille à la mer

 

Tiré d’un roman de Valérie Zenatti, Une bouteille à la mer met en scène la web-rencontre de Tal, une étudiante juive qui vit à Jérusalem et de Naïm, un jeune habitant de Gaza.

Moins d’une centaine de kilomètres sépare les deux villes et pourtant il est quasiment impossible à leurs habitants de se rencontrer. Alors Tal met en œuvre l’idée poétique de lancer un message à la mer, dans une bouteille, comme une naufragée fait franchir son appel au travers l’infranchissable.

 

Le 100ecs
Mon Cœur

Mon Cœur

 

Selon les différents comptages, le MEDIATOR, commercialisé de 1976 à 2009, a causé entre 2000 et 3 morts. Cette dernière estimation est celle de feu Jacques Servier, PDG du groupe Servier, qui mit sur le marché ce médicament.

On estime que plus de 5 millions de personnes ont consommé du MEDIATOR en accompagnement d’un traitement pour diabétique ou tout simplement comme coupe-faim, dans le but de maigrir.

 

Théâtre des Bouffes du Nord
Intra muros

Intra muros

 

On ne pouvait rêver mieux pour la réouverture du Théâtre 13 Jardin que la nouvelle création du surdoué Alexis Michalik qui avait déjà présenté en ce même lieu il y a quelques années le fameux « Porteur d’histoires » qui a fait depuis un sacré chemin.

On retrouve ici cette écriture singulière d’une œuvre construite comme un puzzle dont les morceaux vont finir par s’emboîter pour nous laisser appréhender enfin toute l’histoire.

 

Théâtre 13 Côté jardin
Le Déni d’Anna

Le Déni d’Anna

 

En bref, éclairages soignés, comme la musique, mise en scène judicieuse et interprétation sans faille. Que du bon !

 

Théâtre 13 Côté jardin
Un animal de compagnie

Un animal de compagnie

 

Le séduisant Stéphane Freiss est parfait en maître des lieux sûr de lui, avec parfois quelques mimiques un peu forcées.

Philippe Vieux est le pauvre bougre de service, il en fait des tonnes mais son personnage manque d’une sensibilité qui aurait pu trouver à s’épanouir à la fin s’il avait eu un texte plus travaillé à défendre.

 

Théâtre des Nouveautés
Ben Hur La Parodie

Ben Hur La Parodie

 

Ave Ben Hur, ceux qui vont mourir (de rire) te saluent !

On a tous en mémoire le film avec Charlton Heston et la célèbre course de chars. Et on pouvait se demander ce que cela allait donner sur une scène de théâtre avec seulement quatre comédiens.

 

Théâtre de Dix Heures
Le Horla

Le Horla

 

De 1875 à 1890, Guy de Maupassant a écrit des dizaines et des dizaines de Nouvelles qui, par la grâce de son talent d’écriture et de son imagination, l’ont fait passer à la postérité. Au point qu’aujourd’hui il est l’un des romanciers français les plus adaptés dans le monde, aussi bien au cinéma qu’à la télévision ! C’est dire la puissance de ses récits et « Le Horla », Nouvelle écrite en 1887, n’échappe pas à la règle.

 

Théâtre Michel
Un monde merveilleux

Un monde merveilleux

 

C’est dans le vestiaire d’un parc d’attractions fortement inspiré par son indétrônable modèle américain que nous faisons connaissance des quatre acteurs de la toute nouvelle attraction qui devrait faire fureur : Le monde merveilleux de Peter Pan.

Mais voilà on comprend très vite que l’on va fréquenter quatre bras cassés dans un style très éloigné et approximatif des personnages du pays imaginaire.

 

Le Splendid
Le Serment d’Hippocrate

Le Serment d’Hippocrate

 

Une maison provinciale aux couleurs du temps où vivent très paisiblement des seniors : un couple de “jeunes” retraités, Lucien et Madeleine, qui cohabitent avec “Papa”, son père à lui, et sa mère à elle, “Bon Maman”. Cette dernière chamboule soudain leur quotidien en faisant une syncope après le déjeuner. Le médecin traitant étant injoignable, ils font appel à un certain Dr. Blondeau, qui ne tarde pas à arriver et pose son diagnostic : le problème viendrait des intestins.

 

Théâtre 14
Lili

Lili

 

Elle vit à la campagne, Lili, dans une famille qui compte une mère et un père. Il y a aussi Luce… Léon, qui va prendre de plus en plus de place dans la famille et « le monsieur le curé » comme elle dit elle-même. Lili, dont la tenue évoque le XIX ème siècle, raconte son quotidien, les courses qu’elle fait et l’infirmière.

 

Épée de Bois
Shaman & Shadoc ou l’Imposture des rats

Shaman & Shadoc ou l’Imposture des rats

 

Ce spectacle au titre énigmatique, commence comme bon nombre de spectacles, par une rencontre improbable entre deux hommes sur un banc : l’un est propre sur lui, installé, l’autre est visiblement un clochard : il a une tête hirsute, une dégaine d’avant-guerre, un peu Michel Simon dans « Boudu sauvé des eaux ». Par parenthèse, il n’y a plus qu’au théâtre qu’on voit ce genre de personnage.

 

Essaïon
L’Écume des jours

L’Écume des jours

 

Maxime Boutéraon et Antoine Paulin incarnent Colin et Dick avec une force empreinte de fragilité et Roxane Bret est littéralement envoûtante donnant une fraîcheur acidulée remarquable au personnage de Chloé.

 

Théâtre de La Huchette
L’Amour est dans le presque

L’Amour est dans le presque

 

Cette comédie parodique à tendance agricole, d’une célèbre émission de télé réalité dont je vous laisse deviner le titre, nous invite dans une ferme perdue de notre belle campagne de France.

Ondine, agricultrice célibataire et vierge de surcroît, possédant un joli patrimoine s’est inscrite à cette émission, pensant sans doute trouver sous l’œil gourmand et indiscret de la caméra celui qui partagera avec elle les bonheurs d’une vie à la ferme.

 

Comédie de Paris
La Mouette

La Mouette

 

Ici, la mort ne plane pas plus au-dessus de nous qu’elle nous regarde de son lointain, car c’est de la terre qu’elle vient, de cette terre littéralement disposée au centre du plateau et de laquelle surgit Nina comme une morte-vivante au début du spectacle dans le spectacle. Un monticule de terre qui se fera plage avant de devenir, finalement tombeau recouvert d’un linceul.

 

Théâtre Bastille
Exercices de style

Exercices de style

 

« Exercices de style » est l’un des ouvrages les plus célèbres de Raymond Queneau, créateur de l’Oulipo.

Le principe : l’auteur se donne des contraintes, ici d’écrire 99 versions d’une même histoire. Histoire d’ailleurs sans importance, un banal fait divers tout à fait insignifiant, une querelle dans un autobus.

C’est un prodige d’inventivité, de drôlerie, un véritable plaisir pour qui aime la langue française.

 

Comédie de Paris
C’est encore mieux l’après midi

C’est encore mieux l’après midi

 

Voilà un boulevard réussi. Il faut dire qu’il y a tout pour cela : le texte de Ray Cooney dans une adaptation signée Jean Poiret, un beau décor qui permet des changements de lieu à grande vitesse, et une interprétation menée tambour battant sous la baguette d’un habitué du genre, José Paul...

 

Théâtre Hébertot
Timon d’Athènes

Timon d’Athènes

 

Quand le théâtre touche au sublime… Par la grâce d’un texte, puissant et qui n’en finit pas d’être d’actualité alors qu’il a été écrit il y a plusieurs siècles et qui dénonce la tyrannie par l’argent, la traîtrise pour finir par la guerre. Par la magie d’un metteur en scène et d’un scénographe inspirés. Par le talent des interprètes tous excellents avec en tête un époustouflant Timon...

 

Théâtre La Tempête
Métamorphoses

Métamorphoses

 

Le spectacle est signé de trois noms : Ovide, bien sûr, mais aussi Ted Hughes, poète anglais, le tout adapté par Aurélie Van Den Daele, aussi metteuse en scène. La surprise est de taille : d’abord ce recours à une bande-son (électro-pop) saturée agrémentée d’images abstraites projetées. Métaphysique et catastrophisme au programme. On est saisi. On attend la suite...

 

Théâtre de l’Aquarium
Piège mortel

Piège mortel

 

Me voici prise au piège car comment parler d’une pièce dont il ne faut rien dévoiler sous peine de gâcher l’effet de surprise et par là même le plaisir du futur spectateur !

Car tout est basé sur l’inattendu et les rebondissements auxquels on ne s’attend pas tant il faut reconnaître qu’ils sont peu crédibles.

 

Théâtre La Bruyère
La Jeune Fille et la mort

La Jeune Fille et la mort

 

Au Chili dans une maison isolée en bord de mer, quinze ans après la terrible dictature instaurée par Augusto Pinochet. Paulina Escobar, nerveuse, attend son mari, un brillant avocat, nommé responsable par la nouvelle démocratie, d’une commission d'enquête sur les crimes passés...

 

Manufacture des Abbesses
La Rive dans le noir

La Rive dans le noir

 

Dans ce monde de bruit et de fureur, Pascal Quignard fait entendre une voix poétique singulière. Il la fait lire, le plus souvent. Il la fait écouter parfois, lors de lectures qu’il aime à donner régulièrement. Mais ici, c’est autre chose : il la fait voir...

 

Théâtre 71 – Malakoff
Big Freeze (Thermodynamique de l’amour)

Big Freeze

 

Vous connaissez le principe du Big Bang, ce grand chambardement à l’origine de l’univers il y a treize milliards d’années, mais connaissez-vous celui du Big Freeze ? Il désigne le moment final, celui de la mort thermique de l’univers, où il aura atteint son entropie maximale. Entre les deux, la fascinante histoire de l’univers. Et la métaphore de l’histoire trouble et troublante de nos existences...

 

Théâtre de la Reine Blanche
L’Aigle à deux têtes

L’Aigle à deux têtes

 

Atmosphère subtilement sombre, énigmatique qui sied si bien au cachet du théâtre Ranelagh : au travers les bruitages d’orage nous percevons presque (vraiment ?) le craquement et l’odeur de ses anciennes boiseries. L’ambiance est définitivement située quelque part entre contes de Grimm et romantiques féeries. La mystérieuse reine arrive, visage moulé dans un bas blanc...

 

Théâtre du Ranelagh
Noces de Sang

Noces de Sang

 

Mêler le drame andalou de Lorca aux rythmes du tango argentin, voilà le projet mené à bien par Maika Vuillod et Nathalie Schaevers.

C’est une histoire d’amour, de rancœur, de trahison, de passion. Un mariage se prépare entre un jeune homme et une jeune femme...

 

À la Folie Théâtre
Pour un oui pour un non

Pour un oui pour un non

 

Ce fut à l’origine une pièce radiophonique. Deux voix, une situation simple, assez abstraite, immédiatement compréhensible : un homme arrive chez un autre par surprise. On comprend qu’ils se connaissent, qu’ils son amis et qu’ils sont « en froid ». Une situation banale et anodine qui va permettre  à l’auteure Nathalie Sarraute de pratiquer en direct une dissection des incertitudes et des complexités des affections humaines.

 

Mouchoir de poche
Pour un oui pour un non

Pour un oui pour un non

 

Ce fut à l’origine une pièce radiophonique. Deux voix, une situation simple, assez abstraite, immédiatement compréhensible : un homme arrive chez un autre par surprise. On comprend qu’ils se connaissent, qu’ils son amis et qu’ils sont « en froid ». Une situation banale et anodine qui va permettre  à l’auteure Nathalie Sarraute de pratiquer en direct une dissection des incertitudes et des complexités des affections humaines.

 

Mouchoir de poche
La Mort de Danton

La Mort de Danton

 

Cette pièce, une des plus connues et représentées de Georg Büchner, nous entraîne dans les soubresauts de la Révolution. La Terreur fait rouler des têtes… en abondance. Au fil de réunions, discussions, discours, des choses vont se régler entre les principaux révolutionnaires...

 

Théâtre de la Bastille
Parle-moi d’amour

Parle-moi d’amour

 

Caroline Sihol et Philippe Magnan forment à la scène un couple qui ne se dit pas des choses tendres. Ils rentrent d’un dîner au cours duquel Monsieur a tout fait pour se faire bien voir de son patron et pour obtenir le poste qu’il convoite à Washington. Madame lui reproche de s‘être ridiculisé en allant chercher le briquet du patron sous la table...

 

La Pépinière Opéra
Ça déménage !

Ça déménage !

 

Ludo et Pedro totalement immatures, amis et colocataires de longue date vont devoir se séparer car Pedro a décidé de vivre avec sa copine Juliette, petite bourge de Neuilly, qu’il fréquente depuis six ans. Tout commence donc après une nuit d’ivresse entre copains un dimanche matin à huit heures.

 

A la Folie Théâtre
Inséparables

Inséparables

 

Un jeune couple se sépare alors qu’il vient d’acheter un appartement à crédit. Aucun des deux, ni Nina, ni Paul, ne veut s’en aller… alors en attendant de trouver une solution financière permettant d’attribuer l’habitation à l’un ou à l’autre, tout est divisé en deux...

 

Théâtre de la Michodière
La Garçonnière

La Garçonnière

 

Cette comédie dramatique est l’adaptation théâtrale du film de Billy Wilder (The Apartment) sortie en 1960, succès planétaire qui fut récompensé par une vingtaine de prix, plus prestigieux les uns que les autres. Installer l’histoire de ce film culte sur une scène de théâtre était donc un projet ambitieux et un pari osé.

 

Théâtre de Paris
Blasted / 4.48 Psychosis

Blasted / 4.48 Psychosis

 

Sarah Kane, fulgurante et éphémère flamme dramatique, se fait connaître par le scandale des représentations de sa première pièce, Blasted, en 1995 à Londres. Elle disparaît pendue à ses lacets de chaussures dans les toilettes d’un l’hôpital quelques semaines après avoir écrit son dernier texte, 4.48 PSYCHOSIS, en 1999. Entre ces deux dates, elle a le temps d’écrire trois autres pièces.

 

Théâtre Studio d’Alfortville
C’est Noël tant pis

C’est Noël tant pis

 

C’est Noël tant pis ! On dit souvent que la réponse est dans la question, en ce qui concerne la pièce de Pierre Notte le sujet est dans le titre ! Dès la première scène, la messe est dite : le père de famille, en équilibre instable sur un escabeau, tente d’accrocher la dernière boule au sapin de Noël, symbole de la traditionnelle fête familiale qui va bientôt réunir les parents, leurs deux fils, leur belle fille et la grand-mère...

 

Comédie des Champs Élysées
Compartiment fumeuses

Compartiment fumeuses

 

Prison pour femmes.

Une cellule, deux lits, une prisonnière.

Les verrous claquent. Une deuxième incarcérée est jetée dans la cellule par la gardienne : les trois protagonistes de la pièce sont réunis.

