MOZART L'ENCHANTEUR

Théâtre du Petit Saint Martin
17 rue René Boulanger
75010 Paris

Jusqu'au 3 janvier 2015
Le mercredi et le samedi à 14h
Pendant les vacances scolaires de la Toussaint du mercredi au samedi à 14h.
Pendant les vacances scolaires de Noël du mardi au samedi à 14h.
Relâches les 25 décembre 2014 et 1er janvier 2015.

 

Ce spectacle est très riche, très élégant, passionnant. Une recherche de qualité qui transpire de partout avec de vrais chanteurs lyriques, des costumes magnifiques, des décors pleins d'imaginaires, avec un texte épique qui raconte, montre et fait entendre ce que Mozart a créé et a vécu. Il est comme un bijou dans un écrin de nacre, de plumes et d'or.

Charlotte Escamez a écrit une histoire inventée qui traverse la vie du petit Wolfgang Gottlieb Mozart et la transforme en boucle, de sa plus tendre enfance à son dernier opéra : la Flute Enchantée. L'oiseleur Papageno et Papagena apparaissent au berceau du prodige comme les fées protectrices, et tous deux vont le suivre jusqu'à la fin de sa vie, jusqu'au moment où il en fera les héros de son ultime opéra. Une très belle idée dramaturgique.

Pour interpréter ces deux personnages hauts en couleurs, des masques et des costumes chatoyants.

On suit donc le petit Mozart, de son enfance de génie précoce guidé par son père à travers toutes les couronnes d'Europe jusqu'à l'écriture de la Flute Enchantée : cavalcades en diligences, traversée de la Manche en navire, l'exaltation du jeune compositeur pour ses aventures et ses irritations quand il se sent considéré comme un singe savant. Au fil du voyage, des extraits chantés de différents opéras chantés en live.

La mise en scène ingénieuse de William Mesguich fait bondir l'action d'un lieu à l'autre, d'une époque à l'autre, d'une œuvre à l'autre, avec parfois l'utilisation de projections d'un dessin animé qui raconte l'histoire de l'oiseleur Papageno.

Les moments chantés sont magnifiques, on en redemande, on aimerait en avoir plus, et les changements de décors dans la pénombre brisent souvent le rythme du spectacle. Ainsi les mises en place de l'image de la diligence et du navire paraissent plus longues que la scène qui en découle. Les projections du très joli film animé viennent illustrer le chant de l'oiseleur et font bizarrement doublon avec le chanteur, peut-être auraient-elles été mieux employées à d'autres moments. En ce qui concerne la construction du spectacle, quelque chose est abandonné en route : on suit de manière détaillée la vie de Mozart jusqu'avant son retour à Salzbourg  pour passer soudain à la narration du livret de la Flute Enchantée, acte par acte, un peu fastidieuse, comme si les deux axes de la pièce n'arrivaient pas à s'imbriquer à la fin.

Malgré tout, l'interprétation, la dynamique du spectacle, ses qualités musicales et théâtrales ainsi que l'ensemble de sa facture ouvrent une porte lumineuse vers l'univers et la vie extraordinaire de Wolfgang Amadeus Mozart.

Bruno Fougniès

 

Mozart l'enchanteur

De Charlotte Escamez
Mise en scène William Mesguich
Sur une idée originale d'Estelle Andrea
Costumes et masques Alice Touvet
Lumières Mathieu Courtaillier
Arrangements musicaux Jérôme Boudin Clauzel
Son Franck Berthoux
Décor Camille Ansquer

Avec Estelle Andrea, Ronan Debois en alternance avec Jacques-François L'Oiseleur des Longchamps, et William Mesguich

 

Mis en ligne le 25 octobre 2014

Merci de cliquer sur J'aime