OPÉRA / OPÉRETTE

D.I.V.A.

D.I.V.A.

 

Elles sont cinq, cinq divas que Manon Savary met en scène. L’idée a germé dans l’esprit de deux d’entre elles : raccourcir les opéras de manière drastique et présenter sur scène le résultat, sans faire aucun compromis sur la qualité et l’exigence de la musique classique. Voici donc nos divas, habillées, et comment, par Michel Dussarrat, juchées sur des sortes de cubes aux chatoyantes couleurs...

 

Théâtre Montparnasse

The Lighthouse

The Lighthouse

 

Un opéra minimal par le nombre d’interprètes sur le plateau – ils sont trois – mais certainement pas par l’ambition musicale ou narrative.

Tiré d’un fait divers qui s’est déroulé en 1900 dans une île au large de l’Ecosse cet opéra contemporain, met en scène trois personnages principaux, trois gardiens d’un phare (Lighthouse) planté au milieu de la mer, qui disparurent un jour de tempête, sans laisser de trace, comme s’ils avaient soudain été avalés par des forces mystérieuses. 

 

Théâtre de l’Atelier

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

Traviata, vous méritez un avenir meilleur

 

Tout concourt à faire de cette Traviata là un moment inoubliable : la mise en scène où musiciens et chanteurs ne font qu’un sur le plateau, avec une profusion de tulles et de fleurs, des éclairages en demi-teinte voire absents comme dans le premier acte où la lumière provient des lampes torches que tiennent les interprètes enveloppés sous ce rideau transparent qui tombe des cintres et court sur la scène et où ils se cherchent, se poursuivent comme dans un labyrinthe...

 

Bouffes du Nord

La Vieille Hélène

La Vieille Hélène

 

C’est du Michel Heim pur jus, où il cuisine une trame historique, ici en l’occurrence la mythologie, pour la resservir à sa sauce, relevée de bons mots et clins d’œil et épicée d’allusions truculentes.

Trente ans plus tard, la belle Hélène qui, contrairement à la légende n’a pas été enlevée par Pâris, est devenue vieille et laide. Qui plus est la Grèce est en faillite, plus un sou dans les caisses, il faut trouver de l’argent pour payer la dette.

 

Théâtre du Gymnase

Carmen la Cubana

Carmen la Cubana

 

C’est un voyage dépaysant et revigorant. Derrière les sonorités caribéennes, la salsa, le mambo et autre chachacha, on prend plaisir à reconnaître les airs connus grâce au superbe travail d’orchestration d’Alex Lacamoire – avec un coup de cœur pour Les tringles des sistres tintaient qui devient Siente mi ritmo de tambor, particulièrement entraînant grâce à Albita, chanteuse cubaine renommée et marquée par diverses influences

 

Théâtre du Châtelet

L’Opéra de quat’sous

L’Opéra de quat’sous

 

L’Opéra de quat’sous de Brecht est une œuvre multiforme mêlant théâtre, chant et musique qui propose un opéra décalé où les affamés sont sur scène proclamant « d’abord la bouffe, ensuite la morale ». Nous voici alors véritablement embarqués aux côtés du bandit Mackie, du scélérat Monsieur Peachum, de l’impétueuse Polly, fille des Peachum et épouse de Mack.

 

Théâtre 71 – Malakoff

La Traviata

La Traviata

 

Pari réussi ! Choisie cette année par Opéra en plein air pour mettre en scène La Traviata de Giuseppe Verdi, la Violetta de la divine Arielle Dombasle a su gagner le cœur du public. Il faut dire que tous les ingrédients sont réunis pour offrir aux milliers de spectateurs qui vont se succéder pendant tout l’été, un spectacle grandiose.

 

Opéra en plein air

Così Fan Tutte

Così Fan Tutte

 

Opéra bouffe en deux actes, et dernier opéra italien de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret de Lorenzo Da Ponte, composé pour répondre à une demande de l'empereur d'Autriche Joseph II, Cosi Fan Tutte connut un énorme succès lors de sa création à Vienne en 1790. Très vite cependant, jugée immorale par le puritanisme romantique, l’œuvre disparut de l’affiche jusqu’à la fin du XIXème siècle.