 

Studio Hébertot
La Formule du bonheur

La Formule du bonheur

 

L’histoire se déroule dans les Ardennes, dans une petite ville de 6000 habitants appelée Nouzonville, bord de Meuse. Elle raconte la fin et le démantèlement d’une usine, une forge, le ventre actif de cette communauté qui employait la moitié de ses habitants et représentait la principale mine économique du pays. Bref le cœur de l’activité.

 

Épée de Bois
Le Moche

Le Moche

 

La pièce de Marius von Mayenburg est une fable sur un questionnement posé par nos sociétés modernes, un questionnement sur la valeur de l’identité.

Dans la modernité présentée par le jeune auteur fétiche de la Schaubühne, tout problème a sa solution car l’idéal publicitaire a réponse à tout : « Il vous manque quelque chose ? Nous l’avons. Venez nous voir. Vos manques seront comblés. Et le bonheur envahira votre vie » …

 

Plateau 31 – Gentilly
Abigail’s Party

Abigail’s Party

 

Maison de banlieue anglaise de classe moyenne. Un agent immobilier et son épouse, femme au foyer, reçoivent un jeune couple qui vient d’emménager dans le quartier. Une voisine divorcée les rejoint, surtout pour laisser le champ libre à Abigail, sa fille de quinze ans qui fait la fête de son côté avec ses amis...

 

Poche Montparnasse
L’Avaleur

L’Avaleur

 

La pièce de Jerry Sterner, adaptée par Évelyne Loew, raconte la prise de pouvoir hostile d’une entreprise financière sur une entreprise industrielle et son démantèlement – la bourse suçant les forces et les richesses du travail. C’est l’histoire d’une destruction, d’une mort, du dépeçage d’un outil de production familiale pour en extraire un profit immédiat, sans aucun état d’âme de la part du financier qui déclenche cette opération.

 

Maison des Métallos
L'Amante anglaise

L'Amante anglaise

 

Ce n’est pas le texte le plus connu de Marguerite Duras, et pourtant il est régulièrement joué, et avec les plus belles distributions (de Madeleine Renaud à Ludmila Mikaël en passant par Suzanne Flon). Celle-ci ne déroge pas à la règle puisque c’est ici Judith Magre qui interprète le rôle-titre...

 

Théâtre Lucernaire
Cendres de cailloux

Cendres de cailloux

 

Il y a, dans ce spectacle, une fraîcheur, une verdeur, une sensualité et une porte ouverte sur un dépaysement vivifiant mais pas un dépaysement géographique, plutôt un dépaysement poétique. C’est pourtant sans effet de décor (rien sur scène ou quelques meubles accessoires) et aussi en luttant contre la lumière de ce théâtre totalement inadapté à ce récit que les quatre interprètes parviennent à nous emmener dans cette histoire...

 

Théâtre la Boussole
Le Bal

Le Bal

 

Cette adaptation de l’un des premiers livres de l’auteur Russe Irène Némirovsky est avant tout le portrait violent d’une mère qui n’éprouve pas le moindre sentiment maternel pour sa fille Antoinette. En véritable dragon pernicieux, elle se montre impitoyable face à cette jeune fille qu’elle refuse de voir grandir, jalouse maladive de cet éternel miracle de l’adolescence, obsédée par la signature du temps qui marque son visage...

 

Théâtre Rive Gauche
Oncle Vania

Oncle Vania

 

La scène vit déjà de ses cinq personnages et vibre au son de la guitare en attendant que les spectateurs, venus en nombre, remplissent à craquer la salle théâtre de l’Essaïon.

L’air est chaud, russe et rustique dans cette demeure provinciale. Sous des semblants de convivialité, couvent des tensions qui se devinent irrépressibles.

 

Théâtre Essaïon
Le Clan

Le Clan

 

Le Clan, c’est l’histoire de quatre malfrats, des gangsters à la petite semaine, des bras cassés mais attention tout de même !... des bras cassés capables de descendre quelqu’un sur contrat, moitié idiots mais moitié mafieux.

Une histoire qui ressemble par bien des côtés aux films comiques des années 60, 70 : mi-film noir se déroulant dans le milieu de la pègre, mi comédie flingueur à la Lautner ou à la Gérard Oury

 

Théâtre de Paris
Un démocrate

Un démocrate

 

Gouvernement invisible.

Manipulation des masses.

Étude et maîtrise du comportement psychologique des foules.

« La réalité n’existe pas ! » dit Edward Bernays le héros de ce bio-pic, bio-play.

Tous ces termes et bien d’autres tournent dans l’esprit de cet américain né en Autriche en 1891, qui inventa la notion de « Public Relations » pour se démarquer des publicitaires de l’époque...

 

Théâtre de l’Opprimé
Rimbaud / Verlaine Éclipse Totale

Rimbaud / Verlaine Éclipse Totale

 

La rencontre, et la relation tumultueuse qui en suivit, entre des sommités de la poésie française du XIXème siècle : 1871, Rimbaud a 17 ans lorsqu’il arrive chez Verlaine, à l’invitation de ce dernier. Leur admiration réciproque déclenche une complicité instantanée, évidence de l’inévitable passion qui les reliera désormais.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Urfaust

Urfaust

 

Urfaust, aussi nommé « Faust originaire », serait une première version, sous forme de fragments du Faust qui verra le jour trente ans plus tard. Goethe, de toute façon, a été fasciné par cette légende qui l’occupa de nombreuses années. Ici, règne une grande liberté : l’aspect « pacte avec le diable », n’existe pas...

 

Théâtre de la Tempête
La Femme oiseau

La Femme oiseau

 

Voici un spectacle qui a planté ses racines dans le merveilleux. Non seulement parce que l’histoire en elle-même est de ce domaine mais par la forme sous laquelle Alain Batis a voulu la présenter. Texte, visuel, décors, costumes, musiques et jeu d’acteurs participent ensemble à la narration de ce conte extrait d’une légende japonaise.

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Vie et mort de H, pique-assiette et souffre-douleur

Vie et mort de H...

 

Beaucoup d’éléments parlent à l’intime dans cette pièce faite d’histoires de familles qu’on tolère, de parents, d’enfants déjà grandis, d’amis et du Temps qui change la donne et redistribue les pouvoirs entre les gens. Avec cette idée constante que l’être humain se désole autant qu’il se réjouit du bien et du mal qui peut arriver à autrui, surtout aux proches.

 

Théâtre de la Tempête
Le Paris des femmes

Le Paris des femmes

 

Pour cette troisième et dernière soirée du Paris des Femmes 2017, quatre pièces courtes ont été proposées en lecture spectacle sous la direction de Catherine Schaub à la mise en scène.

Le thème imposé pour toutes ces écritures : Scandale

 

Théâtre des Mathurins
Le Moche

Le Moche

 

Hé ! Les gens ! Réveillez-vous ! Vous tous, citoyens, individus à parts entières conscients de leurs droits sur terre, de leur libre-arbitre, leur liberté, de leurs choix de vie et de pensée, les bienheureux du monde technologique moderne… ce monde ultra réaliste qui vous apportera le bonheur, promis juré craché ! Réveillez-vous !

 

Théâtre de l’Atalante
Babacar ou l’Antilope

Babacar ou l’Antilope

 

Sur le thème du passage des frontières (en l’occurrence celle de Ceuta, enclave espagnole au Maroc) l’auteur veut témoigner, nous faire réfléchir. Et d’imaginer un personnage d’architecte africain, dont on ne sait rien de plus, sauf qu’il est fasciné par un phare, celui qui représente pour lui la liberté. La rejoindre, donc.  Mais comment ?

 

Théâtre 13 Côté Seine
La Peur

La Peur

 

Si l’on retrouve dans cette nouvelle écrite en 1913 tout le génie observateur de Stefan Zweig sur le comportement humain, il a fallu à Élodie Menant un talent d’écriture très pointu et une certaine aptitude à décortiquer les ravages, les complexités et les failles de ce couple pour qu’elle adapte de manière aussi brillante et riche d’émotions ce très beau texte.

 

Théâtre Michel
Ma famille

Ma famille

 

Et si l’on vendait ses enfants au marché pour gagner un peu d’argent ? Et si l’on mettait ses parents dans un « dépôt de vieux » en échange de quelques pesos ?

Voilà comment fonctionne la famille imaginée par l’auteur uruguayen Carlos Liscano. Les quatre comédiens qui l’interprètent parviennent à nous emmener dans un univers aussi cruel que touchant dans lequel se côtoient la banalité des rapports familiaux et l’absurdité la plus totale.

 

Funambule Montmartre
La Cruche

La Cruche

 

Henri de Vasselot mêle à la comédie acide quelques airs du début du XXème siècle qui nous permet de retrouver avec plaisir les très belles voix des interprètes.

Et d’apprécier le jeu exceptionnel des quatre comédiens, aussi à l’aise que dans le chant.

 

Le Lucernaire
Faust

Faust

 

L’ambiance globale renvoie au début du siècle dernier, entre deux guerres, avec un côté expressionniste rendu encore plus fort par des costumes hors du temps, sorte de toges sans âge sans modernité.

L’histoire de Faust est ici resserrée exclusivement autour de son amour pour Marguerite.

 

Le Ranelagh
La Princesse Angine

La Princesse Angine

 

Roland Topor, dessinateur, poète, décorateur mais aussi écrivain. Un artiste pluridisciplinaire mis à l’honneur durant une semaine dans le fief de son camarade de jeu, Jean-Michel Ribes. Tous deux ont collaboré sur plusieurs créations théâtrales ou télévisuelles – Batailles ou Palace pour les plus connues).

 

Théâtre du Rond-Point
Une maison de poupée

Une maison de poupée

 

Une Maison de Poupée, écrite il y a presque un siècle et demi, se déroule dans l’appartement d’une famille à peu près ordinaire de la petite bourgeoisie. Un jeune couple avec deux enfants. Le mari, Torvald, travaille dans une banque. La femme, Nora, s’occupe de la maison. Femme soumise, infantilisée, la pièce raconte les quelques jours qui la décident à rompre avec le rôle que la société lui réserve et de quitter tout ce joli monde pour vivre sa liberté.

 

Le Lucernaire
La Famille Semianyki

La Famille Semianyki

 

Les artistes, déjantés à souhait, se donnent à fond, tous six excellents, campant merveilleusement leurs personnages très caractéristiques et parfaitement définis du début à la fin de ce grandiose spectacle sans frontières, cosmopolite avec des musiques bien choisies et des chansons diverses et typées, en espagnol, allemand, français, pour souligner l’aspect international.

 

 

La Cigale
Le Crime était parfait... ou presque

Le Crime était parfait... ou presque

 

Jean-Paul Bathany, l’auteur, a participé à l’écriture des Guignols, Caméra Café et de H à la télévision et à nombre de scenarii de films comiques. C’est dire s’il connaît les ficelles du rire.

Il en fait une nouvelle fois la preuve avec cette pièce qui oppose selon un schéma classique de la comédie, deux personnalités différentes et où fleurissent les dialogues savoureux qui font mouche.

 

Théâtre La Boussole
La Fiancée orientale

La Fiancée orientale

 

Un Roméo et Juliette à la mode sépharade. Esther Vidal, la fiancée orientale, aime Charles mais le destin, les superstitions et le poids de sa famille sont autant d’obstacles à leur amour. Après une belle introduction sur les identités multiples d’Esther, alsacienne, juive, arabe, berbère, espagnole, on apprend que la jeune femme est persuadée d’être poursuivie par le mauvais œil...

 

Théâtre du Gymnase
Promenade de santé

Promenade de santé

 

La rencontre improbable d’un homme et d’une femme dans un hôpital psychiatrique. En patients apparemment conscients de leur condition et de leurs maux, ils s’affichent et se reconnaissent divers "dysfonctionnements" : pour lui, et entre autres, perversité narcisique, alcoolisme, bipolarité, pour elle, et pour le moins, nymphomanie, schizophrénie, maniaco-dépression…

 

Poïèsis  des Arts
Amphitryon

Amphitryon

 

On sait que le sujet fut emprunté par Molière chez Plaute. On murmura aussi, à l’époque, que Molière y raillait son souverain, Louis XIV, dans sa relation nouvelle avec Mme de Montespan. Il n’en demeure pas moins que cette pièce est un petit bijou. On le mesure à chaque présentation… et celle de Guy Pierre Couleau, ci-devant metteur en scène, est des plus savoureuses.

 

Théâtre 71 – Malakoff
The Valley Of Astonishment

The Valley Of Astonishment

 

Dans l’immense espace nu des Bouffes du Nord, un carré de moquette claire, trois chaises et une table en contreplaqué, et un perroquet où pendent des habits et des blouses blanches attendent les comédiens. Ils entrent avec un naturel étrange. On croirait qu’ils portent en eux une qualité particulière, une manière d’être, de voir, de ressentir.

 

Théâtre des Bouffes du Nord
Lucrèce Borgia

Lucrèce Borgia

 

Béatrice Dalle, Victor Hugo, l’immense plateau de la Grande Halle de la Villette…à priori y’a tout, en réalité y’a trop ! Trop de longueurs, trop de complaisance, trop d’effets répétitifs !

 

Grande Halle de la Villette
Une chambre en Inde

Une chambre en Inde

 

Un acte magique a lieu chaque jour au Théâtre du Soleil. Un acte révélateur des bouillonnements, des naufrages, des violences, des aberrations, des cris, des vies qui grouillent et retentissent sans cesse à la surface du globe. Un spectacle qui ne se veut pas total mais qui ne peut faire autrement qu’embrasser la totalité des tourments, des inquiétudes et des rires de notre chaos contemporain.

 

Théâtre du Soleil
Eigengrau

Eigengrau

 

Le titre, étrange, correspond à la lumière grise, seule vue par l’œil humain dans l’obscurité. La jeune auteure, Pénélope Skinner, se place d’entrée sous la houlette de Sarah Kane, dont une pièce « Blasted » est aussi le nom de la compagnie qui présente ce spectacle.

 

Théâtre de l’Odyssée – Levallois
Maupassant – Au bord du lit

Maupassant – Au bord du lit

 

Tiré de cinq nouvelles de Maupassant dont la dernière donne son nom au spectacle, ce spectacle nous plonge dans un monde bien oublié, un monde fait de galanterie, où hommes et femmes savaient prendre leur temps, le temps de se découvrir, de faire la cour, et aussi d’avoir des aventures.

 

Théâtre de l’Archipel
Martyr

Martyr

 

L’histoire est construite de manière chronologique. Elle commence par une anecdote futile. Un élève, Benjamin, sèche les cours de piscine. Sa mère en est informée. Elle doit écrire un mot d’excuse. Il lui demande d’inscrire comme raison à son absence : motifs religieux...

 

Théâtre de Belleville
Un roi sans réponse

Un roi sans réponse

 

Entrez vite dans l’univers du conte ! Grâce à l’histoire épique dénichée par Jean-Baptiste Puech dans les légendes du roi Arthur, mais aussi et surtout grâce au dispositif scénique et à la réalisation de ce spectacle aux moyens d’expressions multiples : langage parlé, langue des signes, vidéo, musiques et chants, ombres chinoises, marionnettes et théâtre d’objet.

