LA REVANCHE DU CAPITAINE CROCHET

Théâtre des Variétés.
7, boulevard de Montmartre
75002 Paris
01 42 33 09 92

Jusqu’au 3 mars  2016
11h ou 14h selon les dates
( dates et horaires à consulter sur www.theatredesvarietes.fr)

 

loupe Photo Fabienne Rappenneau

 

Vu le 20 octobre

La salle est comble et les jeunes enfants, certains tenant le célèbre crochet, d’autres une baguette magique, attendent avec impatience que commence le spectacle.

Le rideau s’ouvre et nous découvrons le premier tableau, avec des pirates profitant visiblement de l’absence du capitaine Crochet !

La suite des aventures de Peter Pan se déroule alors avec en toile de fond, une carte de l’île devant laquelle viendront se positionner différents éléments suggérant les lieux, dans un style qui rappelle les illustrations des albums pour la jeunesse. Les auteurs ayant pris le parti de faire revivre les personnages des années plus tard, l’ensemble est plus réaliste, Wendy est devenue maman, avec une scène bien vue illustrant les rapports mère-fille qui rappelle sûrement quelque souvenir aux enfants plus grands. L’amour est le maître mot de l’histoire avec une fée Clochette terriblement jalouse et un capitaine Crochet plus séducteur et charmeur que terrifiant dans un esprit plus proche du dessin animé que du conte.

C’est Ned Grujic, qui œuvre ici, il a assuré la mise en scène de nombreux spectacles musicaux, il ne laisse rien au hasard.

Les ballets sont au cordeau, les scènes de combat parfaitement réalisées. Les quelques problèmes techniques de la première ont été résolus, les bambins regardent bouche bée Peter Pan et Jane s’envoler dans les airs, la magie opère à plein pour la plus grande joie des spectateurs, petits et grands car les adultes se laissent prendre au jeu, réjouis par quelques allusions à notre époque ou à d’autres œuvres, comme le « Moi Peter, toi Jane ».

Les interprètes jouent, dansent et chantent, ils ont de fort belles voix et « mouillent la chemise » comme on dit familièrement.

Mes petits voisins étaient visiblement subjugués, ouvrant de grands yeux et applaudissant frénétiquement à la fin. Et ils n’étaient pas les seuls.

Nicole Bourbon

 

Vu le jour de la première

Le théâtre des Variétés présente une adaptation musicale jeune public, inspirée très librement de l’œuvre de James Barrie. Il serait d’ailleurs plus juste de dire que les auteurs ont imaginé une suite aux aventures de Peter Pan.

Crochet dévoré par le crocodile tic-tac n’est plus qu’un souvenir. Dans un décor on ne peut plus minimaliste, des pirates trop propres sur eux, habillés comme pour un bal masqué baillent aux corneilles lascivement installés sur des transats au bord d’une mer que l’on peut imaginer être celle des caraïbes. Qu’attendent-ils ? En vérité on ne le saura jamais jusqu’à l’arrivée d’un crocodile, le fameux tic-tac, représenté ici par une forme en bois approximative et particulièrement mal réalisée mais l’on comprend que ce croco gourmand souffre  d’un problème gastrique depuis qu’il a ingurgité le fameux capitaine. Quoi de plus normal alors que de venir le dégurgiter devant ses compagnons d’infortune. Et c’est ainsi que commence la revanche de Crochet. Peter Pan est toujours aussi jeune et sautillant, Wendy à pris vingt ans et Jane sa fille rêve du pays imaginaire. Crochet après avoir retrouvé une certaine magnificence décide de séduire Wendy, l’épouser et récupérer un collier aux pouvoirs magiques. C’est un peu près  tout ce que l’on peut retenir de cette histoire.

Bien entendu Peter Pan s’envole toujours dans les airs, accompagné de Jane mais la magie poétique de cet instant est totalement occultée par la vision trop présente des câbles qui les harnachent et c’est fort dommage. Quant à ce terrible pirate sanguinaire, cette terreur des mers qu’est le capitaine Crochet, il est pour moi bien trop lisse et trop précieux pour effrayer le moindre enfant de ce jeune public venu pourtant nombreux. C’est sans doute lui qui s’est fait peur en perdant à un moment son crochet ou en recollant une moustache un peu trop joueuse. C’était une première représentation alors ne lui en tenons pas trop rigueur. Il est vrai que j’avais comme référence un fantastique Crochet, croisé sur un autre spectacle mais comme le disent certains pirates : N’est pas Crochet qui veut.

Il reste néanmoins que la musique est particulièrement bien composée et colorie parfaitement l’ambiance musicale de ce spectacle. Les combats sont également très réussis et l’on croit tout à fait au réalisme de ces duels. Et enfin un petit coup de cœur pour Clochette, une fée-comédienne très à l’aise dans son rôle mais que l’on a malheureusement chaussé de bottines à talons, pas vraiment réaliste dans le pays imaginaire, une fée pétillante à qui on a oublié de mettre des ailes. Dommage pour Clochette qui dans cette version ne volera pas. Des décors moins cheap, des lumières plus pertinentes, des accessoires mieux travaillés, des enfants perdus un peu plus crédibles donneraient sans doute à ce musical une autre dimension.

Patrick Rouet

 

La revanche du capitaine Crochet

Auteurs : Ely Grimaldi et Igor de Chaille. 
Mise en scène: Ned Grujic.

Avec : Alain Wilmet (Crochet), Doryan Ben (Peter Pan), Mathilde Libbrecht (Wendy), Julie Costanza (Jane), Cecile Nodie (Clochette), Christian Abart (Mouche), Julien Rouquette (Razibus), Vincent Cordier (Takunoeil)

Musiques : Raphael Sanchez.
Costumes : Corinne Rossi.
Décors : Danielle Rozier.
Combats : Christophe Mie.
Chorégraphie : Julia Ledl.

 

Mis en ligne le 21 octobre 2015

Merci de cliquer sur J'aime