 

MAC Créteil

La belle Hélène

La belle Hélène

 

Cette parodie de la mythologie grecque maintes fois jouée prend ici des couleurs encore plus folles grâce à la mise en scène et la scénographie de Giorgio Barberio Corsettin et Pierrick Sorrin qui y ajoutent le système vidéo déjà utilisé dans "La Pietra del paragone". Foin des toiles peintes et des décors en carton pâte, rien de tel sur la scène...

 

Théâtre du Châtelet

Offenbach’Ademy

Offenbach’Ademy

 

Allier le répertoire très quadrillé d’Offenbach, nécessitant à l’origine des règles dramaturgiques précises et un certain decorum, à une représentation contemporaine d’une forme de « culture-kleenex » dite « poubelle » (la téléréalité) n’est pas un défi aisé en soi. Réconcilier les Anciens, partisans de la Tradition lyrique, et les Modernes, adeptes d’une partition pré-machée, est l’objectif réussi de ce rafraîchissant divertissement musical.

 

Théâtre de Nesle

Pomme d'api d’Offenbach et sa farandole d'opérettes

Pomme d'api d’Offenbach et sa farandole d'opérettes

 

Que vous soyez un aficionado ou pas, ce florilège Offenbach devrait vous ravir... car, pour l'avoir vécu, l'opérette est un style musical qu'on peut aisément détester quand il appuie trop le côté « pompier » du genre. Rien de tel ici car tout a été pensé dans l'esprit bien sûr mais surtout dans la légèreté ...

 

Le Passage vers les Étoiles

La Traviata

La Traviata

 

Parmi toutes les Traviata que j’ai vues, celle-ci est certainement parmi les plus émouvantes, d’un esthétisme soigné et d’une tenue irréprochable. Et cette musique de Verdi qui, dans son efficace simplicité fait immanquablement monter les larmes aux yeux.

 

Gran Theatre del Liceu – Barcelona

The Consul

The Consul

 

Voilà une vraie découverte que cet opéra peu connu, The Consul, écrit par Gian Carlo Menotti et qui connut pourtant la gloire à sa création en 1950, recevant le prix Pulitzer de musique et le New York Drama Circle Critics' Award pour l'œuvre musicale de l'année 1950. Le thème : Dans un pays totalitaire, la femme d'un dissident qui se bat pour ses idées veut obtenir un visa pour aller se mettre à l'abri, elle et son bébé, dans un autre pays. Elle se heurte à une bureaucratie aveugle et inflexible. 

 

Théâtre Athénée Louis Jouvet

Monsieur Choufleuri restera chez lui

Monsieur Choufleuri restera chez lui

 

Si la rentrée vous rend morose, courez au théâtre Clavel. Vous y prendrez un vrai bain de bonne humeur, de gaité, d'entrain, de quoi oublier pour un instant le travail qui reprend, la grisaille qui menace, les jours qui raccourcissent et les impôts qui arrivent.

 

Théâtre Clavel

Elektra

Elektra

 

L'Opéra Bastille propose jusqu'au 1er décembre huit représentations exceptionnelles de l'Elektra de Richard Strauss, une superbe version saluée par les longs et chaleureux applaudissements d'un public conquis et enthousiaste.

Robert Carsen met en scène une Elektra très dépouillée, d'une belle et émouvante sobriété qui met en valeur toutes les intentions et tous les sous-entendus de l'œuvre de Strauss et Hugo von Hofmannstha.

 

Opéra Bastille

Il mondo della luna

Il mondo della luna

 

On connaît L'Autre Monde ou les États et empires de la Lune de Cyrano de Bergerac. Moins sans doute lI Mondo della Luna de Haydn, composé au XVIIIe siècle également d'après un livret de Goldoni, que l'ambitieuse programmation de la MC93 de Bobigny nous donne à voir pour quelques représentations qui font salle comble.

L'or du Rhin

L'or du Rhin

 

« L'Or du Rhin » est un opus introductif à la trilogie de l'Anneau du Nibelung ("Der Ring des Nibelungen"), composée en langue allemande par Richard Wagner de 1849 à 1876.