 

International Visual Théâtre
Mendiants d’amour

Mendiants d’amour

 

Gérard Levoyer est un auteur prolifique, beaucoup joué à travers la France, mais c’est avant tout une très belle plume, un amoureux des mots, des phrases qui claquent, qui vous chatouillent le cœur et l’âme qui vous touchent là où ça fait du bien et parfois où ça fait mal. C’est un maestro de la phrase qui s’écoute comme une mélodie et qui se boit comme du champagne qui pétille.

 

Théo Théâtre
Mensonges

Mensonges

 

« Un mensonge en entraîne un autre » : la formule de Térence sert de devise à ce spectacle original à plusieurs titres. Résultat d’une commande passée en 2014 par Véronique Bellegarde, créé à Avignon cet été, Mensonges est en effet une suite de six courtes pièces écrites par six dramaturges tous européens mais de nationalités différentes.

 

Théâtre Jean Vilar – Vitry-sur-Seine
El Triángulo azul

El Triángulo azul

 

Si l’on a coutume de dire que la musique adoucit les mœurs, il me semble qu’ici le grotesque et la bouffonnerie renforcent le côté arbitraire, absurde et cruel du camp. Et les contrastes ne se donnent pas à voir uniquement pendant les intermèdes musicaux : le texte et les personnages les servent à tout moment.

 

Café de la Danse
Un Démocrate

Un Démocrate

 

Edward Bernays. Son nom ne vous dit probablement rien, alors qu’il est pourtant celui de l’une des personnes qui auront été le plus influentes du XXe siècle. Sans qu’on en ait encore pris la mesure.

 

Théâtre Antoine Vitez – Ivry
F(l)ammes

F(l)ammes

 

F(l)ammes est l’enfant de nombreux ateliers organisés depuis près de trois ans avec des femmes de plusieurs quartiers populaires, des quartiers dits « sensibles » de région parisienne. Des femmes nées de parents immigrés ou originaires des départements français d’outremer.

 

Maisons des Métallos
Les Amoureux de Shakespeare

Les Amoureux de Shakespeare

 

Quatre amoureux dans le vent des années 60 arrivent dans la clairière d’une forêt qui pourrait être celle d’Hyde Park puisque l’action se déroule à Londres et non en Grèce comme dans l’œuvre originale de Shakespeare. Le patte d’éléphant blanc, la veste à carreaux cintrée et les cheveux longs et blonds façon Brian Jones de Lysandre contant maladroitement fleurette à Hermia mini habillée dans l’esprit Courrège laisse présager une version déjantée et So British du Songe d’une nuit d’été.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Pour un oui ou pour un non

Pour un oui ou pour un non

 

C’est une pièce pratiquement sans histoire et sans personnages bien définis, ils n’ont pas de nom et pourraient être aussi bien deux hommes que deux femmes ou un homme et une femme. Autrement dit la négation même du théâtre. Et pourtant…

Pourtant nous assistons là à une représentation théâtrale des plus jouissives, un pur bonheur.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Espia a una mujer que se mata

Espia a una mujer que se mata

 

Étrange titre pour ce spectacle de Daniel Veronese, inspiré de « Oncle Vania ». Ce qu’a voulu l’auteur, c’est restituer Tchekhov «…en conservant le nerf de la pièce ». Autant dire que cette pièce dure une heure et demie, et que ça va vite...

 

Théâtre de l'Épée de Bois
Le Mariage forcé de George Dandin

Le Mariage forcé de George Dandin

 

La Compagnie du Homard Bleu s’en est emparé avec son enthousiasme habituel et son imagination débridée (J’avais adoré leur Bourgeois Gentilhomme).

Si a priori cela parait une bonne idée d’avoir associé « Le mariage forcé » et « George Dandin », j’émettrais cette fois plus de réserve quant au traitement infligé à l’œuvre de Molière.

 

Ciné XIII Théâtre
Les Caprices de Marianne

Les Caprices de Marianne

 

La rumba des amours velléitaires, les trahisons fortuites et tout le romantisme de la pièce prennent des allures de procession funéraire. Le rythme des scènes et des répliques, lent, intercalé de silences mécaniques et de pauses a la vertu de rendre gloire au texte de Musset. On l’écoute, on le goûte, on le savoure. Mais on perd en vivacité, en vitalité, en jubilation...

 

Théâtre La Tempête
Scènes de violences conjugales

Scènes de violences conjugales

 

La référence au film d’Ingmar Bergman est claire mais le propos est complètement différent. Changement d’époque, changement de lucidité, autre manière de montrer la réalité. Ici il est directement question des violences faites aux femmes à l’intérieur du couple.

Sur une scène construite en blocs géométriques, sans aucunes courbes, comme pour mieux faire ressortir les corps, deux couples vont se former, s’aimer et finir par se détruire de l’intérieur.

 

Théâtre la Tempête
Le Conte d’hiver

Le Conte d’hiver

 

En cette année 2016, 400 ème anniversaire de la mort de Shakespeare, la bien nommée compagnie « L’agence des voyages imaginaires » se devait d’honorer l’auteur de « Macbeth ». Elle a choisi de le faire avec une pièce dont le thème central est la jalousie : attention, il ne s’agit pas d’« Othello », mais d’une comédie joyeuse et féérique. Elle louche tout autant vers « Le songe d’une nuit d’été » que vers « La tempête ».

 

Théâtre 13 Côté Seine
Mémoire d’un théâtre sur le point de disparaître

Mémoire d’un théâtre sur le point de disparaître

 

Autour de la crainte, soulevée il y a quelques années, de la destruction du théâtre du Grand Parquet – mais ce pourrait être n’importe quel autre théâtre – l’auteur Miguel Angel Sevilla a tiré cette pièce qui fait se rencontrer divers personnages autour des vestiges d’un lieu de partage. Cette Mémoire d’un théâtre sur le point de disparaîtrejette ainsi un regard nostalgique sur la disparition d’une certaine idée du monde et d’une certaine réalité de la culture.

 

Théâtre Le Local
Espia a una mujer que se mata

Espia a una mujer que se mata

 

C’est une version d’Oncle Vania aux choix radicaux que nous présente Guy Delamotte avec ce texte librement adapté par Daniel Veronese. Celui-ci est dramaturge, acteur et directeur de théâtre argentin. Et l’on ressent dans son texte quelque chose comme l’esprit passionnel de l’Amérique latine en train d’envoûter l’âme russe des personnages Tchekhovien.

 

Théâtre de l'Épée de Bois
Félicie

Félicie

 

Curieuse idée d’avoir exhumé cette œuvre de Marivaux que lui-même n’a jamais fait jouer.

Car voilà une pièce qui mêle un esprit conte avec des fées propre à enchanter un jeune public  et une atmosphère théâtre narrant l’éducation d’une jeune fille face aux tentations de l’amour, thème plus destiné aux adultes mais autant dire des plus démodés.

 

Petit Théâtre du Gymnase
Je suis Don Quijote de la Mancha

Je suis Don Quijote de la Mancha

 

C’est une réalité mathématique qu’il n’est pas possible de jouer les mille cinq cents pages de ses aventures en un spectacle d’une heure trente… mais faire apparaître l’âme du personnage, sa quête, sa philosophie, sa folie et son enseignement, voilà ce à quoi parvient presque de façon magique ce spectacle.

 

Théâtre de l’Opprimé
Dernier remords avant l’oubli

Dernier remords avant l’oubli

 

Jean-Luc Lagarce est un de nos auteurs contemporains paradoxalement parmi les plus joués alors que son œuvre est terriblement difficile, traitant d’incommunicabilité avec une part importante donnée aux non-dits, aux silences, alors que le théâtre est l’art de la parole.

C’est dire l’importance du metteur en scène et des comédiens qui doivent se jouer de cette gageure avec maestria.

 

Le Brady
Un petit jeu sans conséquence

Un petit jeu sans conséquence

 

Qui ne s’est pas retrouvé un jour pris dans la nasse des « on-dits » et racontars, qui n’a pas du se justifier…ou prêcher le faux pour obtenir un peu de vrai ? Et puis dans cette histoire où l’amour est central, il est en même temps extrêmement  mystérieux : on ne sait ce qui lie Bruno et Claire. Leur différence ? Et pourtant, on y croit.

 

Mélo d’Amélie
A comme Anaïs

A comme Anaïs

 

Ah, les lettres d’amour ! De nos jours, on n’écrit plus guère. À lire celles que se sont adressés l’un à l’autre Anaïs Nin et Henry Miller, on ne peut que le déplorer, tant elles sont traversées par une passion d’une intensité terriblement excitante...

 

Manufacture des Abbesses
Monsieur Kaïros

Monsieur Kaïros

 

C’est l’histoire très pirandellienne d’un personnage de roman qui échappe à son auteur. La confrontation des deux va donner lieu à des scènes étonnantes parfois non dénuées d’humour qui permettront d’aborder divers sujets : l’absurdité de la guerre, le sens de l’existence, les engagements qu’on peut prendre.

 

Théâtre du Lucernaire
Le Criquet Russe

Le Criquet Russe

 

La recette d’une comédie qui a pour but de faire rire du début à la fin doit avoir tous les ingrédients nécessaires et cela dispatchés à la bonne dose pour que la pièce soit bonne à déguster ce qui bien sûr n’est pas forcément simple ni évident.

 

Théâtre des feux de la Rampe
Eurêka

Eurêka

 

C’est l’histoire de deux ratés magnifiques, poussés (presque) malgré eux à l’escroquerie, un écrivain sans succès et un savant qui consacre sa vie, son énergie et son argent à la construction d’un réacteur dont on ne saura jamais quels bienfaits il pourra apporter à l’humanité...

 

Théâtre des Variétés
Le Chien

Le Chien

 

Ici, l’histoire d’un homme et de son ou plutôt ses chiens lui sert d’argument pour nous parler « de la communication entre les êtres, de l'amour, de la haine, de la vengeance et du pardon : une surprenante et bouleversante leçon d'humanité ».

 

Théâtre Rive Gauche
Overdose 90’

Overdose 90’

 

Amélie, Zoé et Louis sont frères et sœurs et partagent le même appartement. La première étudie pour son concours de médecine. La seconde se prépare à un entretien d’embauche. Le troisième deale et regarde la télévision. Quand leur mère s’est retrouvée dans le coma, ils ont été livrés à eux-mêmes. C’est dans cet univers que le spectateur plonge ; on se sent même parfois comme coincé, dans un huis-clos violent et oppressant.

 

Théâtre de Belleville
Comme un lundi

Comme un lundi

 

Comme un lundi raconte un moment clef de l’existence d’un jeune cadre sup, loup moderne de la jungle libérale issu d’HEC sur le point de se marier, d’acheter son pavillon dans une banlieue bourgeoise parisienne et d’envisager d’y semer une famille. Quelque chose cloche pourtant dans ce tableau presque cliché : celle qu’il a choisie pour fiancée n’est pas du tout de son milieu. Elle est plutôt du peuple...

 

Passage vers les Étoiles
La Grande Nuit du Kûtiyattam

La Grande Nuit du Kûtiyattam

 

Un joli pied de nez à l’occident que cette invitation au voyage et au rêve proposée par le Théâtre du Soleil en cette nuit de Toussaint lors de laquelle l’ouest américain va disperser ses fantasmes latex et autres morts-vivants dans les rues et les parcs d’attractions. La même nuit renaîtra à la Cartoucherie de Vincennes un théâtre sacré aux racines lumineuses puisant sa sève dans plus de deux mille ans d’histoire.

 

Théâtre du Soleil
Erzuli Dahomey, déesse de l’amour

Erzuli Dahomey, déesse de l’amour

 

Récompensée par le prix Théâtre 13 des jeunes metteurs en scène, cette pièce de l’auteur haïtien Jean-René Lemoine, a déjà été montée au Vieux Colombier en 2014.

Elle conte l’histoire d’une famille BCBG où la mère, Victoire Maison, veuve, ex-actrice et quinquagénaire, pleure son fils, disparu au Mexique.

 

Théâtre 13 – Côté Seine
Le pяojet Poutiиe

Le Pяojet Poutiиe

 

Bien sûr, les belles âmes qui aiment à dénoncer Poutine et sa conception autoritaire de l’exercice du pouvoir (moins fondée sur le respect des valeurs démocratiques, c’est un euphémisme, que sur la taille des яички) en auront pour leur argent. Qui, en effet, aurait vraiment envie de prendre son parti pour le défendre ?

 

Théâtre La Bruyère
Avant de s’envoler

Avant de s’envoler

 

André et Madeleine ont tout deux un âge… avancé. Ils vivent dans une petite maison à l’écart de tout. Leurs deux filles viennent parfois les voir. Thématique claire, décor soigné,  on part sur du solide...

 

Théâtre de l’Œuvre
Le Roman de Monsieur Molière

Le Roman de Monsieur Molière

 

La vie de Molière est un vrai roman, et c’est Mikhaïl Boulgakov qui l’a écrit. Quelle vie, et quel roman ! Bougalkov raconte avec passion les aventures de Jean-Baptiste Poquelin devenu l’incarnation – à moins que ce ne soit lui qui l’ait inventé – d’un certain esprit français fait de polissonnerie, d’irrévérence… et de génie.

 

Théâtre du Lucernaire
Acting

Acting

 

Dans le noir, des bruits que le cinéma nous a habitués à identifier, portes qu’on ferme, coups métalliques qui résonnent, brouhaha : nous sommes dans une prison.

Le rideau s’ouvre effectivement sur une cellule avec trois lits superposés et un coin sanitaire/cuisine sommaire.

Deux hommes dans les lits supérieurs : l’un qui ne parle pas, l’autre qui parle beaucoup, dissertant sur qui pourrait être celui qui va occuper la couchette du bas. Ce dernier arrive et on voit immédiatement qu’il est différent...

 

Théâtre des Bouffes Parisiens
Présents parallèles

Présents parallèles

 

Ces « Présents parallèles » est ce qu’on appelle une uchronie, technique qui met en parallèle plusieurs possibles.

En l’occurrence, ici nous assistons à une pièce de théâtre qui raconte une pièce de théâtre qui raconte une pièce de théâtre, navigant entre plusieurs époques, 1943, un 2016 imaginaire où les nazis ont le pouvoir et un 2016 réel.

 

Théâtre de la Reine blanche
La Fabrique à kifs

La Fabrique à kifs

 

Enseigner le bonheur ? C’est possible ? C’est en tout cas ce que proposent Audrey Akoun, Isabelle Pailleau et Florence Servan-Schreiber, toutes trois expertes en « psychologie positive ». Les trois spécialistes ès kifs semblent appliquer leurs recommandations à la lettre à en juger par leur énergie. Dynamiques, souriantes, drôles, joyeuses et surtout très complices, elles offrent un spectacle varié et didactique.

 

Théâtre de l’Œuvre
L’Éveil du chameau

L’Éveil du chameau

 

L’histoire est connue par un film avec Patrick Bruel et Isabelle Carré, sous le titre Ange et Gabrielle.

Une histoire il faut bien le dire, pas des plus originales, au déroulement des plus prévisibles, et qui ne tient la route que par la qualité de l’écriture et des interprètes.

 

Théâtre de l’Atelier
La Louve

La Louve

 

Daniel Colas nous fait revivre François 1er et nous avons l’impression d’un livre d’Histoire qui serait brusquement animé tant les costumes somptueux recréent parfaitement cette époque charnière entre Moyen Age et Renaissance.

 

Théâtre La Bruyère
Columbo, Meurtre sous prescription

Columbo, Meurtre sous prescription

 

Meurtre sous prescription est l’adaptation française d’une pièce américaine écrite par William Link et Richard Levinson qui créèrent le personnage de Colombo et qui fut un triomphe à Broadway en 1962. Chacun se rappelle le génial Peter Falk qui fit du lieutenant une image incontournable de cet enquêteur étourdi, brouillon durant la soixantaine d’épisodes de cette série culte.

 

Théâtre Michel
Petits crimes conjugaux

Petits crimes conjugaux

 

C’est sur une trame des plus simples qu’Éric Emmanuel Schmitt tisse une réflexion sur le couple, l’amour, la durabilité des sentiments et leur érosion due au temps. Gilles et Lisa vivent ensemble depuis quinze ans : tiédissement des désirs, non-dits et méfiances ont fini par envahir leur vie commune.

La pièce se déroule intégralement dans leur appartement, un tête-à-tête d’une soirée capitale.

 

Théâtre Rive Gauche
À droite à gauche

À droite à gauche

 

À la lecture de l’argument, (comment peut-on être un acteur riche, célèbre et être de gauche ? Comment peut-on être ouvrier chauffagiste et voter à droite ?) on sait à quoi s’attendre.

Difficile quand on s’attaque à un thème politique d’éviter les poncifs, c’est un peu d’ailleurs ce que j’avais reproché à Politiquement correct vu récemment.

 

Théâtre des Variétés
L’Amour dans tous ses états

L’Amour dans tous ses états

 

« Être en couple, c’est régler à deux des problèmes qu’on aurait pas eus tout seul », disait le clairvoyant Coluche. Ces propos sont repris par le psychanalyste connu pour plusieurs best-sellers, Guy Corneau. Ce dernier a co-écrit avec Danielle Proulx, Camille Bardery un spectacle qui observe et analyse le couple formé par Céline et André.

 

Théâtre de la Gaîté
Conversations avec ma mère

Conversations avec ma mère

 

La peinture que donne l’auteur des rapports d’une mère de 82 ans et de son fils cinquantenaire sonne juste : face à sa mère qui vieillit mais qui garde une forme extraordinaire, le fils se retrouve soudain face à son destin avec l’épouse qui ne partage plus rien avec lui et les enfants qui l’ignorent.

 

Théâtre de la Pépinière
Le personnage désincarné

Le personnage désincarné

 

Un personnage de théâtre qui « quitte son personnage » en pleine représentation et se révolte contre son auteur, ce n’est pas banal ! Un auteur qui l’amadoue puis lui ordonne de « rentrer à nouveau dans la peau de son personnage » pour accomplir le destin mortel qu’il a imaginé pour lui, c’est encore moins banal.  A partir de ce postulat original qui s’apparente à une réflexion sur l’art du théâtre, l’auteur Arnaud Denis a écrit un texte brillant à caractère universel.

 

Théâtre de la Huchette
Adn

ADN

 

C’est un texte à la fois âpre et frémissant de vie que l’auteur contemporain anglais Dennis Kelly a écrit sur l’adolescence. Pas de préambule, pas de mise en situation, la pièce plonge directement au cœur du drame qui va bouleverser les vies d’une dizaine de jeunes lycéens.

 

Théâtre de l’Opprimé
Le Portrait de Dorian Gray

Le Portrait de Dorian Gray

 

Le texte très misogyne d’Oscar Wilde est constamment mis en valeur avec des réparties parfois cyniques parfois teintées d’un humour ironique.

 

Studio des Champs-Élysées
L’École des femmes

L’École des femmes

 

Dans son interprétation de cette pièce de Molière tant de fois jouée depuis sa création en 1662, Philippe Adrien a pris le parti de nous faire rire, exploitant les éléments burlesques qu’elle contient – le thème de l’infidélité féminine et du cocuage, les sous-entendus grivois – en la tirant vers la farce.

 

Théâtre la Tempête
Oui

Oui

 

Après « De vrais gamins » pièce jouée au théâtre du Splendid, Pascal Rocher nous offre sa nouvelle comédie en abordant un thème qui parle à tout le monde de près ou de loin. Celui du mariage et de ses préparatifs. Et le résultat est une vraie réussite.

 

Théâtre Edgar
Peau de vache

Peau de vache

 

Dernière pièce de Barillet et Grédy est du boulevard sans intrigue entièrement basée sur la psychologie des personnages et non sur le quiproquo et les rebondissements de situation.

Autant dire que tout repose sur les comédiens et le metteur en scène.

 

Théâtre Antoine
Duras, de tout… de rien… de rien du tout

Duras, de tout… de rien… de rien du tout

 

C’est un spectacle qu’on aurait aimé aimer, parce qu’il est censé présenter un florilège de textes de Duras dans une salle à la programmation riche et ambitieuse d’un coin de Paris qui n’en compte pas beaucoup. Saisirait-on la beauté et la finesse de l’écriture durassienne ?

 

Théâtre de la Reine Blanche
L’amour est sur le net

L’amour est sur le net

 

Cachées derrière leur nom de guerre Maryline alias Colette et Jenny alias Geneviève se sont lancés dans la grande aventure de trouver sur internet l’âme sœur. Pour cela elles se sont inscrites sur « Picardy Love » un site qui regroupe les célibataires de la région picarde. Bien entendu les prétendants sont assez loin du prince charmant qu’elles espéraient...

 

Théâtre Daunou
Opéra Pagaï Cinérama

Opéra Pagaï Cinérama

 

Ce n’est pas vraiment du théâtre, pas non plus du cinéma, pas seulement une expérience. C’est un moment unique, un OTNI (objet théâtral non identifié) éminemment original et jubilatoire.

Imaginez. Vous êtes en terrasse, sur une place. Les gens passent autour de vous. Quelle est leur vie ? qui sont-ils ? Ces héros ordinaires d’une vie ordinaire cachent peut-être plus que ce que l’on pense...

 

Le 104
Moi, moi et François B.

Moi, moi et François B.

 

Voilà une pièce déroutante, au sujet inhabituel, qui nous emmène aux confins de l’absurde, où un rebondissement peut en cacher un autre et qui n’est pas sans faire penser à Six personnages en quête d’auteur de Pirandello.

À ce jeu de qui est qui, l’auteur montre une maîtrise parfaite et noue habilement la trame de son récit.

 

Théâtre Montparnasse
Edmond

Edmond

 

Après Le porteur d’histoires et Le cercle des illusionnistes, deux énormes succès, Alexis Michalik revient à ses premières amours, des adaptations pleines de folie comme La mégère à peu près apprivoisée ou Une Folle Journée.

Alors lorsque cet auteur immensément doué s’attaque à LA pièce par excellence du répertoire, Cyrano de Bergerac, on ne peut qu’être alléché.

 

Théâtre du Palais Royal
L’Adieu à la scène

L’Adieu à la scène

 

En 1677, après avoir écrit dix chefs-d’œuvre qui vont traverser les siècles, Racine cesse d’écrire pour le théâtre à la demande de Louis XIV qui le choisit comme historiographe ! Sidéré par cette information qu’il découvre fortuitement lors de l’écriture de sa précédente pièce, l’auteur Jacques Forgeas a imaginé un face à face avec son cousin et ami La Fontaine  qui cherche à comprendre les motivations de cette décision inouïe.

 

Théâtre du Ranelagh
Le Silence de Molière

Le Silence de Molière

 

Fasciné par ce destin énigmatique, l’écrivain italien Giovanni Macchia a voulu, dans Le Silence de Molière, « tracer un portrait de Madeleine à travers la fiction d’une conversation avec un interviewer imaginaire. »

 

Théâtre de la Tempête
La dame blanche

La dame blanche

 

On croyait le genre réservé au cinéma, Azzopardi et Danino ne reculant devant rien, les voilà qui se mettent en tête de nous prouver le contraire !

Et voilà sur scène des fantômes qui s’envolent sur nos têtes, des ours qui clignotent sans piles, des tiroirs qui s’ouvrent tout seuls et toute une cohorte de démons qui entourent le public pour son plus grand plaisir !

 

Théâtre de la Renaissance
Le Maniement des larmes

Le Maniement des larmes

 

Du théâtre politique, c'est-à-dire celui qui parle vraiment d’un pays, d’un pouvoir, du fonctionnement de l’appareil d’État… en France, en l’occurrence, ce n’est pas si fréquent. Nicolas Lambert le réussit : cette pièce est la troisième d’une trilogie. Après avoir traité de pétrole avec « Elf, la pompe Afrique » puis du nucléaire dans « Avenir radieux, une fission nucléaire » il s’attaque cette fois à l’armement.

 

Théâtre de Belleville
Les Femmes savantes

Les Femmes savantes

 

Cette pièce qui réunit à nouveau sur les planches Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri plus de vingt ans après leur dernière apparition sur scène dans Un air de famille, constitue un des événements de la rentrée théâtrale.

 

Théâtre de la Porte Saint-Martin
Batman contre Robespierre

Batman contre Robespierre

 

Les comédiens sont au taquet, tels des sportifs professionnels, se passent le relais et jouent collectif, à parler vite, très vite, et c’est très très bien… car ils sont les gens qui grouillent, le temps qui passe, les préjugés, les partis-pris, il sont la fuite en avant d’un désarroi sociétal inéluctable, inévitable, effarant, effrayant.

 

Théâtre des Déchargeurs
Monkey Money

Monkey Money

 

Deux familles aux opposés extrêmes.

L’une fait partie des dix familles les plus riches du pays : le grand patron patriarche – vieillard tout puissant, un sourire bonasse qui cache un visage de calcul – sa fille, qui se prénomme K, rendue exsangue par cet univers patriarcal qui ne respecte que les mâles, et le futur gendre – jeune loup aux dents acérées ivre de réussite et prêt à  tout pour faire partie des puissants.

 

Théâtre de l’Atelier
Le Chat

Le Chat

 

Le nœud de l’histoire est la mort du chat. Son animal à lui. Et c’est elle qui l’a tué. Il en est sûr. Pour lui pourrir la vie. Alors il se venge en tuant le perroquet qu’elle adore. Et l’enfer s’installe.

 

Théâtre de l’Atelier
Les Fourberies de Scapin

Les Fourberies de Scapin

 

C’est Rémi de Monvel qui assure la mise en scène. Il situe l’action en Italie dans les années 50, après tout Molière ne s’est-il pas inspiré de la Commedia dell’arte?

 Argante et Géronte ont des airs de mafioso, on entend d’ailleurs en introduction la musique du Parrain. Pas de décor mais une utilisation astucieuse de la structure du lieu, avec ses portes et ses escaliers.

 

Théâtre du Nord-ouest
Quand le diable s’en mêle

Quand le diable s’en mêle

 

L’idée titre qu’à eue Didier Besace est de lier trois pièces de conflits conjugaux de Feydeau en infiltrant, dans chacune des pièces, le diable. Comme sortant des enfers par une porte dérobée, celui-ci ouvre le spectacle dans la fumée et les râles.

 

Théâtre de la Tempête
Politiquement correct

Politiquement correct

 

Salomé Lelouch écrit et met en scène une comédie d’actualité.

Elle la situe en 2017, entre les deux tours des élections présidentielles, et rythme l’histoire de flash infos réalistes.

Télescopant univers politique et sentimental, elle nous fait suivre deux personnages qui vont tomber amoureux alors que leurs orientations politiques sont complètement à l’opposé, elle bobo de gauche, lui militant Front National.

 

Théâtre de la Pépinière
Don Quichotte

Don Quichotte

 

Curieux spectacle en vérité, déroutant, fascinant dans ses trouvailles et sa technique au cordeau, agaçant parfois quand la mise en abyme paraît tourner un peu en rond, mais qui parvient simultanément et ce n’est pas son plus mince exploit, à respecter et trahir l’œuvre originale.

 

Théâtre 13 – Côté Seine
Une heure avant la mort de mon frère

Une heure avant la mort de mon frère

 

Une scène plongée dans l’obscurité.

On devine les silhouettes d’un homme et d’une femme, côte à côte, face aux spectateurs.

L’homme se met à parler. Il évoque les yeux de sa sœur, l’odeur d’un jardin, la rue de leur enfance. Puis on entend la voix de la femme qui discute au téléphone avec un interlocuteur. Elle explique qu’elle ramènera le cercueil à la maison après l’exécution.

C’est long, c’est pesant.

 

Théâtre Clavel
La Version Browning

La Version Browning

 

La Version Browning, écrit d’une plume subtile et cruelle, nous dresse le portrait d’un homme ordinaire (un professeur) qui nous devient peu à peu extraordinaire. Le portrait d’un homme rigide dont les élèves se moquent, le nommant Croquignol ou Le Himmler de la seconde et dont la carapace va soudainement se fendre, le laissant devenir enfin humain.

 

Poche Montparnasse
Sexeden

Sexeden

 

Méfiez-vous des apparences. Méfiez-vous de votre propre apparence. Dans SexEden, le personnage de l’homme, qui était auparavant une femme, est joué par une femme grimée en homme, tandis que le personnage de la femme, qui fut autrefois un homme, est joué par un homme costumé en femme.

 

Essaïon
Peste soit des avares !

Peste soit des avares !

 

Sur la scène magique des « Arènes de Montmartre », voici que reviennent les « Tréteaux nomades ». On connaît leur travail, revisiter des thèmes anciens ou des classiques reconnus : y mettre leur patte et surtout leur style, fait de « commedia del arte », de théâtre de foire et de cirque.  Leur traitement du thème de l’avare est brillant et fort bien maîtrisé.

 

Arènes de Montmartre
Pour en finir avec Hugh Grant

La Reine de beauté de Leenane

 

L’écriture de Martin Macdonagh dialogue avec les mots du quotidien, du peuple et de la terre. On y mange des syllabes entières, on y sous-entend des dizaines de piques, de failles, d’allusions plus ou moins suspectes, on n’hésite pas à y parler cru, vert et acide.

 

Lucernaire
Pour en finir avec Hugh Grant

Pour en finir avec Hugh Grant

 

C’est une jolie bluette des temps modernes que nous conte là Emmanuelle Michelet. Une fable qui mettra du baume au cœur des quinquagénaires voire plus, mais qui laissera peut-être dubitatifs les plus jeunes tant le personnage de la jeune colocataire est caricatural et les situations improbables.

Mais les comédiens sont convaincants et la mise en scène tout en légèreté n’empêche pas quelques jolies trouvailles.

 

Théâtre des Mathurins
Mariage & châtiment

Mariage & châtiment

 

Pendant une heure et demie on se laisse emporter dans cet univers où le mensonge est roi. De fausses vérités en inventions farfelues totalement irréalistes, les personnages patinent en essayant vainement de se rattraper, s’enfonçant de plus en plus dans des situations totalement fantaisistes...