 

 

Paris Opéra Awards

 

Paris Opera Awards

 

Le 4 janvier avait lieu à la belle salle Gaveau le gala final du concours de chant lyrique international organisé par Paris Opéra Awards, dont la présélection avait été organisée sur Internet.

Cette soirée prestigieuse, réalisée en hommage à Maria Callas, « la plus grande voix du siècle », devrait permettre de découvrir les futurs grands noms de l'opéra.

Rusalka

Rusalka (Barcelone)

 

Jeune metteur en scène norvégien inspiré et audacieux, Stefan Herheim revisite avec talent l'œuvre d'origine en insistant sur le côté psychologique et sexuel de l'histoire.

Le thème repris par Andersen dans « La petite sirène » raconte l'amour impossible d'une ondine et d'un humain.

Ici c'est une prostituée qui rêve d'épouser un jeune marin.

Carmen - Py

 

Carmen à l'Opéra de Lyon

 

Voilà donc une œuvre  parmi les plus connues et jouées dans le monde présentée ici dans une version pour le moins déstabilisante.

Foin des espagnolades de pacotille qu'on lui a souvent reprochées, Carmen est ici mise à nu au propre comme au figuré.

Carme - Zenith

Si Carmen m'éait contée

 

On ne présente plus Carmen, opéra parmi les plus joués dans le monde. Ève Ruggieri réussit pourtant à le faire avec ce savoir, cette passion et cet enthousiasme qui lui sont propres. Elle raconte avec brio non seulement l'histoire mais aussi la musique, attirant l'attention sur tel ou tel passage soit que la partition en soit particulièrement brillante soit pour souligner sa parfaite adéquation avec les sentiments exprimés sur la scène.

La vie parisienne

La vie parisienne (Opéra de Lyon)

 

Laurent Pelly signe là son neuvième Offenbach, c’est dire s’il connaît son sujet. Son délire facétieux se donne libre cours et les trouvailles abondent. Les intermèdes habillant les changements de décor orchestrés par la chorégraphe Laura Scozzi sont désopilants et de la même veine actuelle

La vie parisienne

 

 

La vie parisienne

Cette Vie Parisienne est un vrai plaisir.

Il faut dire qu’elle est mise en scène et interprétée par une joyeuse et talentueuse équipe qui lui donne la légèreté,  le dynamisme, la gaité, la verve, la fantaisie et  l’entrain nécessaires.

La belle Hélène

 

La belle Hélène

C’est joyeux, impertinent, entraînant, complètement décalé et déjanté, dynamique en diable, frais et tonique, hilarant, bourré de gags et de clins d’œil actuels, bref en un mot particulièrement jouissif.

Rue Offenbach

Rue Offenbach

Rue Offenbach ou Rue de la gaité

C’est un spectacle joyeux que nous a présenté la compagnie Nadia Baji à l’Auditorium La Fontaine.

Traviata

 

 

La Traviata

L’Opéra de Lyon a choisi la mise en scène  épurée de Klaus Michaël Gruber disparu en 2008. Créée en 1993 au Châtelet, à Paris, elle avait alors soulevé la polémique.

Seize ans plus tard, le public semble plus réceptif.

Le joueur

Le joueur

Le joueur est le deuxième opéra de Serge Prokofiev, inspiré par le roman de Fiodor Dostoïevski composé en Russie en 1916, revu à Paris en 1928. Il est considéré comme le premier opéra contemporain dans le sens esthétique, harmonique et scénique du terme, conçu au vingtième siècle.

La vie parisienne

La vie parisienne à l'Opéra de Lyon

Moderne ou classique ? Voilà la question !

« La vie parisienne » d’Offenbach, est remise au goût du jour par la mise en scène moderne de Laurent Pelly. Cela suffit-il à lui redonner une nouvelle jeunesse ?

Belle Hélène

La belle Hélène

Aimer ou pas ?

Offenbach, dans La Belle Hélène, se livrait à une parodie de l’Antiquité gréco-latine. Philippe Ermelier propose , lui, un pastiche d’Offenbach ! Qu’allait donc donner cette parodie de la parodie ?

Pour toute demande de renseignements ou pour annoncer un spectacle, nous contacter : contact@regarts.org