 

Théâtre Hébertot
Anquetil tout seul

Anquetil tout seul

 

Un spectacle qui évoquera bien des souvenirs aux personnes de ma génération, souvenirs d’une époque en noir et blanc, où un champion pouvait ouvertement avouer se doper.

 

Studio Hébertot
Mademoiselle Frankenstein

Mademoiselle Frankenstein

 

Si on sait tous qui est Frankenstein, c’est surtout grâce aux adaptations cinématographiques ou théâtrales. Peu connaissent en revanche le roman lui-même et encore moins son auteur Mary Shelley qui l’écrivit à seulement 19 ans.

La pièce conçue par Thierry Debroux se penche sur la personnalité de l’écrivain et pose le problème de la création : celle du monstre par le docteur Frankenstein et comme en miroir celle d’un ouvrage par un romancier...

 

À La Folie Théâtre
À tort et à raison

À tort et à raison

 

« L’art peut-il serrer la main à la barbarie » ? Véritable sujet philosophique, la pièce de Ronald Harwood ne s’embarrasse pas de fioritures et offre une remarquable réflexion à travers l’instruction de dénazification du chef d’orchestre Furtwängler après la guerre. Mené par un commandant américain aux arguments concrets et implacables, totalement imperméable à la sensibilité musicale de ses deux jeunes collaborateurs admirateurs du « Maître », le duel  est sans merci.

 

Théâtre Hébertot
Le Dernier Baiser de Mozart

Le Dernier Baiser de Mozart

 

Car c’est un vrai bonheur que de voir réunis un texte superbement écrit, dialogues ciselés, langage recherché sans être prétentieux, très documenté sans être ennuyeux, une mise en scène élégante et des interprètes habités par leurs rôles.

 

Petit Montparnasse
La Cantatrice chauve

La Cantatrice chauve

 

Rentrer en communion avec la Cantatrice Chauve c’est rentrer de plein pied dans l’univers de l’absurde si cher à Ionesco.

 

Lucernaire
Pacamambo

Pacamambo

 

Émouvant spectacle et touchante histoire que cette pièce en forme de conte qui aborde la question de la mort à hauteur d’une petite fille confrontée au décès de sa grand-mère adorée, Marie-Marie.

 

Essaïon
Faites l’amour pas des gosses

Faites l’amour pas des gosses

 

Répliques percutantes et situations inénarrables sont portées avec maestria par un duo de comédiens des plus dynamiques et qui ne ménagent pas leur peine.

 

Comédie Bastille
Jacques et Mylène

Jacques et Mylène

 

La Compagnie de théâtre de rue « 26000 couverts » s’est repliée pour cette fois dans une salle, celle des « Métallos ». Elle y joue un texte de Gabor Rassov, qui date de 1999. Mais le texte ne fait pas son âge, d’autant qu’il se place, d’emblée, dans le sillage prometteur de Feydeau et de tous ces auteurs qui firent les beaux soirs des amateurs de vaudevilles.

 

Maison des Métallos
Un macchabée dans la baignoire

Un macchabée dans la baignoire

 

Lorsqu’Alice, son ex, surnommée « Alice au pays des emmerdes », débarque avec un cadavre dans les bras alors qu’il s’apprête à recevoir sa nouvelle conquête, Maxime comprend que ses ennuis ne font que commencer.

La situation est d’autant plus embarrassante que la petite amie attendue est une jeune policière, inspectrice de surcroît.

 

Théâtre Le Proscenium
Don Quichotte ou presque…

Don Quichotte ou presque…

 

Ambiance mille et une nuits, un conteur à Fez se fait interpeller par Cervantès. Puis Alonso Quichano, alias Don Quichotte, arrive, et comme il veut à tout prix devenir un super chevalier, il part s’inventer des épreuves et des aventures, voire un amour hypothétique, malgré les protestations de sa nièce, fort contrariée.

 

Théâtre La Boussole
Bigre

Bigre

 

Imaginez trois chambres de bonne sous les toits, alignées le long d’un triste couloir qui débouche sur les toilettes communes.

Trois univers dont le décor très travaillé suffit à cerner ses occupants, des anti-héros aussi touchants que drôles dans leurs maladresses : le maniaque dans son univers immaculé très high tech, l’écolo hirsute et bordélique dans son capharnaüm qui déborde jusque sur le palier et la jolie voisine, fleur bleue entre ses murs roses.

 

Théâtre Tristan Bernard
Mariages à la Tchekhov !

Mariages à la Tchekhov !

 

L’ambiance province russe fin XIXème est créée avec des costumes et un décor naturel et simple, plus un judicieux choix de chansons russes qui résonnent en sourdine. La trilogie de ces "mariages" parodiques et satiriques est délicieuse. Certes, ici les femmes sont capricieuses, les hommes rustres, et le frottement de leurs caractères slaves provoque des étincelles, et surtout des éclats de rires.

 

Jardin Shakespeare
Dames de fumée / Daunas de hum

Dames de fumée / Daunas de hum

 

Théâtre en Caves est un jeu de piste ludique qui emmène d’abord les spectateurs à un rendez-vous mystérieux dans une rue de Paris pour ensuite les mener jusqu’à une immersion sous terre où se joue, en décor naturel, la pièce. Durant un weekend prolongé, quatre spectacles doublés de quatre parcours sont ainsi proposés simultanément...

 

Festival Théâtre en cave
L’Atalante
Temps mort

Temps mort

 

Qu’arrive-t-il après la mort ?

C’est ce qu’imagine Alice de La Baume qui nous représente cet au-delà sous forme administrative, aussi tatillonne et absurde que dans la vie !

 

Les Enfants terribles
Théâtre des Lucioles – Avignon Off
Mascarades

Mascarades

 

Décor sobre, un intérieur bourgeois… dont on comprend vite que Suzanne, la femme qui l’habite y survit plutôt qu’elle n’y vit. Solitude, tristesse, couture et alcool… rituels dérisoires qui ne sont interrompus que par des visites de la jeune voisine. Gentille, la voisine Lucie. Elle n’entre pas dans le jeu de Suzanne, mais essaie de l’encourager, de la distraire, voire de la faire renouer avec sa fille...

 

Auguste Théâtre
À vos souhaits !

À vos souhaits !

 

Le thème est original et sort du triangle classique, mari, femme, amant.

Non ici c’est la mort qui mène la danse, la mort qui va permettre aux sentiments des proches de se dévoiler.

C’est grinçant, cynique, et après un début un peu mou où on découvre sans réelle surprise une veuve et un gendre ne pensant qu’à l’héritage, les rebondissements s’enchaînent et le comique prend réellement le dessus.

 

Théâtre du Gymnase
Addition

Addition

 

Trois amis se retrouvent dans la maison de campagne de l’un d’eux le temps d’un week-end, occasion de passer du bon temps entre copains. Mais rien ne va se passer comme prévu.

Clément Michel qui s’y entend pour écrire des pièces à succès (Le carton, Une semaine pas plus et Début de fin de soirée) commet une nouvelle œuvre qui devrait suivre cet été le même chemin que les précédentes.

 

Théâtre de la Gaîté
Succès Reprise

Succès Reprise

 

Huilé et rythmé comme une horloge, ce millefeuille amoureux est un délice. Non seulement on rit beaucoup mais on s’émeut souvent tant le naturel et la sincérité des trois protagonistes est palpable.

 

Essaïon – Avignon
Peggy Pickit voit la face de dieu

Peggy Pickit voit la face de dieu

 

Deux couples se retrouvent. L’un médecin humanitaire, revient d’Afrique après six ans d’absence, l’autre vit dans son petit confort, maison, voiture, enfant.

Après les effusions des retrouvailles, très vite le malaise s’installe, incompréhensions et rancœurs vont vite mener le bal dans ces deux mondes aux choix différents.

 

Manufacture des Abbesses
Les Femmes savantes

Les Femmes savantes

 

Au pied de la basilique du Sacré-Cœur, cinq gars et cinq filles, joliment maquillés, de costumes colorés d’époque vêtus, nous invitent à les suivre, en chantant. Ils nous entrainent joyeusement dans le petit jardin des Arènes de Montmartre, endroit pittoresque et très charmant, idéal pour profiter, en plein air, d’une soirée lumineuse. S’érige une scène éphémère, faite d’une grande bibliothèque remplie de livres factices, servant parfois de tabourets, il y a même un clavier sur un cadre de piano.

 

Arènes de Montmartre
Les Palmiers sauvages

Les Palmiers sauvages

 

Quand Harry rencontre Charlotte… c’est l’électrochoc, un coup de foudre réciproque. Il quitte son poste d’interne à l’hôpital de la Nouvelle Orléans, elle abandonne mari et enfants. Ils partent à Chicago, puis ailleurs, l’endroit leur importe peu. Ils décident de vivre leur amour surdimensionné dans l’itinérance et le dépouillement le plus total. Un huis clos hors du temps dans un va-et-vient incessant. Ils se suffisent à eux-mêmes...

 

Ateliers Berthier
Nuit d’ivresse

Nuit d’ivresse

 

Le texte de Josiane Balasko n’a pas pris une ride et sa plume toujours drôle mais parfois acerbe fait mouche à chaque fois sur le public qui dès la deuxième réplique se laisse embarquer dans leur folle comédie. Les moments forts de cette folie alcoolisée restent le numéro de majorette exécuté par Simone et le réveil de Jacques après sa nuit d’ivresse où il ne se souvient strictement plus de rien.

 

Théâtre Michel
Pour 100 briques t’as plus rien

Pour 100 briques t’as plus rien

 

On rit énormément des aventures de ces deux pieds nickelés, d’une maladresse hilarante dans leur réalisation d’un braquage peu ordinaire.

Car c’est une succession de situations plus loufoques les unes que les autres avec une succession de personnages improbables qui servent à merveille des dialogues savoureux.

 

Théâtre Fontaine
Traviat's Company

Traviata's Company

 

Sans doute a-t-il fallu une recette d’artistes-sorciers pour mettre sur pied un projet d’une telle ambition et une folie peu commune pour arriver à un résultat d’une telle force, d’une telle beauté, d’une telle drôlerie, d’une telle émotion… Et cette liste n’est qu’une partie des qualificatifs que Traviata’s Company porte et provoque.

 

Théâtre des Variétés
L’Affaire Ada Cross

Aux suivants

 

« Aux suivants » est un bilan présenté sous forme de conte. Un Il était une fois qui raconte notre époque actuelle avec ses naufrages économiques et écologiques et ses soubresauts de révoltes épisodiques et/ou prévisibles. Bref, l’idée est de faire une sorte de conte épique de notre société, décrite du point de vue de la jeunesse.

 

Théâtre Paris Villette
L’Affaire Ada Cross

L’Affaire Ada Cross

 

Digne d'un roman/film noir, cette pièce à rebondissements a pour cadre les années 50 et un vieux moulin d’un petit village du sud de la France où n'habitent que des femmes : l’acariâtre et sévère matriarche Ada et ses deux filles adultes, l’une veuve réservée, l’autre célibataire exubérante, donc très différentes l'une de l'autre, qui ne s'entendent pas et le font voir, en prenant à partie la docile et conciliante vieille domestique.

 

Théâtre de l’Orme
Déjà la fin ?

Déjà la fin ?

 

L’Usine Hollander est l’endroit idéal pour créer ce lieu de passage où vont se croiser acteurs, actrices, directeur du théâtre, régisseur, auteur, assistant, investisseur sans scrupule et autres metteurs en scène plus ou moins délirants. Un lieu modulable qui nous entraînera en deuxième partie jusqu’à Berlin dans les années 30...

 

Usine Hollander – Choisy le Roi
Kennedy

Kennedy

 

La pièce de Thierry Debroux est formidablement intelligente en ne prétendant aucunement être un documentaire ou une énième reconstitution historique.
Non, ici elle donne une vraie dimension théâtrale à l’Histoire dans sa façon de nous raconter des faits avérés en introduisant un personnage fictif mystérieux et en ne cherchant absolument pas une quelconque ressemblance physique avec John et Robert Kennedy, les faisant devenir ainsi de vrais personnages.

 

Théâtre Montansier – Versailles
Stavanger

Stavanger

 

Dans un décor soigné, tout en noir et chromes… deux personnages entrent en scène : une avocate brillante et un jeune homme, verrier, qu’elle vient de sauver de la mort, allongé qu’il était sur des rails. Il est tard. Elle lui pose des questions, l’écoute. La suite est un ping-pong parfois brillant entre ces deux personnages...

 

Studio Hébertot
La Mouette

La Mouette

 

C’est surtout grâce aux comédiens qui la portent que cette Mouette de Tchékhov/Ostermeier est remarquable. Quel naturel ! Quelle clarté ! Libérés par une traduction nouvelle et assez libre signée Olivier Cadiot, autorisés à faire des inserts au texte de Tchékhov, ils montrent tous beaucoup de justesse dans leur jeu.

 

Théâtre de l’Odéon
Promenade de santé

Promenade de santé

 

Cette pièce qui se passe sur le banc d’un parc psychiatrique, est Interprétée par deux remarquables comédiens. Thérésa  Kelka   à la fois touchante, émouvante,  nous entrainant dans son délire où son besoin d’être aimée est très fort. Et Paul WROBEL  qui répond à cette jeune femme d’une manière plus censée...

 

Poïèsis  des Arts
Comme il vous plaira

Comme il vous plaira

 

C’est une riche idée que de proposer cette pièce aux élèves de promotion des cours Acquaviva (Ateliers de Sudden). Chacun a trouvé sa place dans cette riche distribution – treize comédiens, tout de même – qui fait oublier des décors peu inspirés sous forme de rideaux peints dans lesquels on semble plus s’empêtrer qu’autre chose.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Le Système Ribadier

Le Système Ribadier

 

Mari, femme, amants et maîtresse, c’est le thème familier de Feydeau qui parvient à chaque fois à nous raconter une histoire, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre.

 

La Pépinière Théâtre
L’acte inconnu

L’acte inconnu

 

Quand Novarina fait l’expérience d’une collaboration avec une compagnie de Port-au-Prince, le tout dans le cadre de la Maison des Métallos, dans la rue Jean-Pierre Timbaud, à quoi pouvait-on s’attendre ? À une belle rencontre. Entre la langue truculente du dramaturge et le jeu de comédiens qui ont un sens du spectacle qu’on n’a pas l’habitude de voir sous nos cieux, l’alchimie fonctionne remarquablement bien.

 

Maison des Métallos
L’Irrésistible Ascension de Monsieur Toudoux

L’Irrésistible Ascension de Monsieur Toudoux

 

En adaptant trois pièces courtes de Georges Feydeau – Léonie est en avance, On purge bébé et Mais n’te promène donc pas toute nue – Dimitri Klockenbring, a cousu une pièce en trois actes qui raconte l’évolution familiale et sociale d’un couple bourgeois sur une dizaine d’années. C’est le couple Toudoux, du nom du mari comme c’est la coutume. Lui est d’origine modeste, un roturier, elle, vient d’une famille plus riche, plus noble aussi.

 

Théâtre 13 – Côté Seine
Les Soliloques du pauvre

Les Soliloques du pauvre

 

Ce sont des mots qui cognent, sonnent et saoulent suivant leur humeur. Des phrases qui s’entortillent sur elles-mêmes comme des cotillons et dessinent dans l’air des images, des visions, des tableaux. Des sons âpres, rudes, gutturaux qui racontent l’existence des terriens qui ont foulé les mêmes plages de bitume que nous, il y a plus d’un siècle maintenant… 

 

Théâtre de l’Opprimé
Le P'tit-bourgeois gentilhomme

Le P'tit-bourgeois gentilhomme

 

Éric de Dadelsen nous propose une version contemporaine de l’œuvre célèbre de Molière.

Prenant le thème à contrepied – son Mr Jourdan, au lieu de chercher à s’élever, ne désire que ressembler à tout le monde, se fondre dans le moule de la normalité, n’avons-nous d’ailleurs pas élu un président « normal » ? –  il nous donne à réfléchir sur notre société dans une peinture à la fois réaliste et drôle...

 

Théâtre de l’Épée de Bois
Anna Karénine

Anna Karénine

 

Mettre en scène une grande amoureuse de la littérature du XIXe n’est pas simple. Le spectateur, qu’il ait lu le roman de Tolstoï ou qu’il en ait vu une des adaptations cinématographiques, s’installe dans son fauteuil avec des idées et des images dans la tête. Pour y faire face, Gaëtan Vassart a recours a deux procédés : respecter ce « déjà-là » et le chambouler...

 

Théâtre la Tempête
Les Prisonniers du château d'If

Les Prisonniers du château d'If

 

La pièce met avant tout en exergue ce bel esprit de fraternelle humanité, qui redonne force et courage aux hommes dans le malheur, pour résister à l’injustice et garder espoir.

 

Théâtre Côté court
Je descends souvent dans ton cœur

Je descends souvent dans ton cœur

 

Une histoire qui nous parle d’amour et de deuil. L’amour d’une fille pour sa mère emportée par un cancer.

Pas n’importe quelle mère. Une simple secrétaire mais aussi et surtout une Diva, une déesse, aux yeux de l’enfant puis de la jeune fille...

 

Ciné Théâtre XIII
Trahisons

Trahisons

 

Infidélité à soi, fidélité à l’autre – mais quel autre ? –, tout semble très relatif dans Trahisons. Tout le monde trompe tout le monde, et l’on s’aperçoit vite que tout le monde le sait : Emma trompe son mari Robert avec son plus vieux et meilleur ami Jerry, lui-même marié et père de famille, mais Robert trompe également Emma avec des maîtresses...

 

À la Folie Théâtre
Divorce au scalpel

Divorce au scalpel

 

Un couple qui a divorcé obligé de rester sous le même toit le temps pour chacun de trouver un appartement : a priori, la situation initiale de cette comédie semble plutôt intéressante, et bon prétexte à de multiples scènes rocambolesques, surtout quand débarquent successivement dans le domicile la belle-mère, l’ex et le psy…

 

Grand Point Virgule
Le Jeu de l’amour et du hasard

Le Jeu de l’amour et du hasard

 

Il est toujours passionnant de suivre une jeune compagnie et d’en découvrir son évolution.

C’est le cas avec la compagnie La Boîte aux Lettres ! dont j’ai vu avec grand plaisir la troisième mouture de leur version du « Jeu de l’amour et du hasard ».

L’intrigue a été resserrée par quelques coupes judicieuses, le jeu des comédiens de déjà juste et naturel s’est affiné tant il a acquis maintenant de maîtrise et d’aisance.

 

Lucernaire

 

 

Lysistrata

Lysistrata – La Grève du sexe

 

Alors qu'Athènes et Sparte sont en guerre, les femmes décident de la grève du sexe pour que les hommes les écoutent enfin, retrouvent la raison et cessent la guerre. Voilà l'argument de cette comédie d'Aristophane dont on apprécie le texte, tantôt allusif tantôt grivois, que la Compagnie des Poupées Russes n'a pas retouché, aussi étonnant que cela puisse paraître étant donné la modernité qui s'en dégage.

 

À la Folie Théâtre

 

 

Tchernobyl Forever

Tchernobyl Forever

 

Avec ce spectacle, Stéphanie Loïk ne raconte pas une évocation du passé, ni même seulement une histoire du présent mais une tragédie de l’avenir : celle qui va perdurer, celle qui attend le monde et les humains… Nous tous.

 

Anis Gras/Le Lieu de l’Autre – Arcueil
Ticket

Ticket

 

Là où le théâtre tente de rendre la sensibilité à des citoyens tant mitraillés par les infos quotidiennes du monde que leurs cœurs en deviennent tannés.

Il s’agit de parler ici des migrants, de ceux qui tourmentent les esprits de tous, depuis le plus haut de l’Assemblée européenne jusqu’au plus vieux des retraités vivant au fond du bout de son village : les migrants. Les migrants !

 

Musée National de l’Histoire de l’Immigration
Mazel tov tout va mal !

Mazel tov tout va mal !

 

Que dire, sinon qu’il s’agit d’un spectacle plein d’humanité et de malice. Et d’autodérision, bien sûr. On passe une soirée agréable grâce à l’allant des comédiens et au burlesque des situations.

 

Théâtre Essaïon
La Prison heureuse

La Prison heureuse

 

Trois belles jeunes femmes expressives, gracieuses, lisses et proprettes grignotent des sticks. Mais elles nous font rapidement comprendre, en proclamant haut et fort l’invraisemblance du théâtre, que nous avons devant nous Julien, Robert et Albert (ou es-ce Marc ?) en tout cas, trois hommes malheureux qui ruminent des marguerites pour oublier qu’ils sont enfermés dans cette terrible prison qu’est leur vie. Absurde… sans aucun doute...

 

Théâtre Pixel
La Chair et l’Algorithme

La Chair et l’Algorithme

 

Élisabeth Bouchaud maîtrise, elle se transforme avec force et détermination de petit chaperon rouge en reporter de guerre, passe des hommes aux femmes avec humour et allégresse. La scénographie est intéressante, elle tourne autour de deux rouleaux géants de carton-crépon (un blanc et un noir) qu’un personnage indéfini et improbable au masque de loup enroule et déroule au gré des tableaux.

 

Théâtre de la Reine Blanche
Le Crime, l'Enquête, le Hasard et la Joie

Le Crime, l'Enquête, le Hasard et la Joie

 

Un cri strident, déchirant dans le noir… et voilà que deux détectives arrivent, avec leurs lampes torches, pour scruter un lieu trop propre, où il n’y a aucun corps. S’annonce donc une enquête bancale. Ambiance LAPD sur fond de musique jazzy, années 70 – 80, comme un mix de Starsky et Hutch, Colombo Au clair de lune. Absolument charmant...

 

Théâtre Clavel
L’Invité

L’Invité

 

C’est un boulevard sans femme, mari, amant ou maîtresse. Mais qui traite d’un sujet à priori pas drôle du tout, le chômage.

Et pourtant on rit beaucoup, car le sujet est traité à grands coups de répliques savoureuses, les situations vont de rebondissements en événements imprévus, et l’humour permanent habille de façon efficace la cruauté de l’histoire, celle d’un quinquagénaire prêt à tout et même à se renier pour décrocher enfin un emploi.

 

Théâtre Montparnasse
Réparer les vivants

Réparer les vivants

 

Quel travail ! Quel talent !

Tout est là de ce qui faisait la force du livre, ce texte repris par le comédien avec juste quelques coupes pour se centrer complètement sur le sujet, écrit avec une force vibrante, où les mots tour à tour se fondent ou se heurtent, un langage d’une précision chirurgicale, style soutenu alternant avec des phrases de tous les jours, voire des expressions d’adolescents.

 

Théâtre Paris-Villette
Le songe d’une nuit d’été

Le songe d’une nuit d’été

 

Décidément Shakespeare n’en finit pas d’inspirer les jeunes générations et c’est tant mieux. Quel plaisir de redécouvrir des œuvres tellement connues et qui du coup réservent encore leur lot de surprises.

C’est créatif et rafraichissant, une création qui emporterait surement l’adhésion du grand William s’il pouvait la voir tant elle met en relief sa folie et sa truculence.

 

Le Proscenium
Piège pour un homme seul

Piège pour un homme seul

 

Robert Thomas l’auteur se fit connaître par cette pièce en 1960 qui lui apporta immédiatement le succès. Il commit ensuite Huit femmes et se spécialisa dans le boulevard-policier.

Et ce sont bien les ingrédients que l’on retrouve dans cette version proposée par Florence Fakhimi qui assure une mise en scène laissant la pièce comme on dit « dans son jus »...

 

Vingtième Théâtre
Conseil de famille

Conseil de famille

 

Flo vit dans un appartement chic et moderne, il tient à son train de vie, et il adore dire qu’il a de l’argent, comme lorsqu’il sert le vin : « au goût, tu vas sentir le prix ». Il entretient sa mère, offre un emploi fictif à sa sœur Fanny et paie le loyer de son frère Ben. Un coup dur dans son travail menace ce confort financier...

 

Théâtre de la Renaissance
Cioran / Entretien

Cioran / Entretien

 

Emil Cioran a réussi à se forger de son vivant sa propre image mythologique. Pour la simple raison qu’en tant qu’intellectuel, il s’est toujours ingénié à faire cohabiter ses idées et sa vie. Et plutôt que de chercher dans les écoles de pensée à faire sa propre école, il a préféré grappiller autant dans les écrits des anciens que dans la vie de tous les jours le matériel nécessaire à ses célèbres aphorismes.

 

Théâtre de l’Atalante
Old Times

Old Times

 

Le drôle de jeu pintérien démarre, dialogues la plupart du temps à deux, dans ce théâtre du souvenir mystérieux où la mémoire recrée un passé qui n’a peut-être pas existé… Un affrontement à fleurets mouchetés courtois et subtil en apparence mais terriblement violent dans le fond, camouflant sous le badinage une impitoyable volonté de domination.

 

Théâtre de l’Atelier
Mad#47#

Mad#47#

 

Sous ce titre très fourni en hashtag, se cache une histoire riche et à l’apparence simple comme une rencontre. Mais sous cette rencontre c’est un bras-de-fer mêlé de rancune, de sentiments de revanche, d’incompréhension et de séductions entre un homme et une femme. En effet, le 47 dans le titre correspond aux massacres perpétués par la France pour tenter d’endiguer les mouvements de libération de Madagascar en 1947.

 

Confluences
J’ai dans mon cœur un General Motors

J’ai dans mon cœur un General Motors

 

Nous avons droit à une suite de scènes sans queue ni tête, genre pseudo conceptuel, texte sans grand intérêt, la palme revenant à cette réplique d’un humour plus que douteux « Prends les devants pendant que je te prends par derrière », personnages caricaturaux au possible.

 

Théâtre de la Bastille
Dom Juan

Dom Juan

 

La mise en scène d’Anne Coutureau fait partie des adaptations réussies car elle ne tente pas d’imposer de « l’extérieur » sa vision contemporaine de la pièce de Molière. Elle a travaillé les personnages de l’intérieur pour en faire sortir des traits contemporains qui nous parlent de façon immédiate. Disons qu’ils sont reconnaissables...

 

Théâtre de la Tempête
La Cantatrice chauve

La Cantatrice chauve

 

Cette jeune troupe a choisi de sous-titrer « comme vous ne l’avez jamais vue » sa présentation. Était-ce bien nécessaire ? Toujours est-il que, inédite ou non, la mise en scène est d’une rare efficacité. Les comédiens (costumes sombres et maquillages blancs… ce qui rappelle quelque chose !) jouent au premier degré ces situations foutraques et ces mots distordus. Et c’est bien !

 

Théâtre du Lucernaire
Décibels

Décibels

 

C’est l’histoire de cinq animateurs radio incompétents et ringards, en charge d’une émission matinale qui ne fait pas d’audience. Le directeur, excédé, décide de les licencier sans ménagement. Lors de la dernière, ils se rebellent enfin, séquestrent leur boss, et se proclament pirates radio.

 

Théâtre Montmartre Galabru
Le pяojet Poutiиe

Constellations

 

C’est un travail d’orfèvre qu’ils présentent là, d’une précision remarquable qui emmène rapidement le spectateur dans un autre univers, où des mondes parallèles se côtoient, matérialisés par de simples cercles concentriques sur le plateau. Un univers à la Pinter, avec des phrases courtes et incisives, qui se répètent, laissant aux protagonistes un libre choix.

 

Théâtre du Petit Saint-Martin
Le pяojet Poutiиe

Le Pяojet Poutiиe

 

Un texte percutant en même temps que plein de justesse et finesse avec parfois quelques notes d’humour. Un vrai cours de real-politik, intéressant et captivant grâce à l’interprétation qu’en font Nathalie Mann et Hugues Leforestier qui est également l’auteur, et à la mise en scène sans faille de Jacques Decombe.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Le Monde d’hier – Souvenirs d’un Européen

Le Monde d’hier – Souvenirs d’un Européen

 

Bien plus que de simples "Souvenirs d’un Européen", ce Monde d'Hier est un poignant message dans une bouteille que nous avait lancé depuis le Brésil, et deux jours avant son suicide en février 1942, l’immense écrivain humaniste Stefan Zweig. Son témoignage autobiographique, authentique et objectif, nous interpelle et nous est d’autant plus précieux aujourd’hui que l’Europe vacille à nouveau.

 

Théâtre des Mathurins
Annabella

Annabella

 

John Ford, est un dramaturge élisabéthain, une génération plus tard que Shakespeare, dont l’œuvre la plus célèbre est « Annabella », plus connue sous le titre de « Dommage que ce soit une putain ». C’est une sombre histoire d’inceste entre frère et sœur, avec toutes les conséquences que cela implique...

 

Théâtre de la Tempête
Anna Karenina

Anna Karenina

 

En reprenant l’idée hardie de Helen Edmundson de faire de ce chef d’œuvre incontournable de Tolstoï, une pièce de théâtre, Cerise Guy en a fait une adaptation française très réussie et qui montre grâce une habile mise en scène une peinture très réaliste de la noblesse russe sur laquelle Tolstoï portait un regard si critique.

 

Théâtre 14
To be Hamlet or not

En attendant Godot

 

Que dire d’une pièce qui commence par — Rien à faire. Et finit par — Allons-y. (ils ne bougent pas) ?

Tout a été dit et écrit sur cette œuvre de 1953 qui révolutionnait le théâtre et qui est devenue, au fil des décennies, une forme de classique. Soit, donc, deux personnages vagues, sortes de clochards coiffés de chapeaux melon. Ils sont au milieu de nulle part… et ils attendent. Qui ? Godot, bien sûr.

 

Théâtre de l’Essaïon
To be Hamlet or not

To be Hamlet or not

 

Soit un héros, le héros parmi les héros, j’ai nommé Hamlet.

Depuis des siècles il subit la même destinée qui se termine dans un bain de sang.

Un beau jour, il se révolte, découvre grâce à un personnage échappé de Moby Dick, livre posé à côté du sien sur un quelconque rayon, qu’il n’est qu’un héros de papier et décide de demander compte au responsable, un dénommé Shakespeare.

 

Théâtre du Lucernaire
L’Adversaire

L’Adversaire

 

C’est une histoire vraie, une histoire épouvantable qui exerce une fascination trouble et troublante tant elle est incompréhensible pour le commun des mortels.

L’histoire d’un homme qui après une vie de mensonges et sur le point d’être découvert ne trouve d’autre solution que d’assassiner toute sa famille.

 

Théâtre Paris Villette
Le Prince travesti

Le Prince travesti

 

Une scène nue. Des miroirs déformants au fond et des personnages qui jouent, bandeaux sur les yeux, à cache-cache. Début prometteur pour une pièce de Marivaux, consacrée, comme pas mal d’autres, à l’illusion et aux faux-semblants. Ici, c’est un prince qui cache son état, pour mieux apprécier l’amour d’une femme qui lui est promise.

 

Théâtre de l’Épée de Bois
La joyeuse et probable histoire de Superbarrio que l’on vit s’envoler un soir dans le ciel de Mexico

La joyeuse et probable histoire de Superbarrio que l’on vit s’envoler un soir dans le ciel de Mexico

 

En 1985, un tremblement de terre particulièrement meurtrier et violent frappe la ville de Mexico. Un homme normal semble surgir des décombres pour se transformer en super héros populaire. Entre le généreux Robin des Bois et le rêveur don Quichotte, moulé dans un vieux costume de Lucha libre, cet homme devient Superbarrio...

 

Théâtre13
Prête- moi ta femme

Prête- moi ta femme

 

Sans portes qui claquent, c’est délirant, vraiment très drôle, les bons mots se succèdent à un rythme endiablé soulignant des situations des plus cocasses qui nous conduisent tambour battant à une fin surprenante.

Les comédiens prennent visiblement un énorme plaisir à jouer, un plaisir qu’ils nous font allègrement partager.

 

Théâtre Bo Saint-Martin
J’appelle mes frères

J’appelle mes frères

 

Un spectacle qui parle d’un attentat en Suède. Vu en septembre à l’Opprimé et qui revient aujourd’hui. Après le 13 novembre. Et qui n’en prend hélas que plus de force.

C’est un spectacle et c’est bien plus qu’un spectacle. Qui nous saisit et force les consciences.

 

Centre d’Animation de la Place des Fêtes
L’Épreuve et les Sincères

L’Épreuve et les Sincères

 

Dans l’Épreuve, un jeune et riche Parisien de bonne famille s’applique à tester de manière tortueuse les sentiments à son égard de la jeune Provinciale dont il est tombé amoureux… Quant aux Sincères, ou prétendus tels, ce sont deux personnages de la haute société, à la sincérité vaniteuse, et dont les serviteurs, excédés, vont se jouer, en semant le doute dans leurs convictions.

 

Théâtre des Béliers Parisiens
Un Nouveau Départ

Un Nouveau Départ

 

Après l’adaptation particulièrement bien réussie de « la Journée particulière » d’Ettore Scola, le duo Corinne Touzet et Christophe Lidon ont décidé de continuer l’aventure théâtrale en montant la pièce d’Antoine Rault. Une comédie sous forme de romance d’aujourd’hui, une jolie histoire tendre et pleine d’espoir.

 

Théâtre des Variétés

 

Ode à Médine

Ode à Médine

 

Il y a la mère, le père et la fille. Elle s’appelle Médine. Elle a quatorze ans.

C’est la mère qui parle, elle raconte, sa vie, sa fille, son mari.

Elle décline surtout sa passion pour les plantes, les fleurs, les azalées entre autres.

Elle a rempli la maison et sa vie de ses plantes et de l’attention qu’elle y porte. Elle les arrose, les bichonne, leur parle, les considère au même titre que des êtres vivants.

Elles sont son monde à elle. Elles sont son air, son rêve, son âme, son évasion.

 

Théâtre Darius Milhaud
Les Cavaliers

Les Cavaliers

 

Nous sommes dans les plaines de l’Afghanistan avec ce sport national appelé le bouzkachi. Dans ce jeu très dangereux et difficile, les plus valeureux s’affrontent. Or, le vieux Toursène qui en fut un champion, a laissé la place à son fils Ouroz avec un cheval, Jehol, qui est lui-même le descendant de toute une lignée. Ouroz va-t-il l’emporter ?

 

Théâtre la Bruyère
Transsibérien je suis

Transsibérien je suis

 

L’histoire se poursuit encore et toujours, déborde dans le présent. Nous avons l’impression que le récit est interactif, tant le spectacle est vivant ! C’est original, extravagant, exubérant, inqualifiable. C’est dramatique, satirique, onirique aussi. Un perpétuel mouvement entre fiction et réalité. C’est peut-être cela aussi, réaliser ses rêves…

 

Théâtre 13
Garde alternée

Garde alternée

 

Cette comédie sociale joliment écrite par la pédiatre Edwige Antier et par l’auteur Louis-Michel Colla aborde avec un certain humour et un regard amusé le mal-être d’un adolescent, otage d’un couple qui se déchire.

 

Théâtre des Mathurins
Cut

Cut

 

Elles déboulent sur les chapeaux de roues en pardessus dans des toilettes pour dames comme des mousquetaires. Mais sous les capes, il y a des robes, et dans ces robes… quatre femmes remarquables font leur révolution tout en couleurs : bleu, blanc, rouge, plus prune. Et forcément aussi, elles parlent de ça… mais oui, de leur… comment dire ? vous voyez bien !...

 

Guichet Montparnasse
Les Éclats du bal

Les Éclats du bal

 

C’est un assemblage de textes de Daniil Harms qui ont le plus souvent ni queue ni tête, qui se terminent la plupart du temps abruptement, c’est fragmentaire, absurde, burlesque, humoristique et tout empreint d’une cruauté terrible, d’une ironique dérision et parfois d’une violence insupportable.

 

Auguste Théâtre
La Candidate

La Candidate

 

La Candidate est la suite logique de Panique au Ministère, pièce à succès, écrite il y a cinq ans par le duo d’auteurs Jean Franco et Guillaume Mélanie. Ce nouvel opus a donné un coup de pouce à la carrière de Cécile Bouquigny (Amanda Lear) qui est devenue ministre de la jeunesse et des sports. Une ministre extravagante à souhait qui promène ses tenues léopard avec la même décontraction que son incompétence pour sa fonction.

 

Théâtre de la Michodière
La Rivière

La Rivière

 

Sur le plateau, derrière un voile, une cabane au milieu des bois, des troncs d’arbre tordus, un filet de pêche qui surplombe le tout, et au milieu, coule une rivière, paisible. Beau décor signé Jacques GabeL auquel les vidéos de Pierre Nouvel apportent un relief et une atmosphère réservés jusqu’ici plutôt au cinéma.

Impression de paix, paysage bucolique.

Mais comme chacun sait, les eux calmes peuvent être traîtresses et cacher de sombres tourbillons.

 

Comédie des Champs Élysées
Tout contre

Tout contre

 

Toujours rechercher des sensations neuves. Toujours expérimenter,  ressentir, éprouver, tester sa propre sensibilité. Ses perceptions. Ses émotions, ses gênes, ses conforts, ses forces et ses failles. Voilà ce qui épice de manière vitale la vie de ceux qui cherchent autre chose que le connu, le su, le satisfait. Et c’est ainsi que ceux-là se retrouvent, ensemble, à aller voir « Tout Contre »...

 

Le CO Paris 18
Trahisons

Trahisons

 

On sait qu’Harold Pinter est le roi du non-dit et sa pertinence en matière de rapports humains (conjugaux, notamment) n’est plus à prouver. Cette pièce, « Trahisons », se penche à nouveau sur le triangle épouse-mari-amant, mais en le revisitant de façon singulière : ici, la pièce commence par la fin. Deux amants, donc, se retrouvent, quelques années après avoir vécu une liaison durable...

 

Théâtre Montmartre Galabru
Le Voyage d’Anna

Le Voyage d’Anna

 

Une jolie femme élégante, cachée derrière des lunettes noires, coiffée d’un chapeau à larges bord fait son entrée sur scène dans un décor représentant l’intérieur d’un minable petit deux pièces situé à Fécamp.

Qui est cette femme en total décalage avec cet endroit ? Que fuit-elle ?...

 

Théo Théâtre
Les pieds dans le vide

Les pieds dans le vide

 

Flash sur une jeune femme songeuse qui tourne en rond dans son appartement. La scène s’allume et s’éteint lorsque… Oups ! avec grand fracas, un homme tombe du plafond, un lustre dans les bras, et une corde autour du cou… C’est le soir du réveillon, mais les deux personnages ne sont pas d’humeur à fêter la nouvelle année...

 

Espace Beaujon
Dixversions

Dixversions

 

L’écriture est fine et touchante de vérité. La mise en scène est carrée, efficace.

C’est du bon théâtre contemporain, qui interroge, d’une troublante et complexe simplicité. Paradoxalement, définitivement, en faire moins suscite plus, beaucoup plus…

 

Théâtre de Ménilmontant
Les chaussettes rouges

Les chaussettes rouges

 

Mais qui a eu l’effronterie de placer une chaussette rouge dans une machine de blanc ? Ce qui passe pour nous comme une faute d’inattention, banale et certes maladroite, est ici considérée comme un acte terroriste et de résistance qui vient perturber la « claire journée » des protagonistes. Pourquoi ? Parce que nous sommes sous l’autorité du Grand Slip et que, dans cette utopie, les citoyens doivent tous porter la même tenue : un slip blanc.

 

Théâtre de Ménilmontant
Rumeurs

Rumeurs

 

Éric Delcourt a encore frappé. Et fort. Il retrouve avec bonheur Dominique Deschamps, directeur du théâtre Fontaine, qui l’avait mis en scène dans les Hors pistes et qui signe ici l’adaptation de la célèbre pièce de Neil Simon.

 

Théâtre Fontaine
Le chant des coquelicots

Le chant des coquelicots

 

On choisit de nous conter une histoire arrivée durant 14-18, la grande guerre, comme on dit. Un jeune homme, part se battre, laissant au village sa fiancée. Et il revient, changé. « Ce petit vieux dans ce miroir, c’est moi ? »  s’interroge-t-il. Retrouvailles de courte durée, il repart. Avant, ils ont fait des projets d’avenir. On entendra la lecture des lettres qu’ils s’écrivent, et François finira par être démobilisé. Il est traumatisé, vit comme une bête, parle au ciel...

 

Les Déchargeurs
Dialogues d’exilés

Dialogues d’exilés

 

Un spectacle comme un instant suspendu quelque part au-dessus de la cohue du monde, un éphémère transit aussi bref et évocateur qu’une chanson. Ils sont six sur un plateau bondé d’instruments de musique, de palettes de bois, de fûts de bière… moitié bistro, moitié clandé, sans époque.

 

Le Lucernaire
Le Cid

Le Cid

 

C’est avec son dynamisme, son inventivité, son sens du spectacle d’une grande rigueur sous la fantaisie, qu’en compagnie de son incroyable et talentueuse troupe du Grenier de Babouchka, Jean-Philippe Daguerre a réussi à faire sortir des pages poussiéreuses des manuels les personnages créés par Corneille.

 

Théâtre Michel
Les anciennes odeurs

Les anciennes odeurs

 

Malgré leur séparation, Luc a toujours la clé de chez Jean-Marc et il ne conçoit pas de frapper à la porte avant d’entrer dans cette maison, même si un autre homme l’a remplacé. Ce jour-là, Luc vient demander à Jean-Marc de bien vouloir rendre visite à son père qui est sur le point de mourir...

 

Théâtre du Marais
4.48 Psychose

Une mariée à Dijon

 

Voici un spectacle qui est d’une forme extraordinaire. Il s’agit en fait d’un souper-spectacle créé par la Revue Eclair.

Ici, pas de séparation entre le public et les interprètes. Pas ce côté clair/obscur. Sur scène, huit tables sont disposées en étoiles autour d’un petit podium rond. Les tables sont dressées : verres, couverts en métal lourds et anciens, assiettes disparates en porcelaine, carafes d’eau, bouteille de jus de fruits… de l’authentique…

 

Théâtre de l’Aquarium
4.48 Psychose

4.48 Psychose

 

Texte emblématique de Sarah Kane que l’on prend en général comme un aveu totalement autobiographique puisque celle-ci se suicida peu de temps après avoir écrit ce texte et que le personnage de 4.48 Psychose tourne sans cesse cette idée du suicide dans sa tête et dans ses mots. Texte testamentaire donc, ultime cri d’angoisse de cette éternellement jeune dramaturge révoltée, morte à vingt-huit ans après avoir semé le scandale dans le paysage du théâtre anglais...

 

Théâtre de l’Aquarium
Roberto Zucco

Roberto Zucco

 

Le travail de Richard Brunel est réussi. Pio Marmaï, qui crève les planches comme l’écran, incarne fiévreusement cet animal traqué et disloqué dans sa tête. Et, étrangement, il dégage une humanité que l’on ne ressent pas chez les autres protagonistes de la pièce, à part quelques-uns comme la gamine avide d’aventures en rébellion contre sa pathétique famille ou la mère de Zucco.

 

Théâtre Gérard Philipe – Saint-Denis
Encore une histoire d’amour

Encore une histoire d’amour

 

Revoilà l’œuvre de nouveau sur les planches dans une nouvelle mise en scène signée Ladislas Chollat. Avec Emmanuelle Roy aux décors et de superbes créations vidéos de Nathalie Cabrol, il nous présente une version résolument moderne du slogan « Le bonheur c’est simple comme un coup de fil ». Car le téléphone fait partie intégrante de l’histoire, comme un cordon ombilical qui relierait deux êtres cassés, fracassés...

 

Studio des Champs-Élysées
Poignard

Poignard

 

Parler du terrorisme en ce moment, à quelques encablures des lieux des attentats de novembre est un défi risqué.  La compagnie M.I.A.O.U, Mouvement d’Interprétation Artistique Originale et Utile, le relève haut la main. Les huit comédiens – tous remarquables – mettent leur énergie au service du texte du brésilien Roberto Alvim. Un texte un peu barré mais qui frappe là où ça fait bien mal.

 

Théâtre de Belleville
Revenez demain

Revenez demain

 

« Le premier qui m’emmerde je le bute ».

C’est une des premières phrases que prononce Lucie, avec une élégante violence. Elle évoque ainsi, avec un détachement étonnant, aussi bien l’arme qu’elle a chez elle que le chocolat qu’elle aime déguster. Marianne Basler, avec sa diction impeccable et son allure bourgeoise, déclenche rires et sourires grâce à un florilège de répliques grinçantes. Elle se rend à un entretien d’embauche qui n’en finit pas.

 

Théâtre du Rond-Point
Les Pauvres sont tous les mêmes / La Loi du plus fort

Les Pauvres sont tous les mêmes / La Loi du plus fort

 

Les comédiennes font ce qu’elles peuvent et le font bien mais le spectacle laisse une impression mitigée.

Peut mieux faire, donc.

 

Le Tarmac
Le Bourgeois gentilhomme

Le Bourgeois gentilhomme

 

Revoilà l’œuvre de Molière mise en scène avec son imagination et son savoir-faire habituels par Jean Philippe Daguerre dont je ne rate aucun spectacle.

Il faut dire que son association avec « Le grenier de Babouchka » fait à chaque fois merveille, les comédiens qui en font partie excellant dans tous les registres.

 

Théâtre Michel
Lettres persanes

Lettres persanes

 

Montesquieu, le XVIIIème siècle, les Lumières… un siècle où la raison tenta de sortir le monde de l’obscurantisme, du fanatisme et des croyances superstitieuses. Voilà une bonne raison pour extraire ces paroles des livres de l’époque pour les faire résonner avec notre XXIème siècle qui prend le chemin inverse et s’enfonce résolument vers l’idolâtrie de l’ignorance et la sauvagerie.

 

L’Étoile du Nord
Les Derniers Jours de l’humanité

Les Derniers Jours de l’humanité

 

Comme pour lutter contre l’oubli, c’est une véritable plongée dans la vie quotidienne au temps de la Grande Guerre que donne à voir et à entendre David Lescot, fidèle à l’intention et à l’écriture de l’œuvre « monumentale » de Karl Kraus. Il transforme pour cela la scène en véritable musée vivant en faisant se succéder à un rythme rapide de multiples saynètes qui vont de la conversation de café la plus triviale aux chansons d’époques en passant par des lettres lues ou des projections d’images d’archives.

 

Comédie-Française
Amour de don Perlimplin avec Bélise en son jardin

Amour de don Perlimplin avec Bélise en son jardin

 

L’intrigue paraît simple : Perlimplin, la cinquantaine, se laisse convaincre par sa servante Marcolfa : il demande la main de la jeune Bélise. La mère de cette dernière approuve cette union pour des raisons économiques et voilà qu’une fois le mariage prononcé, Perlimplin tombe éperdument amoureux de la belle...

 

Manufacture des Abbesses
Je vous écoute

Je vous écoute

 

Décor : le cabinet d’un psy, avec bureau, fauteuils et au fond un dressing qui, comme on le découvrira vite, ne servira pas qu’à ranger les vêtements.

Deux hommes : un psy et son client, un client pas du tout comme les autres.

Cette pièce écrite conjointement par Bénabar et Hector Cabello Reyes, permet aux auteurs une critique amusante quoique pas des plus originales, des psys en tous genres et aussi de leurs patients.

 

Théâtre Tristan Bernard
La Cerisaie

La Cerisaie

 

La Cerisaie mise en scène par Benedetti et jouée par sa troupe de comédiens est plongée dans une angoisse omniprésente. Dès les premières minutes, le heurt s’installe entre la vivacité, l’impatience, l’attente nerveuse des personnages et ce silence, qui tout à coup arrête tout.

 

Théâtre du Soleil
Les Créanciers

Les Créanciers

 

Sous-titrée « Récit d’un sentiment intemporel et transgénérationnel », cette version a une nette tendance à l’esthétisme.  Passons sur le décor, qui voudrait bien dire beaucoup mais n’est que bric-à-brac, surtout sur la grande scène de l’Auditorium. Plus intéressante est l’approche des personnages : le metteur en scène a voulu les rajeunir, pourquoi pas… et actualiser la pièce.

 

Auditorium Saint-Germain
Jekyll & Hyde

Jekyll & Hyde

 

L’ambiance y est plus oppressante, plus réaliste. Un jeu de lumière bleu savamment étudié,  angoissant à souhait nous entraîne dans les bas fonds de Londres. Le brouillard s’y répand masquant à peine le son des musiques irlandaises qui suintent des cabarets plein d’ivrognes et de filles de mauvaises vies.

 

Comédie Bastille
Le Portrait de Dorian Gray

Le Portrait de Dorian Gray

 

Le portrait de Dorian Gray est sans doute l’œuvre la plus aboutie d’Oscar Wilde à une époque victorienne où la bonne morale bourgeoise et la censure ne plaisantaient guère avec le style de vie de ce dandy décadent qui fit du plaisir le but de sa vie.

 

Théâtre du Lucernaire
Le Cas Martin Piche

Le Cas Martin Piche

 

Martin Piche (Jacques Mougenot) souffre d’un mal original : il s’ennuie. Profondément, tout le temps. Il va consulter un psy (Hervé Devolder).

S’engage alors un dialogue irracontable, complètement surréaliste, entre un Martin Piche qui ne peut se concentrer sur des phrases dès qu’elles dépassent trois mots, et qui va essayer différentes thérapies.

 

Théâtre du Petit Montparnasse
L’envers du décor

L’envers du décor

 

Florian Zeller, l’auteur, base le comique de sa pièce sur la différence entre ce que l’on dit et ce que l’on pense réellement.

Et tous les personnages feront ainsi, ce qui implique des ruptures incessantes, chacun attendant son tour de reprendre la parole pendant que l’un d’entre eux pense tout haut...

 

Théâtre de Paris
Le Fusible

Le Fusible

 

Avec « À gauche en sortant de l’ascenseur », gros succès de l’an dernier, Stéphane Plaza faisait ses premiers pas de comédien.

Le revoici dans une pièce de Sylvain Meyniac, en compagnie d’Arnaud Gidoin, comédien humoriste, bien connu aussi des téléspectateurs.

Et les deux ne ménagent pas leur peine, menés il faut le dire à un train d’enfer par Arthur Jugnot dont on connaît le talent pour les mises en scènes ultra vitaminées.

 

Bouffes Parisiens
Pygmalion

Pygmalion

 

Aucune fausse note, les comédiens gardent le rythme et nous régalent avec leur humour élégant, leur assurance, leur finesse. Le casting est parfait, ils sont merveilleusement moulés dans leurs rôles. Lorie, qui fait ses premiers pas au théâtre, n’est pas en reste, elle a visiblement bien travaillé et s’en sort haut la main. Elle est tout aussi craquante avec sa gouaille en haillons, qu’émouvante en tenue de princesse style Cendrillon après le bal !

 

Théâtre 14
Maladie de la jeunesse

Maladie de la jeunesse

 

C’est un théâtre sans préambule, antipode du théâtre brechtien. L’impatience pulse dans les veines des sept comédiennes et comédiens. Ils ont l’âge de leurs rôles, sans fards, sans trucages. Vrais. Théâtre réaliste, hyperréaliste. Ils sont ceux qu’ils interprètent.

 

Théâtre de la Tempête
Les Liaisons dangereuses

Les Liaisons dangereuses

 

L’histoire est connue, où deux sombres artistes de la manipulation ourdissent par vengeance un odieux complot aux dépens d’une innocente jeune fille.

Après maintes péripéties, la situation, déjà compliquée, devient incontrôlable,

 

Théâtre de Ménilmontant
Le Bourgeois gentilhomme

Le Bourgeois gentilhomme

 

Une jeune troupe s’empare de l’œuvre de Molière y apportant toute sa fougue, son énergie, son inventivité tout en en délivrant une lecture tout à fait nouvelle, déjantée et féroce, où les intermèdes de Lulli deviennent musique et danses modernes dans une comédie-ballet transformée en comédie-balai, où les costumes font preuve d’une imagination délirante en même temps que d’une réflexion certaine sur ce qu’ils peuvent représenter.

 

Ciné Théâtre 13
La Nuit des Rois

La Nuit des Rois

 

L’histoire est une comédie des erreurs. Travestissements, ivresses des sens, illusions et farces organisées au dépend des fâcheux sont les ressorts de cette fantaisie. Une fête donc où les transgressions sont permises et l’ordre bouleversé par le règne de la folie.

Au centre du propos de Shakespeare, le désir. 

 

Théâtre de la Tempête
Les Fourberies de Scapin

Les Fourberies de Scapin

 

Ce n’est pas un hasard si cette version de la pièce est sous-titrée « Un thriller de Molière ». Ce qui est mis en avant, ici, c’est l’action, une action tendue, dense… parfois frénétique.  À la limite, les histoires de pères et de fils, ces pères qui destinent leurs fils à des femmes qui ne leur conviennent pas et ces fils qui épousent ou se compromettent avec des jeunes filles de leur choix, ce n’est pas si important.

 

Théâtre 12
Aide-toi le ciel

Aide-toi le ciel

 

Sur un tableau noir est dessiné à la craie le plan d’une ville dont les jeunes Lucie et Jonathan nous livrent symboliquement la clé, nous en expliquant la sectorisation et les itinéraires obligatoires, puis en nous racontant la légende du mystérieux transbordeur disparu, aux pouvoirs étranges, qui à une époque assurait la traversée du canal...

 

Théâtre de Belleville
Les Frères Taloche dans Les Caves

Les Frères Taloche dans Les Caves

 

On connaît le frères Taloche pour leurs sketches, dont leur célèbre parodie de « J’ai encore rêvé d’elle ».

Les voilà maintenant dans une pièce de théâtre qu’ils ont écrite et qu’Alain Sachs met en scène avec son expérience et sa malice coutumières.

Les deux font merveille évidemment dans ces rôles de bras cassés qu’ils se sont écrits sur mesure.

 

Gaîté Montparnasse
Big Bang

Big Bang

 

D’emblée on comprend que ces deux extraterrestres ne se prennent pas au sérieux et surtout qu’ils dégagent un capital sympathie très appréciable. Une première question très scientifique nous est alors posée à l’apparition d’une photo de leur petite enfance. Qui est Igor ? Qui est Grichka ? Eux-mêmes ont bien du mal à nous le dire. S’ensuit un véritable cours sur l’origine de notre univers...

 

Théâtre du Gymnase
C’est quoi le problème

C’est quoi le problème?

 

Après Gros mensonges et Le Bal des crapules, Luc Chaumar nous présente les mésaventures encore une fois d’un Étienne dans un spectacle qui n’a d’autre prétention que de nous faire rire et qui le fait avec efficacité dans le style toujours très café-théâtre qu’il affectionne et maîtrise à la perfection.

 

Le Mélo d’Amélie
Sur l’Homme, par l’Homme et pour l’Homme

Sur l’Homme, par l’Homme et pour l’Homme

 

Ce « mémorandum théâtral », tel qu’il nous est présenté, sur la vie de Jean-Louis Barrault, est instructif et intéressant. Nous y apprenons que le grand acteur avait eu une enfance marquée par la séparation de ses parents, puis par le décès de son père. Un père qu’il cherchera toujours, d’ailleurs, au travers des nombreuses et passionnantes rencontres qu’il eut la chance de faire...

 

Théâtre du Temps
King Kong théorie

King Kong théorie

 

Au Jungle Queen Institut, cinq jeunes femmes vêtues de peignoirs, charlottes et sous-vêtements dépareillés s’infligent le mécanisme rituel de la féminité tel que notre société l’entend : épilation, exercices de gymnastique en quête du corps parfait, inspection des rides du visage et autres lampées de Contrex. Une des filles, avec une chorégraphie sexy sur un air de Britney Spears interrompt cette routine beauté...

 

Théâtre des Déchargeurs
Qui a peur de Virginia Woolf

Qui a peur de Virginia Woolf

 

Revoilà l’œuvre d’Edward Albee sur une scène dans la traduction de Daniel Loayza, beaucoup plus crue et violente que celle de Jean Cau, qui lance les mots comme des uppercuts que le spectateur reçoit de plein fouet dans ce pugilat plus verbal que physique d’une cruauté terrifiante.

 

Théâtre de l’Œuvre
Ah ! Le grand homme

Ah ! Le grand homme

 

Une troupe hétéroclite de comédiens se retrouvent dans un théâtre de banlieue pour répéter une pièce qui devra être jouée le soir même. Le metteur en scène, leur apprend qu’ils vont devoir travailler et surtout improviser pour rendre un hommage à Jean Vilar.

Plus ou moins reconnus dans le métier, les comédiens à la dérive mais totalement envahis par la passion du jeu vont relever le défi...

 

Théâtre de l’Atelier
Le bruit court que nous ne sommes plus en direct

Le bruit court que nous ne sommes plus en direct

 

Mais qu’est-ce qu’Etik TV ?

Une chaîne qui se veut pure et dure, sans les contraintes de l’Audimat, et dont nous assistons à une conférence de rédaction on ne peut plus bordélique.

Car le Collectif « L’avantage du doute » frappe pour la troisième fois et prend pour cible cette fois le monde des médias et cette avalanche d’images qui nous engloutit chaque jour.

 

Théâtre de la Bastille
Le Paris des femmes

Le Paris des femmes

 

C’est la cinquième édition de cet événement créé en 2012 et toujours organisé par Michèle Fitoussi, Véronique Olmi et Anne Rotenberg, les initiatrices de ce projet.

Une fête qui s’est déroulée sur trois jours le weekend dernier. Une manifestation théâtrale originale puisqu’elle présente à chaque nouvelle édition neuf textes inédits. Trois par soirées.

 

Théâtre des Mathurins
La médiation

La médiation

 

Un couple, Pierre et Anna. Ils se sont aimés, ont eu un enfant. Se sont séparés.

Une situation que connaissent bien des couples et qui pose un problème difficile à résoudre : comment rester parents quand on n’est plus un couple, comment faire pour que l’enfant souffre le moins possible.

Chloé Lambert s’est emparée du sujet avec toute sa sensibilité et ses indéniables talents d’écriture.

 

Théâtre de Poche Montparnasse
Déjeuner chez Wittgenstein

Déjeuner chez Wittgenstein

 

C’est un déjeuner. En famille. Deux sœurs (comédiennes par ennui et bourgeoises de naissance) apprêtent la table pour le premier repas qu’elles mijotent pour le frère que la sœur ainée a, le matin même, été chercher à l’asile où il vit depuis des années. Le frère, Ludwig. Philosophe. Interné volontaire. Extrait de force de sa tanière psychiatrique pour réintégrer la maison familiale. Une maison toute imprégnée de la suffisance des ancêtres...

 

Théâtre de l’Atalante
Victor F.

Victor F.

 

Stupéfiant, inenvisageable, délirant, Victor F. … un savant, a réussi à créer un être humain vivant ! On  pense tout de suite au roman Frankenstein, signé Mary Shelley et on a raison puisque ce spectacle, conçu et mis en scène par Laurent Gutman, en procède.

 

Théâtre de l’Aquarium
Les favoris

Les favoris

 

Portée par trois excellents comédiens dont l’auteur lui-même, qui s’amusent visiblement autant que nous, n’hésitant pas à se « vanner » l’un l’autre en cas d’erreur ou de bafouillages inévitables en ces jours de premières, la pièce nous trace sous le biais de l’humour un portrait de notre société actuelle, égratignant aussi bien l’utilisation des portables, les homophobes, l’antisémitisme, et finalement la solitude qui règne dans notre monde individualiste.

 

Théâtre de Dix Heures